vendredi 21 juin 2019

Tu vas où, exactement ?

Article original de James Howard Kunstler, publié le 7 juin 2019 sur le site kunstler.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr


L’Amérique ne va pas devenir socialiste, elle va devenir médiévale

Image associée

En réponse à ce qui est devenu une nation de racket sans vergogne, de disparité de richesse frappante et de dénuement choquant dans les rues des villes, le parti du commun des mortels cherche des remèdes pour améliorer la redistribution du capital. Cela semble plus que nécessaire pour beaucoup. Ce n’est pas pour rien qu’ils appellent cela de manière stylisée la « justice sociale », le fer de lance d’un système économique appelé socialisme – avec, bien sûr, des connotations raciales et sexuelles pour faire bonne mesure.



Le socialisme peut sembler être la réponse à toute cette injustice et cette indignité. Et naturellement, il se concentre sur les deux activités qui sont devenues les pires rackets en Amérique : l’enseignement supérieur et les soins de santé, alias « Éduc et Médic ». Tous deux sont aujourd’hui de cruelles parodies de ce qu’ils étaient, transformant leurs clients en serfs endettés et les poussant à la faillite, en dehors de leurs échecs lamentables à assurer leur mission fondamentale : préparer les esprits en développement à la réalité et « d’abord ne faire aucun mal ».

Le remède proposé est que le gouvernement national prenne la responsabilité de les gérer et de rendre leurs services gratuits pour tous. Cela ne servirait à rien, bien sûr, pour réformer les idioties patentes que sont les départements d’études sur le genre ; ou pour sauver les tristes victimes de l’obésité et du diabète de leur consommation toxique de whoppers, de pizzas et de slurpees. Ces dynamiques fonctionnent sur des boucles de rétroaction de futilité pour lesquelles il n’y a pas de fin heureuse en dehors de changements drastiques dans la pensée et le comportement.

La gauche promet maintenant de nous racheter de ces grands dilemmes avec les équipes de Robin des Bois et du Père Noël qui inaugurent une nouvelle ère dorée de trucs gratuits. C’est peut-être compréhensible, compte tenu du désespoir de tant de citoyens de ce pays et de la façon dont le désespoir alimente les fantasmes de sauvetage. Et la gauche pourrait même avoir l’occasion d’essayer cette magie après les prochaines élections. Mais ce n’est pas vraiment là où l’histoire nous mène. L’Amérique ne va pas devenir socialiste, elle va devenir médiévale. Pourquoi est-ce que c’est comme ça ?

Pour dire les choses simplement, l’argent n’existe pas par lui-même. L’« argent »  n’est qu’une représentation abstraite des richesses matérielles d’une sorte ou d’une autre – énergie, biens, ressources et systèmes de distribution – et tout cela devient de plus en plus une présence fugitive dans une civilisation basée sur la réalité. Nous n’avons plus la volonté collective de nationaliser et de centraliser ces activités tentaculaires. Il doit être évident que le gouvernement n’est pas seulement fatalement au-delà de toute faillite, mais qu’il a aussi atteint un stade de rendement décroissant du surinvestissement dans la complexité qui se traduit par une incompétence généralisée. Ce n’est pas seulement M. Trump qui est responsable de la paralysie chaotique qui nous entoure.

Les sociétés sont des phénomènes émergents qui s’auto-organisent. Elles réagissent aux circonstances que la réalité présente et elles nous entraînent dans des directions inattendues. L’attente générale aux États-Unis depuis la Seconde guerre mondiale a été un confort matériel toujours plus grand fourni par une corne d’abondance techno-industrielle inépuisable, une sorte de machine à friandises cosmique. Eh bien, nous ferions mieux d’ajuster notre façon de penser au fait que la corne d’abondance est devenu horriblement vide, et qu’aucune somme d’artifice financier ne va la remplir à nouveau. Les tentatives vaillantes de redistribution de la richesse déjà existantes risquent d’être décevantes, surtout lorsque les représentations papier et numériques de cette richesse en « argent »  s’avèreront n’être que des illusions – des promesses de paiement qui ne seront jamais tenues parce qu’elles ne peuvent être tenues.

Ainsi, au lieu de fantasmer sur des programmes de doctorat gratuits pour tout le monde, et sur l’insuline gratuite pour la multitude, considérez plutôt le point de vue d’une population réduite travaillant dans les champs et les pâturages pour extraire suffisamment de nourriture d’une terre longtemps maltraitée pour survivre à l’hiver prochain. Imaginez un monde dans lequel, si nous avons de la chance, l’électricité fonctionne quelques heures par jour, mais peut-être plus du tout. Imaginez un monde dans lequel les hommes et les femmes fonctionnent réellement dans différentes divisions du travail et dans différents espaces sociaux parce qu’ils le doivent, pour faire avancer le projet humain. Imaginez un monde dans lequel les idées que vous avez dans votre tête au sujet de ce monde doivent en fait se conformer à la façon dont ce monde fonctionne réellement – et à la sanction sévère pour ne pas l’avoir reconnu. C’est le monde vers lequel nous nous dirigeons le plus probablement. Cela ne mettra pas fin aux rêves d’utopies et de récompenses cosmiques, mais ce sera un moment de l’histoire qui donnera à réfléchir.

Too much magic : L'Amérique désenchantée 

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire