vendredi 23 octobre 2015

Le faux paradigme Est/Ouest et la fin de la liberté

Article original de Brandon Smith, publié le 14 octobre 2015 sur le site alt-market.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr




Note du Traducteur

Brandon Smith continue à pilonner, c'est dans l'air du temps, son faux paradigme Est/Ouest pour tenter de convaincre du double jeu du faux héros qu'est / que serait Vladimir Poutine et de la complicité des élites mondialistes pour la gouvernance de la planète. Le Saker Francophone, sceptique, ne prend pas parti et continue de vous proposer cette position dissonante dans la communication anti-système pour laisser la place au doute, celui salvateur qui éclaire et non celui qui ronge, alors que la Russie et son président semblent voler de victoire en victoire et que les Poutine-Hitler disparaissent même de la presse Système.

Il est à noter que Poutine ne revendique pas cette place de héros, vision romantique largement magnifiée, même inconsciemment, par les médias alternatifs dont vos serviteurs d'ailleurs qui se font écho de ces succès. Presque à l'insu de notre plein gré.





Les gens cherchent désespérément des leaders et des héros. Ceci est une condition indéniable de la vie humaine et d’une civilisation humaine. Certains historiens et observateurs sociaux, semblent penser qu’il suffit simplement de souligner cette condition pour prétendre qu’ils ont fait une quelconque grande déclaration ; comme s’ils avaient déterré la racine du problème de l’humanité. Dans leur paresse intellectuelle, ils ont confondu le symptôme et sa cause.

Pourquoi les gens sont-ils si souvent demandeurs de leaders et de figures héroïques ? Quels sont les moteurs de l’institutionnalisation de la hiérarchie, de la célébrité et de l’idolâtrie géopolitique ? Je crois que cette condition est causée par trois facteurs, la peur, l’ignorance et l’apathie.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas des personnes au cours de l’histoire qui valent qu’on s’y attarde, ou qu’admirer un  héros particulier soit une erreur. Les héros et parfois les dirigeants peuvent agir comme des références, nous aidant à aspirer à un plus grand accomplissement personnel et à une réussite extraordinaire. Le problème est que beaucoup de personnages historiques étiquetés comme héroïques, sont en fait des monstres grimés en sauveurs par des historiographes intéressés. Les héros réels (ces cent dernières années en particulier) sont le plus souvent peu encensés, et restent méconnus.
Voilà pourquoi l’idolâtrie des dirigeants fantoches est si gênante pour nous dans le Mouvement Liberté.

Nous avons assisté au militantisme aveugle de la soi-disant droite dans son soutien à George W. Bush après le 9/11, seulement pour être conduit dans le chaos, le désespoir économique, et un état de surveillance justifié par de nombreux mensonges. Nous avons ensuite pu assister à la ferveur d’un culte dément de la soi-disant gauche lorsque Barack Obama a pris ses fonctions, pour poursuivre et accélérer les mêmes politiques draconiennes de l’administration Bush tout en évoquant de nouvelles méthodes pour la division et la destruction de la société et de la prospérité américaine.

Oui, le Mouvement Liberté a examiné tous les détails et il est bien versé dans les horreurs du faux paradigme Gauche/Droite. Encore une fois, je vais devoir citer le toujours utile député élitiste du Council on Foreign Relations et mentor de l’ancien président Bill Clinton, Carroll Quigley, sur cette question, à partir de son livre «la tragédie et l’espoir« :
« … L’argument de deux partis qui représenteraient des idées et des politiques opposées, disons l’un de droite et l’autre de gauche, est une idée stupide, acceptable seulement pour des penseurs doctrinaires et académiques [et les sots, NdT]. Au lieu de cela, les deux partis devraient être à peu près identiques, de sorte que le peuple américain puisse « renvoyer les canailles » à une élection sans conduire à des changements politique profonds ou étendus. Les politiques qui sont essentielles et nécessaires pour l’Amérique ne sont plus sujettes à d’importants désaccords, et ne se différencient plus que par des détails de procédure, de priorité, ou de méthode ».
Ce qui me dérange vraiment, c’est que notre mouvement a beau être vraiment éveillé et conscient du faux paradigme gauche/droite, il reste étonnamment naïf et myope quand on en vient au faux paradigme Est/Ouest. Et encore une fois, je dois attribuer cette naïveté à un besoin désespéré de héros, besoin généré par la peur et l’apathie.

J’ai écrit sur la réalité que les intérêts politiques de l’Est sont tout autant contrôlés par les mondialistes que les intérêts politiques occidentaux depuis des années. Les lecteurs peuvent examiner la quantité considérable de données et de preuves que j’ai recueillies sur la Russie et Vladimir Poutine en particulier, et les liens entre l’Orient et les financiers internationaux et mondialistes bien connus dans des articles récents tels que «La Russie est aussi dominée par les banques globales», «Le faux paradigme Est/Ouest cache la montée de la monnaie globale» ou «Le Nouvel Ordre Mondial et la montée de l’Orient».

En fait, j’avais prédit presque chaque aspect de la crise syrienne actuelle basée sur la connaissance que la dynamique Est / Ouest, était purement un conflit pré-fabriqué conçu pour diminuer la puissance américaine et son influence économique grâce à l’utilisation du chaos planifié, et je l’ai fait des années avant que les événements ne soient même déclenchés dans la région.

Je savais ce qui allait se passer en Syrie seulement parce que j’avais compris une chose importante fondamentale, c’est qu’il n’y a pas de côtés dans un conflit moderne. Ce ne sont que des luttes par procurations sur un échiquier mondial contrôlé par les mêmes intérêts élitistes. La Syrie représentait un catalyseur parfait pour un conflit à grande échelle planétaire déclenché entre l’Est et l’Ouest d’une façon qui pourrait détourner l’attention des internationalistes. La guerre moderne, que ce soit par la cinétique ou l’économie, est presque toujours un théâtre conçu pour détourner l’attention et terroriser les masses, qui sont la véritable cible de toutes les conflagrations.

Nous devons mettre de côté les hypothèses infantilisantes sur la guerre. Les guerres ne se font pas pour les ressources. Elles ne se font pas pour des territoires. Elles ne se font pas pour l’hégémonie d’un État-nation en particulier. Si vous achetez de telles notions, vous avez été dupé. Non, la guerre est quelque chose de beaucoup plus grand. La guerre est d’abord et avant tout un outil pour la manipulation et le moulage de la psychologie du public. Comme Edward Bernays, le père de la propagande moderne le dit :
« Le grand ennemi de toute tentative de changer les habitudes des hommes est l’inertie. La civilisation est limitée par l’inertie ».
La guerre est destinée à changer par la force l’inertie de la civilisation, et donc, changer aussi par la force le sens de la civilisation d’une manière qui profite aux maîtres d’œuvre du conflit.

Une grande menace pour le mécanisme de mondialisation et les élites en coulisse, c’est le Mouvement Liberté, qui lentement mais sûrement gagne en popularité et en influence alors que l’Amérique tend continuellement vers l’oubli économique et sociopolitique. Comme les États-Unis sont homogénéisés, harmonisés, et ramenés à un statut d’État du tiers-monde au profit d’un système global, la résistance continue de croître.

Car voyez-vous, un effet secondaire négatif de la ruée vers la centralisation et une seule puissance mondiale (souvent désignée par les élites comme le Nouvel Ordre Mondial) est que plus les mondialistes poussent fortement la société vers leur idéal utopique, plus les individus (et les gouvernements qui ne sont pas contrôlés ou des marionnettes politiques) se réveillent face à cette menace. Chaque action a une réaction égale et opposée. Le Mouvement Liberté est la force de réaction opposée à la mondialisation forcée.

Pour les élites, neutraliser la menace que nous représentons, exige que nous soyons détruits ou cooptés. Je crois que le paradigme Est/Ouest est utilisé en partie pour tenter la cooptation d’éléments de notre mouvement.

Malgré le fait que de nombreux analystes du Mouvement  Liberté commencent à comprendre la nature du faux paradigme Est/Ouest et la vérité derrière la montée de la Russie, l’escalade prévisible en Syrie est énergisante une fois de plus pour une étrange émulation autour du culte sur Poutine. Des éléments du Mouvement Liberté veulent croire que Poutine est en quelque sorte dans l’opposition à la mondialisation, qu’il est  moralement supérieur à l’administration Obama, et que la Russie est du bon côté dans la lutte contre ISIS et l’empire du mal occidental.

Ils veulent croire cela parce qu’ils ont peur, ils ont peur d’être seuls dans la lutte contre le Nouvel Ordre Mondial. Ils ont peur de devoir s’engager pour un sacrifice personnel et une lutte contre un adversaire technologiquement largement supérieur. Ils ont peur que seuls, ils devront assumer la responsabilité du destin de l’Amérique et qu’aucun grand leader sur un cheval blanc n’ouvrira le chemin devant eux.

En raison de cette crainte, ils commettent parfois le crime de dissonance cognitive dans le but de protéger leur fausse croyance dans un Poutine héroïque. Ils ignorent le fait que Poutine est un ami de Henry Kissinger, le plus fervent défenseur public actuel du Nouvel Ordre Mondial, et que Poutine décrit Kissinger comme son conseiller de confiance en politique étrangère.

Ils vont ignorer le fait que le conseiller économique principal de la Russie, n’est nul autre que le tueur à gages du syndicat bancaire international, Goldman Sachs, et que Goldman Sachs a été profondément impliqué dans les affaires économiques de la Russie depuis au moins 1992, juste après la chute de l’Union soviétique.

Ils ignorent le fait que Poutine et la Russie se sont alliés étroitement avec le FMI (une institution prétendument dominée par les États-Unis). Poutine et le FMI sont tellement imbriqués que c’est Poutine qui a exigé que le FMI prenne en charge la gestion des finances de l’Ukraine après que la crise régionale ait commencée, et c’est le FMI qui a soutenu ouvertement l’appel de M. Poutine pour un changement de statut des obligations de l’Ukraine de privé à officiel. La Russie a également exigé que les dettes de l’Ukraine soient remboursées en droits de tirage spéciaux, le panier de monnaie mondiale que le FMI envisage d’utiliser pour remplacer le dollar américain comme mécanisme mondial de réserve.

Ils vont aussi sûrement ignorer le fait que Poutine et le Kremlin ont, en de multiples occasions appelé le FMI à prendre en charge la gestion globale de l’univers des systèmes financiers à travers la mise en œuvre des DTS comme la nouvelle monnaie de réserve mondiale.

Et bien sûr, le fait que la Russie est un membre de la Banque des règlements internationaux et que la BRI est le dictateur de la politique de TOUTES les banques centrales (ai-je vraiment besoin de citer Carroll Quigley sur la BRI encore ?). Cela ne présage rien de bon pour les affiliations et les intentions de la Russie dans son ensemble, mais, dans le Mouvement Liberté, nous sommes toujours bombardés de platitudes sur la façon dont Poutine s’acharne sur les banquiers. Non, je crains que non. Selon ces preuves, M. Poutine est juste comme Obama : Encore une autre prostituée pour les internationalistes. Diffusez toutes les photos que vous voulez de l’homme tenant une Kalachnikov ou terminant une prise de judo, mais son personnage public ne correspond pas à la réalité.

Les grands médias aux États-Unis ont, pour la plupart, marché avec le récit que Poutine est le prochain Staline, et si vous voulez perpétuer un faux paradigme Est/Ouest, cela coule de source. Mais il y a aussi un narratif séparé qui est présentée au Mouvement Liberté et au reste du monde.
Les éléments de langage sortant des médias comme RT (Russia Today), une machine médiatique contrôlée par le gouvernement russe, a, ces quelques dernières années, volé les observations brillantes faites par les promoteurs américains de la liberté et les a reconditionnées dans de jolies vidéos. La plupart de ces observations sont négatives à propos de la politique du gouvernement américain ainsi que de la dictature des banques centrales, et ils ont tout à fait raison. Le problème est, que RT n’applique pas les mêmes normes de scepticisme journalistique au gouvernement russe ni à ses liens avec la cabale des banques centrales.

Time Magazine publie des articles pro-Poutine le nommant homme de l’année dans tous les autres pays où il est distribué, mais supprime ces histoires et ces couvertures pour la publication américaine.
Le public américain en général a gobé l’idée que Poutine est un danger réel pour la stabilité mondiale et que les gouvernements occidentaux doivent devenir plus agressifs pour contrer cette menace. Le reste du monde et le Mouvement Liberté ont gobé l’image d’un Poutine bienveillant et d’un gouvernement Russe debout contre la machine de guerre corrompue de l’Ouest, mais cette image n’est tout simplement pas vraie.

Le danger pour le Mouvement Liberté, dans un proche avenir, est considérable. Notre soutien aveugle au faux paradigme Est/Ouest nous rend vulnérables à une condamnation facile, car si nous, en tant que mouvement, sommes pris, étroitement lié à la Russie alors nous perdrons notre identité en tant que force pour l’indépendance de l’Amérique et nous ne deviendrons rien de plus qu’une fausse révolution crée par l’Est. Vous pensez que cela ne peut pas nous arriver ? Les principaux médias construisent DÉJÀ le récit. The Atlantic a été le premier, avec un article reliant directement les mouvements de droite avec les théoriciens du complot aux États-Unis, sous influence russe et sa propagande.

Comme la fausse confrontation Est/Ouest se développe, le but réel d’une telle crise apparaîtra. Les Agents ISIS commodément exfiltrés de Syrie parmi des millions de réfugiés avant que les forces russes ne décident finalement de frapper, vont causer des ravages dans les pays occidentaux. Le chaos économique va se répandre. Les États-Unis perdront le statut du pétro-dollar alors que l’Est mettra en place l’Eurasie. La peur d’une nouvelle guerre mondiale va hanter la perception du public. La majorité des masses à jamais incultes et terrifiées, va devenir beaucoup moins tolérante face à cette dissidence intelligente. Et les socialistes Fabien infestant les institutions mondiales pourront suggérer une solution intelligente au problème qu’ils ont créé, la dissolution de toutes les nations souveraines et la centralisation complète de la gouvernance dans les mains de quelques-uns pour sauver l’humanité de ces divisions destructrices.

Si vous comprenez que l’objectif premier des mondialistes est de supprimer complètement les protections constitutionnelles en Amérique et affirmer un cadre totalitaire, alors vous devez admettre que le conflit avec la Russie est une excellente occasion pour eux. La fièvre de la guerre rend les hommes délirants et malléables, et les menaces extérieures rendent le despotisme interne plus tolérable.
En attendant, si le Mouvement Liberté refuse de traiter la Russie avec la même acuité, qu’il a utilisée contre les gouvernements occidentaux (une Russie travaillant clairement avec les financiers internationaux et les institutions mondialistes) alors nous allons grandement faciliter le travail de la machine de propagande élitiste pour nous dépeindre comme des traîtres soutenant l’Est plutôt que des combattants de la liberté en action, réduisant ainsi nos chances d’obtenir un soutien accru du public et d’y éveiller de nouvelles vocations.

Notez mes mots. A la fin, nous allons non seulement être forcé de nous rebeller contre la centralisation de notre propre gouvernement criminel ; mais nous aurons également à nous rebeller contre les gouvernements de marionnettes criminelles partout ailleurs. Je ne doute pas que lorsque nous verrons les rangs de l’ennemi mondialiste, il y aura des visages russes debout juste à côté des oligarques occidentaux. Peut-être alors les gens pourront enfin admettre que la crise Est/Ouest n’était qu’un canular conçu avec soin d’un bout à l’autre.

Brandon Smith

Liens :

Scandale imminent sur l’or et l’argent papier ?


Note du traducteur

Pour finir sur un peu d'optimiste et ne pas s’ôter tout espoir, et puisqu'on peut objectivement noter que l'information venant de Russie passe essentiellement par des canaux officiels faute de traductions, promouvoir l'action de la Russie et de Vladimir Poutine, à défaut d'avoir des certitudes stratégiques, est un bon investissement tactique car les russes détruisent les initiatives occidentales et leurs actions servent de révélateur pour montrer les dissonances cognitives de notre Système.

De plus les arguments de Brandon datent un peu, 2010, 2012 et peuvent aussi être interprétés comme un lent et habile desserrement de l'étau institutionnel laissé par la période Eltsine qui avait détruit la  Russie en la livrant aux appétits de l'occident. Enfin, rien n'interdit et on ne s'en prive pas, de travailler sur d'autres fronts comme la monnaie, les politiques de la Fed, les politiques sociétales où la Russie n'intervient pas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire