lundi 27 avril 2020

L’art du détournement cognitif

Article original de Cynthia Chung, publié le 26 mars 2020 sur le site Strategic Culture
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Pour ceux qui n’ont pas vu le thriller psychologique de 1944 « Gaslight » [Hantise] réalisé par George Cukor, je vous recommande vivement de le faire car il contient une leçon inestimable, qui s’applique particulièrement à ce que je soupçonne que beaucoup d’entre nous vivent aujourd’hui.





L’histoire commence avec une jeune fille de 14 ans, Paula (jouée par Ingrid Bergman), qui est emmenée en Italie après que sa tante Alice Alquist, célèbre chanteuse d’opéra et gardienne de Paula, ait été retrouvée assassinée chez elle à Londres. Paula est celle qui a trouvé le corps, et l’horreur qu’elle a ressentie la transformera à jamais. Sa tante était la seule famille de Paula. La décision est prise de l’envoyer loin de Londres en Italie pour poursuivre ses études afin de devenir une chanteuse d’opéra de renommée mondiale comme sa tante Alice.

Les années passent, Paula vit une vie très protégée et une lourde somnolence est toujours présente en elle, elle ne semble jamais ressentir une quelconque forme de bonheur. Pendant ses études de chant, elle rencontre un homme mystérieux (son accompagnateur au piano pendant ses cours) et en tombe profondément amoureuse. Cependant, elle ne sait presque rien de cet homme nommé Gregory.

Paula accepte d’épouser Gregory après deux semaines de romance et est rapidement convaincue de retourner vivre dans la maison de sa tante à Londres, laissée à l’abandon pendant toutes ces années. Dès qu’elle entre dans la maison, la hantise de la nuit du meurtre lui revient et elle est consumée par la panique et la peur. Gregory essaie de la calmer et parle de la maison qui a besoin d’un peu d’air et de soleil, puis Paula tombe sur une lettre écrite à sa tante par un nommé Sergis Bauer qui confirme qu’il était en contact avec Alice quelques jours seulement avant son meurtre. A cette découverte, Gregory s’agite bizarrement et s’empare de la lettre de Paula. Il tente rapidement de justifier sa colère en accusant la lettre de l’avoir perturbée. Gregory décide alors d’enfermer toutes les affaires de sa tante dans le grenier, pour apparemment épargner à Paula toute angoisse supplémentaire.

C’est à ce moment que Gregory commence à changer radicalement son comportement. Toujours sous le prétexte de « l’amour de Paula », tout ce qui est considéré comme « bouleversant » pour Paula doit être retiré de sa présence. Et c’est ainsi que la maison se transforme rapidement en une forme de prison. On dit à Paula qu’il est préférable qu’elle ne quitte pas la maison sans être accompagnée, qu’elle ne reçoive pas de visites et que l’isolement est le meilleur remède à ses « angoisses » qui s’aggravent. Rien n’est jamais strictement interdit à Paula au début, mais on lui dit plutôt qu’elle doit obéir à ces restrictions pour son propre bien.

Avant une promenade, il offre en cadeau une belle broche d’héritage qui a appartenu à sa mère. Comme la broche doit être rangée, il demande à Paula de la garder dans son sac à main, puis lui dit, plutôt hors contexte, « N’oublie pas où tu l’as mise maintenant Paula, je ne veux pas que tu la perdes ». Paula remarque en pensant que l’avertissement est absurde : « Bien sûr que je n’oublierai pas ! » Lorsqu’ils reviennent de leur promenade, Gregory demande la broche, Paula cherche dans son sac à main mais elle n’y est pas.

Le processus se poursuit ainsi, Gregory donnant des avertissements et des rappels, apparemment pour aider Paula à surmonter ses « oublis » et ses « angoisses ». Paula commence à remettre en question son propre jugement et sa santé mentale alors que ces événements deviennent de plus en plus fréquents. Elle n’a personne d’autre à qui parler que Gregory, qui est le seul témoin de ces apparentes mésaventures. On en arrive à un point où Gregory attribue à Paula un comportement totalement absurde. Une nuit, un tableau est retrouvé disparu sur le mur. Gregory parle à Paula comme si elle était une enfant de 5 ans et lui demande de le remettre en place. Paula insiste sur le fait qu’elle ne sait pas qui l’a enlevé. Après avoir insisté avec passion sur le fait que ce n’était pas elle, elle monte les escaliers comme si elle était dans un rêve et tire le tableau de derrière une statue. Gregory lui demande pourquoi elle a menti, mais Paula insiste sur le fait qu’elle n’a pensé à regarder là que parce que c’est là qu’elle l’a trouvé les deux dernières fois que cela s’est produit.

Depuis des semaines maintenant, Paula pense qu’elle voit des choses, les lumières au gaz de la maison s’éteignent sans raison, elle entend aussi des pas au-dessus de sa chambre. Personne d’autre ne semble s’en apercevoir. Paula est également informée par Gregory qu’il a découvert que sa mère, décédée très jeune, était en fait devenue folle et était morte dans un asile.
Bien que Paula soit réduite à un état de stupeur permanente, elle décide un soir de prendre position et de reprendre le contrôle de sa vie. Paula est invitée, par une amie proche de sa tante Alice, Lady Dalroy, à assister à une soirée mondaine avec des spectacles musicaux. Rappelons que la vie de Paula gravitait autour de la musique avant sa rencontre avec Gregory. La musique était sa vie. Paula s’est magnifiquement habillée pour la soirée et, en sortant, elle dit à Gregory qu’elle va assister à cet événement. Gregory essaie de la convaincre qu’elle n’est pas assez en forme pour assister à une telle réunion sociale. Lorsque Paula insiste calmement sur le fait qu’elle y va et que cette femme était une amie proche de sa tante, Gregory lui répond qu’il refuse de l’accompagner (à l’époque, c’était une grosse affaire). Paula accepte cette rebuffade et marche avec une solide dignité, sans se laisser décourager par la voiture à cheval. Dans une scène très révélatrice, Gregory est momentanément laissé seul et pris de panique, les yeux globuleux, il referme son étui à cigare et court après Paula. Il l’appelle en riant : « Paula, tu ne pensais pas que j’étais sérieux ? Je ne savais pas que cette fête comptait autant pour toi. Attends, je vais me préparer. » Alors qu’il se prépare devant le miroir, un sourire diabolique apparaît.

Paula et Gregory arrivent en retard chez Lady Dalroy, le pianiste est au milieu du 1er mouvement de la Sonate pour piano n°8 en do mineur de Beethoven. Ils sont rapidement escortés vers deux sièges vides. Paula est immédiatement immergée dans le morceau et Gregory peut voir que son contrôle est en train de lui échapper. Après quelques minutes seulement, il va regarder sa montre de poche mais elle n’est pas dans sa poche. Il chuchote à l’oreille de Paula : « Ma montre a disparu ». Immédiatement, Paula a l’air d’être malade. Gregory prend son sac à main et Paula regarde avec horreur lorsqu’il sort sa montre à gousset, insinuant que Paula l’avait cachée là. Elle commence immédiatement à perdre le contrôle et fait une dépression émotionnelle très publique. Gregory l’emmène, tout en faisant remarquer à Lady Dalroy que c’est pour cette raison qu’il ne voulait pas que Paula vienne.

Lorsqu’ils arrivent à la maison, Paula a maintenant complètement succombé à l’idée qu’elle est en effet complètement folle. Gregory dit qu’il serait préférable qu’ils partent quelque part pour une période indéterminée. Nous apprenons plus tard que Gregory a l’intention de la placer dans un asile. Paula accepte de quitter Londres avec Gregory et laisse son destin entièrement entre ses mains.
Avant d’aller plus loin et de voir comment cette histoire se termine, examinons sa pertinence pour la psyché de masse d’aujourd’hui.

Pourquoi un Corbeau est-il comme un bureau d’écriture ?

« Mais je ne veux pas aller parmi les fous », a fait remarquer Alice.
« Oh, tu ne peux pas t’en empêcher », a dit le Chat : « Nous sommes tous fous ici. Je suis fou. Tu es folle. »
« Comment savez-vous que je suis folle ? » dit Alice.
« Tu dois l’être », dit le Chat, « sinon tu ne serais pas venu ici. »
Les aventures d’Alice au pays des merveilles, de Lewis Carroll

Nous vivons dans un monde où le degré de désinformation et de mensonge pur et simple a atteint un tel niveau que, peut-être pour la toute première fois, nous voyons la majorité du monde occidental commencer à remettre en question son propre niveau de santé mentale et celui de ses voisins. La méfiance frénétique croissante à l’égard de tout ce qui « fait autorité », associée à l’incrédulité désespérée selon laquelle « tout le monde ne pourrait pas être dans le coup », fait lentement basculer de nombreuses personnes vers une camisole de force de plus en plus serrée. « Remettre tout en question » est devenu la nouvelle devise, mais sommes-nous capables de répondre à ces questions ?

Actuellement, la réponse est un non retentissant. La mauvaise blague comportementaliste sociale qui consiste à rendre tout le monde obsédé par le papier toilette, en temps de crise, est un exemple du contrôle qu’ils ont sur ce bouton rouge étiqueté « Commencez l’initiation de la panique de masse de niveau 4 ».

Et peut-on blâmer les gens ? Après tout, si on nous ment, comment pouvons-nous nous rassembler et pointer du doigt la racine de cette tyrannie, n’en sommes-nous pas au point où elle est partout ?

Eh bien, c’est là le problème, car si trop de gens se permettent de croire à une telle bêtise, nous nous retrouverons avec une population qui a essentiellement accepté de s’arracher les yeux. Autrement dit, si les gens acceptent qu’une telle tyrannie est partout et reste pourtant sans visage pour eux, nous aurons une population qui n’est pas différente du triste cas de Paula, qui laisse son destin entre les mains de son propre oppresseur.

Dans le cas de Paula, c’est clair. Elle soupçonne que Gregory a quelque chose à voir avec sa « situation », mais il a créé avec beaucoup d’art un environnement où Paula elle-même doute qu’il s’agisse d’une méchanceté insondable ou qu’elle devienne vraiment folle. C’est plutôt parce qu’elle n’est pas folle qu’elle doute d’elle-même, car il n’y a apparemment aucune raison pour que Gregory mette autant de temps et d’énergie à faire croire qu’elle est folle, ou du moins qu’elle le semble au premier abord. Mais que se passerait-il si le but pour lequel elle croit en sa folie était simplement une question de contrôle ?

Paula réussit presque à prendre le dessus dans cette lutte pour le pouvoir, le soir où elle décide de sortir seule, peu importe ce qui, selon Gregory, est dans son intérêt. Si elle avait tenu bon chez Lady Dalroy, elle aurait simplement répondu : « Je ne sais pas pourquoi votre stupide montre s’est retrouvée dans mon sac à main et je m’en fiche. Maintenant, arrêtez d’interrompre cette représentation, vous faites une scène ! » Le charme de Gregory aurait été rompu aussi simplement que cela. S’il s’était plaint aux autres de la situation, ils lui auraient répondu également : « On s’en fout de vous, pourquoi êtes-vous si obsédé par votre satanée montre ? »

Nous sommes dans une situation très similaire à celle de Paula. Et la voix de Gregory est représentée par le récit de fausses nouvelles et la programmation sociale-comportementaliste apocalyptique dans nos formes de divertissement. Les choses auxquelles la plupart des gens se soumettent volontairement sur une base quotidienne, voire horaire. Les conditionner socialement, comme une meute de chiens pavloviens salivants, à penser que ce n’est qu’une question de temps avant que le monde ne s’écroule et, sur un son de cloche de leur maître… de se sauter mutuellement à la gorge.

Paula finit par être sauvée par un homme du nom de Joseph Cotten (un détective), qui s’en est rendu compte et a rapidement discerné que quelque chose n’allait pas. Finalement, Gregory est arrêté. Il est révélé que Gregory est en fait Sergis Bauer. Qu’il a tué Alice Alquist et qu’il est retourné sur les lieux du crime après toutes ces années à la recherche des célèbres joyaux de la chanteuse d’opéra. Les bijoux étaient en fait plutôt sans valeur du fait qu’ils étaient trop célèbres pour être vendus, cependant Gregory n’a jamais eu l’intention de les vendre mais il est devenu obsédé par le désir de les posséder.
C’est-à-dire que c’est Gregory qui était complètement fou pendant tout ce temps.

Un Gregory est absolument dangereux. Il aurait perdu Paula si personne n’était intervenu. Cependant, le pouvoir que détenait Gregory était conditionné à la mesure dans laquelle Paula lui permettait de la contrôler. L’extrême déconstruction de Paula était donc entièrement dépendante de son choix d’écouter la voix de Gregory. Autrement dit, un Gregory n’est dangereux que si nous nous laissons aller à dormir dans le cauchemar qu’il a construit pour nous.

Comme Goebbels l’a tristement déclaré,
Si vous racontez un mensonge assez gros et que vous le répétez sans cesse, les gens finiront par le croire. Le mensonge ne peut être maintenu que pendant le temps où l’État peut protéger la population des conséquences politiques, économiques et/ou militaires du mensonge. Il devient donc vital pour l’État d’utiliser tous ses pouvoirs pour réprimer la dissidence, car la vérité est l’ennemi mortel du mensonge, et donc par extension, la vérité est le plus grand ennemi de l’État [sous le fascisme].
Et nous voilà aujourd’hui au bord du fascisme. Cependant, nous devons d’abord accepter de renoncer à nos droits civils en tant que collectif avant que le fascisme ne puisse complètement dominer. Autrement dit, le grand mensonge ne peut réussir que si la majorité ne le dénonce pas, car si la majorité le reconnaissait pour ce qu’il est, il ne détiendrait vraiment aucun pouvoir.

Ainsi, dans des moments comme celui-ci, où nous sommes confrontés à une situation de crise, nous devons faire très attention à ce que nous acceptons de concéder. Une concession tragique a été affichée par la décision de Tulsi Gabbard de se retirer de la course à la présidence et d’approuver un Biden dément (qui ne se souviendra probablement même pas de son nom dans quatre ans), en réponse à cette « urgence d’État ».

Cette décision tragique de Tulsi a maintenant rendu officiel le fait que les élections de 2020 seront effectivement soumises à la « nécessité » de « s’adapter » à la « situation d’urgence », dont on nous dit de « rester à l’écoute ».

Bien qu’il y ait encore beaucoup d’inconnues, une chose est certaine : il y aura beaucoup plus de mesures d’urgence qui seront préconisées pendant cette crise mondiale. Certaines de ces mesures peuvent être nécessaires, tandis que d’autres seront certainement avancées par des forces désireuses d’abuser du pouvoir. Reconnaissons donc qu’il est de notre devoir et de notre pouvoir de faire en sorte que cette crise soit utilisée pour faire avancer des réformes positives de la société, plutôt que de nous laisser passivement endormir par l’acceptation d’une dictature qui nous désoriente les uns contre les autres et nous prive progressivement de nos libertés, comme une Paula, alors que nous somnolons vers notre propre destruction.

« Quand j’utilise un mot », dit Humpty Dumpty sur un ton plutôt méprisant,
« cela signifie exactement ce que je choisis de signifier – ni plus ni moins. »
« La question est », dit Alice, « de savoir si vous pouvez donner aux mots autant de sens différents. »
« La question est, » dit Humpty Dumpty, « qui doit être le maître – c’est tout. »
De l’autre côté du miroir, de Lewis Carroll

Cynthia Chung

Aucun commentaire:

Publier un commentaire