dimanche 28 octobre 2018

Mais la torture et la décapitation ont toujours été acceptables

Article original publié le 23 octobre 2018 sur le site The Postillon
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Le gouvernement saoudien n’a aucune idée de ce qui ne va pas avec le meurtre de Khashoggi.



Riyad – Le gouvernement de l’Arabie saoudite est perplexe devant l’indignation internationale face au meurtre brutal du journaliste Jamal Khashoggi. Le Royaume ne semble pas comprendre pourquoi la torture et la décapitation sont soudainement un problème pour ses alliés occidentaux.



“Nous torturons des dissidents et décapitons des critiques malvenus depuis des décennies”, déclare le Prince héritier Mohammed bin Salman à Riyad. “Les coups, les exécutions publiques et la répression violente de la rébellion n’ont jamais été un problème.”
Les tactiques imprudentes de la Royal Saudi Air Force dans la guerre au Yémen ont tué des milliers de civils et mis des millions d’autres en danger de mort par la famine engendrée. Même cela n’a pas particulièrement ébranlé la communauté internationale. “Bien au contraire !”, insiste bin Salman, “Vous nous fournissez tous des armes pour ça.”

“Mais vous massacrez impitoyablement un seul journaliste à l’ambassade d’Istanbul et vous faites soudain l’objet de graves critiques”, s’étonne le Prince. “En quoi est-ce pire ou même différent ?”

Mohammed bin Salman est soulagé qu’au moins le président américain Donald Trump le soutienne : “Sinon, nous serions inquiets des conséquences que cela pourrait avoir.”

Aucun commentaire:

Publier un commentaire