vendredi 22 juin 2018

Le Rwanda est prêt à jouer un rôle irremplaçable dans le « Pivot vers l’Afrique » de la Russie

Article original de Andrew Korybko, publié le 9 juin 2018 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Lavrov’s visit to Rwanda 

La visite de Lavrov au Rwanda a été un succès étonnant car il a discuté de futurs accords militaires (y compris sur les systèmes de défense aérienne), de perspectives autour de l’énergie nucléaire et de coopération économique avec son homologue, mais il y a plus. Il faut mentionner un contexte crucial sur ce qui a réuni en premier lieu cette paire improbable de pays. La Russie soutient la République centrafricaine à proximité avec des armes et des conseillers militaires depuis la fin de l’année dernière alors que ce pays lutte pour libérer les 80% de son territoire déchiré par la guerre mais riche en minerais et toujours sous le contrôle de diverses milices. Il est probable qu’à ce titre, les représentants russes aient été en contact avec quelques-uns des quelque 1 000 soldats rwandais qui forment un élément fort de la force de maintien de la paix des Nations Unies, qui compte plus de 14 000 hommes.

jeudi 21 juin 2018

Larry Kudlow : un cavalier de l’apocalypse économique ?

Article original de Brandon Smith, publié le 7 juin 2018 sur le site alt-market.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr



Dans le monde des médias économiques alternatifs, nous nous concentrons souvent sur les stratagèmes et les machinations des banques centrales ainsi que des banques internationales en tant que partenaires étroitement liés à la criminalité. Mais il est facile d’oublier que ces institutions ne sont que des organismes et des mandataires composés de personnes spécifiques. Les institutions elles-mêmes ne sont pas plus invincibles que les criminels très mortels qui composent leurs conseils d’administration.

Le Commandement indo-pacifique pour «contenir» la Chine à travers l’Inde

Article original de Andrew Korybko, publié le 11 juin 2018 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

US Indo-Pacific Command 

L’armée américaine a rebaptisé son Commandement du Pacifique en Commandement de l’Indo-Pacifique comme un moyen de signaler fortement son intérêt croissant pour l’Inde et son océan éponyme.

L’importance de ce développement ne doit pas être sous-estimée, car cela constitue la base stratégique de la politique américaine de « confinement de la Chine » du XXIe siècle. La République populaire dépend tout autant de l’océan Indien que du Pacifique en raison du rôle joué par cette masse d’eau pour faciliter le commerce avec l’Europe et l’Afrique et le commerce de l’énergie avec le Moyen-Orient. C’est pourquoi il est impératif pour les USA de rendre prioritaire ces opérations militaires dans cet océan et ses environs, le Rimland. À cette fin, l’Amérique a entamé une relation militaro-stratégique révolutionnaire avec l’Inde par le biais de l’accord logistique 2016 du LEMOA qui permet aux deux grandes puissances d’utiliser leurs installations respectives dans le cadre de ce que l’ancien secrétaire d’État Rex Tillerson a décrit il y a quelques mois comme un partenariat planifié pour l’ensemble du XXIe siècle.

mercredi 20 juin 2018

La loi d’équilibrage d’Al-Sadr pourrait stimuler le pivot oriental de l’Iran

Article original de Andrew Korybko, publié le 1er juin 2018 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

L’Irakien Muqtada al-Sadr est prêt à s’engager dans un acte complexe d’« équilibrage » entre l’Iran et l’Arabie saoudite.



Le religieux chiite et ancien chef de milice est considéré comme un nationaliste irakien qui veut donner la priorité aux intérêts de son pays avant ceux de ses voisins et des États-Unis, et pour cela, il essaie de se tailler une place stratégique entre les deux, comme une « zone tampon » dans leur guerre par procuration à l’échelle de la région. Son bloc parlementaire vient de remporter les élections de la semaine dernière, et bien qu’il ne s’y soit pas personnellement présenté, il est désormais l’« éminence grise » irakienne de facto. C’est pourquoi il a récemment rencontré le Premier ministre Haider al-Abadi et aussi un politicien pro-iranien, arrivé second à cette élection, Hadi al-Amiri.

Savoir qui est président ne compte pas

Article original de Dmitry Orlov, publié le 12 juin 2018 sur le site Club Orlov
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

 

Permettez-moi de le répéter : « Peu importe qui est président des États-Unis ». Je sais que je l’ai déjà dit (ici, par exemple), mais je pense que cela vaut la peine d’être répété. C’est un message simple, mais je ne pense pas qu’il prenne si bien. Bien que personne ne semble vouloir dire que ce message est faux, beaucoup de gens semblent déterminés à l’ignorer. Certains d’entre eux semblent prendre en compte ce que j’ai à dire mais continuent à parler comme si cela importait de savoir qui est président. Ce n’est pas le cas.

mardi 19 juin 2018

La grande stratégie de la Russie en Afrique et en Eurasie

Article original de Andrew Korybko, publié le 7 mai 2018 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Et ce qui pourrait mal se passer

Russia Iran Azerbaijan summitSommet de l’Iran, de la Russie et de l’Azerbaïdjan à Téhéran en 2017

La grande stratégie de la Russie au XXIe siècle consiste à devenir la force suprême d’équilibre en Afrique et en Eurasie grâce à la gestion diplomatique habile des multiples conflits de l’hémisphère. Le plus grand danger de cette vision ne provient pas des guerres hybrides américaines mais de la Russie si ses représentants de la communauté diplomatique et ses experts ne saisissent pas cette occasion pour expliquer correctement cette stratégie aux masses.

lundi 18 juin 2018

Les États-Unis sont contre le Nord Stream II en raison de l’initiative des «Trois Mers»

Article original de Andrew Korybko, publié le 1er juin 2018 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

La géopolitique du Nord Stream II devient de plus en plus complexe.

Nord Steam 2 

Le deuxième gazoduc sous-marin direct entre la Russie et l’Allemagne continue de subir de fortes pressions de la part des États-Unis, qui sont totalement contre sa construction et menacent même de sanctionner ceux qui sont impliqués dans le projet. L’Allemagne est le moteur économique de l’UE et reçoit beaucoup de ressources qui alimentent ses usines de Russie, faisant ainsi de son partenariat énergétique un exemple naturel de coopération gagnant-gagnant et de confirmation des théories économiques fondamentales de l’offre et de la demande. Cela dit, c’est précisément à cause des implications politiques profondes de ce partenariat que les États-Unis s’y opposent si fortement, parce qu’ils craignent que Moscou oriente Berlin vers le monde multipolaire à long terme.