jeudi 25 juillet 2019

Game of Thrones : Épisode final

Article original de Trevor Lynch, publié le 31 mai 2019 sur le site Unz Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

 

J’ai adoré la série Game of Thrones quand elle a commencé. Je l’ai regardée sur la recommandation de Greg Hood de Counter-Currents dans ces critiques de la saison 1 et 2. J’en ai été tellement impressionné qu’à la fin des épisodes déjà parus, j’ai lu les livres de Martin pour voir comment les histoires se poursuivaient, ce qui est très inhabituel pour moi, car je n’ai pas le temps pour la fiction contemporaine.

J’aime l’idée du fantastique comme genre, mais en vérité, je n’aime que Tolkien. J’ai aimé la réinterprétation par Martin du genre : un monde de magie dans lequel la plupart des gens sont trop vulgaires, mesquins et à l’âme trop plate pour le voir. J’ai également aimé l’accent mis par Martin sur la Realpolitik machiavélienne, son grand réalisme psychologique et sa ferme compréhension et application de la logique des sociétés pré-modernes fondées sur la religion et l’honneur, qui, même pour les plus décadentes et cyniques, sont très différentes du libéralisme moderne.



Bien sûr, Martin a beaucoup de défauts. Il a inutilement grossi et rendu vulgaires des traits de caractère que seuls les séries télévisées amplifient. Il est ridiculement répétitif, bien que dans son esprit, il pense probablement que sa prose est musicale. Les thèmes répétés de la castration et de l’inceste sont de mauvais goût, et la violence et la cruauté qu’il raconte deviennent grotesques après la énième répétition. J’ai lu un de ses romans, puis la moitié du tome suivant, et je l’ai jeté par dégoût.

J’ai fini par revenir sur la série, juste pour garder un œil sur une franchise pop-culture dont la popularité continue de me laisser franchement perplexe.
En me basant sur ma lecture limitée des livres de Martin, j’ai pensé que la série était une adaptation digne de crédit. Oui, beaucoup de choses ont dû être oubliées, et certains personnages et intrigues ont été amalgamés. Mais l’opération a été bien faite. Cependant, quand la série a manqué de romans de Martin à adapter, j’en suis venu à apprécier beaucoup plus Martin, car il était clair que les producteurs n’étaient pas capables de maintenir l’intégrité de l’univers et des personnages de Martin ou d’étendre et résoudre son intrigue byzantine. Au lieu de cela, la série s’est mis à dépendre de plus en plus de décors et d’effets à l’allure bien cool – en se contentant souvent d’arracher des éléments des films du Seigneur des anneaux de Peter Jackson – et de la vulgarité des valeurs contemporaines des gauchistes.

Regarder les trois dernières saisons, c’était comme perdre un être cher à cause de la démence. Elles se ressemblent de l’extérieur, mais de plus en plus, la flamme n’est plus là. La situation n’a pas été facilitée par le fait que les plus jeunes membres de la distribution vieillissaient tous assez mal. En fait, je retire la métaphore de la sénilité. GOT est devenu comme un mauvais mariage, dans lequel l’époux devient physiquement répugnant et psychologiquement un étranger au fil du temps.

Franchement, je suis content que tout soit fini, et l’épisode final était tellement stupide et dramatiquement flasque qu’il a grandement facilité l’au revoir à Westeros… pour toujours. En guise de tricherie et de déception, le final de Game of Thrones rivalise avec la fin de Lost.

Dans l’avant-dernier épisode, Daenerys Targaryen, qui revendique le trône de fer de Westeros jadis occupé par son père, a conduit des armées d’étrangers et de Westerosiens à assiéger l’usurpatrice, la reine Cersei à Port Réal. Les alliés et les armées de Cersei furent vaincus. Ses défenses ont été brisées. La ville s’est rendue. Et puis Daenerys a fait quelque chose de choquant : elle et son unique dragon survivant ont reconstitué la bombe incendiaire de Dresde, incendiant la ville et d’innombrables innocents dont la terreur et la souffrance sont dépeintes avec un grand pathos.

Daenerys est l’avatar suprême des fantasmes gaucho-féministes en matière de sauveur blanc. C’est une héroïne de la Gauche des Social Justice Warriors. En effet, plusieurs chats – et peut-être même quelques bébés humains – ont été nommés d’après son personnage. Mais à la fin, comme si j’avais réussi à me faufiler et à écrire le scénario moi-même, elle se révèle être une meurtrière de masse humaniste égalitaire, tout comme Staline, Roosevelt et Churchill.
D’innombrables féministes était tendues à tel point que leur pussyhat leur a sauté de la tête. Il y a eu beaucoup de cris et de tweets pour que l’épisode soit tourné de nouveau. Puisque certaines de ces protestations proviennent des mêmes quartiers gauchistes où l’on fait l’éloge de Bomber Harris, on peut s’interroger sur leurs motivations. Peut-être que ce retournement de situation a révélé trop de choses, trop tôt, à trop de gens.

La seule personne qui avait prédit le comportement de Daenerys et qui aurait pu l’empêcher était Lord Varys, qui voulait mettre Jon Snow sur le trône de fer à la place. Snow serait un meilleur dirigeant, et il a aussi un meilleur droit au trône, car il est en fait Aegon Targaryen, le fils du frère aîné de Daenerys, Rhaegar. Mais le nain Tyrion Lannister, la Main de la Reine, trahit Varys pour Daenerys, qui le fait tuer.

Avant que Varys ne soit tué, cependant, il y a une conversation entre Varys et une aide cuisinière qui laisse fortement entendre qu’il essaie d’empoisonner Daenerys. D’après ma lecture des personnages, je m’attendais dans l’épisode suivant à ce que Tyrion essaie de persuader Jon Snow de renverser Daenerys, mais comme Jon Snow est un anti-héros moderne efféminé et hésitant, son visage se froissant perpétuellement dans la confusion et le doute de soi, j’avais prédit qu’il n’aurait jamais la force de le faire. Et pendant que Tyrion essayait de trouver les bons mots, que Snow hésitait, et qu’une Daenerys de plus en plus paranoïaque et mégalomane complotait pour les tuer tous les deux, je pensais que la petite cuisinière aurait arrangé les choses en empoisonnant la reine des dragons. Pourquoi pas ? Elle avait probablement de la famille à Port-Réal. Je pense que cette histoire aurait été beaucoup plus satisfaisante que ce qu’on nous a servi.



Au début de l’épisode final, Daenerys rassemble ses troupes devant les ruines du donjon rouge. Les étrangers d’une autre race, les Dothraki et les Immaculés, qui avaient été presque tous tués il y a quelques épisodes, sont en quelque sorte présents en grand nombre. Daenerys s’adresse à eux dans leur langue maternelle. La guerre, semble-t-il, n’est pas terminée. Pour l’instant, Daenerys va continuer à « libérer » toute l’humanité en les conquérant et en les plaçant sous sa domination. La scène est clairement destinée à rappeler le Triomphe de la Volonté, ce qui signifie que dans Game Of Thrones, le scénario fait la promotion d’un vaste centre politique « libéral » en déclarant que l’extrême gauche – y compris ses légions adoratrices des fans des Social Justice Warriors – et l’extrême droite sont essentiellement les mêmes dans leur diablerie.

Dégoûté par le massacre de Port-Réal et consterné par la perspective de guerres de libération sans fin, Tyrion donne sa démission en tant que Main de la Reine et reçoit immédiatement le traitement « Attrapez-le, imbéciles, il s’en va ». Étonnamment, cependant, Jon Snow est autorisé à lui rendre visite dans le donjon, où Tyrion tente naturellement de l’enrôler dans sa trahison. Étonnamment, personne n’a été nommé pour écouter et rapporter cela à la Reine.

Jon Snow rend visite à Daenerys pour essayer de la raisonner. Elle l’invite à un discours plus mégalomaniaque encore sur la libération mondiale. Elle sait ce qui est juste et brûlera toute ville qui lui résiste pour la libérer. Jon répond avec une bouillie libérale moderne : Et si vous vous trompez ? Et s’ils ne le veulent pas ? Puis il la poignarde en plein cœur. Ce qui m’a surpris, car ce n’est pas dans son caractère.

Puis nous avons droit à quelques minutes de suspense manipulateur pendant que le dragon de Daenerys trouve son corps. Va-t-il se fâcher et faire fondre Jon Snow ? Ou Jon est-il immunisé contre le feu du dragon de toute façon ? Mais alors, sans raison apparente, sauf que les réalisateurs pensaient que ça aurait l’air cool, le dragon décide de faire fondre le Trône de Fer à la place. Puis le dragon ramasse le corps de Daenerys et s’envole, laissant Jon Snow libre d’inventer l’histoire qu’il veut. En plus, c’est le roi légitime, alors qui le défierait ?

Avançons de quelques mois. Il s’avère que Jon Snow n’a pas trouvé une bonne histoire et n’a pas fait valoir son droit au trône. D’une manière ou d’une autre, il s’est fait jeter au cachot par Obama Ver Gris, le commandant des Immaculés. Les seigneurs de Westeros et leurs armées ont encerclé Port-Réal, et un palabre a lieu. À ce moment-là, si nous étions encore dans le monde de la littérature fantastique médiévale, ils négocieraient la rançon du roi avec Obama Ver Gris. Après tout, Jon Snow est le roi légitime, prisonnier d’un étranger d’une autre race. Il serait logique de conclure un marché pour le faire sortir de prison et pour faire quitter le sol de Westeros à cet étranger.

Mais pour une raison quelconque, Obama Ver Gris ne pose pas de conditions. Au lieu de cela, Tyrion est sorti du cachot, toujours enchaîné, pour s’adresser aux seigneurs réunis (et aux dames fortes et indépendantes). Apparemment, après huit saisons de guerres sauvages, toutes fondées sur l’idée que la légitimité découle de la succession dynastique, ils ont soudainement subi une crise d’amnésie collective. Apparemment, Jon Snow n’est plus leur roi, simplement parce qu’Obama Ver Gris s’y oppose vigoureusement. (Bien sûr, apaisez-le en écoutant ses objections. Faites sortir Jon du cachot et une fois Obama Ver Gris hors de Westeros, alors mettez-le sur le trône, là où il doit être.)
Tyrion suggère donc que Jon soit emmené à la garde de nuit (qui n’a plus rien à craindre, puisque les marcheurs blancs sont morts et que les sauvageons sont maintenant à Westeros).

Il suggère également qu’ils nomment eux-mêmes un nouveau roi, à partir d’un des leurs. (La suggestion que tout le monde soit libre de choisir fait rire.)
Quand Edmure Tully prend la parole, nous apprenons que les délibérations suivront la pile progressive. Sansa Stark lui ordonne simplement de s’asseoir, mon oncle. Parce que la hiérarchie n’est pas réelle, les manières n’ont pas d’importance, et les hommes n’ont pas le sens de l’honneur. L’avenir de Westeros sera donc décidé par un nain, un estropié et quelques femmes fortes et indépendantes.

Le nain suggère que le meilleur roi serait Brandon Stark, un garçon infirme qui ne peut supporter aucun héritier, garantissant ainsi quelque part sur la route, une crise – peut-être même huit saisons de guerre civile sanglante – pendant que les rivaux se disputeront la future succession. Mais personne n’y pense, et personne ne s’y oppose, parce qu’ils sont tous amnésiques ou ont peur de s’expliquer.

Bran, nous dit-on, a la meilleure histoire, et cela le qualifie pour régner. Sauf qu’il n’a pas la meilleure histoire, mais personne ne s’y oppose. Et en quoi avoir la meilleure histoire est une qualification pour régner de toute façon ? Mais personne ne s’y oppose non plus. Au-delà de cela, Bran est possédé par un personnage connu sous le nom de Corneille à trois yeux, qui semble tout savoir, surtout sur le passé. Mais la connaissance n’est pas sagesse, et même la sagesse n’est pas leadership. Ainsi, bien que Bran puisse être utile pour obtenir de l’information, il n’est pas qualifié pour être roi. Mais personne n’y pense et personne ne s’y oppose.

En fait, la seule objection vient de Sansa Stark, la sœur de Bran, qui dit que le Nord veut rester un royaume indépendant. Elle sera la reine, bien sûr. Ce à quoi il n’y a pas non plus d’objection. Tout est donc décidé. Bien sûr, si tout ce qu’il faut pour faire sécession des Sept Royaumes est de demander, alors pourquoi aucun des autres royaumes n’a-t-il fait de même ?

Si les seigneurs et les dames de Westeros sont si agréables, pourquoi exactement y a-t-il eu huit saisons de guerre civile ?

Toutes ces intrigues n’étaient-elles pas à l’origine dues au désir du Nord de faire sécession ?

Et cela nous amène au milieu de l’épisode. Le reste du monde est occupé par des congés de longue durée. Comme le conseil, l’aspect (mais pas la substance) de beaucoup de ces scènes ont été simplement adaptés des films de Peter Jackson, le Seigneur des Anneaux. Nous avons donc les Conseils d’Elrond, les choses se résumant à des stylos en plume d’oie dans de gros livres, et des départs des Havres Gris, parce qu’ils ont l’air cool, et qu’ils y travaillaient, et peut-être que les téléspectateurs ne remarqueront pas qu’ils sont manipulés par des maîtres du foutage de gueule cyniques et manipulateurs qui surfent sur la nostalgie d’histoires meilleures. Ça marche bien pour J.J. Abrams, non ?



Chaque vie navigue sur un fil du rasoir, le clignement d’un œil délimité par deux éternités, l’une dans laquelle nous n’existions pas, l’autre dans laquelle nous n’existerons plus. Pourtant, d’innombrables millions d’êtres humains choisissent de passer des heures innombrables de leur vie fugace et irremplaçable à regarder des conneries comme Game of Thrones : des drames manipulateurs remplis de propagande toxique. Nous payons les gens qui nous détestent pour polluer nos esprits avec de la merde. C’est tout à fait honteux.

Mais est-ce que je gaspille encore plus de temps à écrire à ce sujet ? Pas si je peux vacciner même quelques personnes contre le prochain Games of Thrones. Pas si je peux aider à créer une meilleure culture, avec de meilleures histoires, pour les générations futures.

Ce serait vraiment une heureuse conséquence.

Trevor Lynch

Aucun commentaire:

Publier un commentaire