mercredi 18 mars 2020

La pravda américaine. Les assassinats du Mossad

Article original de Ron Unz, publié le 27 janvier 2020 sur le site Unz Review 
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr



De la paix de Westphalie à la loi de la jungle

L’assassinat du général iranien Qassem Soleimani par l’US Army, le 2 janvier, a été un événement d’une importance capitale.
Le général Soleimani était la plus haute personnalité militaire de son pays, qui compte 80 millions d’habitants, et, avec une carrière de 30 ans, l’une des plus populaires et des plus respectées. La plupart des analystes le classaient au deuxième rang en termes d’influence, après l’ayatollah Ali Khamenei, l’ancien guide suprême de l’Iran, et de nombreux rapports indiquaient qu’il était exhorté à se présenter aux élections présidentielles de 2021.



Les circonstances de sa mort en temps de paix ont été également tout à fait remarquables. Son véhicule a été incinéré par le missile d’un drone américain Reaper près de l’aéroport international de Bagdad, en Irak, juste après son arrivée sur un vol commercial régulier pour des négociations de paix initialement proposées par le gouvernement américain.

Nos grands médias n’ont guère ignoré la gravité de ce meurtre soudain et inattendu d’une personnalité politique et militaire de si haut rang, et lui ont accordé une attention énorme. Un jour ou deux plus tard, la première page de mon New York Times du matin était presque entièrement consacrée à la couverture de l’événement et à ses implications, ainsi qu’à plusieurs pages intérieures consacrées au même sujet. Plus tard dans la même semaine, le journal national américain de référence a consacré plus d’un tiers de toutes les pages de sa première page à la même histoire choquante.

Mais même une couverture aussi abondante par des équipes de journalistes chevronnés n’a pas permis de replacer l’incident dans son contexte et d’en mesurer les implications. L’année dernière, l’administration Trump avait déclaré que les Gardiens de la Révolution iraniens étaient « une organisation terroriste », suscitant de nombreuses critiques et même des moqueries de la part d’experts en sécurité nationale consternés à l’idée de classer une branche importante des forces armées iraniennes comme « terroristes ». Le général Soleimani était l’un des principaux commandants de ce corps, et c’est apparemment ce qui a permis d’établir la légalité de son assassinat en plein jour, alors qu’il était en mission diplomatique de paix.

Mais il faut savoir que le Congrès a examiné une loi déclarant la Russie comme un État officiellement parrain du terrorisme, et que Stephen Cohen, l’éminent spécialiste de la Russie, a fait valoir qu’aucun dirigeant étranger depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale n’a été aussi massivement diabolisé par les médias américains que le président russe Vladimir Poutine. Pendant des années, de nombreux experts agités ont dénoncé Poutine comme « le nouvel Hitler« , et certaines personnalités ont même appelé à son renversement ou à sa mort. Nous ne sommes donc plus qu’à un ou deux pas d’entreprendre une campagne publique pour assassiner le leader d’un pays dont l’arsenal nucléaire pourrait rapidement anéantir la majeure partie de la population américaine. Cohen a averti à plusieurs reprises que le danger actuel d’une guerre nucléaire mondiale pourrait dépasser celui auquel nous avons été confrontés lors de la crise des missiles cubains de 1962, et pouvons-nous totalement écarter de telles préoccupations ?

Même si nous nous concentrons uniquement sur l’assassinat du général Soleimani et que nous ignorons totalement ses implications dangereuses, il semble y avoir peu de précédents modernes de l’assassinat public officiel d’une personnalité politique de haut rang par les forces d’un autre grand pays. En tâtonnant pour trouver des exemples passés, les seuls qui nous viennent à l’esprit se sont produits il y a près de trois générations pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque des agents tchèques aidés par les Alliés ont assassiné Reinhard Heydrich à Prague en 1941 et que l’armée américaine a ensuite abattu l’avion de l’amiral japonais Isoroku Yamamoto en 1943. Mais ces événements se sont produits dans le feu d’une guerre mondiale brutale, et les dirigeants alliés les ont à peine décrits comme des assassinats officiels de gouvernements. L’historien David Irving révèle que lorsque l’un des collaborateurs d’Adolf Hitler a suggéré qu’une tentative d’assassinat des dirigeants soviétiques dans ce même conflit soit faite, le Führer allemand a immédiatement interdit de telles pratiques en tant que violations évidentes des lois de la guerre.

L’assassinat terroriste de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, en 1914, a certainement été organisé par des éléments fanatiques des services de renseignements serbes, mais le gouvernement serbe a nié avec férocité sa propre complicité, et aucune grande puissance européenne n’a jamais été directement impliquée dans le complot. Les conséquences de ce meurtre ont rapidement conduit au déclenchement de la Première Guerre mondiale, et bien que plusieurs millions de personnes soient mortes dans les tranchées au cours des années suivantes, il aurait été totalement impensable que l’un des principaux belligérants envisage d’assassiner le leader d’un autre camp.

Un siècle plus tôt, les guerres napoléoniennes avaient fait rage sur tout le continent européen pendant la majeure partie d’une génération, mais je ne me souviens pas d’avoir lu de complots d’assassinat gouvernementaux à cette époque, et encore moins lors des guerres très courtoises du XVIIIe siècle, lorsque Frédéric le Grand et Marie-Thérèse ont contesté la propriété de la riche province de Silésie par des moyens militaires. Je ne suis pas un spécialiste de l’histoire européenne moderne, mais après que la paix de Westphalie de 1648 a mis fin à la guerre de Trente Ans et a régularisé les règles de la guerre, aucun assassinat aussi important que celui du général Soleimani ne me vient à l’esprit.

Les guerres de religion sanglantes des siècles précédents ont eu leur part de plans d’assassinat. Par exemple, je pense que Philippe II d’Espagne aurait encouragé divers complots visant à assassiner la reine Elizabeth I d’Angleterre au motif qu’elle était une hérétique meurtrière, et leurs échecs répétés ont contribué à le persuader d’envoyer à sa perte l’Armada espagnole ; mais étant un catholique pieux, il aurait probablement hésité à utiliser la ruse des négociations de paix pour attirer Elizabeth à sa perte. Quoi qu’il en soit, c’était il y a plus de quatre siècles, de sorte que l’Amérique se trouve aujourd’hui en terrain inconnu.

Les différents peuples possèdent des traditions politiques différentes, et cela peut jouer un rôle majeur dans l’influence du comportement des pays qu’ils établissent. La Bolivie et le Paraguay ont été créés au début du 18e siècle comme des tessons de l’Empire espagnol en déclin et, selon Wikipédia, ils ont connu près de trois douzaines de coups d’État réussis dans leur histoire, la plupart avant 1950, tandis que le Mexique en a connu une demi-douzaine. En revanche, les États-Unis et le Canada ont été fondés en tant que colonies de colons anglo-saxons, et aucune de ces deux histoires ne fait état d’une tentative, même ratée.
Pendant notre guerre révolutionnaire, George Washington, Thomas Jefferson et nos autres Pères fondateurs ont pleinement reconnu que si leur effort échouait, ils seraient tous pendus par les Britanniques en tant que rebelles. Cependant, je n’ai jamais entendu dire qu’ils craignaient de tomber sur la lame d’un assassin, ni que le roi George III ait jamais envisagé un moyen d’attaque aussi sournois. Au cours du premier siècle et d’une bonne partie de l’histoire de notre nation, presque tous nos présidents et autres dirigeants politiques de haut rang voyaient remonter leurs origines jusqu’aux îles britanniques, et les assassinats politiques ont été exceptionnellement rares, la mort d’Abraham Lincoln étant l’une des rares qui me viennent à l’esprit.

Au plus fort de la guerre froide, notre CIA s’est impliquée dans divers complots d’assassinat secrets contre le dictateur communiste cubain Fidel Castro et d’autres dirigeants étrangers considérés comme hostiles aux intérêts américains. Mais lorsque ces faits sont apparus plus tard, dans les années 1970, ils ont suscité une telle indignation de la part du public et des médias que trois présidents américains consécutifs – Gerald R. Ford, Jimmy Carter et Ronald Reagan – ont publié des décrets successifs interdisant absolument les assassinats par la CIA ou tout autre agent du gouvernement américain.

Bien que certains cyniques puissent prétendre que ces déclarations publiques n’étaient que de la poudre aux yeux, une critique de livre du New York Times de mars 2018 suggère fortement le contraire. Kenneth M. Pollack a passé des années en tant qu’analyste de la CIA et membre du Conseil national de sécurité, puis a publié un certain nombre d’ouvrages influents sur la politique étrangère et la stratégie militaire au cours des deux dernières décennies. Il avait initialement rejoint la CIA en 1988, et ouvre sa revue en déclarant :
L’une des toutes premières choses qu’on m’a enseignées quand j’ai rejoint la CIA, c’est que nous ne faisons pas d’assassinats. Cela était enseigné aux nouvelles recrues encore et encore.
Pourtant, Pollack note avec consternation qu’au cours du dernier quart de siècle, ces interdictions autrefois solides ont été progressivement réduites à néant, le processus s’accélérant rapidement après les attaques du 11 septembre 2001. Les lois en vigueur n’ont peut-être pas changé, mais :
Aujourd’hui, il semble que tout ce qui reste de cette politique soit un euphémisme.
On ne les appelle plus des assassinats. Il s’agit désormais d' »assassinats ciblés », le plus souvent réalisés par des frappes de drones, et ils sont devenus l’arme de prédilection de l’Amérique dans la guerre contre le terrorisme.
L’administration Bush a procédé à 47 de ces assassinats, alors que son successeur Barack Obama, constitutionnaliste et prix Nobel de la paix, a porté son propre total à 542. Non sans raison, M. Pollack se demande si l’assassinat est devenu « un médicament très efficace, mais qui ne traite que le symptôme et n’offre donc aucun remède ».

Ainsi, au cours des deux dernières décennies, la politique américaine a suivi une trajectoire très inquiétante dans son utilisation de l’assassinat comme outil de politique étrangère, en limitant d’abord son utilisation aux circonstances les plus extrêmes, en ciblant ensuite un petit nombre de « terroristes » très en vue qui se cachent sur un terrain accidenté, puis en faisant passer ces mêmes assassinats à plusieurs centaines. Et maintenant, sous la direction du président Trump, l’Amérique a franchi le pas fatidique en revendiquant le droit d’assassiner tout dirigeant mondial qui ne nous plaît pas et que nous déclarons unilatéralement digne de mort.

Pollack avait fait sa carrière en tant que Démocrate soutenant Clinton, et est surtout connu pour son livre de 2002, The Threatening Storm, qui a fortement soutenu la proposition d’invasion de l’Irak par le président Bush et qui a eu une influence énorme sur le soutien bipartite à cette politique funeste. Je ne doute pas qu’il soit un partisan engagé d’Israël, et il entre probablement dans une catégorie que je qualifierais vaguement de « Néocon de gauche ».
Mais tout en passant en revue l’histoire de la longue utilisation par Israël de l’assassinat comme pilier de sa politique de sécurité nationale, il semble profondément troublé que l’Amérique puisse suivre la même terrible voie. Moins de deux ans plus tard, l’assassinat soudain d’un haut dirigeant iranien démontre que ces craintes ont peut-être été largement sous-estimées.

« Rise and Kill First » / Lève toi et tue le premier



Le livre examiné était « Rise and Kill First » du journaliste du New York Times Ronen Bergman, une étude importante sur le Mossad, le service de renseignement étranger d’Israël, et ses agences sœurs. L’auteur a consacré six ans de recherche à ce projet, qui s’est appuyé sur un millier d’entretiens personnels et sur l’accès à certains documents officiels jusqu’alors indisponibles. Comme le suggère le titre, il s’est principalement intéressé à la longue histoire des assassinats d’Israël, et à travers ses 750 pages et ses milliers de références de sources, il relate les détails d’un nombre énorme de ces incidents.

Ce genre de sujet est évidemment très controversé, mais le volume de Bergman porte des couvertures brillantes d’auteurs lauréats du prix Pulitzer sur des questions d’espionnage, et la coopération officielle qu’il a reçue est indiquée par des approbations similaires d’un ancien chef du Mossad et d’Ehud Barak, un ancien Premier ministre d’Israël qui a lui-même dirigé des escadrons d’assassins. Au cours des deux dernières décennies, l’ancien officier de la CIA, Robert Baer, est devenu l’un de nos auteurs les plus éminents dans ce même domaine, et il fait l’éloge de ce livre comme étant « sans conteste » le meilleur qu’il ait jamais lu sur le renseignement, Israël ou le Moyen-Orient. Les critiques de nos médias d’élite ont été tout aussi élogieuses.

Bien que j’aie assisté à quelques discussions sur le livre lors de sa parution, je n’ai eu le temps de le lire qu’il y a quelques mois. Et bien que j’aie été profondément impressionné par le travail de  journalisme minutieux et méticuleux, j’ai trouvé la lecture des pages plutôt sinistre et déprimante, avec leurs récits interminables d’agents israéliens tuant leurs ennemis réels ou supposés, avec les opérations impliquant parfois des enlèvements et des tortures brutales, ou entraînant des pertes considérables de vies humaines pour des spectateurs innocents. Bien que l’écrasante majorité des attaques décrites aient eu lieu dans les différents pays du Moyen-Orient ou dans les territoires palestiniens occupés de Cisjordanie et de Gaza, d’autres ont eu lieu dans le monde entier, y compris en Europe. L’histoire narrative a commencé dans les années 1920, des décennies avant la création effective de l’Israël juif ou de son organisation, le Mossad, et s’est étendue jusqu’à nos jours.

La quantité de ces assassinats étrangers était vraiment remarquable, le critique compétent du New York Times suggérant que le total israélien sur les cinquante dernières années environ semblait bien plus important que celui de tout autre pays. Je pourrais même aller plus loin : si l’on exclut les assassinats nationaux, je ne serais pas surpris que le nombre de victimes dépasse le total combiné de tous les autres grands pays du monde. Je pense que toutes les révélations de complots meurtriers d’assassinats de la CIA ou du KGB pendant la guerre froide, dont j’ai entendu parler dans les journaux, pourraient s’insérer confortablement dans un ou deux chapitres du très long livre de Bergman.

Les militaires nationaux ont toujours été nerveux à l’idée de déployer des armes bactériologiques, sachant très bien qu’une fois libérés, les microbes mortels pourraient facilement se propager au-delà de la frontière et infliger de grandes souffrances aux civils du pays qui les a déployés. De même, les agents des services de renseignement qui ont passé leur longue carrière à planifier, organiser et mettre en œuvre ce qui équivaut à des meurtres sanctionnés par la justice peuvent développer des modes de pensée qui deviennent un danger à la fois pour les uns et les autres et pour la société en général qu’ils servent, et certains exemples de cette possibilité s’échappent ici et là dans le récit complet de Bergman.

Lors de l’incident dit d’« Askelon«  de 1984, deux Palestiniens capturés ont été battus à mort en public par le chef notoirement impitoyable de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet et ses subordonnés. Dans des circonstances normales, cet acte n’aurait eu aucune conséquence, mais l’incident a été filmé par un photo-journaliste israélien voisin, qui a réussi à éviter la confiscation de son film. Le scoop qui en a résulté a déclenché un scandale médiatique international, qui a même atteint les pages du New York Times, et cela a forcé une enquête gouvernementale visant à engager des poursuites pénales. Pour se protéger, les dirigeants du Shin Bet ont infiltré l’enquête et ont organisé un effort pour fabriquer des preuves épinglant les meurtres sur des soldats israéliens ordinaires et un général de premier plan, qui étaient tous complètement innocents. Un officier supérieur du Shin Bet qui a exprimé des doutes sur ce complot a apparemment failli être assassiné par ses collègues jusqu’à ce qu’il accepte de falsifier son témoignage officiel. Ces organisations qui fonctionnent de plus en plus comme des familles de criminels mafieux pourraient éventuellement adopter des normes culturelles similaires.

Les agents du Mossad ont même parfois envisagé l’élimination de dirigeants israéliens de haut rang dont la politique leur semblait suffisamment contre-productive. Pendant des décennies, le général Ariel Sharon a été l’un des plus grands héros militaires d’Israël et un homme aux sentiments d’extrême droite. En tant que ministre de la défense en 1982, il a orchestré l’invasion israélienne du Liban, qui s’est rapidement transformée en une débâcle politique majeure, portant gravement atteinte à la réputation internationale d’Israël en infligeant de grandes destructions à ce pays voisin et à sa capitale, Beyrouth. Alors que Sharon poursuivait obstinément sa stratégie militaire et que les problèmes s’aggravaient, un groupe d’officiers mécontents du Mossad a décidé que le meilleur moyen de réduire les pertes d’Israël était d’assassiner Sharon, bien que cette proposition n’ait jamais été mise en œuvre.

Un exemple encore plus frappant se produisit une décennie plus tard. Pendant de nombreuses années, le leader palestinien Yasir Arafat a été le principal objet de l’antipathie israélienne, à tel point qu’à un moment donné, Israël a fait des plans pour abattre un avion de ligne civil international afin de l’assassiner. Mais après la fin de la guerre froide, la pression exercée par l’Amérique et l’Europe a conduit le Premier ministre Yitzhak Rabin à signer les accords de paix d’Oslo de 1993 avec son ennemi palestinien. Bien que le dirigeant israélien ait reçu des éloges du monde entier et partagé le prix Nobel de la paix pour ses efforts de pacification, de puissants segments de l’opinion publique israélienne et de sa classe politique ont considéré cet acte comme une trahison, certains nationalistes extrémistes et fanatiques religieux exigeant qu’il soit tué pour sa trahison.

Quelques années plus tard, il a effectivement été abattu par un tireur « isolé » issu de ces cercles idéologiques, devenant ainsi le premier dirigeant du Moyen-Orient depuis des décennies à subir ce sort. Bien que son assassin soit mentalement déséquilibré et insiste obstinément sur le fait qu’il a agi seul, il avait une longue histoire d’associations avec les agences de renseignements, et Bergman note délicatement que le tireur s’est glissé devant les nombreux gardes du corps de Rabin « avec une facilité étonnante » pour tirer ses trois coups mortels à bout portant.

De nombreux observateurs ont établi des parallèles entre l’assassinat de Rabin et celui de notre propre président à Dallas trois décennies plus tôt, et l’héritier et homonyme de ce dernier, John F. Kennedy Jr, a développé un vif intérêt pour ce tragique événement. En mars 1997, son magazine politique sur papier glacé « George » a publié un article de la mère de l’assassin israélien, impliquant les services de sécurité de son propre pays dans le crime, une théorie également défendue par le défunt écrivain israélo-canadien Barry Chamish. Ces accusations ont déclenché un vif débat international, mais après la mort de Kennedy Jr lui-même dans un accident d’avion inhabituel quelques années plus tard et la fermeture rapide de son magazine, la controverse s’est vite apaisée. Les archives de George ne sont pas en ligne ni facilement accessibles, je ne peux donc pas juger facilement de la crédibilité des accusations.

Ayant lui-même évité de justesse son assassinat par le Mossad, Sharon a progressivement retrouvé son influence politique en Israël, et ce, sans compromettre ses opinions dures, se vantant même de se qualifier de « judéo-nazi » auprès d’un journaliste consterné. Quelques années après la mort de Rabin, il a provoqué d’importantes protestations palestiniennes, puis a utilisé la violence qui en a résulté pour gagner l’élection au poste de Premier ministre, et une fois en fonction, ses méthodes très dures ont conduit à un soulèvement généralisé en Palestine occupée. Mais Sharon a simplement redoublé de répression, et après que l’attention du monde ait été détournée par les attaques du 11 septembre et l’invasion américaine de l’Irak, il a commencé à assassiner de nombreux dirigeants politiques et religieux palestiniens de haut niveau dans des attaques qui ont parfois fait beaucoup de victimes civiles.

L’objet central de sa colère était le président palestinien Yasir Arafat, qui est soudainement tombé malade et est décédé, rejoignant ainsi son ancien partenaire de négociation Rabin dans un repos éternel. La femme d’Arafat a affirmé qu’il avait été empoisonné et a produit des preuves médicales pour étayer cette accusation, tandis que la figure politique israélienne de longue date Uri Avnery a publié de nombreux articles étayant ces accusations. Bergman ne fait que rapporter les démentis catégoriques d’Israël tout en notant que « le moment de la mort d’Arafat était assez particulier », puis souligne que même s’il connaissait la vérité, il ne pouvait pas la publier puisque son livre entier a été écrit sous la stricte censure israélienne.

Ce dernier point semble extrêmement important, et bien qu’il n’apparaisse qu’une seule fois dans le texte, le déni de responsabilité s’applique évidemment à l’ensemble du très long volume et devrait toujours être gardé à l’esprit. Le livre de Bergman compte quelque 350 000 mots et même si chaque phrase a été écrite avec la plus scrupuleuse honnêteté, nous devons reconnaître l’énorme différence entre « la Vérité » et « toute la Vérité ».

Un autre point a également éveillé mes soupçons. Il y a trente ans, un officier mécontent du Mossad, Victor Ostrovsky, a quitté cette organisation et a écrit « By Way of Deception », un livre très critique relatant de nombreuses opérations présumées connues de lui, en particulier celles qui sont contraires aux intérêts américains et occidentaux. Le gouvernement israélien et ses partisans pro-israéliens ont lancé une campagne juridique sans précédent pour bloquer la publication, mais cela a provoqué une réaction brutale et un tollé médiatique, la forte publicité l’ayant fait passer en tête de liste des ventes du New York Times. J’ai finalement pu lire son livre il y a une dizaine d’années et j’ai été choqué par nombre de ses remarquables affirmations, tout en étant informé de manière fiable que le personnel de la CIA avait jugé son matériel probablement exact lorsqu’il l’a examiné.

Bien qu’il ait été impossible de confirmer de façon indépendante la plupart des informations fournies par Ostrovsky, pendant plus d’un quart de siècle, son best-seller international et sa suite de 1994, « The Other Side of Deception », ont fortement influencé notre compréhension du Mossad et de ses activités, aussi je m’attendais naturellement à voir une discussion très détaillée, qu’elle soit favorable ou critique, dans l’œuvre parallèle exhaustive de Bergman. Au lieu de cela, il n’y avait qu’une seule référence à Ostrovsky enfouie dans une note de bas de page à la page 684. On y parle de l’horreur totale du Mossad face aux nombreux et profonds secrets qu’Ostrovsky s’apprêtait à révéler, ce qui a conduit ses hauts dirigeants à formuler un plan pour l’assassiner. Ostrovsky n’a survécu que parce que le Premier ministre Yitzhak Shamir, qui avait auparavant passé des décennies comme chef des assassins du Mossad, a opposé son veto à la proposition au motif que « nous ne tuons pas les Juifs ». Bien que cette référence soit brève et presque cachée, je considère qu’elle apporte un soutien considérable à la crédibilité générale d’Ostrovsky.

Ayant ainsi acquis de sérieux doutes sur l’exhaustivité de l’histoire narrative apparemment complète de Bergman, j’ai noté un fait curieux. Je n’ai pas d’expertise spécialisée dans les opérations de renseignement en général, ni dans celles du Mossad en particulier, et j’ai donc trouvé assez remarquable que l’écrasante majorité de tous les incidents très médiatisés relatés par Bergman m’étaient déjà familiers simplement parce que j’avais passé des décennies à lire attentivement le New York Times chaque matin. Est-il vraiment plausible que six années de recherches exhaustives et autant d’interviews personnelles aient permis de découvrir si peu d’opérations majeures qui n’avaient pas déjà été connues et rapportées dans les médias internationaux ? Bergman fournit évidemment une foule de détails jusqu’alors réservés aux initiés, ainsi que de nombreux assassinats non signalés d’individus relativement mineurs, mais il semble étrange qu’il ait fait si peu de révélations surprenantes.

En effet, certaines lacunes majeures dans sa couverture sont assez évidentes pour quiconque a même quelque peu enquêté sur le sujet, et celles-ci commencent dans les premiers chapitres de son volume, qui comprennent la couverture de la préhistoire sioniste en Palestine avant l’établissement de l’État juif.

Bergman aurait gravement porté atteinte à sa crédibilité s’il n’avait pas inclus les tristement célèbres assassinats sionistes des années 1940 de Lord Moyne en Grande-Bretagne ou du comte Folke Bernadotte, négociateur de paix à l’ONU. Mais il omet de mentionner qu’en 1937, la faction sioniste la plus à droite, dont les héritiers politiques ont dominé Israël au cours des dernières décennies, a assassiné Chaim Arlosoroff, la plus haute figure sioniste de Palestine. De plus, il omet un certain nombre d’incidents similaires, dont certains visaient des dirigeants occidentaux de haut niveau. Comme je l’ai écrit l’année dernière :
En effet, l’inclination des factions sionistes les plus à droite pour l’assassinat, le terrorisme et d’autres formes de comportement essentiellement criminel était vraiment remarquable. Par exemple, en 1943, Shamir organisa l’assassinat de son rival, un an après que les deux hommes se furent échappés de prison pour un braquage de banque au cours duquel des passants avaient été tués, et il a affirmé qu’il avait agi pour empêcher l’assassinat prévu de David Ben Gourion, le principal dirigeant sioniste et futur Premier ministre fondateur d’Israël. Shamir et sa faction ont certainement maintenu ce comportement criminel durant les années 1940, assassinant avec succès Lord Moyne, le ministre britannique pour le Moyen-Orient, et le comte Folke Bernadotte, négociateur de paix des Nations unies, bien qu’ils aient échoué dans leurs autres tentatives de tuer le président américain Harry Truman et le ministre britannique des Affaires étrangères Ernest Bevin ; quant à leur projet d’assassiner Winston Churchill, il n’a apparemment jamais dépassé l’étape de la discussion. Son groupe a également été le premier à utiliser des voitures piégées terroristes et d’autres attaques explosives contre des cibles civiles innocentes, bien avant qu’aucun Arabe ou musulman n’ait jamais envisagé d’utiliser des tactiques similaires ; et la faction sioniste plus grande et plus « modérée » de Begin a fait de même.
Pour autant que je sache, les premiers sionistes avaient un bilan de terrorisme politique presque inégalé dans l’histoire du monde, et en 1974, le Premier ministre Menachem Begin s’est même vanté une fois, devant un interviewer de la télévision, d’avoir été le père fondateur du terrorisme dans le monde.
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les sionistes étaient amèrement hostiles à tous les Allemands, et Bergman décrit la campagne d’enlèvements et d’assassinats qu’ils ont rapidement déclenchée, tant dans certaines régions d’Europe qu’en Palestine, et qui a fait jusqu’à deux cents victimes. Une petite communauté ethnique allemande vivait pacifiquement en Terre Sainte depuis de nombreuses générations, mais après la mort de certains de ses dirigeants, les autres ont définitivement fui le pays, et leurs biens abandonnés ont été saisis par des organisations sionistes, un schéma qui allait bientôt se reproduire à une échelle bien plus grande en ce qui concerne les Arabes palestiniens.

Ces faits étaient nouveaux pour moi, et Bergman semble traiter cette vague de meurtres par vengeance avec beaucoup de sympathie, en notant que beaucoup des victimes avaient activement soutenu l’effort de guerre allemand. Mais curieusement, il omet de mentionner que tout au long des années 1930, le principal mouvement sioniste avait lui-même maintenu un partenariat économique solide avec l’Allemagne d’Hitler, dont le soutien financier était crucial pour l’établissement de l’État juif. De plus, après le début de la guerre, une petite faction sioniste de droite dirigée par un futur premier ministre d’Israël a tenté de s’engager dans l’alliance militaire de l’Axe, proposant d’entreprendre une campagne d’espionnage et de terrorisme contre l’armée britannique pour soutenir l’effort de guerre nazi. Ces faits historiques indéniables ont évidemment été une source d’embarras immense pour les partisans sionistes, et au cours des dernières décennies, ils ont fait tout leur possible pour les effacer de la conscience publique, de sorte qu’en tant qu’Israélien de naissance, maintenant dans la quarantaine, Bergman peut simplement ignorer cette réalité.

« Qui a tué Zia ? »

Le long livre de Bergman contient trente-cinq chapitres dont seuls les deux premiers couvrent la période précédant la création d’Israël, et si ses omissions notables se limitaient à celles-ci, elles ne feraient qu’entacher un récit historique par ailleurs fiable. Mais un nombre considérable de lacunes majeures semblent évidentes au cours des décennies suivantes, bien qu’elles soient peut-être moins dues à l’auteur lui-même qu’à la censure israélienne sévère à laquelle il a été confronté ou aux réalités de l’industrie de l’édition américaine. En 2018, l’influence pro-israélienne sur l’Amérique et d’autres pays occidentaux a atteint des proportions si énormes qu’Israël risquerait peu de dommages internationaux en admettant de nombreux assassinats illégaux de diverses personnalités du monde arabe ou du Moyen-Orient. Mais d’autres types d’actes passés pourraient être considérés comme bien trop dommageables pour être encore reconnus.

En 1991, le célèbre journaliste d’investigation Seymour Hersh a publié « L’option Samson« , décrivant le programme secret de développement d’armes nucléaires d’Israël au début des années 60, qui était considéré comme une priorité nationale absolue par le Premier ministre David Ben-Gourion. Il y a de nombreuses affirmations selon lesquelles c’est la menace d’utilisation de cet arsenal qui a ensuite fait chanter l’administration Nixon dans son effort total pour sauver Israël du bord de la défaite militaire pendant la guerre de 1973, une décision qui a provoqué l’embargo pétrolier arabe et a conduit à de nombreuses années de difficultés économiques pour l’Occident.

Le monde islamique a rapidement reconnu le déséquilibre stratégique produit par son manque de capacité de dissuasion nucléaire, et divers efforts ont été déployés pour rétablir cet équilibre, que Tel-Aviv a fait tout son possible pour contrecarrer. Bergman couvre de manière très détaillée les vastes campagnes d’espionnage, de sabotage et d’assassinat par lesquelles les Israéliens ont réussi à prévenir le programme nucléaire irakien de Saddam Hussein, pour finalement culminer avec leur raid aérien à longue distance de 1981 qui a détruit son complexe de réacteurs à Osirak. L’auteur couvre également la destruction d’un réacteur nucléaire syrien en 2007 et la campagne d’assassinat du Mossad qui a coûté la vie à plusieurs physiciens iraniens de premier plan quelques années plus tard. Mais tous ces événements ont été rapportés à l’époque dans nos grands journaux, donc aucun nouveau terrain n’est ouvert. En attendant, une histoire importante et peu connue est totalement absente.
Il y a environ sept mois, mon New York Times du matin a publié un hommage de 1 500 mots à l’ancien ambassadeur américain John Gunther Dean, mort à l’âge de 93 ans, donnant à cet éminent diplomate le genre de longue nécrologie habituellement réservée de nos jours à une star du rap tuée dans une fusillade avec son dealer. Le père de Dean avait été un leader de sa communauté juive locale en Allemagne, et après le départ de la famille pour l’Amérique à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Dean a été naturalisé en 1944. Il a poursuivi une carrière diplomatique très distinguée, notamment en servant pendant la chute du Cambodge, et dans des circonstances normales, cet article n’aurait pas signifié plus pour moi que pour presque tous ses autres lecteurs. Mais j’avais passé une grande partie de la première décennie des années 2000 à numériser les archives complètes de centaines de nos principales publications, et de temps en temps un titre particulièrement intrigant m’amenait à lire l’article en question. Ce fut le cas de « Qui a tué Zia ? », paru en 2005.

Tout au long des années 1980, le Pakistan a été le pivot de l’opposition américaine à l’occupation soviétique de l’Afghanistan, son dictateur militaire Zia ul-Haq étant l’un de nos plus importants alliés régionaux. Puis, en 1988, lui et la plupart de ses hauts dirigeants sont morts dans un mystérieux accident d’avion, qui a également coûté la vie à l’ambassadeur américain et à un général américain.

Bien que les décès aient pu être accidentels, le large éventail d’ennemis acharnés de Zia a conduit la plupart des observateurs à supposer qu’il s’agissait d’un acte criminel, et il y avait des preuves qu’un agent gazeux neurotoxique, peut-être libéré d’une caisse de mangues, avait été utilisé pour neutraliser l’équipage et ainsi causer l’accident.

À l’époque, Dean avait atteint le sommet de sa carrière, en servant d’ambassadeur en Inde voisine, tandis que l’ambassadeur tué dans l’accident, Arnold Raphel, était son ami personnel le plus proche, également juif. En 2005, Dean était âgé et à la retraite depuis longtemps, et il a finalement décidé de rompre ses dix-sept années de silence et de révéler les circonstances étranges qui ont entouré les événements, se disant convaincu que le Mossad israélien était responsable.

Quelques années avant sa mort, Zia avait audacieusement déclaré que la production d’une « bombe atomique islamique » était une priorité absolue pour le Pakistan. Bien que sa motivation première soit la nécessité d’équilibrer le petit arsenal nucléaire de l’Inde, il a promis de partager des armes aussi puissantes avec d’autres pays musulmans, y compris ceux du Moyen-Orient. Dean décrit la formidable alarme qu’Israël a exprimée face à cette possibilité, et comment des membres du Congrès pro-Israël ont entamé une campagne de lobbying féroce pour stopper les efforts de Zia. Selon le journaliste très expérimenté Eric Margolis, un expert de premier plan sur l’Asie du Sud, Israël a tenté à plusieurs reprises d’enrôler l’Inde dans le lancement d’une attaque conjointe totale contre les installations nucléaires du Pakistan, mais après avoir soigneusement examiné la possibilité, le gouvernement indien a refusé.
Cela a laissé Israël face à un dilemme. Zia était un fier et puissant dictateur militaire et ses liens très étroits avec les États-Unis ont considérablement renforcé son influence diplomatique. De plus, le Pakistan était à 3 500 km d’Israël et possédait une armée puissante, de sorte que toute sorte de bombardement à longue distance similaire à celui utilisé contre le programme nucléaire irakien était impossible. Il ne restait donc plus que l’assassinat comme option.

Étant donné que Dean était conscient de l’atmosphère diplomatique qui régnait avant la mort de Zia, il a immédiatement soupçonné une main israélienne, et ses expériences personnelles passées confirment cette possibilité. Huit ans plus tôt, alors qu’il était en poste au Liban, les Israéliens avaient cherché à obtenir son soutien personnel dans leurs projets locaux, en s’appuyant sur sa sympathie en tant que compatriote juif. Mais lorsqu’il a rejeté ces offres et déclaré que sa loyauté première était envers l’Amérique, on a tenté de l’assassiner, les munitions utilisées remontant finalement jusqu’en Israël.
Bien que Dean ait été tenté de révéler immédiatement aux médias internationaux ses forts soupçons concernant l’anéantissement du gouvernement pakistanais, il a décidé de suivre plutôt les voies diplomatiques appropriées, et est immédiatement parti pour Washington afin de partager ses vues avec ses supérieurs du Département d’État et d’autres hauts fonctionnaires de l’administration. Mais à son arrivée à Washington, il a rapidement été déclaré mentalement incompétent, empêché de retourner à son poste en Inde et bientôt contraint de démissionner. Sa carrière de quatre décennies dans la fonction publique s’est alors terminée sommairement. Pendant ce temps, le gouvernement américain a refusé d’aider le Pakistan dans ses efforts pour enquêter correctement sur le crash fatal et a plutôt essayé de convaincre un monde sceptique que l’ensemble des hauts dirigeants du Pakistan étaient morts à cause d’une simple défaillance mécanique de leur avion américain.

Ce récit remarquable pourrait certainement ressembler à l’intrigue d’un film hollywoodien peu plausible, mais les sources étaient extrêmement réputées. L’auteur de l’article de 5 000 mots était Barbara Crossette, l’ancienne chef du bureau du New York Times pour l’Asie du Sud, qui avait occupé ce poste au moment de la mort de Zia, tandis que l’article a été publié dans le World Policy Journal, le prestigieux trimestriel de la New School de New York. L’éditeur était l’universitaire Stephen Schlesinger, fils du célèbre historien Arthur J. Schlesinger, Jr.

On pourrait naturellement s’attendre à ce que de telles charges explosives provenant d’une source aussi solide provoquent une attention considérable de la part de la presse, mais Margolis a fait remarquer que l’histoire avait été au contraire totalement ignorée et boycottée par l’ensemble des médias nord-américains. Schlesinger avait passé une décennie à la tête de son périodique, mais quelques numéros plus tard, il avait disparu du titre et son emploi à la New School a pris fin. Le texte n’est plus disponible sur le site web du World Policy Journal, mais il est toujours accessible via Archive.org, ce qui permet à ceux qui le souhaitent de le lire et de décider par eux-mêmes.

De plus, le black-out historique complet de cet incident s’est poursuivi jusqu’à aujourd’hui. La nécrologie très détaillée de Dean dans le Times décrivait sa longue et brillante carrière en des termes très flatteurs, mais ne consacrait pas une seule phrase aux circonstances étranges qui y ont mis fin.

À l’époque où j’ai lu cet article il y a une douzaine d’années, j’avais des sentiments mitigés quant à la probabilité de l’hypothèse provocatrice de Dean. Les principaux dirigeants nationaux d’Asie du Sud meurent effectivement assez régulièrement assassinés, mais les moyens employés sont presque toujours assez rudimentaires, impliquant généralement un ou plusieurs tireurs à bout portant ou peut-être un kamikaze. En revanche, les méthodes très sophistiquées apparemment utilisées pour éliminer le gouvernement pakistanais semblent suggérer un type d’acteur étatique très différent. Le livre de Bergman répertorie l’énorme quantité et la variété des technologies d’assassinat du Mossad.
Étant donné la nature importante des accusations de Dean et le lieu très réputé dans lequel elles ont été portées, Bergman devait certainement être au courant de l’histoire. Je me suis donc demandé quels arguments ses sources du Mossad pourraient rassembler pour les réfuter ou les démystifier. Au lieu de cela, j’ai découvert que l’incident n’apparaît nulle part dans le volume exhaustif de Bergman, ce qui reflète peut-être la réticence de l’auteur à aider à tromper ses lecteurs.

J’ai également remarqué que Bergman n’a absolument pas fait mention de la tentative d’assassinat antérieure contre Dean alors qu’il était notre ambassadeur au Liban, même si les numéros de série des roquettes antichars tirées sur sa limousine blindée ont été retracés jusqu’à un lot vendu à Israël. Cependant, le très affuté journaliste Philip Weiss a remarqué que l’organisation clandestine qui a officiellement revendiqué l’attentat a été révélée par Bergman comme étant un groupe de façade créé par Israël qu’ils ont utilisé pour de nombreux attentats à la voiture piégée et autres attaques terroristes. Cela semble confirmer la responsabilité d’Israël dans le complot d’assassinat.

Supposons que cette analyse soit correcte et qu’il y ait une bonne probabilité que le Mossad soit effectivement derrière la mort de Zia. Les implications plus larges sont considérables.

Le Pakistan était l’un des plus grands pays du monde en 1988, avec une population qui dépassait déjà les 100 millions d’habitants et qui augmentait rapidement, tout en possédant une puissante armée. L’un des principaux projets de l’Amérique pendant la guerre froide avait été de vaincre les Soviétiques en Afghanistan, et le Pakistan avait joué un rôle central dans cet effort, faisant de son leadership l’un de nos plus importants alliés mondiaux. L’assassinat soudain du président Zia et de la plupart des membres de son gouvernement pro-américain, ainsi que de notre propre ambassadeur, représentait donc un coup potentiel énorme pour les intérêts américains. Pourtant, lorsque l’un de nos plus hauts diplomates a signalé le Mossad comme étant le coupable probable, le dénonciateur a immédiatement été purgé et une vaste opération de dissimulation a été lancée, sans que les médias ou les citoyens ne soient jamais au courant de l’histoire, même après qu’il ait répété les accusations des années plus tard dans une publication prestigieuse. Le livre très complet de Bergman ne contient aucune allusion à l’histoire, et aucun des critiques bien informés ne semble avoir noté cette lacune.

« By Way of Deception » / Par la tromperie

Si un événement d’une telle ampleur pouvait être totalement ignoré par l’ensemble de nos médias et omis dans le livre de Bergman, de nombreux autres incidents auraient également pu échapper à son attention.
Un bon point de départ pour une telle enquête pourrait être les travaux d’Ostrovsky, étant donné l’inquiétude désespérée des dirigeants du Mossad face aux secrets qu’il a révélés dans son manuscrit et leurs espoirs de le faire taire en le tuant. J’ai donc décidé de relire son travail après une dizaine d’années et avec le matériel de Bergman maintenant raisonnablement frais dans mon esprit.



Le livre d’Ostrovsky de 1990 n’est qu’une fraction de la longueur du volume de Bergman et est écrit dans un style beaucoup plus décontracté tout en étant totalement dépourvu de toute référence aux sources de ce dernier. Une grande partie du texte est simplement un récit personnel, et bien que Bergman et lui aient tous deux eu pour sujet le Mossad, il s’est surtout concentré sur les questions d’espionnage et les techniques d’espionnage plutôt que sur les détails d’assassinats particuliers, même si un certain nombre d’entre eux ont été inclus. Sur un plan tout à fait impressionniste, le style des opérations du Mossad décrites semblait assez similaire à celui présenté par Bergman, à tel point que si l’on passe d’un incident à l’autre dans les deux livres, je doute que l’on puisse facilement faire la différence.

En évaluant la crédibilité d’Ostrovsky, quelques éléments mineurs ont attiré mon attention. Il déclare qu’à l’âge de 14 ans, il s’est classé deuxième en Israël pour le tir à la cible et qu’à 18 ans, il a été nommé le plus jeune officier de l’armée israélienne. Ces affirmations semblent significatives et factuelles, qui, si elles étaient vraies, aideraient à expliquer les efforts répétés du Mossad pour le recruter, alors que si elles étaient fausses, elles auraient sûrement été utilisées par les partisans d’Israël pour le discréditer en tant que menteur. Je n’ai vu aucune indication que ses déclarations aient jamais été contestées.
Les assassinats du Mossad étaient un sujet relativement mineur dans le livre d’Ostrovsky de 1990, mais il est intéressant de comparer ces quelques exemples aux centaines d’incidents mortels couverts par Bergman. Certaines des différences dans les détails et la couverture semblent suivre un schéma.
Par exemple, le premier chapitre d’Ostrovsky décrit les moyens subtils par lesquels Israël a percé la sécurité du projet d’armes nucléaires de Saddam Hussein à la fin des années 1970, en sabotant avec succès son équipement, en assassinant ses scientifiques et en détruisant finalement le réacteur terminé lors d’un audacieux raid de bombardement en 1981. Dans le cadre de cet effort, ils ont attiré un de ses meilleurs physiciens à Paris, et après avoir échoué à recruter le scientifique, l’ont tué sur place. Bergman consacre une page ou deux à ce même incident, mais omet de mentionner que la prostituée française qui avait involontairement fait partie de leur plan a également été tuée le mois suivant après qu’elle se soit inquiétée de ce qui s’était passé et ait contacté la police. On peut se demander si de nombreux autres meurtres collatéraux d’Européens et d’Américains accidentellement impliqués dans ces événements meurtriers n’ont pas été soigneusement effacés du récit de Bergman, qui provient du Mossad.

Un exemple encore plus évident apparaît beaucoup plus tard dans le livre d’Ostrovsky, lorsqu’il décrit comment le Mossad s’est alarmé en découvrant qu’Arafat tentait d’ouvrir des négociations de paix avec Israël en 1981, et a rapidement assassiné le plus haut responsable de l’OLP assigné à cette tâche. Cet incident est absent du livre de Bergman, malgré son catalogue complet de victimes du Mossad beaucoup moins importantes.

L’un des assassinats les plus notoires sur le sol américain s’est produit en 1976, lorsqu’une voiture piégée a explosé au cœur de Washington D.C. et a coûté la vie à l’ancien ministre chilien des affaires étrangères en exil, Orlando Letelier, et à son jeune assistant américain. La police secrète chilienne a rapidement été jugée responsable et un scandale international majeur a éclaté, d’autant plus que les Chiliens avaient déjà commencé à liquider de nombreux autres opposants présumés dans toute l’Amérique latine. Ostrovsky explique comment le Mossad avait formé les Chiliens à de telles techniques d’assassinat dans le cadre d’un accord complexe de vente d’armes, mais Bergman ne fait aucune mention de cette histoire.

L’une des figures de proue du Mossad dans le récit de Bergman est Mike Harari, qui a passé une quinzaine d’années à occuper des postes de direction dans sa division des assassinats. Selon l’index, son nom apparaît sur plus de 50 pages différentes. L’auteur dépeint généralement Harari sous un jour un peu tordu, tout en admettant son rôle central dans la tristement célèbre affaire de Lillehammer, dans laquelle ses agents ont tué un serveur marocain totalement innocent vivant dans une ville norvégienne par une erreur d’identité, un meurtre qui a entraîné la condamnation et l’emprisonnement de plusieurs agents du Mossad et une grave atteinte à la réputation internationale d’Israël. En revanche, Ostrovsky dépeint Harari comme un individu profondément corrompu, qui, après sa retraite, s’est fortement impliqué dans le trafic international de drogue et a servi d’homme de main au célèbre dictateur panaméen Manuel Noriega. Après la chute de Noriega, le nouveau gouvernement soutenu par les Américains a annoncé avec joie l’arrestation de Harari, mais l’ancien officier du Mossad a réussi à s’échapper et à retourner en Israël, tandis que son ancien patron a été condamné à trente ans de prison dans une prison fédérale américaine.

Les irrégularités financières et sexuelles répandues au sein de la hiérarchie du Mossad ont été un thème récurrent dans le récit d’Ostrovsky, et ses histoires semblent assez crédibles. Israël a été fondé sur des principes socialistes stricts et ceux-ci ont encore cours dans les années 1980, de sorte que les employés du gouvernement ne reçoivent généralement qu’une maigre rémunération. Par exemple, les agents du Mossad gagnaient entre 500 et 1 500 dollars par mois selon leur grade, tout en contrôlant des budgets opérationnels bien plus importants et en prenant des décisions pouvant valoir des millions aux parties intéressées, une situation qui pouvait évidemment conduire à de sérieuses tentations. Ostrovsky note que, bien que l’un de ces supérieurs ait passé toute sa carrière à travailler pour le gouvernement avec ce maigre salaire, il a réussi à acquérir un énorme domaine personnel, avec sa propre petite forêt. Ma propre impression est que, bien que les agents des services de renseignement américains puissent souvent se lancer dans des carrières privées lucratives après leur retraite, tout agent qui deviendrait trop visiblement riche alors qu’il travaille encore pour la CIA serait confronté à un risque juridique sérieux.

Ostrovsky a également été perturbé par les autres types d’irrégularités qu’il prétend avoir rencontrées. Lui et ses collègues stagiaires auraient découvert que leurs hauts dirigeants organisaient parfois des orgies sexuelles tardives dans les zones sécurisées des centres d’entraînement officiels, alors que l’adultère était monnaie courante au sein du Mossad, en particulier avec les officiers superviseurs et les épouses des agents qu’ils avaient sur le terrain. L’ancien Premier ministre modéré Yitzhak Rabin était très mal vu au sein de l’organisation et un officier du Mossad se vantait régulièrement d’avoir personnellement fait tomber le gouvernement Rabin en 1976 en rendant publique une violation mineure des règlements financiers. Cela laisse présager la suggestion beaucoup plus sérieuse de Bergman concernant les circonstances très suspectes qui ont présidé à l’assassinat de Rabin deux décennies plus tard.
Ostrovsky a souligné la nature remarquable du Mossad en tant qu’organisation, surtout si on la compare à ses pairs de la fin de la guerre froide qui ont servi les deux superpuissances. Le KGB comptait 250 000 employés dans le monde et la CIA des dizaines de milliers, mais l’ensemble du personnel du Mossad comptait à peine 1 200 personnes, y compris les secrétaires et le personnel de nettoyage. Alors que le KGB déployait une armée de 15 000 agents chargés des affaires, le Mossad n’en comptait que 30 à 35.
Cette étonnante efficacité a été rendue possible par la forte dépendance du Mossad à l’égard d’un vaste réseau de « sauveteurs » ou sayanim juifs bénévoles loyaux, dispersés dans le monde entier, qui pouvaient être appelés à tout moment à participer à une opération d’espionnage ou d’assassinat, à prêter immédiatement de grosses sommes d’argent ou à fournir des maisons, des bureaux ou du matériel en lieu sûr. Rien qu’à Londres, il y avait environ 7 000 de ces personnes, le total mondial se chiffrant sûrement en dizaines, voire en centaines de milliers. Seuls les Juifs de sang pur étaient considérés comme éligibles pour ce rôle, et Ostrovsky exprime des doutes considérables sur un système qui semblait confirmer si fortement toutes les accusations traditionnelles selon lesquelles les Juifs fonctionnaient comme un « État dans un État », beaucoup d’entre eux étant déloyaux envers le pays dont ils détenaient la citoyenneté. Entre-temps, le terme sayanim n’apparaît nulle part dans l’index de 27 pages de Bergman, et il n’est pratiquement pas fait mention de leur utilisation dans son texte, bien qu’Ostrovsky affirme de manière plausible que le système était absolument central pour l’efficacité opérationnelle du Mossad.

Ostrovsky dépeint également de façon frappante le mépris total que de nombreux officiers du Mossad ont exprimé à l’égard de leurs prétendus alliés dans les autres services de renseignement occidentaux, essayant de tromper leurs supposés partenaires à chaque fois et prenant autant qu’ils pouvaient obtenir tout en donnant le moins possible. Il décrit ce qui semble un degré remarquable de haine, presque de xénophobie, envers tous les non-juifs et leurs dirigeants, aussi amicaux soient-ils. Par exemple, Margaret Thatcher était largement considérée comme l’un des premiers ministres les plus pro-juifs et pro-israéliens de l’histoire britannique, remplissant son cabinet de membres de cette minuscule minorité de 0,5% et faisant régulièrement l’éloge de la courageuse petite Israël comme une rare démocratie du Moyen-Orient. Pourtant, les membres du Mossad la détestaient profondément, la qualifiant généralement de « salope », et étaient convaincus qu’elle était antisémite.
Si les païens européens étaient régulièrement l’objet de haine, les peuples d’autres régions moins développées du monde étaient souvent ridiculisés dans des termes cruellement racistes, les alliés d’Israël dans le tiers monde étant parfois décrits avec désinvolture comme des « singes » et « depuis peu descendu des arbres ».

Parfois, une arrogance aussi extrême risquait de provoquer un désastre diplomatique, comme le suggère un aparté amusant. Dans les années 1980, le Sri Lanka a connu une guerre civile acharnée entre les Cingalais et les Tamouls, qui a également attiré un contingent militaire de l’Inde voisine. À un moment donné, le Mossad formait simultanément des contingents de forces spéciales de ces trois forces mutuellement hostiles en même temps et dans la même installation, si bien qu’ils ont failli se rencontrer, ce qui aurait certainement produit un énorme coquard diplomatique pour Israël.
L’auteur décrit sa désillusion croissante à l’égard d’une organisation qui, selon lui, était sujette à un factionnalisme et à une malhonnêteté internes rampants. Il est également de plus en plus préoccupé par les sentiments d’extrême droite qui semblent imprégner une grande partie de l’organisation, ce qui l’amène à se demander si elle ne devient pas une menace sérieuse pour la démocratie israélienne et la survie même du pays. Selon son récit, il a été injustement fait le bouc émissaire d’une mission ratée et a cru que sa vie était en danger, ce qui l’a conduit à fuir Israël avec sa femme et à retourner dans son pays natal, le Canada.

Après avoir décidé d’écrire son livre, Ostrovsky a recruté comme co-auteur Claire Hoy, un éminent journaliste politique canadien, et malgré l’énorme pression exercée par Israël et ses partisans, le projet a réussi, le livre devenant un énorme best-seller international, passant neuf semaines en tête de la liste du New York Times et ayant bientôt plus d’un million d’exemplaires imprimés.
Bien que Hoy ait passé 25 ans en tant qu’écrivain à succès et que ce projet ait été de loin son plus grand triomphe éditorial, peu de temps après, il a fait faillite financièrement et a été la cible d’une ridiculisation médiatique généralisée, ayant subi le genre de malheur personnel qui semble si souvent visiter ceux qui sont critiques envers Israël ou les activités juives. Peut-être en conséquence, lorsque Ostrovsky a publié sa suite de 1994, « The Other Side of Deception », aucun co-auteur n’a été cité.

« The Other Side of Deception » / L’autre côté de la tromperie



Le contenu du premier livre d’Ostrovsky était plutôt banal, sans aucune révélation choquante. Il se contentait de décrire les rouages du Mossad et de relater certaines de ses principales opérations, perçant ainsi le voile du secret qui avait longtemps enveloppé l’un des services de renseignement les plus efficaces au monde. Mais ayant établi sa réputation avec un best-seller international, l’auteur s’est senti suffisamment sûr de lui pour inclure en 1994 de nombreuses révélations, de sorte que chaque lecteur doit décider lui-même si elles sont factuelles ou simplement le fruit de son imagination débridée. La bibliographie complète de Bergman répertorie quelque 350 titres, mais si le premier livre d’Ostrovsky y figure, son second n’y figure pas.

Certaines parties du récit original d’Ostrovski m’avaient certainement semblé assez vagues et étranges. Pourquoi avait-il été supposé être le bouc émissaire d’une mission ratée et mis hors service ? Et comme il avait quitté le Mossad au début de 1986 mais n’avait commencé à travailler sur son livre que deux ans plus tard, je me suis demandé ce qu’il avait fait entre-temps. J’avais également du mal à comprendre comment un officier subalterne avait pu obtenir une telle quantité d’informations détaillées sur les opérations du Mossad dans lesquelles il n’avait pas été personnellement impliqué. Il semblait y avoir de nombreuses pièces manquantes dans l’histoire.

Ces explications ont toutes été fournies dans les premières parties de sa suite de 1994, bien qu’elles soient évidemment impossibles à vérifier. Selon l’auteur, son départ était le résultat d’une lutte interne en cours au Mossad, dans laquelle une faction dissidente modérée avait l’intention de l’utiliser pour saper la crédibilité de l’organisation et ainsi affaiblir sa direction dominante, dont elle combattait les politiques.

En lisant ce deuxième livre il y a huit ou neuf ans, l’une des premières affirmations semblait totalement farfelue. Apparemment, le directeur du Mossad était traditionnellement quelqu’un d’extérieur au service, nommé par le Premier ministre, et cette politique a longtemps agacé nombre de ses hauts responsables, qui préféraient voir l’un des leurs aux commandes. En 1982, leur lobbying furieux en faveur d’une telle promotion interne a été ignoré, et à la place, un célèbre général israélien a été nommé, qui a rapidement fait des plans pour faire le ménage en faveur de politiques différentes. Mais au lieu d’accepter cette situation, certains éléments mécontents du Mossad ont plutôt organisé son assassinat au Liban juste avant sa prise de fonction officielle. Des preuves du succès de ce complot ont immédiatement été mises au jour et confirmées par la suite, déclenchant un conflit souterrain entre les factions du Mossad et certains militaires, une lutte qui a fini par aspirer Ostrovsky.

Cette histoire est présentée au début du livre et m’a paru si peu plausible que j’ai commencé à me méfier de tout ce qui a suivi. Mais après avoir lu le volume de Bergman qui fait autorité, je n’en suis plus si sûr. Après tout, nous savons qu’à peu près à la même époque, une autre faction du Mossad avait sérieusement envisagé d’assassiner le ministre de la défense israélien, et il y a de fortes présomptions que des agents de sécurité ont orchestré l’assassinat ultérieur du Premier ministre Rabin. Ainsi, l’élimination d’un directeur désigné du Mossad qui n’avait pas les faveurs de ce service n’est peut-être pas si totalement absurde. Et Wikipedia confirme effectivement que le général Yekutiel Adam, chef d’état-major adjoint d’Israël, a été nommé directeur du Mossad au milieu de l’année 1982, mais qu’il a ensuite été tué au Liban quelques semaines seulement avant son entrée en fonction, devenant ainsi le plus haut gradé israélien jamais mort sur le champ de bataille.

Selon Ostrovsky et ses alliés de faction, des éléments puissants au sein du Mossad le transformaient en une organisation dangereuse et voyou, qui menaçait la démocratie israélienne et bloquait toute possibilité de paix avec les Palestiniens. Ces individus pouvaient même agir en opposition directe avec la haute direction du Mossad, qu’ils considéraient souvent comme trop faible et compromettante.

Au début de 1982, certains des éléments les plus modérés du Mossad, soutenus par le directeur sortant, avaient chargé un de leurs officiers à Paris d’ouvrir des canaux diplomatiques avec les Palestiniens, et il l’a fait par l’intermédiaire d’un attaché américain qu’il a engagé dans l’effort. Mais lorsque la faction la plus dure a découvert ce plan, elle a fait échouer le projet en assassinant à la fois l’agent du Mossad et son malheureux collaborateur américain, tout en rejetant la faute sur un groupe palestinien extrémiste. Je ne peux évidemment pas vérifier la véracité de ce récit remarquable, mais les archives du New York Times confirment le récit d’Ostrovsky sur les mystérieux assassinats de Yakov Barsimantov et Charles Robert Ray en 1982, des incidents déroutants qui ont laissé les experts à la recherche d’un mobile.

Ostrovsky affirme avoir été profondément choqué et incrédule lorsqu’il a été informé pour la première fois de cette histoire d’éléments purs et durs du Mossad assassinant à la fois des fonctionnaires israéliens et leurs propres collègues à cause de divergences politiques, mais il a été progressivement persuadé de la réalité. Ainsi, en tant que simple citoyen vivant maintenant au Canada, il a accepté d’entreprendre une campagne visant à perturber les opérations de renseignement existantes du Mossad, espérant discréditer suffisamment l’organisation pour que les factions dominantes perdent de leur influence ou du moins voient leurs activités dangereuses réduites par le gouvernement israélien. Bien qu’il ait reçu une certaine assistance des éléments modérés qui l’avaient recruté, le projet était évidemment extrêmement dangereux, sa vie étant très menacée si ses actions étaient découvertes.

Se présentant comme un ancien officier mécontent qui cherchait à se venger de son ancien employeur, il a passé une bonne partie de l’année ou des deux années suivantes à contacter les services de renseignements britanniques, français, jordaniens et égyptiens, leur proposant de les aider à découvrir les réseaux du Mossad dans leur pays en échange de paiements financiers substantiels. Aucun transfuge du Mossad aussi bien informé ne s’était jamais manifesté auparavant et, bien que certains de ces services aient d’abord été suspects, il a fini par gagner leur confiance, tandis que les informations qu’il a fournies ont été très précieuses pour démanteler diverses filières d’espionnage israéliennes locales, dont la plupart étaient jusqu’alors insoupçonnées. Pendant ce temps, ses confédérés du Mossad le tenaient informé de tout signe indiquant que ses activités avaient été détectées.

Le récit très détaillé de la campagne de contre-espionnage anti-Mossad d’Ostrovsky occupe bien plus de la moitié du livre, et je n’ai aucun moyen facile de déterminer si ses histoires sont réelles ou fantaisistes, ou peut-être un mélange des deux. L’auteur fournit des copies de ses billets d’avion de 1986 pour Amman, en Jordanie, et Le Caire, en Égypte, où il aurait été longuement débriefé par les services de sécurité locaux. En 1988, un scandale international majeur a éclaté lorsque les Britanniques ont fermé très publiquement un grand nombre de refuges du Mossad et expulsé de nombreux agents israéliens. Personnellement, j’ai trouvé la plupart du récit d’Ostrovsky raisonnablement crédible, mais peut-être que des personnes qui possèdent une réelle expertise professionnelle dans les opérations de renseignement pourraient arriver à une conclusion différente.

Bien que deux années de ces attaques contre les réseaux de renseignement du Mossad aient causé de sérieux dégâts, les résultats politiques globaux sont restés en dessous des attentes. Les dirigeants en place avaient toujours une mainmise ferme sur l’organisation et le gouvernement israélien n’a donné aucun signe d’action. Ostrovsky a donc finalement conclu qu’une approche différente pourrait être plus efficace, et il a décidé d’écrire un livre sur le Mossad et ses rouages internes.

Ses alliés internes étaient au départ assez sceptiques, mais il a fini par les convaincre et ils ont pleinement participé au projet d’écriture. Certains d’entre eux avaient passé de nombreuses années au Mossad, et avaient même atteint un niveau élevé, et ils ont été la source de la documentation extrêmement détaillée sur des opérations particulières dans le livre de 1990, qui semblait aller bien au-delà des connaissances d’un officier très subalterne comme Ostrovsky.

La tentative du Mossad de supprimer légalement le livre a été une terrible bévue et a généré la publicité massive qui en a fait un best-seller international. Les observateurs extérieurs étaient perplexes face à une telle stratégie médiatique contre-productive, mais selon Ostrovsky, ses alliés internes avaient contribué à persuader la direction du Mossad d’adopter cette approche. Ils ont également essayé de le tenir au courant de tout plan du Mossad visant à l’enlever ou à l’assassiner.

Lors de la production du livre de 1990, Ostrovsky et ses alliés avaient discuté de nombreuses opérations passées, mais seule une fraction de celles-ci a finalement été incluse dans le texte. Ainsi, lorsque l’auteur a décidé de produire sa suite, il disposait d’une abondante documentation historique, dont plusieurs révélations.

La première d’entre elles concernait le rôle majeur d’Israël dans les ventes illégales de matériel militaire américain à l’Iran pendant l’amère guerre Iran-Irak des années 1980, qui a fini par faire la une des journaux sous le nom de « Scandale Iran-Contra », bien que nos médias aient fait tout leur possible pour garder l’implication centrale d’Israël en dehors des histoires.

Le commerce des armes avec l’Iran était très lucratif pour Israël, et s’est rapidement étendu à la formation des pilotes militaires. La profonde antipathie idéologique que la République islamique nourrissait à l’égard de l’État juif exigeait que le commerce soit mené par des tiers, si bien qu’un itinéraire de contrebande a été établi à travers le petit État allemand du Schleswig-Holstein. Cependant, lorsqu’un effort a été fait par la suite pour obtenir le soutien du plus haut représentant élu de l’État, il a rejeté la proposition. Les dirigeants du Mossad craignant qu’il n’interfère dans les affaires, ils ont réussi à fabriquer un scandale pour le faire tomber et installer à la place un politicien allemand plus souple. Malheureusement, le fonctionnaire disgracié a fait beaucoup de bruit et a exigé des audiences publiques pour laver son nom. Les agents du Mossad l’ont donc attiré à Genève et, après qu’il ait rejeté un gros pot-de-vin pour se taire, l’ont tué, déguisant la mort de sorte que la police a conclu à un suicide.

Lors de ma première lecture, cet incident très long et détaillé, qui a duré plus de 4 000 mots, m’a semblé assez douteux. Je n’avais jamais entendu parler d’Uwe Barschel auparavant, mais il était décrit comme un ami personnel proche du chancelier allemand Helmut Kohl, et j’ai trouvé totalement invraisemblable que le Mossad ait, avec tant de désinvolture, démis de ses fonctions un élu européen populaire et influent, puis l’ait ensuite assassiné. Mes profonds soupçons concernant le reste du livre d’Ostrovsky se sont encore amplifiés.

Cependant, en revisitant récemment l’incident, j’ai découvert que sept mois après la parution du livre, le Washington Post a rapporté que l’affaire Barschel avait été rouverte, les enquêtes des polices allemande, espagnole et suisse ayant trouvé de fortes indications d’un meurtre commis exactement dans le sens suggéré précédemment par Ostrovsky. Une fois de plus, les affirmations surprenantes du transfuge du Mossad avaient apparemment été vérifiées, et je suis maintenant beaucoup plus enclin à croire qu’au moins la plupart de ses révélations ultérieures étaient probablement correctes. Et la liste était assez longue.

(Soit dit en passant, Ostrovsky a noté l’une des sources cruciales de l’influence interne croissante du Mossad en Allemagne. La menace du terrorisme intérieur allemand a conduit le gouvernement allemand à envoyer régulièrement un grand nombre de ses agents de sécurité et de police en Israël pour y être formés, et ces individus sont devenus des cibles idéales pour le recrutement comme agent double, qui ont continué à collaborer avec leurs supérieurs israéliens après leur retour au pays et la reprise de leur carrière. Ainsi, bien que les grades les plus élevés de ces organisations soient généralement loyaux envers leur pays, les grades moyens sont progressivement devenus des nids d’abeilles avec les actifs du Mossad, qui pouvaient être utilisés pour divers projets. Cela soulève des inquiétudes évidentes quant à la politique américaine de l’après-11 septembre, qui consiste à envoyer un si grand nombre de nos propres fonctionnaires de police en Israël pour une formation similaire, ainsi qu’à la tendance de presque tous les membres du Congrès nouvellement élus à s’y rendre également).

Je me suis vaguement souvenu de la controverse du début des années 1980 autour du secrétaire général des Nations unies, Kurt Waldheim, dont on a découvert qu’il avait menti sur son service militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, et qui a quitté son poste sous un sombre nuage, son nom devenant synonyme de crimes de guerre nazis longtemps cachés. Pourtant, selon Ostrovsky, l’ensemble du scandale a été fabriqué de toutes pièces par le Mossad, qui a placé des documents incriminants obtenus à partir d’autres dossiers dans ceux de Waldheim. Le chef de l’ONU étant devenu de plus en plus critique à l’égard des attaques militaires d’Israël au Sud-Liban, les preuves falsifiées ont été utilisées pour lancer une campagne de diffamation dans les médias, le détruisant.

Et si cela offre du crédit aux dires d’Ostrovsky, pendant de nombreuses décennies, Israël lui-même s’était engagé dans des activités qui auraient occupé le devant de la scène lors des procès de Nuremberg. Selon son récit, à partir de la fin des années 1960, le Mossad avait maintenu un petit laboratoire à Nes Ziyyona, juste au sud de Tel-Aviv, pour les essais mortels de composés nucléaires, chimiques et bactériologiques sur de malheureux Palestiniens sélectionnés pour être éliminés. Ce processus continu d’essais mortels a permis à Israël de perfectionner ses technologies d’assassinat tout en améliorant son puissant arsenal d’armes non conventionnelles disponibles en cas de guerre. Bien que durant les années 1970, les médias américains se soient concentrés sans cesse sur la terrible dépravation de la CIA, je ne me souviens pas avoir entendu d’accusations de ce genre.

À un moment donné, Ostrovsky avait été surpris de découvrir que des agents du Mossad accompagnaient des médecins israéliens dans leur mission médicale en Afrique du Sud, où ils soignaient des Africains pauvres dans une clinique de Soweto. L’explication qu’il a reçue était sinistre, à savoir que des sociétés privées israéliennes utilisaient des Noirs inconnus comme cobayes humains pour tester des composés médicaux d’une manière qui ne pouvait pas être légalement effectuée en Israël même. Je n’ai évidemment aucun moyen de vérifier cette affirmation, mais je me suis parfois demandé comment Israël en est venu à dominer une si grande partie de l’industrie mondiale des médicaments génériques, qui s’appuie naturellement sur les moyens de test et de production les moins chers et les plus efficaces.

L’histoire qu’il a racontée sur la montée et la chute du magnat de la presse britannique Robert Maxwell, un immigré tchèque d’origine juive, était également très intéressante. Selon son récit, Maxwell avait étroitement collaboré avec le Mossad tout au long de sa carrière, et le service de renseignement avait été crucial pour faciliter son ascension au pouvoir, lui prêtant de l’argent dès le début et affaiblissant ses cibles à acquérir dans les médias en déployant leurs alliés dans les syndicats et l’industrie bancaire. Une fois l’empire de Maxwell créé, il a remboursé ses bienfaiteurs de manière légale et illégale, soutenant les politiques d’Israël dans ses journaux tout en fournissant au Mossad une caisse noire, finançant secrètement leurs opérations européennes officieuses avec de l’argent provenant des fonds de pension de son entreprise. Ces dernières dépenses étaient normalement destinées à servir de prêts temporaires, mais en 1991, le Mossad a tardé à restituer les fonds et il s’est retrouvé financièrement désespéré alors que son fragile empire vacillait. Lorsqu’il a fait allusion aux dangereux secrets qu’il pourrait être contraint de révéler s’il n’était pas payé, le Mossad l’a tué à la place et a déguisé cela en suicide.

Une fois de plus, les affirmations d’Ostrovsky ne peuvent être vérifiées, mais l’éditeur décédé a eu droit à des funérailles de héros en Israël, le Premier ministre en exercice faisant l’éloge de ses importants services à l’État juif, tandis que trois de ses prédécesseurs étaient également présents, et Maxwell a été enterré avec tous les honneurs au Mont des Oliviers. Plus récemment, sa fille Ghislaine a fait la une des journaux en tant qu’associée la plus proche du célèbre maître chanteur Jeffrey Epstein, et l’on pense généralement que cette femme était un agent du Mossad, qui se cache maintenant en Israël.

Mais l’histoire d’Ostrovsky, potentiellement la plus marquante, a rempli l’un des derniers courts chapitres, à partir de la fin de 1991. Au lendemain de la grande victoire militaire américaine sur l’Irak dans la guerre du Golfe, le président George H.W. Bush a décidé d’investir une partie de son capital politique considérable pour enfin imposer la paix au Moyen-Orient entre les Arabes et les Israéliens. Le Premier ministre de droite, Yitzhak Shamir, était amèrement opposé à toutes les concessions proposées. Bush a donc commencé à exercer une pression financière sur l’État juif, bloquant les garanties de prêts malgré les efforts du puissant lobby américain en faveur d’Israël. Dans certains cercles, il fut bientôt vilipendé comme un ennemi diabolique des Juifs.
Ostrovsky explique que face à la forte opposition d’un président américain, les groupes pro-Israël ont traditionnellement cultivé son vice-président comme un moyen détourné de regagner leur influence. Par exemple, lorsque le président Kennedy s’est farouchement opposé au programme de développement d’armes nucléaires d’Israël au début des années 1960, le lobby israélien a concentré ses efforts sur le vice-président Lyndon Johnson, et cette stratégie a été récompensée lorsque ce dernier a doublé l’aide à Israël peu après son entrée en fonction. De même, en 1991, ils ont souligné leur amitié avec le vice-président Dan Quayle, une tâche facile puisque son chef de cabinet et conseiller principal était William Kristol, un Néocon de premier plan.

Pendant ce temps, une faction extrême du Mossad s’est mise d’accord sur un moyen beaucoup plus direct de résoudre les problèmes politiques d’Israël, prévoyant d’assassiner le président Bush lors de sa conférence internationale de paix à Madrid tout en rejetant la faute sur trois militants palestiniens. Le 1er octobre 1991, Ostrovsky reçoit un appel frénétique de son principal collaborateur du Mossad qui l’informe du complot et lui demande désespérément son aide pour le déjouer. Au début, il était incrédule et avait du mal à accepter que même les partisans de la ligne dure du Mossad puissent considérer un tel acte imprudent, mais il accepta bientôt de faire tout ce qu’il pouvait pour faire connaître le complot et le porter d’une manière ou d’une autre à l’attention de l’administration Bush sans être écarté comme un simple « théoricien du complot ».

Comme Ostrovsky était désormais un auteur de premier plan, il était fréquemment invité à parler des questions relatives au Moyen-Orient devant des groupes de l’élite. À sa prochaine occasion, il a souligné l’intense hostilité de la droite israélienne aux plans de Bush et a fortement suggéré que la vie du président était en danger. Il se trouve qu’un membre du petit public a porté ces préoccupations à l’attention de l’ancien membre du Congrès Pete McCloskey, un vieil ami du président, qui a rapidement discuté de la situation avec Ostrovsky par téléphone, puis s’est envolé pour Ottawa pour un long entretien personnel afin d’évaluer la crédibilité de la menace. Concluant que le danger était sérieux et réel, McCloskey a immédiatement commencé à utiliser ses relations à Washington DC pour approcher les membres des services secrets, les persuadant finalement de contacter Ostrovsky, qui a expliqué ses sources d’information internes. L’histoire a rapidement fait l’objet d’une fuite dans les médias, générant une large couverture par l’influent chroniqueur Jack Anderson et d’autres, et la publicité qui en a résulté a fait abandonner le projet d’assassinat.

Une fois de plus, j’étais assez sceptique après avoir lu ce récit, j’ai donc décidé de contacter quelques personnes que je connaissais, et elles m’ont informé que l’administration Bush avait effectivement pris très au sérieux les avertissements d’Ostrovsky concernant le présumé complot d’assassinat du Mossad à l’époque, ce qui semble avoir confirmé la plus grande partie de l’histoire de l’auteur.

Après son triomphe dans le domaine de la publication et son succès dans la lutte contre le présumé complot contre la vie du président Bush à la fin de 1991, Ostrovsky a largement perdu le contact avec ses alliés internes du Mossad, et s’est plutôt concentré sur sa propre vie privée et sa nouvelle carrière d’écrivain au Canada. En outre, les élections israéliennes de juin 1992 ont porté au pouvoir le gouvernement beaucoup plus modéré du Premier ministre Rabin, ce qui a semblé réduire considérablement la nécessité de toute nouvelle action contre le Mossad. Mais les changements de gouvernement peuvent parfois avoir des conséquences inattendues, d’autant plus que dans le monde meurtrier des opérations de renseignement, les relations personnelles sont souvent sacrifiées à l’opportunisme.

Après la publication de son livre en 1990, Ostrovsky craignait fortement d’être enlevé ou tué, et par conséquent, il avait évité de traverser l’Atlantique et de visiter l’Europe. Mais en 1993, ses anciens alliés du Mossad ont commencé à l’inciter à se rendre en Hollande et en Belgique pour promouvoir la sortie de nouvelles traductions de son œuvre. Ils l’ont fermement assuré que les changements politiques en Israël signifiaient qu’il serait désormais parfaitement en sécurité, et il a finalement accepté de le faire malgré ses réticences. Mais bien qu’il ait pris quelques précautions de sécurité raisonnables, un incident bizarre à Bruxelles l’a convaincu qu’il avait échappé de justesse à un enlèvement du Mossad. De plus en plus alarmé, il a appelé de chez lui son contact principal au Mossad, mais au lieu d’être rassuré, il a reçu une réponse étrangement froide et inamicale, qui comprenait une référence au cas notoire d’un individu qui avait autrefois trahi le Mossad et qui avait ensuite été tué avec sa femme et ses trois enfants.

À tort ou à raison, Ostrovsky a conclu que la chute du gouvernement israélien ayant la ligne la plus dure avait apparemment donné à la faction plus modérée du Mossad une chance de prendre le contrôle de son organisation. Tentés par un tel pouvoir, ils le considéraient maintenant comme un élément dangereux et superflu, quelqu’un qui pourrait éventuellement révéler leur propre implication passée dans les activités de renseignement anti-Mossad ainsi que dans le projet de livre très dommageable.

Croyant que ses anciens alliés voulaient maintenant l’éliminer, il a rapidement commencé à travailler sur sa suite, qui mettrait toute l’histoire dans le domaine public, réduisant ainsi considérablement les avantages de le faire taire. J’ai remarqué que son nouveau texte mentionnait à plusieurs reprises sa possession secrète d’une collection complète de noms et de photos des agents internationaux du Mossad, qui, qu’elle soit vraie ou non, pourrait servir de police d’assurance-vie en augmentant considérablement le risque de prendre des mesures contre lui.

Cette brève description des événements clôt le deuxième livre d’Ostrovsky, expliquant pourquoi le volume a été écrit et contient tant de documents sensibles qui avaient été exclus du précédent.

« Jugement final » sur l’assassinat de JFK

Le deuxième livre d’Ostrovsky a été publié fin 1994 par HarperCollins, un éditeur de premier plan. Mais malgré son contenu explosif, cette fois-ci, Israël et ses défenseurs avaient appris leur leçon, et ils ont salué l’ouvrage par un silence quasi-total plutôt que par des attaques hystériques ; il a donc reçu relativement peu d’attention et n’a été vendu qu’à une simple fraction du nombre d’exemplaires précédents. Parmi les publications grand public, je n’ai pu trouver qu’une seule courte critique et plutôt négative dans Foreign Affairs.
Cependant, un autre livre publié plus tôt cette même année sur des questions connexes a souffert d’un black-out public beaucoup plus complet qui dure depuis maintenant plus d’un quart de siècle, et ce n’est pas seulement à cause de sa source obscure. Malgré le handicap sévère d’un boycott médiatique quasi-total, l’ouvrage est devenu un best-seller clandestin, ayant finalement été tiré à plus de 40 000 exemplaires, largement lu et peut-être discuté dans certains cercles, mais presque jamais mentionné publiquement. Final Judgment de feu Michael Collins Piper a posé l’hypothèse explosive que le Mossad avait joué un rôle central dans le plus célèbre assassinat du XXe siècle, celui du président John F. Kennedy en 1963.

Alors que les livres d’Ostrovsky s’appuyaient sur sa connaissance personnelle des services secrets israéliens, Piper était un journaliste et un chercheur qui avait passé toute sa carrière au Liberty Lobby, une petite organisation militante basée à Washington. Critiquant vivement la politique israélienne et l’influence sioniste en Amérique, le groupe était généralement présenté par les médias comme faisant partie de la frange populiste antisémite d’extrême droite, et presque entièrement ignoré par tous les grands médias. Son tabloïd hebdomadaire Spotlight, qui se concentrait souvent sur des sujets controversés, avait atteint un tirage remarquable de 300 000 exemplaires à la fin des années 1970, mais son lectorat a ensuite considérablement diminué pendant l’ère Reagan, plus calme et plus optimiste, qui a suivi.



Le Liberty Lobby ne s’était jamais beaucoup penché sur les questions d’assassinat de JFK, mais en 1978, il a publié un article sur le sujet de Victor Marchetti, un ancien fonctionnaire éminent de la CIA, et a rapidement été poursuivi en justice pour diffamation par E. Howard Hunt qui fut acteur du Watergate, le procès menaçant sa survie. En 1982, cette bataille juridique permanente a attiré l’implication de Mark Lane, un avocat expérimenté d’origine juive de gauche qui avait été le père fondateur des enquêtes sur le complot de JFK. Lane a gagné le procès en 1985 et est resté par la suite un proche allié de l’organisation.

Piper s’est progressivement lié d’amitié avec Lane et au début des années 1990, il s’est lui-même intéressé à l’assassinat de JFK. En janvier 1994, il a publié son principal ouvrage, Final Judgment, qui présentait un très grand nombre de preuves circonstancielles étayant sa théorie selon laquelle le Mossad avait été fortement impliqué dans l’assassinat de JFK. J’ai résumé et discuté l’hypothèse de Piper dans mon propre article de 2018 :
Pendant les décennies qui ont suivi l’assassinat de 1963, pratiquement aucun soupçon n’a jamais été dirigé contre Israël et, par conséquent, aucun des centaines ou milliers de livres publiés au cours des années 1960, 1970 et 1980 dont le sujet portait sur les complots d’assassinats n’a jamais laissé entendre que le Mossad ait pu jouer un rôle quelconque, alors que presque tous les autres coupables possibles, du Vatican aux Illuminati, aient fait l’objet d’un examen minutieux. Plus de 80% des juifs avaient voté pour Kennedy lors de son élection de 1960, des juifs américains figuraient en bonne place à la Maison Blanche, et il était grandement encensé par des personnalités médiatiques, des célébrités et des intellectuels juifs, allant de New York à Hollywood en passant par l’Ivy League. De plus, des personnes d’origine juive comme Mark Lane et Edward Epstein figuraient parmi les premiers dénonciateurs d’un complot d’assassinat, leurs théories controversées étant défendues par des célébrités culturelles juives influentes comme Mort Sahl et Norman Mailer. Étant donné que l’administration Kennedy était largement perçue comme étant pro-Israël, il ne semblait y avoir aucun motif possible pour une quelconque implication du Mossad et des accusations bizarres et totalement non fondées d’une telle nature dirigées contre l’État juif n’étaient guère susceptibles de gagner beaucoup d’intérêt dans une industrie de l’édition massivement pro-Israël.
Cependant, au début des années 1990, des journalistes et des chercheurs très estimés ont commencé à exposer les circonstances entourant le développement de l’arsenal nucléaire israélien. Le livre de Seymour Hersh intitulé The Samson Option : Israel’s Nuclear Arsenal and American Foreign Policy et publié en 1991, décrit les efforts extrêmes de l’administration Kennedy pour forcer Israël à autoriser des inspections internationales de son réacteur nucléaire prétendument non militaire à Dimona, et ainsi empêcher son utilisation dans la production d’armes nucléaires. Dangerous Liaisons : The Inside Story of the U.S.-Israeli Covert Relationship, d’Andrew et Leslie Cockburn paraissait la même année et couvrait un sujet similaire.
Bien qu’entièrement caché à l’époque, ce conflit politique du début des années 1960 entre les gouvernements américain et israélien au sujet de la mise au point d’armes nucléaires représentait une priorité absolue de la politique étrangère de l’administration Kennedy, qui avait fait de la non-prolifération nucléaire l’une de ses principales initiatives internationales. Il est à noter que John McCone, le directeur de la CIA choisi par Kennedy, avait déjà siégé à la Commission de l’énergie atomique sous Eisenhower, et fut la personne qui a divulgué le fait qu’Israël construisait un réacteur nucléaire pour produire du plutonium.
Les pressions et les menaces financières secrètement appliquées contre Israël par l’administration Kennedy sont finalement devenues si sévères qu’elles ont conduit à la démission du Premier ministre fondateur d’Israël, David Ben Gourion, en juin 1963. Mais tous ces efforts ont été presque entièrement interrompus ou inversés une fois que Kennedy a été remplacé par Johnson en novembre de la même année. Piper note que le livre de Stephen Green, publié en 1984, Taking Sides : America’s Secret Relations With a Militant Israel, montrait déjà que la politique américaine au Moyen-Orient s’était complètement inversée à la suite de l’assassinat de Kennedy, mais cette importante découverte avait attiré peu d’attention à l’époque.
Les sceptiques de la théorie d’une base institutionnelle derrière l’assassinat de JFK ont souvent noté l’extrême continuité dans les politiques étrangères et nationales entre les administrations Kennedy et Johnson, arguant que cela jette un doute sérieux sur un tel possible motif. Bien que cette analyse semble largement correcte, le comportement de l’Amérique à l’égard d’Israël et de son programme d’armes nucléaires constitue une exception très notable à cette continuité.
Les efforts de l’administration Kennedy pour restreindre fortement les activités des lobbies politiques pro-israéliens pouvaient être un autre sujet de préoccupation majeur pour les responsables israéliens. Au cours de sa campagne présidentielle de 1960, Kennedy avait rencontré à New York un groupe de riches défenseurs d’Israël, dirigé par le financier Abraham Feinberg, et ils avaient offert un énorme soutien financier en échange d’une influence déterminante sur la politique du Moyen-Orient. Kennedy est parvenu à leur donner de vagues assurances, mais il a jugé l’incident si troublant que le lendemain matin, il a contacté le journaliste Charles Bartlett, l’un de ses amis les plus proches, et a exprimé son indignation devant le fait que la politique étrangère américaine puisse tomber sous le contrôle des partisans d’une puissance étrangère, promettant que s’il devenait président, il rectifierait cette situation. Et en effet, une fois qu’il a installé son frère Robert comme procureur général, ce dernier a entamé un effort légal majeur pour forcer les groupes pro-israéliens à s’enregistrer comme agents étrangers, ce qui aurait considérablement réduit leur pouvoir et leur influence. Mais après la mort de JFK, ce projet a été rapidement abandonné et, dans le cadre du règlement, le principal lobby pro-israélien a simplement accepté de se reconstituer sous le nom d’AIPAC.
Le livre Final Judgment, a fait l’objet d’un certain nombre de réimpressions après sa parution initiale en 1994 et, à la sixième édition parue en 2004, il comptait plus de 650 pages, y compris de nombreuses longues annexes et plus de 1100 notes de bas de page, la grande majorité d’entre elles faisant référence à des sources entièrement publiques. Le corps du texte est librement utilisable, reflétant le boycott total par tous les éditeurs, grand public ou alternatifs, j’ai pourtant trouvé le contenu lui-même remarquable et généralement assez convaincant. Malgré la censure totale par tous les médias, le livre s’est vendu à plus de 40 000 exemplaires au fil des ans, ce qui en fait un best-seller clandestin et l’a sûrement porté à l’attention de tous les membres de la communauté de recherche sur l’assassinat de JFK, bien qu’apparemment presque aucun d’entre eux n’ait voulu en mentionner l’existence. Je soupçonne ces autres écrivains de s’être rendus compte que même une simple reconnaissance de l’existence du livre, ne serait-ce que pour le ridiculiser ou le rejeter, pourrait s’avérer fatale pour leur carrière dans les médias et l’édition. Piper lui-même est mort en 2015, à l’âge de 54 ans, souffrant de problèmes de santé et d’alcoolisme souvent associés à une pauvreté sinistre, et d’autres journalistes ont peut-être hésité à s’engager vers cette triste fin.
Comme exemple de cette situation étrange, la bibliographie du livre de Talbot contient près de 140 entrées, certaines plutôt obscures, mais ne fait aucune référence à Final Judgment, et son index très complet n’inclut aucune entrée pour Juifs ou Israël. En effet, à un moment donné, il caractérise très délicatement les cadres supérieurs entièrement juifs du sénateur Robert Kennedy en déclarant qu’il n’y avait pas un seul catholique parmi eux. La suite du livre publiée en 2015 est également circonspecte, et bien que l’index contienne de nombreuses entrées concernant les juifs, toutes ces références concernent la Seconde Guerre mondiale et les nazis, y compris sa discussion sur les liens nazis présumés d’Allen Dulles, sa principale bête noire. Le livre de Stone, tout en condamnant sans crainte le président Lyndon Johnson pour l’assassinat de JFK, exclut étrangement Juifs et Israël du long index et du jugement final de la bibliographie, et le livre de Douglass suit le même schéma.
De plus, les inquiétudes extrêmes que l’hypothèse de Piper semble avoir suscitées chez les chercheurs s’intéressant à JFK peuvent expliquer une anomalie étrange. Bien que Mark Lane fût lui-même d’origine juive et de gauche, après sa victoire pour Liberty Lobby dans le procès pour diffamation de Hunt, il a passé de nombreuses années associé à cette organisation et est apparemment devenu très ami avec Piper, l’un de ses principaux écrivains. D’après Piper, Lane lui a dit que Final Judgment avait constitué un « solide dossier » concernant le rôle majeur du Mossad dans l’assassinat, et qu’il considérait cette théorie comme pleinement complémentaire à sa propre focalisation sur l’implication de la CIA. Je soupçonne que les préoccupations au sujet de ces associations peuvent expliquer pourquoi Lane a été presque complètement éliminé des livres de Douglass et Talbot, et discuté dans le deuxième livre de Talbot seulement quand son travail était absolument essentiel à la propre analyse de ce dernier. En revanche, les rédacteurs du New York Times ont peu de chance d’être aussi intéressés par les aspects moins connus de la recherche sur l’assassinat de JFK et, ignorant cette controverse cachée, ils ont offert à Lane la longue et brillante notice nécrologique que sa carrière justifiait pleinement.
Lorsqu’on évalue les suspects possibles d’un crime donné, il est souvent utile de tenir compte de leur comportement passé. Comme nous l’avons vu plus haut, je ne vois pas d’exemple historique où le crime organisé ait monté une tentative d’assassinat contre une personnalité politique américaine, même modérément en vue sur la scène nationale. Et malgré quelques soupçons ici et là, il en va de même pour la CIA.
Par contre, le Mossad israélien et les groupes sionistes qui ont précédé la création de l’État juif semblent avoir un très long historique d’assassinats, y compris ceux de personnalités politiques de haut rang qui pourraient normalement être considérés comme intouchables. Lord Moyne, le ministre d’État britannique pour le Moyen-Orient, a été assassiné en 1944 et le comte Folke Bernadotte, le négociateur de paix de l’ONU envoyé pour aider à résoudre la première guerre israélo-arabe, a subi le même sort en septembre 1948. Même un président américain n’était pas totalement à l’abri de tels risques, et Piper note que les mémoires de Margaret, la fille de Harry Truman, révèlent que des militants sionistes avaient tenté d’assassiner son père à l’aide d’une lettre contenant des produits chimiques toxiques en 1947, car ils estimaient qu’il traînait les talons pour soutenir Israël, bien que cette tentative ratée n’ait jamais été rendue publique. La faction sioniste responsable de tous ces incidents a été dirigée par Yitzhak Shamir, qui est devenu plus tard chef du Mossad et directeur de son programme d’assassinat dans les années 1960, avant de devenir Premier ministre d’Israël en 1986. …
Il y a d’autres éléments notables qui tendent à appuyer l’hypothèse de Piper. Une fois que nous avons accepté l’existence d’un complot pour l’assassinat de JFK, le seul individu dont on est certain qu’il ait participé fut Jack Ruby, et ses liens avec le crime organisé étaient presque entièrement liés à l’énorme mais rarement mentionnée aile juive de cette entreprise, présidée par Meyer Lansky, un fervent partisan d’Israël. Ruby lui-même avait des liens particulièrement forts avec le lieutenant de Lansky, Mickey Cohen, qui dominait le monde souterrain de Los Angeles et avait été personnellement impliqué dans la vente d’armes à Israël avant la guerre de 1948. En effet, selon le rabbin de Dallas, Hillel Silverman, Ruby avait justifié en privé son assassinat d’Oswald en disant « je l’ai fait pour le peuple juif ».
Il convient également de mentionner un aspect intrigant du film d’Oliver Stone, JFK. Arnon Milchan, le riche producteur hollywoodien qui a soutenu le projet, n’était pas seulement un citoyen israélien, mais aurait également joué un rôle central dans l’énorme projet d’espionnage visant à détourner la technologie et les matières américaines vers le projet d’armes nucléaires d’Israël, justement l’initiative que l’administration Kennedy voulait tant bloquer. Milchan a même parfois été décrit comme « le James Bond israélien ». Et bien que le film dure trois heures, Stone a scrupuleusement évité de présenter les détails que Piper considérait comme des indices initiaux d’une dimension israélienne, semblant plutôt montrer du doigt le mouvement anticommuniste fanatique américain et la direction du complexe militaro-industriel datant de la guerre froide.
Résumer plus de 300 000 mots de l’histoire et de l’analyse de Piper en quelques paragraphes est évidemment une entreprise impossible, mais la discussion ci-dessus donne un avant-goût raisonnable de l’énorme masse de preuves circonstancielles rassemblées en faveur de l’hypothèse de Piper.
À bien des égards, les études portant sur l’assassinat de JFK sont devenues une discipline académique, et mes références sont assez limitées. J’ai lu peut-être une douzaine de livres sur le sujet, et j’ai aussi essayé d’aborder les problèmes avec l’absence de préjugés et les yeux neufs d’un débutant, mais n’importe quel expert sérieux aurait sûrement digéré des centaines de livres sur le sujet. Bien que l’analyse globale de Final Jugement m’ait semblé assez convaincante, une bonne partie des noms et des références ne m’étaient pas familiers, et je n’ai tout simplement pas les antécédents nécessaires pour évaluer leur crédibilité, ni pour déterminer si la description des documents présentés est exacte.
Dans des circonstances normales, je me tournerais vers les revues ou les critiques produites par d’autres auteurs, et je les comparerais avec les affirmations de Piper, puis je déciderais quel argument me semblerait le plus fort. Mais bien que Final Judgement ait été publié il y a un quart de siècle, le silence quasi absolu qui entoure l’hypothèse de Piper, surtout de la part des chercheurs les plus influents et crédibles, rend ce travail impossible.
Cependant, l’incapacité de Piper à obtenir un éditeur régulier et les efforts généralisés pour étouffer sa théorie ont eu une conséquence ironique. Puisque le livre est épuisé depuis des années, j’ai eu relativement peu de mal à obtenir le droit de l’inclure dans ma collection de livres HTML controversés, et c’est maintenant fait, permettant ainsi à tout le monde de lire le texte entier et de décider par eux-mêmes, tout en vérifiant facilement la multitude des références ou en cherchant des mots ou des phrases spécifiques.
Final Judgment

Le chaînon manquant dans le complot d'assassinat de JFK
MICHAEL COLLINS PIPER - 2005 - 310 000 MOTS
 
Cette édition comprend en fait plusieurs ouvrages beaucoup plus courts, publiés à l’origine séparément. L’un d’entre eux, qui consiste en une longue série de questions-réponses, décrit la genèse de l’idée et répond aux nombreuses questions qui l’entourent. Pour certains lecteurs, il pourrait constituer un meilleur point de départ.

Default Judgment

Questions, réponses et réflexions sur le crime du siècle
MICHAEL COLLINS PIPER - 2005 - 48 000 MOTS

Il existe également de nombreuses interviews ou présentations de Piper facilement accessibles sur YouTube, et lorsque j’ai regardé deux ou trois d’entre elles il y a quelques années, j’ai pensé qu’il avait bien résumé bon nombre de ses principaux arguments, mais je ne me souviens plus lesquels.
D’autres preuves tendent à étayer les arguments de Piper concernant l’implication probable du Mossad dans la mort de notre président.



Le livre influent de David Talbot, Brothers, publié en 2007, a révélé que Robert F. Kennedy avait été convaincu presque dès le début que son frère avait été pris dans une conspiration, mais il a tenu sa langue, disant à son cercle d’amis qu’il avait peu de chances de retrouver et de punir les coupables avant d’arriver lui-même à la Maison Blanche. En juin 1968, il semblait sur le point d’atteindre cet objectif, mais il a été abattu par une balle de la main d’un assassin quelques instants après avoir remporté les primaires présidentielles cruciales de Californie. L’hypothèse logique est que sa mort a été provoquée par les mêmes éléments que celle de son frère aîné, qui agissait désormais pour se protéger des conséquences de leur crime précédent.

Un jeune Palestinien du nom de Sirhan Sirhan avait tiré sur la scène du crime et a été rapidement arrêté et condamné pour le meurtre. Mais Talbot souligne que le rapport du coroner a révélé que la balle fatale venait d’une direction complètement différente, alors que le relevé acoustique prouve que beaucoup plus de coups de feu ont été tirés que la capacité du pistolet du tueur présumé. Des preuves aussi solides semblent démontrer une conspiration.
Sirhan lui-même semblait étourdi et confus, prétendant plus tard n’avoir aucun souvenir des événements, et Talbot mentionne que divers chercheurs en assassinat ont longtemps soutenu qu’il n’était qu’un bouc émissaire commode dans le complot, agissant peut-être sous une forme d’hypnose ou de conditionnement. Presque tous ces écrivains sont généralement réticents à l’idée que la sélection d’un Palestinien comme bouc émissaire dans l’assassinat semble indiquer une certaine direction évidente, mais le récent livre de Bergman comporte également une nouvelle révélation majeure. Au moment même où Sirhan était en train de se débattre sur le sol de la salle de bal de l’hôtel Ambassador à Los Angeles, un autre jeune Palestinien subissait des séances intensives de conditionnement hypnotique aux mains du Mossad en Israël, programmé pour assassiner le leader de l’OLP Yaser Arafat ; et bien que cet effort ait finalement échoué, une telle coïncidence semble repousser les limites de la plausibilité.

Trois décennies plus tard, l’héritier et homonyme de JFK avait acquis une notoriété publique croissante en tant qu’éditeur de son magazine politique populaire George, qui a suscité une controverse internationale considérable lorsqu’il a publié un long article affirmant que l’assassinat du Premier ministre israélien Rabin avait été orchestré par des extrémistes au sein de ses propres services de sécurité. Il y avait également de fortes indications que JFK Jr. pourrait bientôt entrer en politique, peut-être en se présentant au Sénat américain comme un tremplin vers la Maison Blanche.

Au lieu de cela, il est mort dans un accident d’avion de tourisme inhabituel en 1999, et une édition ultérieure du livre de Piper a décrit certaines des circonstances suspectes, qui, selon l’auteur, suggéraient une main israélienne. Pendant des années, Piper avait fait des efforts pour porter son livre explosif à l’attention du fils de JFK, et il pensait qu’il y serait finalement parvenu. L’auteur israélo-canadien Barry Chamish pensait également que c’était la découverte de l’hypothèse Piper par JFK Jr. qui l’avait amené à promouvoir la théorie de la conspiration d’assassinat de Rabin dans son magazine.
L’année dernière, le chercheur français Laurent Guyenot a publié une analyse exhaustive de la mort de JFK Jr., arguant qu’il a probablement été tué par Israël. Ma propre lecture du matériel qu’il présente est assez différente, et bien qu’il y ait un certain nombre d’éléments quelque peu suspects, je pense que les preuves d’un jeu déloyal – sans parler de l’implication du Mossad – sont plutôt minces, ce qui me conduit à conclure que l’accident d’avion n’était probablement que le tragique accident dépeint par les médias. Mais les conséquences de sa mort ont mis en évidence un clivage idéologique important.

Pendant six décennies, les membres de la famille Kennedy ont été très populaires parmi les Juifs américains ordinaires, suscitant probablement un enthousiasme politique plus grand que presque toutes les autres personnalités publiques. Mais cette réalité indéniable a masqué une perspective entièrement différente que l’on retrouve au sein d’un segment particulier de cette même communauté.
John Podhoretz, l’un des principaux descendants des Néocons militants pro-israéliens, était rédacteur d’opinion du New York Post au moment de l’accident d’avion mortel, et il a immédiatement publié une colonne étonnante intitulée « Une conversation en enfer«  dans laquelle il s’est réjoui de la mort du jeune Kennedy. Il y dépeignait le patriarche Joseph Kennedy comme un antisémite inqualifiable qui avait vendu son âme au diable pour son propre succès dans le monde et celui de sa famille, suggérant que tous les assassinats ultérieurs et autres décès précoces de Kennedy constituaient les interlignes de son marché satanique. Une pièce si brutalement dure indique sûrement que ces sentiments amers n’étaient pas rares au sein du petit cercle social ultra-sioniste de Podhoretz, qui se chevauchait probablement avec des éléments de droite similaires en Israël. Cette réaction démontre donc que les mêmes personnalités politiques qui étaient les plus profondément aimées par l’écrasante majorité des Juifs américains peuvent également avoir été considérées comme des ennemis mortels par un segment influent de l’État juif et son corps d’assassins du Mossad.

Lorsque j’ai publié mon article original de 2018 sur l’assassinat de JFK, j’ai naturellement noté le recours généralisé à l’assassinat par des groupes sionistes, un schéma qui a longtemps précédé la création de l’État juif, et j’ai cité certaines des preuves à l’appui contenues dans les deux livres d’Ostrovsky. Mais à l’époque, j’avais encore des doutes considérables sur la crédibilité d’Ostrovsky, notamment en ce qui concerne les affirmations choquantes de son deuxième livre, et je n’avais pas encore lu le volume de Bergman, qui venait d’être publié quelques mois auparavant. Ainsi, bien que l’hypothèse de Piper me paraisse très probante, je la considérais comme loin d’être concluante.
Cependant, j’ai maintenant digéré le livre de Bergman, qui documente l’énorme volume des assassinats internationaux du Mossad, et j’ai également conclu que les affirmations d’Ostrovsky étaient bien plus solides que je ne l’avais supposé auparavant. En conséquence, mon opinion a considérablement changé. Au lieu d’être simplement une possibilité solide, je crois maintenant qu’il est fort probable que le Mossad, avec ses collaborateurs américains, a joué un rôle central dans les assassinats de Kennedy dans les années 1960, ce qui m’amène à affirmer pleinement l’hypothèse de Piper. Guyenot s’est appuyé sur un grand nombre de sources identiques et est parvenu à des conclusions à peu près similaires.

L’étrange mort de James Forrestal, et autres décès

Une fois que nous reconnaissons que le Mossad, service de renseignement israélien, était probablement responsable de l’assassinat du président John F. Kennedy, notre compréhension de l’histoire américaine d’après-guerre peut nécessiter une réévaluation substantielle.

L’assassinat de JFK a probablement été l’événement le plus célèbre de la seconde moitié du XXe siècle, et a inspiré un vaste élan de couverture médiatique et d’enquête journalistique qui a apparemment exploré tous les recoins de l’histoire. Pourtant, pendant les trois premières décennies qui ont suivi l’assassinat de Dallas, pratiquement aucun soupçon n’a été porté sur Israël, et pendant le quart de siècle qui a suivi la publication du livre révolutionnaire de Piper en 1994, pratiquement aucune de ses analyses n’a été diffusée dans les médias anglophones. Si une histoire d’une telle ampleur peut être restée si bien cachée pendant si longtemps, peut-être n’était-ce ni la première ni la dernière.

Si les frères Kennedy ont effectivement péri à cause d’un conflit sur notre politique au Moyen-Orient, ils n’ont certainement pas été les premiers dirigeants occidentaux importants à subir ce sort, surtout une génération plus tôt lors des âpres batailles politiques sur l’établissement d’Israël. Tous nos livres d’histoire habituels décrivent les assassinats sionistes du milieu des années 1940 de Lord Moyne de Grande-Bretagne et du négociateur de paix des Nations unies, le comte Folke Bernodotte, bien qu’ils mentionnent rarement les tentatives avortées de meurtre du président Harry S. Truman et du ministre britannique des affaires étrangères Ernest Bevin à peu près à la même époque.

Mais une autre figure publique américaine de premier plan est également décédée pendant cette période dans des circonstances assez étranges, et bien que sa disparition soit toujours mentionnée, le contexte politique crucial est exclu, comme je l’ai longuement évoqué dans un article de 2018 :
Parfois, nos manuels d’histoire standard fournissent deux histoires apparemment sans rapport les unes avec les autres, qui ne deviennent beaucoup plus importantes que lorsque nous découvrons qu’elles font partie d’un même tout relié. La mort étrange de James Forrestal entre certainement dans cette catégorie.
Au cours des années 1930, Forrestal avait atteint le pinacle de Wall Street, en tant que PDG de Dillon, Read & Co, l’une des banques d’investissement les plus prestigieuses. À l’approche de la Seconde guerre mondiale, Roosevelt l’a attiré au service du gouvernement en 1940, en partie parce que ses solides références républicaines ont contribué à souligner la nature bipartisane de l’effort de guerre, et il est rapidement devenu sous-secrétaire de la Marine. Après la mort de son supérieur âgé en 1944, Forrestal a été élevé au Cabinet en tant que Secrétaire de la Marine, et après la bataille controversée sur la réorganisation de nos départements militaires, il est devenu le premier Secrétaire américain de la Défense en 1947, détenant l’autorité sur l’Armée, la Marine, la Force aérienne, et les Marines. Avec le secrétaire d’État George Marshall, Forrestal s’est probablement classé parmi les membres les plus influents du cabinet de Truman. Cependant, quelques mois seulement après la réélection de Truman en 1948, on nous dit que Forrestal est devenu paranoïaque et déprimé, qu’il a démissionné de son poste et qu’il s’est suicidé quelques semaines plus tard en sautant d’une fenêtre du 18e étage de l’hôpital naval de Bethesda. Ne connaissant presque rien de Forrestal ou de son passé, j’ai toujours hoché la tête devant cet étrange événement historique.
Pendant ce temps, une page ou un chapitre entièrement différent de mes manuels d’histoire contenait habituellement l’histoire dramatique du conflit politique amer qui a secoué l’administration Truman au sujet de la reconnaissance de l’État d’Israël, qui avait eu lieu l’année précédente. J’ai lu que George Marshall a soutenu qu’une telle mesure serait totalement désastreuse pour les intérêts américains en aliénant potentiellement des centaines de millions d’Arabes et de musulmans, qui détenaient l’énorme richesse pétrolière du Moyen-Orient, et qu’il était tellement convaincu de la question qu’il a menacé de démissionner. Cependant, Truman, fortement influencé par le lobbying personnel de son ancien partenaire d’affaires juif, Eddie Jacobson, dans le domaine de la mercerie, a finalement décidé de la reconnaissance, et Marshall est resté au gouvernement.
Cependant, il y a près d’une décennie, je suis tombé sur un livre intéressant d’Alan Hart, journaliste et auteur, correspondant de longue date de la BBC au Moyen-Orient, dans lequel j’ai découvert que ces deux histoires différentes faisaient partie d’un tout homogène. D’après lui, bien que Marshall se soit en effet fermement opposé à la reconnaissance d’Israël, c’est en fait Forrestal qui a été le fer de lance de cet effort au sein du Cabinet de Truman et qui s’est le plus identifié à cette position, entraînant de nombreuses attaques brutales dans les médias et son départ ultérieur du Cabinet Truman. Hart a également soulevé des doutes considérables quant à savoir si la mort subséquente de Forrestal avait été un suicide, citant un site Web obscur pour une analyse détaillée de cette affaire.
Il est banal de dire qu’Internet ait démocratisé la diffusion de l’information, permettant à ceux qui créent le savoir de se connecter avec ceux qui le consomment sans avoir besoin d’un intermédiaire pour le conserver. J’ai rencontré peu d’exemples du potentiel libéré de ce nouveau système que « Who Killed Forrestal », une analyse exhaustive d’un certain David Martin, qui se décrit lui-même comme un économiste et un blogueur politique. Sa série d’articles sur le sort du premier secrétaire américain à la Défense, qui compte plusieurs dizaines de milliers de mots, offre une discussion exhaustive de tous les documents de base, y compris la petite poignée de livres publiés décrivant la vie de Forrestal et sa mort étrange, ainsi que des articles de journaux contemporains et de nombreux documents gouvernementaux pertinents obtenus sur demande personnelle à la FOIA. Le verdict de meurtre suivi d’un camouflage gouvernemental massif semble solidement établi.
Comme nous l’avons mentionné, le rôle de Forrestal en tant que principal opposant de l’administration Truman à la création d’Israël a fait de lui le sujet d’une campagne presque sans précédent de diffamation des médias dans la presse écrite et à la radio, menée par les deux plus puissants chroniqueurs de droite et de gauche du pays, Walter Winchell et Drew Pearson, seul le premier étant juif, mais tous deux très liés avec l’ADL et extrêmement pro-sionistes, leurs attaques et accusations se poursuivent même après sa démission et son décès.
Une fois que nous aurons dépassé les exagérations sauvages des prétendus problèmes psychologiques de Forrestal que ces experts des médias très hostiles et leurs nombreux alliés ont encouragées, une grande partie de la paranoïa supposée de Forrestal consistait apparemment à croire qu’il était suivi à Washington, ses téléphones ont peut-être été mis sur écoute, et sa vie pourrait être en danger aux mains des agents sionistes. Et ces préoccupations n’étaient peut-être pas si déraisonnables, compte tenu de certains événements contemporains. …
En effet, le fonctionnaire du département d’État Robert Lovett, un opposant relativement mineur et discret aux intérêts sionistes, a rapporté avoir reçu de nombreux appels téléphoniques menaçants tard dans la nuit à peu près à la même heure, ce qui le préoccupait grandement. Martin cite également les livres ultérieurs de partisans sionistes qui se sont vantés de l’utilisation efficace que leur camp avait faite du chantage, apparemment obtenu par des écoutes téléphoniques, pour assurer un soutien politique suffisant à la création d’Israël.
Pendant ce temps, dans les coulisses, de puissantes forces financières se sont peut-être rassemblées pour faire en sorte que le président Truman ignore les recommandations unifiées de tous ses conseillers diplomatiques et de sécurité nationale. Des années plus tard, Gore Vidal et Alexander Cockburn rapporteront séparément qu’il est finalement devenu notoire dans les cercles politiques de Washington que pendant les jours désespérés de la campagne de réélection de Truman en 1948, il avait secrètement accepté un paiement en espèces de 2 millions de dollars de riches sionistes en échange de la reconnaissance d’Israël, une somme peut-être comparable à 20 millions ou plus en dollars actuels.
Le républicain Thomas Dewey avait été fortement favorisé pour gagner l’élection présidentielle de 1948, et après la surprise Truman, la position politique de Forrestal n’a certainement pas été aidée lorsque Pearson a affirmé dans une chronique que Forrestal avait secrètement rencontré Dewey pendant la campagne, prenant des dispositions pour être maintenu dans l’administration Dewey.
Souffrant d’une défaite politique concernant la politique du Moyen-Orient et faisant face aux attaques incessantes des médias, Forrestal a démissionné de son poste ministériel sous la pression. Presque aussitôt après, il a été admis à l’hôpital naval de Bethesda pour y être observé, prétendument souffrant de fatigue et d’épuisement, et il y est resté pendant sept semaines, son accès aux visiteurs étant fortement limité. Il devait finalement être libéré le 22 mai 1949, mais quelques heures avant que son frère Henry ne vienne le chercher, son corps a été retrouvé sous la fenêtre de sa chambre du 18e étage, avec une corde nouée autour du cou. Sur la base d’un communiqué de presse officiel, les journaux ont tous rapporté son malheureux suicide, suggérant qu’il avait d’abord essayé de se pendre, mais qu’à défaut de cette approche, il avait sauté par la fenêtre. Une demi-page de vers grecs copiés a été trouvée dans sa chambre, et dans les remous de la pensée psychanalytique freudienne, cela a été considéré comme le déclencheur subconscient de son impulsion de mort subite, étant traité comme presque l’équivalent d’une vraie note de suicide. Mes propres manuels d’histoire ont simplifié cette histoire complexe en disant simplement « suicide », ce que j’ai lu et jamais mis en doute.
Martin soulève de nombreux doutes très sérieux sur ce verdict officiel. Entre autres choses, des entrevues publiées avec le frère et les amis survivants de Forrestal révèlent qu’aucun d’entre eux ne croyait que Forrestal s’était suicidé et qu’on les avait tous empêchés de le voir jusqu’à la toute fin de toute sa période de détention. En effet, le frère a raconté que la veille, Forrestal était de bonne humeur, disant qu’à sa libération, il avait l’intention d’utiliser une partie de sa fortune personnelle considérable pour acheter un journal et commencer à révéler au peuple américain bon nombre des faits supprimés concernant l’entrée des États-Unis dans la Deuxième guerre mondiale, dont il avait eu directement connaissance, complété par le journal personnel très complet qu’il avait tenu depuis de nombreuses années. Après la détention de Forrestal, ce journal, qui comptait des milliers de pages, avait été saisi par le gouvernement et, après sa mort, n’avait apparemment été publié que sous une forme fortement éditée et expurgée, bien qu’il soit tout de même devenu historique.
Les documents gouvernementaux mis au jour par Martin soulèvent des doutes supplémentaires sur l’histoire présentée dans tous les livres d’histoire courants. Les dossiers médicaux de Forrestal semblent ne comporter aucun rapport d’autopsie officiel, il y a des preuves visibles de bris de verre dans sa chambre, suggérant une lutte violente, et le plus remarquable, la page de vers grecs copiés – toujours cités comme la principale indication de l’intention suicidaire finale de Forrestal – ne fut en fait pas écrite par Forrestal de sa propre main.
Outre les comptes rendus de journaux et les documents gouvernementaux, une grande partie de l’analyse de Martin, y compris les nombreuses entrevues personnelles des amis et parents de Forrestal, est basée sur un court livre intitulé The Death of James Forrestal, publié en 1966 par un certain Cornell Simpson, presque certainement un pseudonyme. Simpson affirme que ses recherches avaient été menées quelques années seulement après la mort de Forrestal et que, même si son livre devait initialement paraître, son éditeur s’est inquiété de la nature extrêmement controversée des documents qu’il contenait et a annulé ce projet. Selon Simpson, des années plus tard, il décida de retirer son manuscrit inchangé de l’étagère et de le faire publier par la Western Islands Press, ce qui s’avéra être un paravent de la John Birch Society, l’organisation de droite notoirement conspirationiste alors au sommet de son influence nationale. Pour ces raisons, certains aspects du livre sont d’un intérêt considérable, même au-delà du contenu directement lié à Forrestal.
La première partie du livre consiste en une présentation détaillée des preuves réelles de la mort hautement suspecte de Forrestal, y compris les nombreux entretiens avec ses amis et parents, tandis que la deuxième partie se concentre sur les complots malfaisants du mouvement communiste mondial, un élément de base de la Birch Society. L’anticommunisme acharné de Forrestal aurait été ce qui l’avait ciblé en vue de sa destruction par des agents communistes, et il n’y a pratiquement aucune référence à une quelconque controverse concernant son énorme bataille publique sur l’établissement d’Israël, bien que cela ait certainement été le principal facteur derrière sa chute politique. Martin note ces incohérences étranges et se demande même si certains aspects du livre et de sa publication n’ont pas eu pour but de détourner l’attention de cette dimension sioniste vers un complot communiste infâme.
Prenons, par exemple, David Niles, dont le nom est tombé dans un oubli total, mais qui avait été l’un des très rares aides principaux du FDR à être retenu par son successeur, et selon les observateurs, Niles est finalement devenu l’une des figures les plus puissantes en coulisses de l’administration Truman. Divers récits suggèrent qu’il a joué un rôle de premier plan dans la destitution de Forrestal, et le livre de Simpson le confirme, suggérant qu’il était une sorte d’agent communiste. Cependant, bien que les fascicules de Venona révèlent que Niles avait parfois coopéré avec des agents soviétiques dans leurs activités d’espionnage, il l’avait apparemment fait pour de l’argent ou pour d’autres considérations, et ne faisait certainement pas partie de leur propre réseau de renseignement. Au lieu de cela, Martin et Hart fournissent tous deux une énorme quantité de preuves que la loyauté de Niles était écrasante envers le sionisme, et en fait, en 1950, ses activités d’espionnage au nom d’Israël sont devenues si flagrantes que le général Omar Bradley, président des chefs d’état major conjoints, a menacé de démissionner immédiatement si Niles n’était pas viré, forçant la main de Truman.
Forrestal était un catholique irlandais riche et pugnace, et je pense qu’il y a de très nombreuses preuves que sa mort est le résultat de facteurs assez similaires à ceux qui ont probablement coûté la vie à un catholique irlandais encore plus important à Dallas 14 ans plus tard.

Il y a d’autres décès possibles qui suivent ce schéma, bien que les preuves dans ces cas soient beaucoup moins solides. L’opus de Piper de 1994 est principalement axé sur l’assassinat de JFK, mais plus de la moitié de ses 650 pages sont consacrées à une longue série d’annexes traitant de sujets quelque peu connexes. L’une d’entre elles traite de la mort étrange de deux anciens hauts responsables de la CIA, suggérant qu’il pourrait s’agir d’un acte criminel.

L’ancien directeur de la CIA, William Colby, a apparemment été longtemps considéré comme très sceptique quant à la nature des relations entre l’Amérique et Israël, et a donc été qualifié par les médias pro-israéliens d’« arabisant » notoire. En effet, alors qu’il était directeur en 1974, il avait finalement mis fin à la carrière du chef de longue date du contre-espionnage de la CIA, James Angleton, dont l’extrême affinité avec Israël et le Mossad avait parfois fait douter de sa véritable loyauté. Selon Piper, en 1996, Colby était devenu suffisamment préoccupé par l’infiltration et la manipulation par Israël du gouvernement américain et de sa communauté du renseignement pour qu’il organise une réunion avec de hauts responsables arabes à Washington, suggérant qu’ils travaillent tous ensemble pour contrer cette situation inquiétante. Quelques semaines plus tard, Colby a disparu et son corps noyé a finalement été retrouvé, la conclusion officielle étant qu’il aurait péri près de chez lui dans un accident de canoë, bien que ses interlocuteurs arabes aient allégué un acte criminel.

Piper poursuit en décrivant la mort antérieure de John Paisley, l’ancien directeur adjoint du Bureau de la recherche stratégique de la CIA, qui a longtemps critiqué l’influence d’Israël et de ses proches alliés néoconservateurs sur la politique de sécurité nationale américaine. Fin 1978, le corps de Paisley a été retrouvé flottant dans la baie de Chesapeake avec une balle dans la tête, et bien que la mort ait été officiellement considérée comme un suicide, Piper affirme que peu de gens ont cru à cette histoire. Selon lui, Richard Clement, qui avait dirigé le Comité inter-agences sur la lutte contre le terrorisme pendant l’administration Reagan, a expliqué en 1996 :
Les Israéliens n’avaient aucun scrupule à « éliminer » les principaux responsables du renseignement américain qui menaçaient de les dénoncer. Ceux d’entre nous qui connaissent le cas de Paisley savent qu’il a été tué par le Mossad. Mais personne, pas même au Congrès, ne veut se lever et le dire publiquement.
Piper note également les âpres batailles politiques que d’autres experts de la sécurité nationale de Washington, comme l’ancien directeur adjoint de la CIA, l’amiral Bobby Ray Inman, ont menées au fil des ans avec des éléments du lobby israélien au Congrès et dans les médias. Après la nomination d’Inman par le président Clinton à la tête du département de la défense, une tempête de critiques de la part des partisans pro-israéliens a forcé son retrait.

Je n’ai fait aucun effort pour enquêter sur les éléments cités par Piper dans sa brève discussion. Ces exemples m’étaient auparavant inconnus, et toutes les preuves qu’il fournit semblent purement circonstancielles, ce qui ne permet guère de faire passer un dossier au-dessus de simples soupçons. Mais je considère l’auteur comme un journaliste d’investigation et un chercheur raisonnablement solide, dont les opinions devraient être prises au sérieux. Ceux qui sont si intéressés peuvent lire son annexe 6 de 5 000 mots et décider par eux-mêmes.

Les attentats du 11 septembre – Que s’est-il passé ?

Bien que quelque peu liés, les assassinats politiques et les attaques terroristes sont des sujets distincts, et le volume complet de Bergman se concentre explicitement sur le premier, nous ne pouvons donc pas lui reprocher de ne fournir qu’une faible couverture du second. Mais le schéma historique de l’activité israélienne, en particulier en ce qui concerne les attaques sous faux drapeau, est vraiment tout à fait remarquable, comme je l’ai noté dans un article de 2018 :
L’histoire des attaques militaires et terroristes est encore plus frappante. L’un des attentats terroristes les plus importants de l’histoire avant le 11 septembre a été l’attentat à la bombe perpétré en 1946 contre l’hôtel King David à Jérusalem par des militants sionistes habillés en Arabes, qui a tué 91 personnes et détruit en grande partie l’édifice. Dans la célèbre affaire Lavon de 1954, des agents israéliens ont lancé une vague d’attaques terroristes contre des cibles occidentales en Égypte, dans l’intention d’imputer ces attaques à des groupes arabes anti-occidentaux. Il y a de allégations convaincantes selon lesquelles, en 1950, des agents du Mossad israélien ont lancé une vague d’attentats terroristes à la bombe sous faux drapeaux contre des cibles juives à Bagdad, utilisant avec succès ces méthodes violentes pour persuader la communauté juive millénaire de l’Irak d’immigrer dans l’État juif. En 1967, Israël a lancé une attaque aérienne et maritime délibérée contre l’U.S.S. Liberty, avec l’intention de ne laisser aucun survivant, et tuant ou blessant plus de 200 soldats américains avant que la nouvelle de l’attaque n’atteigne notre sixième flotte.
L’énorme influence pro-israélienne dans les cercles politiques et médiatiques mondiaux a fait qu’aucune de ces attaques brutales n’a jamais suscité de représailles sérieuses et, dans presque tous les cas, elles ont été rapidement jetées dans l’oubli, de sorte qu’aujourd’hui probablement pas plus d’un Américain sur cent en a la moindre idée. De plus, la plupart de ces incidents ont été révélés par hasard, de sorte que l’on peut facilement soupçonner que de nombreuses autres attaques de même nature n’ont jamais trouvé place dans aucune archive historique.
Parmi ces célèbres incidents, Bergman ne mentionne que l’attentat à la bombe de l’hôtel King David. Mais beaucoup plus loin dans son récit, il décrit l’énorme vague d’attentats terroristes sous faux drapeau déclenchée en 1981 par le ministre israélien de la défense Ariel Sharon, qui a recruté un ancien haut fonctionnaire du Mossad pour gérer le projet.

Sous la direction d’Israël, de grosses voitures piégées ont commencé à exploser dans les quartiers palestiniens de Beyrouth et d’autres villes libanaises, tuant ou blessant un nombre énorme de civils. Une seule attaque en octobre a fait près de 400 victimes, et en décembre, il y a eu dix-huit attaaques en 1 mois, dont l’efficacité a été grandement renforcée par l’utilisation de la nouvelle technologie israélienne innovante des drones. La responsabilité officielle de toutes ces attaques a été revendiquée par une organisation libanaise jusqu’alors inconnue, mais l’intention était de provoquer des représailles militaires de l’OLP contre Israël, justifiant ainsi l’invasion prévue du pays voisin par Sharon.

L’OLP s’étant obstinément refusée à mordre à l’hameçon, des plans ont été mis en place pour le bombardement massif de tout un stade sportif de Beyrouth lors d’une cérémonie politique le 1er janvier, à l’aide de tonnes d’explosifs, la mort et la destruction devant être « d’une ampleur sans précédent, même en ce qui concerne le Liban ». Mais les ennemis politiques de Sharon ont appris le complot et ont souligné que de nombreux diplomates étrangers, y compris l’ambassadeur soviétique, étaient attendus et seraient probablement tués, si bien qu’après un âpre débat, le Premier ministre Begin a ordonné l’avortement de l’attaque. Un futur chef du Mossad mentionne les grands maux de tête auxquels ils ont alors été confrontés pour retirer la grande quantité d’explosifs qu’ils avaient déjà placés dans la structure.

Je pense que cette histoire bien documentée des grandes attaques terroristes israéliennes sous faux drapeaux, y compris celles contre des cibles américaines et d’autres cibles occidentales, devrait être soigneusement gardée à l’esprit lorsque nous considérons les attaques du 11 septembre, dont les conséquences ont massivement transformé notre société et nous ont coûté tant de milliers de miliards de dollars. Dans mon article de 2018, j’ai longuement analysé les circonstances étranges de ces attaques et leur nature probable :
Pendant de nombreuses années après le 11 septembre, je n’ai accordé que peu d’attention aux détails des attaques elles-mêmes. J’étais surtout préoccupé par la construction de mon système de logiciel d’archivage de contenu. Le peu de temps que je pouvais consacrer aux questions de politique publique, je le réservais au désastre en cours de la guerre d’Irak et au risque que Bush n’étende le conflit à l’Iran. En dépit des mensonges néoconservateurs relayés par nos médias corrompus, ni l’Irak ni l’Iran n’avaient quoi que ce soit à voir avec les attentats du 11 septembre. Ces événements se sont donc estompés peu à peu de ma conscience et je soupçonne qu’il en était de même pour la plupart des autres Américains. Al-Qaïda avait en grande partie disparu et ben Laden était supposé se cacher quelque part dans une grotte. En dépit d’innombrables « alertes » de sécurité intérieure, il n’y avait absolument plus de terrorisme islamique sur le sol américain, et relativement peu ailleurs, en dehors du charnier irakien. C’est pourquoi les détails précis des attentats du 11 septembre étaient devenus presque sans importance à mes yeux.
D’autres personnes parmi mes connaissances étaient du même avis. Pratiquement tous les échanges que j’ai eu avec mon vieil ami Bill Odom, le général trois étoiles qui avait dirigé la NSA pour Ronald Reagan, concernaient la guerre en Irak et le risque qu’elle ne s’étende en Iran, ainsi que la colère amère qu’il ressentait à l’égard de Bush pour la manière dont il avait perverti sa chère NSA pour en faire un outil d’espionnage domestique anti-constitutionnel. Lorsque le New York Times a révélé l’étendue considérable de l’espionnage opéré par la NSA, le général Odom a déclaré que le président Bush devait être destitué et que le directeur de la NSA, Michael Hayden, devait passer en cour martiale. Mais durant les années qui ont précédé son décès prématuré en 2008, je ne me souviens pas que les attentats du 11 septembre se soient présentés une seule fois dans nos discussions. …
Certes, j’avais parfois entendu parler ici et là d’incohérences au sujet des attentats du 11 septembre, et j’éprouvais quelques soupçons. Presque quotidiennement, je jetais un coup d’œil à la première page de Antiwar.com. J’avais ainsi appris que des agents du Mossad avaient été arrêtés alors qu’ils filmaient les attaques à New York, et qu’une vaste opération d’espionnage du Mossad dans tout le pays avait également été démantelée à peu près au même moment. Fox News avait même diffusé une série documentaire en plusieurs parties sur ce dernier sujet, qui avait rapidement « disparu » de son site sous la pression de l’ADL.
http://www.amazon.com/dp/0595296823/?tag=unco037-20
Je n’étais pas tout à fait sûr de la crédibilité de ces affirmations, mais il me semblait plausible que le Mossad ait été informé des attaques à l’avance et les ait laissé se produire, en considération des énormes avantages qu’Israël retirerait de la réaction anti-arabe qui s’en suivrait. Je pense avoir été vaguement conscient du fait que le directeur de la rédaction d’Antiwar.com, Justin Raimondo, avait publié The Terror Enigma, un petit livre sur certains de ces faits étranges, portant le sous-titre provocateur « Le 11 septembre et la connexion israélienne ». En 2007, Counterpunch a aussi publié un article fascinant sur l’arrestation de ce groupe d’agents du Mossad pris sur le fait en train de filmer avec une joie non dissimulée les attaques de New York. L’activité du Mossad semblait bien plus importante que je l’avais cru jusqu’alors. Mais tous ces détails demeuraient un peu flous dans mon esprit, en comparaison de mes préoccupations majeures concernant les guerres en Irak et en Iran.
Cependant, fin 2008, mon objectif avait commencé à changer. Bush quittait ses fonctions sans avoir déclenché une guerre en Iran et les États-Unis avaient réussi à esquiver le danger d’un gouvernement encore plus dangereux avec John McCain. Je pensais que Barack Obama serait un très mauvais président et il s’est avéré pire que ce que je pensais, mais je poussais quand même un soupir de soulagement chaque jour qu’il était à la Maison-Blanche.
En outre, à peu près à la même époque, je suis tombé sur un détail étonnant des attentats du 11 septembre qui témoignait de la profondeur remarquable de ma propre ignorance. Dans un article de Counterpunch, j’avais découvert qu’immédiatement après les attentats, le supposé cerveau terroriste Oussama ben Laden avait publiquement nié toute implication, affirmant même qu’aucun bon musulman n’aurait commis de tels actes.
Après avoir vérifié cette information, j’étais stupéfait. Les attentats terroristes du 11 septembre étaient non seulement l’attaque terroriste la plus réussie de l’histoire du monde, mais ils avaient sans doute eu un impact plus grand que toutes les opérations terroristes passées. L’objectif du terrorisme est de permettre à une petite organisation de montrer au monde qu’elle peut infliger de lourdes pertes à un État puissant, et je n’avais jamais entendu parler d’un dirigeant terroriste qui nierait son rôle dans une opération réussie, encore moins la plus grande de l’histoire. Quelque chose semblait extrêmement bizarre dans le récit médiatique que j’avais accepté jusque-là. J’ai commencé à me demander si je n’avais pas été tout autant trompé que les dizaines de millions d’Américains qui, en 2003 et 2004, croyaient naïvement que Saddam avait été le cerveau des attentats du 11 septembre. Nous vivons dans un monde d’illusions générées par nos médias et j’ai soudainement eu une impression qui pourrait se comparer à la découverte d’une déchirure dans le décor en papier-mâché affiché à l’arrière-plan d’un studio de Hollywood. Si Oussama ben Laden n’était pas l’auteur du 11 septembre, quels autres énormes mensonges avais-je aveuglément avalés ?
Quelques années plus tard, je suis tombé sur une chronique très intéressante d’Eric Margolis, un éminent journaliste de politique étrangère canadien, purgé des médias télévisés pour sa vive opposition à la guerre en Irak. Il avait longtemps publié une chronique hebdomadaire dans le Toronto Sun et, lorsque son contrat a pris fin, il a utilisé sa dernière chronique pour publier un long texte qui exprimait ses doutes très forts sur l’histoire officielle du 11 septembre, soulignant que l’ancien directeur des renseignements pakistanais avait déclaré qu’Israël était derrière les attaques. …
J’ai finalement découvert qu’en 2003, l’ex-ministre allemand Andreas von Bülow avait publié un best-seller suggérant que la CIA, plutôt que Ben Laden, était à l’origine des attentats. En 2007, l’ancien président italien Francesco Cossiga avait également soutenu que la CIA et le Mossad en étaient responsable, ajoutant que ce fait était bien connu des agences de renseignement occidentales.
Au fil des ans, toutes ces affirmations discordantes avaient progressivement renforcé mes soupçons sur l’histoire officielle du 11 septembre, mais ce n’est que très récemment que j’ai enfin trouvé le temps de commencer à enquêter sérieusement sur le sujet et de lire huit ou dix des principaux ouvrages de « 9/11 truthers », principalement ceux du professeur David Ray Griffin, le leader dans ce domaine. Et ses livres, ainsi que les écrits de ses nombreux collègues et alliés, m’ont fait découvrir toutes sortes de détails très révélateurs. J’ai également été très impressionné par le grand nombre d’individus réputés, sans orientation idéologique apparente, qui ont rejoint au fil des ans le « mouvement pour la Vérité sur le 11 septembre » (9/11 Truth movement). …
Lorsque des affirmations d’une nature extrêmement controversée sont faites pendant de nombreuses années par de nombreux universitaires et experts réputés, et qu’elles sont entièrement ignorées ou réprimées mais jamais réfutées, une conclusion raisonnable s’impose. D’après mes lectures très récentes à ce sujet, les failles dans l’histoire officielle du 11 septembre se comptent par dizaines. La plupart de ces éléments semblent raisonnablement établis et, même si nous n’en admettions que deux ou trois comme absolument certains, nous devrions rejeter totalement le récit qu’on nous a fait croire pendant si longtemps. …
Je ne suis qu’un amateur dans l’art complexe d’extraire des pépites de vérité d’une montagne de mensonges fabriqués. Bien que les arguments du « mouvement pour la Vérité sur le 11 septembre » me semblent tout à fait convaincants, je me sentirais évidemment beaucoup plus confortable s’ils étaient soutenus par un professionnel expérimenté, tel qu’un analyste de la CIA. Il y a quelques années, j’ai été choqué d’apprendre que c’était effectivement le cas.
William Christison avait passé 29 ans à la CIA, jusqu’à en devenir l’un des cadres supérieurs en tant que directeur du Bureau d’analyse régionale et politique, avec 200 analystes sous sa direction. En août 2006, il publia un article remarquable de 2 700 mots expliquant pourquoi il ne croyait plus à l’histoire officielle du 11 septembre et était convaincu que le rapport de la Commission sur le 11 septembre était un camouflage. L’année suivante, il a vigoureusement endossé l’un des livres de Griffin, en écrivant : « [Il y a] un faisceau de preuves montrant que l’explication officielle du gouvernement américain sur les événements du 11 septembre 2001 est une série monstrueuse de mensonges. » Et le scepticisme extrême de Christison à l’égard des attentats du 11 septembre était appuyé par celui de nombreux autres anciens agents de renseignement américains très respectés.
Lorsqu’un ancien agent de renseignement du niveau de Christison dénonce le rapport officiel sur le 11 septembre comme une fraude et une dissimulation, on pourrait s’attendre à ce que son article fasse la une des journaux. Mais il n’a jamais été rapporté nulle part dans nos médias grand public, et je ne l’ai découvert que dix ans plus tard.
Même nos médias supposés « alternatifs » étaient presque aussi silencieux. Tout au long des années 2000, Christison et son épouse Kathleen, également ancienne analyste de la CIA, avaient régulièrement contribué à Counterpunch, y publiant plusieurs dizaines d’articles. Ils en étaient certainement les auteurs les plus reconnus en matière de renseignement et de sécurité nationale. Mais le rédacteur en chef Alexander Cockburn a refusé de publier leur scepticisme à l’égard des attentats du 11 septembre, de sorte que je n’en ai jamais eu connaissance à ce moment-là. Lorsque, il y a quelques années, j’ai fait part de l’analyse de Christison à l’actuel directeur de publication de Conterpunch, Jeffrey St. Clair, celui-ci a été stupéfait de découvrir que l’ami qu’il avait tant apprécié était devenu un « 9/11 truther ». Lorsque même les organes de presse alternatifs servent de gardiens idéologiques, une situation d’ignorance généralisée devient inévitable. …
Avec tant de trous béants dans l’histoire officielle des événements survenus il y a dix-sept ans, chacun d’entre nous est libre de choisir de se concentrer sur ceux qu’il considère comme les plus convaincants, et j’en ai plusieurs qui me sont propres. Le professeur de chimie danois Niels Harrit est l’un des savants qui ont analysé les débris des bâtiments détruits et qui y ont détecté la présence résiduelle de nano-thermite, un composé explosif de qualité militaire, et je l’ai trouvé très crédible pendant son interview d’une heure à Red Ice Radio. L’idée que le passeport d’un des pirates de l’air ait été retrouvé intact dans une rue de New York après le crash de son avion est absurde, tout comme l’affirmation selon laquelle le principal pirate de l’air a perdu dans un des aéroports ses bagages contenant une grande quantité de renseignements incriminants. Les témoignages des dizaines de pompiers qui ont entendu des explosions juste avant l’effondrement des tours jumelles semblent totalement inexplicables dans le cadre de l’histoire officielle. L’effondrement soudain et total du bâtiment 7, qui n’a jamais été touché par un avion de ligne, est également extrêmement improbable.

Les attentats du 11 septembre – Qui a fait le coup ?

Supposons maintenant que tous ces éléments soient corrects, et confirment les dires d’anciens analystes de haut rang de la CIA, d’éminents universitaires et de professionnels expérimentés, selon lesquels les attaques du 11 septembre 2001 n’étaient pas ce qu’elles semblaient être. Nous reconnaissons qu’il est extrêmement improbable que trois immenses gratte-ciel de la ville de New York se soient soudainement effondrés à la vitesse de la chute libre sur leurs propres empreintes après que seulement deux d’entre eux eurent été percutés par des avions. Nous admettons également comme pratiquement impossible qu’un gros avion de ligne civil ait frappé le Pentagone en n’y laissant absolument aucune épave et seulement un petit trou. Que s’est-il réellement passé et, plus important encore, qui était derrière tout cela ? [Voir le livre Pentagone pour une explicatin rationelle, NdT]
Il est évidemment impossible de répondre à la première question sans une enquête officielle honnête et approfondie. D’ici là, il ne faut pas s’étonner que de nombreuses hypothèses quelque peu contradictoires aient été avancées et débattues dans la communauté des chercheurs de vérité sur le 11 septembre. Mais la seconde question est probablement la plus importante et la plus pertinente, et je pense qu’elle a toujours représenté une source de grande vulnérabilité des thèses contestataires sur le 11 septembre.
L’approche la plus typique, qui est généralement suivie dans les nombreux livres de Griffin, est d’éviter complètement la question et de se concentrer uniquement sur les lacunes flagrantes du récit officiel. C’est une position tout à fait acceptable, mais qui laisse planer toutes sortes de doutes sérieux. Quel groupe organisé aurait été suffisamment puissant et audacieux pour mener une attaque d’une telle ampleur contre le cœur de la seule superpuissance mondiale ? Et comment a t-il pu orchestrer une couverture médiatique et politique aussi massivement efficace, en faisant même appel à la participation du gouvernement américain lui-même ?
Ceux qui choisissent d’adresser la question des auteurs du complot semblent se recruter principalement parmi les militants et internautes de base, plutôt que parmi les experts prestigieux, et la réponse généralement apportée est : « inside job ! » Les tenants de cette thèse pensent que des hauts dirigeants politiques de l’administration Bush, probablement le vice-président Dick Cheney et le ministre de la Défense Donald Rumsfeld, ont organisé les attaques terroristes, avec ou sans la connaissance de leur supérieur nominal, le président George W. Bush. Parmi les mobiles suggérés figurent la justification d’attaques militaires contre divers pays, le soutien des intérêts financiers de la puissante industrie pétrolière et du complexe militaro-industriel, et la possibilité de détruire les libertés civiles américaines. Puisque dans leur grande majorité les truthers politiquement actifs se situent à l’extrême gauche du spectre idéologique, ils considèrent ces notions comme logiques et presque évidentes.
Bien que n’approuvant pas explicitement ces théories du complot, le documentaire du réalisateur gauchiste Michael Moore, Fahrenheit 9/11, semble soulever des soupçons similaires. Son documentaire à petit budget lui a rapporté la somme étonnante de 220 millions de dollars, en suggérant que des collusions étroites entre la famille Bush, Cheney, les compagnies pétrolières et les Saoudiens étaient responsables de la guerre en Irak, ainsi que de la répression interne des libertés civiles, laquelle faisait partie intégrante de l’agenda républicain d’extrême droite.

Malheureusement, ce tableau apparemment plausible n’a presque aucun fondement dans la réalité. Pendant la guerre en Irak, j’ai lu dans le Times des articles interviewant de nombreuses personnalités de l’industrie pétrolière du Texas qui ont exprimé leur perplexité quant aux raisons pour lesquelles l’Amérique avait l’intention d’attaquer Saddam, concluant que le président Bush devait savoir quelque chose qu’ils ignoraient eux-mêmes. Les dirigeants saoudiens s’opposaient catégoriquement à une attaque américaine contre l’Irak et faisaient tout leur possible pour l’empêcher. Avant de rejoindre l’administration Bush, Cheney avait été PDG de Halliburton, un géant des services pétroliers, et son entreprise avait fait pression pour la levée des sanctions économiques américaines contre l’Irak. James Petras, un érudit marxiste, a publié en 2008 un excellent livre intitulé Zionism, Militarism, and the Decline of US Power, dans lequel il a démontré de manière concluante que ce sont les intérêts sionistes plutôt que ceux de l’industrie pétrolière qui ont dominé l’administration Bush à la suite des attaques du 11 septembre, et encouragé la guerre en Irak.
Quant au film de Michael Moore, je me souviens qu’à l’époque, un de mes amis (juif) et moi-même avions trouvé risible l’idée qu’un gouvernement si largement imprégné de néoconservateurs fanatiquement pro-israéliens soit présenté comme étant de mèche avec les Saoudiens. Non seulement l’intrigue du film de Moore illustrait la puissance redoutable du Hollywood juif, mais son énorme succès démontrait que le public américain dans son ensemble n’avait aucune idée de qui étaient les néoconservateurs.
Les critiques de Bush ont ridiculisé à juste titre le président pour sa déclaration selon laquelle les terroristes du 11 septembre avaient attaqué l’Amérique « pour ses libertés » et les « 9/11 truthers » ont raisonnablement qualifié d’invraisemblables les affirmations selon lesquelles les attaques massives étaient organisées par un prédicateur islamique vivant dans des grottes. Mais l’idée que ces attaques aient été dirigées et organisées par les plus hautes personnalités de l’administration Bush semble encore plus grotesque.
Cheney et Rumsfeld avaient tous deux été pendant des décennies les piliers de l’aile modérée et pro-business du Parti républicain, chacun occupant des postes gouvernementaux de premier plan, ainsi que les postes de PDG de grandes entreprises. L’idée qu’ils ont mis un terme à leur carrière en se joignant à une nouvelle administration républicaine au début de 2001 et qu’ils ont immédiatement entrepris d’organiser une gigantesque attaque terroriste sous faux drapeau contre les tours qui faisaient la fierté de notre plus grande ville et contre notre quartier général militaire, dans le but de tuer des milliers d’Américains, est trop ridicule pour être même digne d’une satire d’extrême-gauche.
Revenons un peu en arrière. Dans toute l’histoire du monde, je ne connais aucun cas documenté dans lequel les plus hauts dirigeants politiques d’un pays aient lancé une attaque majeure sous faux drapeau contre ses propres centres de pouvoir et de finances et tenté de tuer un grand nombre de ses propres citoyens. L’Amérique de 2001 était un pays pacifique et prospère dirigé par des dirigeants politiques relativement insipides qui se concentraient sur les objectifs républicains traditionnels, à savoir l’adoption de réductions d’impôts pour les riches et la réduction des réglementations environnementales. Trop de « 9/11 truthers » semblent avoir tiré leur compréhension du monde des caricatures de gauche dans lesquelles les républicains d’entreprise sont tous de diaboliques Dr Evils, cherchant à tuer des Américains par pure malveillance. Cockburn avait absolument raison de les ridiculiser au moins sur ce point particulier.
Nous devons aussi considérer les aspects pratiques de la situation. La nature gigantesque des attentats du 11 septembre, tels que les imaginent les truthers, aurait nécessité une énorme planification et probablement le travail de plusieurs dizaines, voire de centaines, d’agents qualifiés. Ordonner à des agents de la CIA ou à des unités militaires spéciales d’organiser des attaques secrètes contre des cibles civiles au Venezuela ou au Yémen est une chose, mais leur ordonner d’organiser des attaques contre le Pentagone et le cœur de la ville de New York serait prendre un risque faramineux.
Bush avait perdu le vote populaire en novembre 2000 et n’était arrivé à la Maison-Blanche qu’en raison de quelques anomalies en Floride et de la décision controversée d’une Cour suprême profondément divisée. En conséquence, la plupart des médias américains considéraient son nouveau gouvernement avec beaucoup d’hostilité. Si le premier acte d’une telle équipe présidentielle nouvellement assermentée avait été d’ordonner à la CIA ou à l’armée de préparer des attaques contre New York et le Pentagone, ces ordres auraient certainement été considérés comme émanant d’un groupe de fous et auraient immédiatement fait l’objet d’une fuite dans la presse nationale hostile.
Le scénario selon lequel les principaux dirigeants américains seraient les cerveaux derrière les attentats du 11 septembre est plus que ridicule, et ceux qui prétendent ou insinuent de telles affirmations, sans la moindre preuve solide, ont malheureusement joué un rôle majeur en discréditant l’ensemble de leur mouvement. En fait, la logique du scénario « inside job » est si manifestement absurde et contre-productive qu’on pourrait même soupçonner que cette affirmation a été encouragée par ceux qui cherchaient à discréditer l’ensemble du « mouvement pour la Vérité sur le 11 septembre ».
La focalisation sur Cheney et Rumsfeld semble particulièrement mal orientée. Bien que je n’aie jamais rencontré ni eu de relations avec l’un ou l’autre de ces individus, j’ai été très activement impliqué dans la politique nationale dans les années 1990, et je peux dire avec une certaine assurance qu’avant le 11 septembre, aucun d’eux n’était considéré comme néoconservateur. Au lieu de cela, ils étaient les exemples archétypiques de Républicains modérés pro-business, depuis leurs années à la tête de l’administration Ford au milieu des années 1970.
Les sceptiques sur ce point feront remarquer qu’ils ont signé la déclaration de 1997 du Project for the New American Century (PNAC), un important manifeste de politique étrangère néoconservatrice organisé par Bill Kristol. Mais je considère cela comme un faux-fuyant. Dans les cercles de Washington, les gens recrutent toujours leurs amis pour qu’ils signent diverses déclarations, et je me souviens que Kristol a également essayé de me faire signer la déclaration du PNAC. Étant donné que mes opinions personnelles sur cette question étaient totalement contraires à la position des néoconservateurs, que je considérais comme une folie de politique étrangère, j’ai poliment rejeté sa demande. Mais j’étais en bons termes avec lui à l’époque, et si je n’avais pas eu d’opinions arrêtées dans ce domaine, j’aurais peut-être été convaincu de signer.
Cela soulève un point plus important. En 2000, les néoconservateurs avaient pris le contrôle presque total de tous les grands médias conservateurs et républicains et de la branche de politique étrangère de presque tous les groupes de réflexion de Washington de même tendance, en purgeant avec succès la plupart de leurs adversaires traditionnels. Ainsi, bien que Cheney et Rumsfeld ne soient pas eux-mêmes des néoconservateurs, ils nageaient dans une mer de néoconservateurs, et la plus grande partie des informations qu’ils recevaient provenaient des néoconservateurs, leurs principaux assistants comme « Scooter » Libby, Paul Wolfowitz, et Douglas Feith étant eux-mêmes néoconservateurs. Rumsfeld était déjà quelque peu âgé, et Cheney avait subi plusieurs crises cardiaques depuis l’âge de 37 ans, de sorte que dans ces circonstances, il peut avoir été relativement facile de les orienter vers certaines positions politiques.
La diabolisation de Cheney et de Rumsfeld dans les cercles anti-guerre d’Irak m’a toujours semblé quelque peu suspecte. Je me suis toujours demandé si les médias libéraux fortement juifs avaient concentré leur colère sur ces deux individus afin d’occulter la culpabilité des néoconservateurs juifs qui étaient à l’origine de cette politique désastreuse ; et il en va peut-être de même pour les 9/11 truthers, qui craignent certainement d’être accusés d’antisémitisme. En ce qui concerne cette première question, un éminent chroniqueur israélien s’est exprimé de façon brutale sur la question en 2003, suggérant que 25 intellectuels néoconservateurs, presque tous juifs, étaient les principaux responsables de la guerre. Dans des circonstances normales, le président lui-même aurait certainement été dépeint comme le cerveau maléfique derrière le complot du 11 septembre, mais « W » était trop largement connu pour son ignorance pour que de telles accusations soient crédibles.
Il semble tout à fait plausible que Cheney, Rumsfeld et d’autres hauts dirigeants de l’administration Bush aient été manipulés pour prendre certaines mesures qui, par inadvertance, ont favorisé le complot du 11 septembre. De même, il est plausible que quelques personnes nommées par Bush à un niveau inférieur aient été plus directement impliquées, peut-être même comme conspirateurs directs. Mais ce n’est pas ce qu’entendent ceux qui parlent d’un complot « inside job ».
Où en sommes-nous ? Il semble très probable que les attaques du 11 septembre 2001 aient été le fait d’une organisation beaucoup plus puissante et professionnelle qu’une bande de dix-neuf Arabes aléatoires armés de cutters. Mais il me semble également assuré que les attaques n’ont pas pu être le fait du gouvernement américain lui-même. Alors, qui a attaqué notre pays en ce jour fatidique, il y a dix-sept ans, tuant des milliers de nos concitoyens ?
Les opérations de renseignement et d’infiltration les plus efficaces sont dissimulées dans un labyrinthe de miroirs, de sorte qu’il est extrêmement difficile d’en identifier les auteurs. Les attaques terroristes sous faux drapeaux fonctionnent selon ce principe. Mais nous pouvons leur appliquer une métaphore différente : le complexité de tels événements peut être considérée comme un nœud gordien, presque impossible à démêler, mais vulnérable au coup d’épée qui consiste à poser la simple question « Qui en a bénéficié ? ».
Ni l’Amérique ni le monde en général n’ont bénéficié des attaques du 11 septembre. L’héritage désastreux de ce jour fatidique a transformé notre propre société pour le pire et a détruit de nombreux autres pays. Les interminables guerres américaines qui ont suivi le 11 septembre nous ont déjà coûté plusieurs milliers de milliards de dollars et ont mis notre pays sur la voie de la faillite, tout en tuant ou forçant à l’exil des millions de personnes innocentes du Moyen-Orient. Plus récemment, ce flot de réfugiés désespérés a commencé à engloutir l’Europe, et la paix et la prospérité de cet ancien continent sont désormais gravement menacées.
Nos libertés civiles et nos protections constitutionnelles traditionnelles ont été considérablement érodées, et notre société est en passe de devenir un véritable État policier. Les citoyens américains acceptent désormais passivement les atteintes inimaginables à leurs libertés individuelles, toutes décrétées sous le couvert de la prévention du terrorisme.
Je ne vois aucun pays au monde qui ait clairement tiré profit des attaques du 11 septembre 2001 et de la réaction militaire des États-Unis, à une seule exception près.
En 2000 et pendant la majeure partie de 2001, l’Amérique était un pays pacifique et prospère, mais une petite nation du Moyen-Orient s’était trouvée dans une situation de plus en plus désespérée. Israël semblait alors lutter pour sa vie contre les vagues massives de terrorisme intérieur qui constituaient la deuxième Intifada palestinienne.
Il était largement admis qu’Ariel Sharon a délibérément provoqué ce soulèvement en septembre 2000 en marchant jusqu’au Mont du Temple avec l’appui d’un millier de policiers armés, et la violence et la polarisation de la société israélienne qui en ont résulté l’ont installé avec succès comme Premier ministre au début de 2001. Mais une fois au pouvoir, ses mesures brutales n’ont pas réussi à mettre fin à la vague d’attaques continues, qui prenait de plus en plus la forme d’attentats-suicides contre des cibles civiles. Beaucoup croyaient que la violence pourrait bientôt déclencher un exode massif de citoyens israéliens, produisant peut-être une spirale fatale pour l’État juif. L’Irak, l’Iran, la Libye et d’autres grandes puissances musulmanes soutenaient les Palestiniens avec de l’argent, de la rhétorique et parfois des armes, et la société israélienne semblait prête à s’effondrer. Je me souviens avoir entendu de la bouche de certains de mes amis de Washington que de nombreux experts israéliens en politique cherchaient soudainement des postes de parachutage chez les néoconservateurs afin de s’installer en Amérique.
Sharon était un leader notoirement sanguinaire et imprudent, avec une longue histoire de décisions stratégiques d’une audace étonnante, pariant parfois tout sur un seul coup de dés. Il avait passé des décennies à chercher le poste de Premier ministre, mais après l’avoir finalement obtenu, il était maintenant dos au mur, sans qu’aucune bouée de sauvetage ne soit en vue.
Les attentats du 11 septembre ont tout changé. Soudain, la seule superpuissance mondiale s’est pleinement mobilisée contre les mouvements terroristes arabes et musulmans, en particulier ceux liés au Moyen-Orient. Les alliés néoconservateurs de Sharon en Amérique ont profité de la crise inattendue pour prendre le contrôle de la politique étrangère et de l’appareil de sécurité nationale de l’Amérique. Un membre du personnel de la NSA rapporta plus tard que des généraux israéliens entraient librement dans les salles du Pentagone sans aucun contrôle sécuritaire. Pendant ce temps, l’excuse de la prévention du terrorisme intérieur a été utilisée pour mettre en place de nouveaux contrôles de police américains centralisés qui ont été utilisés pour harceler ou même fermer diverses organisations politiques antisionistes. Un des agents du Mossad israélien arrêtés par la police à New York alors que lui et ses compagnons célébraient les attaques du 11 septembre et produisaient un film souvenir des tours en feu du World Trade Center a déclaré aux policiers au moment de son interpellation : « Nous sommes Israéliens… Vos problèmes sont nos problèmes. » Et c’est effectivement ce qui s’est passé.
Le général Wesley Clark a rapporté que peu de temps après les attentats du 11 septembre 2001, il a été informé qu’un plan militaire secret avait été mis en place, selon lequel l’Amérique allait attaquer et détruire sept grands pays musulmans au cours des prochaines années, dont l’Irak, l’Iran, la Syrie et la Libye, qui étaient par coïncidence les plus grands ennemis régionaux d’Israël et les principaux défenseurs des Palestiniens. Alors que l’Amérique commençait à dépenser d’énormes océans de sang et d’argent pour attaquer tous les ennemis d’Israël après le 11 septembre 2001, Israël lui-même n’avait plus besoin de le faire. C’est en partie pour cette raison qu’aucun autre pays au monde n’a amélioré aussi considérablement sa situation stratégique et économique au cours des dix-sept dernières années, alors même qu’une grande partie de la population américaine s’est appauvrie pendant cette même période et que notre dette nationale a atteint un niveau insurmontable. Un parasite peut souvent devenir gras même si son hôte souffre et décline.
J’ai souligné que pendant de nombreuses années après les attentats du 11 septembre, j’avais accordé peu d’attention aux détails et n’avais qu’une vague idée qu’il existait même un mouvement organisé pour la vérité sur le 11 septembre. Mais si quelqu’un m’avait convaincu que les attaques terroristes avaient été des opérations sous faux drapeaux et que quelqu’un d’autre qu’Oussama ben Laden en était responsable, j’aurais immédiatement pensé à Israël et son Mossad.
Aucun autre pays au monde ne peut rivaliser avec le bilan d’Israël en matière d’assassinats de haut niveau et d’attaques sous faux drapeaux, terroristes ou autres, contre d’autres pays, y compris l’Amérique et ses forces militaires. De plus, l’énorme domination des éléments juifs et pro-israéliens dans les grands médias américains et, de plus en plus, dans ceux des autres grands pays occidentaux, a toujours fait en sorte que, même lorsque des preuves solides de telles attaques par Israël ont été découvertes, très peu d’Américains ordinaires en ont jamais entendu parler. …
Dès lors que nous acceptons que les attentats du 11 septembre 2001 étaient une opération sous faux drapeaux, un indice central nous permettant d’identifier les coupables est l’extraordinaire capacité de ces derniers à faire en sorte que la moisson d’incohérences relevées par les chercheurs de vérité restent totalement ignorée par tous les médias américains, libéraux ou conservateurs, de gauche ou de droite. …
Dans le cas en question, le nombre considérable de zélés néoconservateurs pro-israéliens placés juste sous la surface visible de l’administration Bush en 2001 a pu grandement faciliter à la fois l’organisation des attaques et leur dissimulation, avec, parmi les noms les plus connus : Libby, Wolfowitz, Feith et Richard Perle. La question de savoir si ces individus faisaient parti des conspirateurs ou ont simplement servi de relais aux conspirateurs n’est pas claire.
La plupart des éléments donnés dans cet article sont certainement connus depuis longtemps des observateurs avertis, et je suppose que de nombreuses personnes qui avaient accordé plus d’attention que moi aux détails des attaques du 11 septembre 2001 ont pu rapidement en tirer la même conclusion bien avant moi. Mais pour des raisons sociales et politiques évidentes, il y a une grande réticence à accuser publiquement Israël d’une affaire d’une telle ampleur. Ainsi, à l’exception de quelques militants marginaux ici et là, ces sombres soupçons sont restés privés.
Pendant ce temps, les militants du « mouvement pour la Vérité sur le 11 septembre » craignaient probablement d’être détruits par les accusations d’antisémitisme s’ils avaient jamais exprimé ne serait-ce qu’un murmure de telles idées. Cette stratégie politique était peut-être nécessaire, mais en ne nommant aucun coupable plausible, ils ont créé un vide qui a rapidement été comblé par des « idiots utiles » qui ont crié « inside job » en pointant un doigt accusateur vers Cheney et Rumsfeld, et ont ainsi beaucoup contribué à discréditer leur propre mouvement.
Cette malheureuse conspiration du silence a finalement pris fin en 2009 lorsque le Dr Alan Sabrosky, ancien directeur des études au Collège de guerre de l’armée américaine, a déclaré publiquement que le Mossad israélien était très probablement responsable des attaques du 11 septembre. Après avoir rédigé une série de chroniques sur le sujet, il a finalement présenté ses vues dans plusieurs entrevues avec les médias, et a apporté des analyses supplémentaires.
Évidemment, de telles charges n’ont jamais atteint les pages de mon Times du matin, mais elles ont fait l’objet d’une importante couverture, bien que transitoire, dans certaines parties des médias alternatifs, et je me souviens avoir vu les liens très en évidence sur Antiwar.com et des discussions ailleurs. Je n’avais jamais entendu parler de Sabrosky auparavant, alors j’ai consulté mon système d’archivage et j’ai immédiatement découvert qu’il avait une bibliographie très respectable de publications sur les affaires militaires dans les périodiques de politique étrangère et qu’il avait également occupé une série de postes universitaires dans des établissements prestigieux. En lisant un ou deux de ses articles sur le 11 septembre, j’ai eu l’impression qu’il avait présenté des arguments assez convaincants en faveur de la participation du Mossad, dont certains m’étaient déjà familiers.
Comme j’étais très occupé avec mon travail de logiciel et que je n’avais jamais passé du temps à enquêter sur le 11 septembre ou à lire les livres sur le sujet, ma foi en ses affirmations à l’époque était évidemment très limitée. Mais maintenant que j’ai enfin étudié le sujet de manière beaucoup plus détaillée, je pense son analyse de 2009 tout à fait correcte.
Je recommanderais particulièrement sa longue interview de 2011 à la télévision iranienne Press TV, que j’ai regardée il y a à peine quelques jours. Il a semblé très crédible et direct dans ses affirmations.
Il a aussi apporté une conclusion plus approfondie dans une interview plus longue en 2010.
Sabrosky a concentré une grande partie de son attention sur un segment particulier d’un film documentaire néerlandais sur les attentats du 11 septembre produit plusieurs années auparavant. Dans cette interview fascinante, un expert en démolition professionnel nommé Danny Jowenko a identifié l’effondrement filmé du bâtiment 7 du WTC – dont il ignorait jusque-là l’existence – comme une démolition contrôlée, et cet extrait remarquable a été diffusé sur Press TV et discuté mondialement sur Internet.
Par une coïncidence très étrange, trois jours seulement après que l’interview vidéo diffusée par Jowenko eut reçu une telle attention, il eut le malheur de mourir dans une collision frontale avec un arbre en Hollande. Je soupçonne que la communauté des experts professionnels en démolition est petite, et les collègues de Jowenko dans l’industrie ont pu rapidement conclure que de graves malheurs pourraient se produire chez ceux qui rendent des avis d’experts controversés sur l’effondrement des trois tours du World Trade Center.
Pendant ce temps, l’ADL a rapidement déployé des efforts colossaux pour faire interdire Press TV en Occident sous l’accusation d’avoir avoir promu des « théories du complot antisémites », persuadant même YouTube d’éliminer complètement ses colossales archives vidéo, notamment celle de Sabrosky.
Plus récemment, Sabrosky a fait une présentation d’une heure lors de la vidéoconférence Deep Truth en juin dernier, au cours de laquelle il a exprimé un grand pessimisme sur la situation politique des États-Unis et a laissé entendre que le contrôle sioniste sur notre politique et nos médias s’était encore renforcé au cours de la dernière décennie.
Sa discussion a rapidement été rediffusée par Guns & Butter, une émission radiophonique progressiste de premier plan, qui en conséquence a été purgée de sa radio d’attache après dix-sept ans de grande popularité nationale et d’un fort soutien des auditeurs.
Le regretté Alan Hart, journaliste de radio et de télévision britannique et correspondant à l’étranger, a également rompu son silence en 2010 et a aussi indiqué que les Israéliens étaient probablement les responsables des attentats du 11 septembre. Les personnes intéressées voudront peut-être écouter son long entretien à ce sujet.
Le journaliste Christopher Bollyn a été l’un des premiers auteurs à explorer les liens possibles entre Israël et les attentats du 11 septembre, et les détails contenus dans sa longue série d’articles de journaux sont souvent cités par d’autres chercheurs. En 2012, il a rassemblé ce matériel et l’a publié sous la forme d’un livre intitulé Solving 9-11, mettant ainsi ses informations sur le rôle possible du Mossad israélien à la disposition d’un public beaucoup plus large, une version étant maintenant disponible en ligne.
Malheureusement, son volume imprimé souffre gravement du manque typique de ressources dont souffrent les écrivains politiques marginaux, avec une mauvaise organisation et la répétition fréquente des mêmes points en raison du fait que le livre trouve son origine dans un ensemble d’articles individuels. Ceux qui l’achètent doivent donc être mis en garde contre ces faiblesses stylistiques.
Le journaliste français Laurent Guyénot a fourni récemment un bien meilleur résumé des nombreuses preuves montrant la mainmise israélienne sur les attentats du 11 septembre dans son livre JFK-9/11 : 50 Years of the Deep State de 2017 et dans son article de 8 500 mots « 9/11 was an Israeli Job » [traduit sur notre site, NdSF], publié parallèlement à celui-ci et fournissant beaucoup plus de détails que mon présent article. Bien que je n’adhère pas nécessairement à toutes ses affirmations et tous ses arguments, son analyse globale semble tout à fait conforme à la mienne.
Ces auteurs ont fourni beaucoup d’éléments à l’appui de l’hypothèse du Mossad israélien, mais je voudrais attirer l’attention sur un seul précis. On s’attendrait normalement à ce que des attentats terroristes entraînant la destruction complète de trois gigantesques immeubles de bureaux à New York, couplée à une attaque aérienne contre le Pentagone, soient une opération d’une ampleur et d’une complexité énorme, impliquant une infrastructure organisationnelle et des effectifs très considérables. Au lendemain des attentats, le gouvernement américain a déployé de grands efforts pour localiser et arrêter les conspirateurs islamiques survivants, mais n’a guère réussi à en trouver un seul. Apparemment, ils étaient tous morts dans les attaques eux-mêmes ou simplement disparus dans les airs.
Mais sans faire beaucoup d’efforts, le gouvernement américain a rapidement rassemblé et arrêté quelque 200 agents du Mossad, dont beaucoup étaient basés exactement dans les mêmes lieux géographiques que les 19 prétendus pirates de l’air arabes. De plus, la police de New York a arrêté certains de ces agents qui venaient de célébrer publiquement les attentats du 11 septembre. D’autres ont été interceptés dans la région de New York au volant de fourgonnettes contenant des explosifs ou leurs traces résiduelles. La plupart de ces agents du Mossad ont refusé de répondre à toutes les questions, et beaucoup ont échoué aux tests polygraphiques, mais sous une pression politique massive tous ont finalement été libérés et rapatriés en Israël. Il y a quelques années, une grande partie de cette information a été présentée très efficacement dans une courte vidéo disponible sur YouTube.
Il y a une autre chose fascinante que j’ai très rarement vue mentionnée. Un mois seulement après les attentats du 11 septembre 2001, deux Israéliens ont été pris en flagrant délit d’introduction d’armes et d’explosifs dans le bâtiment du Parlement mexicain, une histoire qui a naturellement fait les manchettes des grands journaux mexicains de l’époque, mais qui a été totalement ignorée par les médias américains. Finalement, sous la pression politique massive, toutes les charges ont été abandonnées et les agents israéliens ont été renvoyés chez eux. Cet incident remarquable n’a été rapporté que sur un petit site Web hispano-activiste, et discuté dans quelques autres endroits. Il y a quelques années, j’ai trouvé sans difficulté sur Internet les premières pages scannées des journaux mexicains relatant ces événements dramatiques, mais je n’arrive plus à les retrouver. Les détails sont évidemment quelque peu fragmentaires et peut-être déformés, mais assez intrigants.
Il va de soit que si, un mois après les attentats du 11 septembre, de prétendus terroristes islamiques avaient fait exploser le Parlement mexicain, le soutien de l’Amérique latine aux invasions militaires américaines au Moyen-Orient aurait été considérablement accru. De plus, toute scène d’une telle destruction massive dans la capitale mexicaine par des terroristes arabes aurait certainement été diffusée sans interruption sur Univision, le réseau hispanophone dominant aux États-Unis, ce qui aurait renforcé le soutien hispanique aux efforts militaires du président Bush.
Bien que mes premiers soupçons au sujet des attaques du 11 septembre remontent à une décennie, mon enquête sérieuse sur le sujet est assez récente. Je suis un nouveau venu dans le domaine. Mais parfois un étranger peut remarquer des choses qui peuvent échapper à l’attention de ceux qui ont passé tant d’années profondément immergés dans le même sujet.
De mon point de vue, une grande partie de la communauté des chercheurs sur les événements du 11 septembre passe beaucoup trop de temps à discuter des détails particuliers des attaques, à débattre de la méthode précise par laquelle les tours du World Trade Center ont été détruites, ou de ce qui a bien pu frapper le Pentagone. Mais ce genre de questions semble avoir peu d’importance en fin de compte.
Je dirais que le seul aspect important de ces questions techniques est de savoir s’il y a des preuves suffisamment solides de la fausseté du récit officiel sur le 11 septembre, et si ces preuves démontrent que les attaques ont été le fait d’une organisation sophistiquée ayant accès à une technologie militaire de pointe, plutôt que de 19 Arabes armés de cutters. Au-delà de cela, aucun de ces détails n’a vraiment d’importance.
À cet égard, je crois que le volume de données factuelles recueillies par les chercheurs au cours des dix-sept dernières années a facilement répondu à cette exigence, peut-être même dix ou vingt fois plus que nécessaire. Par exemple, le simple fait de s’entendre sur un seul point particulier tel que la présence évidente de nano-thermite, un composé explosif de qualité militaire, satisferait immédiatement à ces deux critères. Je ne vois donc pas l’intérêt de débats interminables sur la question de savoir si la nano-thermite a été utilisée, ou la nano-thermite plus quelque chose d’autre, ou tout simplement autre chose. De tels débats techniques complexes peuvent servir à obscurcir le tableau d’ensemble, tout en confondant et en intimidant tout observateur désinvolte, ce qui va à l’encontre des objectifs généraux du « mouvement pour la vérité sur le 11 septembre ».
Une fois que nous avons conclu que les coupables faisaient partie d’une organisation très sophistiquée, nous pouvons nous concentrer sur le « Qui » et le « Pourquoi », qui sont des questions plus importantes que les détails particuliers du « Comment ». Pourtant, à l’heure actuelle, le débat sans fin sur le « Comment » tend à évincer le « Qui » et le « Pourquoi », et je me demande dans quelle mesure cette situation malheureuse n’est pas intentionnelle.
Il est possible que l’explication de cette situation soit la suivante : si les 9/11 truthers sincères se concentraient sur ces questions plus importantes du « Qui » et du « Pourquoi », ils verraient clairement que tout pointe dans une seule direction : Israël et son service de renseignement, le Mossad. Israël avait le mobile, la capacité et les moyens d’une telle opération. Or accuser Israël et ses collaborateurs américains de la plus grande attaque jamais lancée contre les États-Unis sur notre propre sol comporte d’énormes risques sociaux et politiques pour l’accusateur.
Mais ces risques doivent être mis en balance avec la réalité des trois mille vies civiles américaines et les dix-sept années de nos guerres de plusieurs milliers de milliards de dollars, qui ont fait des dizaines de milliers de morts et de blessés parmi les soldats américains et provoqué la mort ou le déplacement forcé de plusieurs millions de personnes innocentes au Moyen-Orient.
Les membres du « mouvement pour la Vérité sur le 11 septembre » devraient donc se demander si oui ou non la « vérité » est bien le but central de leurs efforts.

Des réalités historiques importantes, longtemps cachées à la vue de tous

Nombre des événements évoqués ci-dessus comptent parmi les plus importants de l’histoire américaine moderne, et les preuves à l’appui de l’analyse controversée fournie semblent assez substantielles. De nombreux observateurs contemporains auraient certainement eu connaissance d’au moins certaines des informations clés, de sorte que des enquêtes médiatiques sérieuses auraient dû être lancées qui auraient rapidement mis au jour une grande partie des éléments restants. Pourtant, rien de tel ne s’est produit à l’époque, et même aujourd’hui, la grande majorité des Américains restent totalement ignorants de ces faits établis de longue date.

Ce paradoxe s’explique par l’influence politique et médiatique écrasante des partisans ethniques et idéologiques d’Israël, qui ont fait en sorte que certaines questions n’ont pas été posées ni certains points cruciaux soulevés. Tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, notre compréhension du monde a été façonnée de manière écrasante par nos médias électroniques centralisés, qui étaient presque entièrement aux mains des Juifs pendant cette période, les trois réseaux de télévision et huit des neuf grands studios d’Hollywood étant détenus ou contrôlés par de telles personnes, ainsi que la plupart de nos principaux journaux et maisons d’édition. Comme je l’ai écrit il y a quelques années :
Notre inclinaison naturelle est de penser naïvement que nos médias présentent de manière fiable les événements actuels et passés de notre monde. Mais au lieu de cela, l’image qu’ils nous en donnent est bien souvent une suite d’images totalement distordues venant d’un miroir déformant au beau milieu d’un cirque. Les petits événements peuvent être présentés comme immenses, et de grands événements sont présentés comme insignifiants. Les contours de la réalité historique peuvent se voir entourés de formes presque impossibles à reconnaître, des éléments importants disparaissant totalement du récit, tandis que d’autres éléments venant du néant s’y voient ajoutés. J’ai souvent émis l’idée que nos médias créent notre réalité, mais au vu de telles omissions et de telles distorsions, la réalité qu’ils produisent est bien souvent très empreinte de fiction. Il est relativement commun de critiquer la propagande absurde qui sévissait au plus fort des purges de Staline ou lors de la famine en Ukraine, mais nos propres médias, à leur façon, nous servent des récits tout aussi malhonnêtes et absurdes. Et jusqu’à l’arrivée d’internet, la plupart d’entre nous ne pouvait pas même entrevoir sans difficulté l’énormité de ce problème.
Seul l’essor de l’Internet décentralisé au cours des deux dernières décennies a permis la diffusion généralisée et non filtrée des informations nécessaires à une enquête sérieuse sur ces incidents importants. Sans Internet, pratiquement aucun des documents dont j’ai parlé si longuement ne m’aurait jamais été connu. Ostrovsky est peut-être l’un des auteurs les plus vendus du New York Times, avec un million de ses livres imprimés, mais avant Internet, je n’aurais jamais entendu parler de lui.

Une fois que nous avons percé le voile de l’obscurcissement et de la distorsion des médias, certaines réalités de l’après-guerre deviennent claires. La mesure dans laquelle les agents de l’État juif et des organisations sionistes qui l’ont précédé se sont engagés dans les crimes internationaux les plus endémiques et les violations des règles de guerre acceptées est vraiment assez extraordinaire, ayant peut-être peu de parallèles dans l’histoire du monde moderne. Leur utilisation de l’assassinat politique comme outil central de leur art de gouverner rappelle même les activités notoires du Vieux de la Montagne du Moyen-Orient du 13e siècle, dont les techniques mortelles nous ont donné le mot même d’« assassin ».

Dans une certaine mesure, la trajectoire en constante augmentation de la mauvaise conduite internationale d’Israël peut être le résultat naturel de l’impunité totale dont ses dirigeants ont longtemps bénéficié, ne souffrant presque jamais des conséquences négatives de leurs actions. Un petit voleur peut se transformer en cambrioleur, puis en voleur à main armée et finalement en meurtrier s’il en vient à croire qu’il est entièrement à l’abri de toute sanction judiciaire.

Au cours des années 1940, les dirigeants sionistes ont organisé des attaques terroristes massives contre des cibles occidentales et ont assassiné de hauts fonctionnaires britanniques et des Nations unies, mais n’ont jamais payé de prix politique sérieux. Leur probable assassinat du premier secrétaire à la défense américain et leur tentative antérieure d’attentat contre notre président ont été entièrement couverts par nos médias complices. Au milieu des années 1950, les dirigeants du nouvel Israël se sont lancés dans une série d’attaques terroristes sous faux drapeau contre des cibles américaines pendant l’affaire Lavon, et même lorsque leurs agents ont été pris et leur complot révélé, ils n’ont reçu aucune punition. Au vu d’un tel bilan, nous ne devrions peut-être pas être surpris qu’ils aient probablement orchestré l’assassinat du président John F. Kennedy, dont l’élimination réussie leur a donné une influence sans précédent sur la première superpuissance mondiale.

Lors du tristement célèbre incident du Golfe du Tonkin en 1964, un navire américain impliqué dans des activités hostiles au large des côtes vietnamiennes a été attaqué par des torpilleurs nord-vietnamiens. Notre navire a subi peu de dommages et aucune perte, mais les représailles militaires américaines ont déclenché une décennie de guerre, qui a finalement abouti à la destruction de la plus grande partie de ce pays et à la mort de peut-être deux millions de Vietnamiens.

En revanche, lorsque l’USS Liberty a été délibérément attaqué dans les eaux internationales par les forces israéliennes en 1967, tuant ou blessant plus de 200 militaires américains, la seule réponse de ce même gouvernement américain a été la suppression massive de l’incident dans les médias, suivie d’une augmentation du soutien financier à l’État juif. Les décennies qui ont suivi ont vu de nombreuses attaques majeures d’Israël et de son Mossad contre des responsables américains et notre service de renseignement, couronnées finalement par un nouveau complot d’assassinat contre un président américain insuffisamment souple. Mais notre seule réaction a été une soumission politique de plus en plus grande. Compte tenu de ce schéma de réaction, l’énorme pari de 2001 que le gouvernement israélien a finalement pu prendre en organisant les attaques terroristes massives du 11 septembre sous faux drapeau contre notre pays devient beaucoup plus compréhensible.

Bien que plus de sept décennies d’impunité presque totale aient certainement été un facteur nécessaire derrière la remarquable volonté d’Israël de s’appuyer si fortement sur l’assassinat et le terrorisme pour atteindre ses objectifs géopolitiques, des facteurs religieux et idéologiques peuvent également jouer un rôle important. En 1943, le futur Premier ministre israélien Yitzhak Shamir a fait une affirmation assez éloquente dans sa publication sioniste officielle :
Ni l’éthique ni la tradition juives ne peuvent disqualifier le terrorisme en tant que moyen de lutte. Nous sommes très loin d’avoir des scrupules moraux en ce qui concerne notre guerre nationale. Nous avons devant nous le commandement de la Torah, dont la morale surpasse celle de tout autre corps de lois dans le monde : « Vous les effacerez jusqu’au dernier homme ».
Ni Shamir ni aucun autre des premiers dirigeants sionistes n’ont adhéré au judaïsme traditionnel, mais quiconque enquête sur les véritables principes de cette foi religieuse devrait admettre que ses affirmations étaient correctes. Comme je l’ai écrit en 2018 :
Si ces questions rituelles constituaient l’élément central du judaïsme religieux traditionnel, nous pourrions le considérer comme une survie plutôt colorée et excentrique des temps anciens. Mais malheureusement, il y a aussi un côté beaucoup plus sombre, impliquant principalement la relation entre les Juifs et les non-Juifs, avec le terme très désobligeant de goyim souvent utilisé pour décrire ces derniers. Pour le dire franchement, les Juifs ont des âmes divines, pas les Goyims ou Gentils, ces derniers étant simplement des bêtes de forme humaine. En effet, la principale raison d’être des non-Juifs est de servir d’esclaves aux Juifs, certains rabbins de très haut rang affirmant parfois ce fait bien connu. En 2010, le plus haut rabbin séfarade d’Israël a utilisé son sermon hebdomadaire pour déclarer que la seule raison d’être des non-Juifs est de servir les Juifs et de travailler pour eux. L’asservissement ou l’extermination de tous les non-juifs semble être un but implicite ultime de la religion.
La vie juive a une valeur infinie et la vie non-juive n’a aucune valeur, ce qui a des implications politiques évidentes. Par exemple, dans un article publié, un éminent rabbin israélien expliquait que si un Juif avait besoin d’un foie, il serait parfaitement normal, et même obligatoire, de tuer un innocent Gentil et de prendre le sien. Peut-être ne devrions-nous pas être trop surpris qu’Israël soit aujourd’hui largement considéré comme l’un des centres mondiaux du trafic d’organes. …
Ma rencontre, il y a dix ans, avec la description franche, par Shahak, des véritables doctrines du judaïsme traditionnel a certainement été l’une des révélations les plus bouleversantes de toute ma vie. Mais au fur et à mesure que j’en digérais toutes les implications, toutes sortes d’énigmes et de faits déconnectés sont soudain devenus beaucoup plus clairs. Il y avait aussi quelques ironies remarquables, et peu de temps après j’ai plaisanté avec un ami (juif) que j’avais soudainement découvert que le nazisme pouvait mieux être décrit comme un « judaïsme pour les mauviettes » ou peut-être un judaïsme pratiqué par Mère Teresa de Calcutta.
Il est important de garder à l’esprit que presque tous les hauts dirigeants d’Israël ont été fortement laïques dans leurs opinions, aucun d’entre eux n’étant adepte du judaïsme traditionnel. En effet, beaucoup des premiers sionistes étaient plutôt hostiles à la religion, qu’ils méprisaient en raison de leurs croyances marxistes. Cependant, j’ai remarqué que ces doctrines religieuses sous-jacentes peuvent encore exercer une influence considérable dans le monde réel :
De toute évidence, le Talmud n’est guère lu régulièrement par les Juifs ordinaires de nos jours, et je soupçonne qu’en l’absence de rabbins fortement orthodoxes, peut-être la plupart d’entre eux, très peu sont conscients de ses enseignements très controversés. Mais il est important de garder à l’esprit que jusqu’à il y a quelques générations, presque tous les Juifs européens étaient profondément orthodoxes, et même aujourd’hui, je dirais que l’écrasante majorité des adultes juifs avaient des grands-parents orthodoxes. Des modèles culturels et des attitudes sociales très différents peuvent facilement s’infiltrer dans une population beaucoup plus large, en particulier celle qui ignore encore l’origine de ces sentiments, ce qui renforce leur influence méconnue. Une religion basée sur le principe de « Aime ton prochain » peut ou non être viable dans la pratique, mais une religion basée sur « Haïs ton voisin » peut avoir des effets d’entraînement culturels à long terme qui vont bien au-delà de la communauté des personnes profondément pieuses. Si presque tous les Juifs, pendant mille ou deux mille ans, ont appris à ressentir une haine profonde envers tous les non-Juifs et ont également développé une énorme infrastructure de malhonnêteté culturelle pour masquer cette attitude, il est difficile de croire qu’une histoire aussi malheureuse n’a absolument aucune conséquence pour notre monde actuel, ou celui d’un passé relativement récent.
Des pays pratiquant une variété de croyances religieuses et culturelles différentes ont entrepris des attaques militaires impliquant des pertes civiles massives ou le recours à l’assassinat. Mais de telles méthodes sont considérées comme odieuses et immorales par une société fondée sur des principes universalistes, et bien que ces notions éthiques puissent parfois être éclipsées par l’opportunisme, elles peuvent constituer une restriction partielle à l’adoption généralisée de ces pratiques.

En revanche, les actions qui conduisent à la souffrance ou à la mort d’un nombre illimité de païens innocents ne comportent absolument aucun opprobre moral dans le cadre religieux du judaïsme traditionnel, les seules contraintes étant le risque de détection et de punition en représailles. Seule une fraction de la population israélienne actuelle peut raisonner explicitement en des termes aussi durs, mais la doctrine religieuse sous-jacente imprègne implicitement toute l’idéologie de l’État juif.

Le point de vue passé des services de renseignement militaires américains

Les grands événements historiques évoqués dans ce long article ont façonné notre monde actuel, et les attentats du 11 septembre en particulier ont peut-être mis l’Amérique sur la voie de la faillite nationale tout en entraînant la perte d’un grand nombre de nos libertés civiles traditionnelles. Bien que je pense que mon interprétation de ces divers assassinats et attaques terroristes soit probablement correcte, je ne doute pas que la plupart des Américains d’aujourd’hui trouveraient mon analyse controversée choquante et y répondraient probablement avec un scepticisme extrême.

Pourtant, curieusement, si ce même matériel était présenté aux personnes qui ont dirigé l’appareil de sécurité nationale naissant de l’Amérique dans les premières décennies du XXe siècle, je pense qu’elles auraient considéré ce récit historique comme très décourageant mais peu surprenant.
L’année dernière, j’ai lu par hasard un volume fascinant publié en 2000 par l’historien Joseph Bendersky, spécialiste des études sur l’Holocauste, et j’ai discuté de ses remarquables conclusions dans un long article :
Bendersky a consacré dix années complètes de recherches à son livre, fouillant de façon exhaustive les archives du renseignement militaire américain ainsi que les documents personnels et la correspondance de plus de 100 personnalités militaires et officiers du renseignement. « Jewish Threat » s’étend sur 500 pages, dont quelques 1350 notes de bas de page, les sources archivistiques répertoriées occupant à elles seules sept pages complètes. Son sous-titre est « Politiques Anti-Semite de l’U.S. Army » et il fait valoir de manière extrêmement convaincante qu’au cours de la première moitié du XXe siècle et même après, les hauts gradés de l’armée américaine et surtout du renseignement militaire ont fortement souscrit aux notions qui aujourd’hui seraient universellement rejetées comme « théories antisémites du complot ».
En termes simples, les chefs militaires américains de ces décennies croyaient largement que le monde faisait face à une menace directe de la part des Juifs organisés, qui avaient pris le contrôle de la Russie et cherchaient également à renverser et à prendre le contrôle de l’Amérique et du reste de la civilisation occidentale. …
Bien que les prétentions de Bendersky soient certainement extraordinaires, il fournit une énorme quantité de preuves convaincantes à l’appui, citant ou résumant des milliers de dossiers de renseignements déclassifiés, et appuyant son cas en puisant dans la correspondance personnelle de plusieurs des agents en cause. Il démontre de façon concluante qu’au cours des mêmes années où Henry Ford publiait sa série controversée « The International Jew », des idées similaires, mais beaucoup plus tranchantes, étaient omniprésentes dans notre propre communauté du renseignement. En effet, alors que Ford se concentrait surtout sur la malhonnêteté, la malfaisance et la corruption juives, nos professionnels du renseignement militaire considéraient le judaïsme organisé comme une menace mortelle pour la société américaine et la civilisation occidentale en général. D’où le titre du livre de Bendersky. …
Le projet Venona a constitué la preuve définitive de l’ampleur massive des activités d’espionnage soviétique en Amérique, que de nombreux journalistes et historiens du courant dominant nient régulièrement depuis des décennies, et il a également joué un rôle secret crucial dans le démantèlement de ce réseau d’espionnage hostile à la fin des années 40 et dans les années 50. Mais Venona a été presque étouffé un an après sa naissance. En 1944, des agents soviétiques ont pris conscience de l’effort crucial de décryptage du code secret et, peu après, ont fait en sorte que la Maison-Blanche de Roosevelt publie une directive ordonnant l’arrêt du projet et l’abandon de tous les efforts visant à découvrir l’espionnage soviétique. La seule raison pour laquelle Venona a survécu, ce qui nous a permis de reconstruire plus tard la politique fatidique de l’époque, était que l’officier du renseignement militaire responsable du projet, risquant la cour martiale, a désobéi directement à l’ordre présidentiel explicite et à continué son travail.
Cet officier était le colonel Carter W. Clarke, mais sa place dans le livre de Bendersky est beaucoup moins favorable, étant décrit comme un membre éminent de la « clique » antisémite qui constitue les méchants de son récit. En effet, Bendersky condamne en particulier Clarke pour avoir semblé croire encore dans la réalité essentielle des Protocoles des sages de Sion dans les années 1970, citant une lettre qu’il avait écrite à un frère d’arme officier en 1977 :
Si, comme les Juifs l'affirment, les Protocoles des Sages de Sion ont été élaborés par la police secrète russe, comment se fait-il que tout ce qu'ils contiennent a déjà été adopté et que le Washington Post et le New York Times défendent si fermement le reste.
Nos historiens doivent sûrement avoir du mal à digérer le fait remarquable que l’officier responsable du projet vital Venona, dont la détermination désintéressée l’a sauvé de la destruction par l’administration Roosevelt, est en fait resté un croyant à vie dans l’importance des Protocoles des sages de Sion.
Prenons un peu de recul et replaçons les conclusions de Bendersky dans leur contexte. Nous devons reconnaître que pendant la majeure partie de l’ère couverte par ses recherches, le renseignement militaire américain constituait la quasi-totalité de l’appareil de sécurité nationale américain – l’équivalent d’une CIA, de la NSA et du FBI – et était responsable de la sécurité internationale et intérieure, bien que ce dernier portefeuille ait été progressivement assumé par la propre organisation en expansion de J. Edgar Hoover à la fin des années 1920.
Les années de recherches diligentes de Bendersky démontrent que pendant des décennies, ces professionnels expérimentés – et bon nombre de leurs commandants suprêmes – étaient fermement convaincus que des éléments majeurs de la communauté juive organisée complotaient impitoyablement pour prendre le pouvoir en Amérique, détruire toutes nos libertés constitutionnelles traditionnelles et, finalement, acquérir la maîtrise sur le monde entier.
Ron Unz

Liens

Aucun commentaire:

Publier un commentaire