lundi 20 novembre 2017

Une falaise de Sénèque pour le Web tel que nous le connaissons ?

Article original de Ugo Bardi, publié le 1er Novembre 2017 sur le site CassandraLegacy
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr


Nous ne pouvons plus ignorer cette évidence. Le “Web”, conçu comme une constellation de fournisseurs d’information indépendants, est en train de mourir. Il traverse sa falaise de Sénèque, remplacée par un « Trinet » contrôlé par les trois géants Google, Amazon et Facebook.


Je l’ai remarqué avec les statistiques de “Cassandra’s Legacy”. Vous pouvez voir comment la baisse du nombre de contacts a été constante au cours de la dernière année.

 

Voici les statistiques:


Nous ne voyons pas encore une falaise de Sénèque, qui est une chute rapide de l’audience (ne regardez pas la baisse à la fin du graphique, ce sont juste les données pour le mois en cours). Je pense que c’est principalement parce que j’ai essayé de contrer le déclin en publiant plus d’articles, mais cela n’a pas été suffisant pour changer la tendance. Voici les données pour un autre de mes blogs, Chimeras:



Dans ce cas, le blog était visité par des étudiants qui cherchaient du texte à couper / coller pour leurs travaux sur la mythologie. Ils ne viennent plus ; de toute évidence, ils ont trouvé d’autres sources d’information. Ou peut-être que les moteurs de recherche ne les conduisent plus vers mon blog. Difficile à dire, mais c’est un fait.

Alors, que se passe-t-il ? Comme toujours, les choses changent et, de nos jours, elles ont tendance à changer rapidement. Beaucoup d’entre nous peuvent se souvenir de « l’âge des médias de masse », aujourd’hui obsolètes comme l’ont été les machines à vapeur et les calculatrices mécaniques. Il semble incroyable qu’il y ait eu une époque où tout le monde était exposé à la même information, sous un contrôle strict du gouvernement. En Union soviétique, elle était sous le contrôle du Parti communiste. L’Occident était théoriquement plus ouvert mais, en pratique, vous n’aviez accès qu’à des informations contrôlées par l’un ou l’autre des deux partis se partageant le pouvoir.

Maintenant, à l’ère de la privatisation, chacun d’entre nous a repris le travail qui était autrefois entre les mains du (ou des) parti (s) dominant (s). Nous sommes devenus nos propres agents de censure et nous avons activement construit des murs pour nous tenir à l’écart des informations qui vont à l’encontre de notre ligne de parti personnelle. C’est le concept de « bulle d’information » ou de « chambre d’écho » ou de « jardin clos ».

La différence est que, alors que les différentes chambres d’écho suivaient auparavant alignées les frontières nationales, elles sont désormais fragmentées selon un schéma intégré dans les différentes îles linguistiques du Web, dont l’anglais est probablement encore la plus développée à l’heure actuelle. Ajoutez à cette fragmentation le fait que les cerveaux des gens sont différents et le résultat est un phénomène appelé « polarisation de l’opinion ». Les gens de l’autre côté de la rue où vous vivez se comporteront de façon totalement incompréhensible s’ils font partie d’une bulle d’information différente. Et il y a des chances que vous ne puissiez plus vous comprendre les uns les autres, sans même parler d’être perçu comme le mal à l’état pur.

Nulle part ce phénomène n’est plus évident qu’avec les actions de l’administration Trump. Si vous êtes un lecteur de ce blog, vous êtes susceptible de penser que des actions telles que le soutien à la combustion du charbon et à la suppression de la législation sur la protection de l’environnement sont non seulement incompréhensibles mais mauvaises. Mais elles sont parfaitement compréhensibles si vous pensez qu’elles sont prises par des gens qui vivent dans une bulle d’information où il est admis que le changement climatique est un canular concocté par la gauche pour imposer une dictature mondiale et asservir le peuple américain.

Peu importe votre puissance, même si vous êtes le président des États-Unis, vous êtes toujours sensible à cette chambre d’écho. Encore une fois, la situation n’est pas très différente de ce qu’elle était lorsque les dictateurs avaient tendance à croire leur propre propagande.

Alors, où allons-nous ? Je pense que nous pouvons dire que le Web est comme un écosystème et qu’il est colonisé par des formes de vie informationnelles qui se font concurrence et évoluent pour occuper autant d’espace virtuel que possible. Ce que nous voyons aujourd’hui n’est qu’une phase de l’évolution continue : des changements sont en cours et tout va changer dans un proche avenir d’une manière difficile à comprendre pour nous.

Le problème principal, ici, n’est pas tant l’évolution de l’écosystème virtuel du Web que le fait que nous – en tant qu’êtres humains – vivons dans un véritable écosystème et que cet écosystème réel est perturbé par ce que nous faisons pour lui. L’écosystème virtuel et le réel interagissent en ce sens que notre vision de l’écosystème réel est filtrée par l’écosystème virtuel auquel nous avons accès. Mais alors qu’il y a beaucoup d’écosystèmes virtuels possibles, il n’y a qu’un seul véritable écosystème. Et si nous le détruisons, comme nous le faisons, ces chambres d’échos virtuelles ne nous garderont pas en vie.

Mais, après tout, le véritable écosystème est le résultat de l’écosystème virtuel stocké dans l’ADN des créatures qui le peuplent. Si le modèle stocké dans l’ADN s’avère être mauvais pour la survie du phénotype qu’il crée, alors cet ADN est impitoyablement éliminé du pool génétique du biota planétaire. Le même destin funeste attend les mauvaises chambres d’échos du Web. C’est ainsi qu’il en a toujours été et c’est ainsi que cela sera. C’est la façon dont l’univers fonctionne.

Ugo Bardi

Aucun commentaire:

Publier un commentaire