mardi 27 novembre 2018

La Fed va continuer de resserrer les liquidités jusqu’à ce que tout casse

Article original de Brandon Smith, publié le 14 novembre 2018 sur le site alt-market.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr 




Il y a environ trois ans, en septembre 2015, j’ai écrit un article intitulé « Les vraies raisons pour lesquelles la Fed augmentera les taux d’intérêt », (« The real reasons why the Fed will hike interest rates »), dans lequel je prédisais que la Réserve fédérale, face aux critiques, poursuivrait bientôt un programme de hausse des taux d’intérêt même en cas de faiblesse économique. J’ai soutenu que ce plan ressemblerait quelque peu à ce que la Fed a fait au début des années 1930, une mesure qui a prolongé la Grande Dépression pendant de nombreuses années encore. Jusqu’à présent, ma prédiction s’est avérée exacte.



Malgré le fait que la Fed continue d’augmenter les taux en resserrant le nœud coulant autour de la prétendue « reprise » économique, il y a encore beaucoup de gens qui refusent d’accepter que la banque centrale implose délibérément la bulle financière qu’elle a passé ces dix dernières années à gonfler. Encore aujourd’hui, je vois encore des arguments proclamant que la Fed sera forcée de revenir en arrière si les marchés chutaient au-delà de 15% à 20%. Je vois aussi des affirmations selon lesquelles les responsables de la Fed comme Jérôme Powell feraient mieux de « commencer à chercher un autre emploi » parce que Donald Trump ne sera pas satisfait des politiques de la Fed qui pourraient causer un crash. C’est une pure illusion de la part de gens qui ne comprennent pas comment la Fed fonctionne.

D’abord et avant tout, soyons clairs, la Réserve fédérale est une entité autonome qui n’est pas soumise à la surveillance du gouvernement. Elle ne l’a jamais été et ne le sera probablement jamais. Cette réalité est corroborée par les aveux d’anciens fonctionnaires de la Fed comme Alan Greenspan, qui a publiquement fait remarquer que la Fed ne répond à personne.

La banque centrale fonctionne tout à fait à l’opposé de ce que beaucoup de gens supposent. Comme l’a noté Carroll Quigley, éminent historien américain et mentor de Bill Clinton, dans son livre Tragedy And Hope :
« Les puissances du capitalisme financier avaient un autre objectif de grande portée, rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier en mains privées capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde dans son ensemble. Ce système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde entier agissant de concert, par des accords secrets conclus lors de fréquentes réunions et conférences privées. Le point culminant du système devait être la Banque des règlements internationaux à Bâle, en Suisse, une banque privée détenue et contrôlée par les banques centrales du monde entier qui étaient elles-mêmes des sociétés privées. Chaque banque centrale cherchait à dominer son gouvernement par sa capacité à contrôler les prêts du Trésor, à manipuler les devises étrangères, à influencer le niveau de l’activité économique dans le pays et à influencer des politiciens coopératifs par des récompenses économiques ultérieures dans le monde des affaires. »
En d’autres termes, les gouvernements n’exercent pas de contrôle sur les banques centrales ; les banques centrales exercent un contrôle sur les gouvernements. Cela dit, il y a quelques exceptions à cette règle. Par exemple, une loi du Congrès peut être utilisée pour appliquer une vérification complète des activités de la Fed, ce qui n’a jamais été fait.

La propagande de la Fed affirme le mensonge que la banque est auditée annuellement par le Government Accounting Office (GAO), mais il ne s’agit PAS d’une vérification des actions financières et des initiatives politiques de la Fed. Il s’agit plutôt d’une vérification des dépenses mineures. Savoir combien de crayons et de bureaux la Fed achète en un an ne nous aide pas à comprendre l’influence de la banque sur notre sécurité économique. Tous les autres audits de la Réserve fédérale sont effectués en interne par son propre Conseil des gouverneurs. Cela n’est guère transparent ou indépendant.

La seule fois où le public a eu accès à une vérification, même partielle, des activités de la Fed, c’est lors de la vérification du TARP. Ce seul fait à lui seul a mis à nu des milliers de milliards de dollars en renflouements et en prêts à court terme à diverses banques et sociétés, dont un grand nombre étaient étrangères.

Le GAO n’a rien fait en termes de mesures réglementaires contre la Fed après qu’il a été révélé qu’elle injectait des milliers de milliards de dollars en capital dans des sociétés étrangères. Tout ce qu’il a fait, c’est de faire un registre des transactions et de garder le silence sur le reste.
Je rappelle cette histoire et les conditions entourant les actions de la Fed parce que je veux faire comprendre que, pour l’instant, c’est la Fed et les autres banques centrales qui dictent les règles du jeu. Certains diront peut-être que la situation a changé avec l’élection de Donald Trump, mais je ne suis pas d’accord. En fait, tant que Trump sera au pouvoir, la Fed poursuivra la hausse des taux d’intérêt et l’accentuation des réductions de bilan. Elle ne s’arrêtera pas tant que les marchés ne se briseront pas. Et la seule solution (la fermeture complète de la Fed) aurait aussi des conséquences budgétaires extrêmes.

Il y a un mur de dissonance cognitive quand certains dans le public sont confrontés à cette notion. Ils préfèrent croire à un ensemble de mensonges standard plutôt que d’accepter que la Fed sabote notre système financier. Voici ces mensonges, énumérés sans ordre particulier…

Mensonge #1 : La Fed n’est pas consciente des bulles qu’elle crée

Les économistes et les responsables de la Fed ont régulièrement recours à ce mensonge. Le Conseil des gouverneurs de la Fed n’a jamais fait l’objet d’une vérification ou d’une sanction à la lumière de la crise économique qu’il a créée. Lorsque la culpabilité de la banque centrale est évidente, ils prétendent simplement qu’ils n’avaient aucune idée que la bulle financière était aussi gonflée qu’en réalité. Le désastre les a « surpris ».

La création par la Fed d’un crédit facile sans surveillance, sans parler de son opposition à toute réglementation des produits dérivés, a alimenté la bulle avant 2008. Puis elle a ignoré tous les signes avant-coureurs évidents de l’éclatement imminent de la bulle. Mais qu’en est-il de l’actuelle « bulle de tout » que la Fed a créée grâce à des taux d’intérêt proches de zéro et à une fabrication sans fin de monnaie fiduciaire ? Eh bien, les responsables de la Fed admettent ouvertement leur implication.

Comme l’a admis Richard Fisher, ancien chef de la succursale de Dallas de la Réserve fédérale, dans une interview accordée à CNBC, depuis 2009, la banque centrale américaine a fait de la manipulation à la hausse du marché boursier son métier :
« Ce que la Fed a fait – et je faisais partie de ce groupe – c’est que nous avons amorcé une reprise spectaculaire du marché en 2009.
C’est ce que j’appelle le ‘facteur Whimpy inversé’ – donnez-moi deux hamburgers aujourd’hui pour un demain.
Je ne suis pas surpris que presque tous les indices que vous pouvez regarder étaient en baisse significative. [Après la première hausse des taux de la Fed]. »
La Fed sait quand elle évoque un environnement de bulle ; elle ne veut tout simplement pas l’admettre lorsque la bulle se dégonfle et que la douleur économique est partout.

Mensonge #2 : La Fed ignore que le resserrement des politiques provoque une extrême contraction économique

Donc, si la Fed est consciente quand elle provoque une bulle, est-elle consciente quand elle fait éclater une bulle ? Tout à fait. Comme Ben Bernanke l’a admis dans un discours en 2002 :
« Bref, selon Friedman et Schwartz, en raison de changements institutionnels et de doctrines erronées, les paniques bancaires de la Grande Dépression étaient beaucoup plus graves et répandues qu’elles ne l’auraient été normalement en période de récession.
Permettez-moi de terminer mon exposé en abusant légèrement de mon statut de représentant officiel de la Réserve fédérale. J’aimerais dire à Milton et Anna : en ce qui concerne la Grande Dépression, tu as raison, on l’a fait. Nous sommes vraiment désolés. Mais grâce à toi, on ne recommencera pas. »
Bernanke faisait référence à l’affirmation de Milton Friedman selon laquelle les politiques de resserrement de la Fed au début des années 1930, après avoir rendu les marchés dépendants du crédit facile jusqu’aux années 1920, avaient provoqué des réactions négatives dans le système à un moment clé, déstabilisant toute reprise possible pour les années à venir.

Le problème est double, bien sûr. La Fed a été autorisée à alimenter une bulle de marché frauduleuse en premier lieu. Ensuite, il a été permis de faire éclater la bulle de la manière la plus destructrice par le biais de politiques de resserrement (comme des taux d’intérêt plus élevés), qui ont détruit le soutien à Main Street. Si cela vous semble familier, c’est parce que la même tactique est utilisée aujourd’hui par la Fed.

Lors d’une réunion de la Réserve fédérale tenue en octobre 2012, le procès-verbal indique que Jérôme Powell s’est fait entendre haut et fort sur ce qui se passerait si la Fed retirait son soutien des marchés dépendants de la dette en augmentant les taux d’intérêt et en réduisant les actifs :
« Ma troisième préoccupation – et d’autres l’ont également abordée – est le problème de la sortie d’un bilan de près de 4 000 milliards de dollars. Nous avons un ensemble de principes datant de juin 2011 et nous avons fait du travail depuis, mais il me semble que nous sommes beaucoup trop confiants sur le fait que la sortie peut se faire en douceur. Les marchés peuvent être beaucoup plus dynamiques qu’on ne le croit.
Quand on se tourne vers le marché et qu’on lui dit : ‘J’en ai pour 1 200 milliards de dollars’, ce n’est pas seulement 20 milliards de dollars par mois, c’est le spectacle de tout ce qui s’en vient. Et je pense qu’il y a de fortes chances que vous puissiez avoir une réaction assez dynamique sur le marché.
Je pense que nous sommes à un point où nous encourageons la prise de risques, ce qui devrait nous faire réfléchir.
Les investisseurs comprennent vraiment maintenant que nous serons là pour prévenir de graves pertes. Ce n’est pas qu’il soit facile pour eux de faire de l’argent, mais qu’ils aient toutes les raisons de prendre plus de risques, et ils le font. Pendant ce temps, nous semblons faire éclater une bulle de revenus fixes dans le temps dans tout l’éventail du crédit, ce qui entraînera d’importantes pertes lorsque les taux remonteront à la hausse. On peut presque dire que c’est notre stratégie. »
Jérôme Powell est maintenant président de la Fed, et pourtant, il poursuit avec les mêmes mesures de resserrement contre lesquelles il avait mis en garde en 2012. Il prétend que le processus de resserrement sera indolore même si les conditions économiques fondamentales sont aussi faibles aujourd’hui qu’il y a six ans. Encore une fois, Powell sait que la Fed va causer un crash, mais il va quand même de l’avant et il n’avertit pas le public du danger.

Mensonge #3 : La Fed est le centre du pouvoir de l’Establishment, il a donc besoin de l’économie américaine pour prospérer

S’il est vrai que la Fed est actuellement en charge du dollar comme monnaie de réserve mondiale, l’idée que la Fed est en quelque sorte indispensable à l’establishment mondial m’a toujours déconcerté. Tout ce que la Fed a fait depuis sa création en 1913 a été conçu pour affaiblir l’économie américaine et éroder le pouvoir d’achat de notre monnaie. Je me demande à quel moment la Fed a pris une mesure qui n’a PAS donné lieu à une bulle ou à l’effondrement d’une bulle. À quel moment l’économie américaine s’est-elle fondamentalement améliorée grâce à la Fed, au lieu de s’affaiblir à la suite d’une fausse reprise que la Fed a fait avaler au public ?

Que fait la Fed à part du sabotage ?

Je crois que la vérité est que la Fed ne se soucie pas de l’économie américaine, ni même de la survie du dollar, comme cela est évident dans ses actions. La Fed n’est qu’une entité fantoche de grandes institutions comme la Banque des règlements internationaux ou du Fonds monétaire international. Ces institutions cherchent à centraliser au niveau mondial, avec un système monétaire mondial et une autorité économique mondiale, comme elles l’ont ouvertement admis dans leurs propres publications. L’économie américaine telle que nous la connaissons aujourd’hui, et la Fed par extension, sont sacrifiables pour ces objectifs.

La Fed poursuivra sur sa lancée, quel qu’en soit le coût, parce qu’il y a une plus grande stratégie en jeu. En fait, certaines élites pourraient même se réjouir de la fermeture de la Fed en ce moment, car elle ouvre la voie à la disparition du dollar comme monnaie de réserve mondiale et à l’introduction d’un nouveau système monétaire mondial, alors que toutes les conséquences entourant ce changement peuvent être imputées au chaos politique et au hasard.

Pour aller droit au but, je laisse aux lecteurs une citation révélatrice de Christine Lagarde, la chef du FMI, qui explique pourquoi la crise des économies nationales est en fait bonne pour le FMI :
« Quand le monde autour du FMI s’effondre, nous prospérons. Nous devenons extrêmement actifs parce que nous prêtons de l’argent, nous gagnons des intérêts et des frais et tout le reste, et l’institution fonctionne bien. Quand le monde va bien et que nous avons eu des années de croissance, comme ce fut le cas en 2006 et 2007, le FMI ne réussit pas aussi bien financièrement et dans d’autres domaines. »

Brandon Smith

Aucun commentaire:

Publier un commentaire