vendredi 21 novembre 2014

Prix du pétrole à la baisse: Signe de l'effondrement de la bulle de dette, menant à la fin du pétrole?

Article original de Gail Tverberg, publié le 21 Septembre 2014 sur le site http://ourfiniteworld.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Le prix du pétrole et des autres matières premières ont récemment baissé. Est-ce une bonne nouvelle ou une mauvaise chose?

Figure 1. Trend in Commodity Prices since January 2011. Brent spot oil price from EIA; Australian Coal from World Bank Prink Sheet; Food from UN's FAO.
Figure 1 Évolution des cours des matières premières depuis Janvier 2011, Prix du Brent de l'EIA; Charbon australien de la Banque mondiale ; Alimentation de la FAO / ONU.

Je dirais que la baisse des prix des produits de base est une mauvaise nouvelle. Cela signifie probablement que la bulle de la dette qui a tenue l'économie mondiale depuis la Seconde Guerre Mondiale, au moins, a échoué à se dilater suffisamment. Si la bulle de la dette s'effondre, nous serons en grande difficulté.

Beaucoup de gens ont l'impression que la chute des prix du pétrole signifie que le coût de production est en baisse, et donc que le «pic pétrolier» redouté est au loin. Ce n'est pas l'interprétation correcte, surtout quand de nombreux types de produits sont à la baisse en même temps. Lorsque les prix sont fixés dans un marché mondial, la grande question est : est ce abordable? Même si la nourriture, le pétrole et le charbon sont proches des besoins primaires, les consommateurs ne peuvent pas payer plus que ce qu'ils peuvent se le permettre.

Une personne peut dire à partir de la figure 1 que, depuis la première partie de 2011, les prix du Brent, du charbon australien et de la nourriture ont été orientés à la baisse. Cette baisse des prix se poursuit en Septembre. Par exemple, pendant que j'écris ceci, le prix du Brent est à 97,70$ tandis que le prix moyen du dernier mois indiqué (Août) est à 105,27$. C'est la plus forte baisse récente et elle en préoccupe beaucoup.

Nous sommes confrontés à plusieurs problèmes provoquant la confusion. Permettez-moi d'essayer d'expliquer certains d'entre eux.

Question n°1: Sur le court terme, les prix des produits de base ne reflètent pas le coût de l'extraction; ils reflètent ce que les acheteurs peuvent se permettre.


Les prix du pétrole sont fixés sur une base mondiale. Le coût de l'extraction varie partout dans le monde. Il est donc clair que les prix du pétrole ne correspondent pas au coût d'extraction, ou au coût d'extraction plus un bénéfice raisonnable, quelque soit le producteur.

Si les prix du pétrole baissent, il est tentant de croire que c'est parce que le coût de production a baissé. Sur une période suffisamment longue, une baisse du coût de production pourrait conduire à des prix plus bas du pétrole. Mais nous savons que de nombreux producteurs de pétrole trouvent le prix actuels du pétrole trop faible. Par exemple, le Wall Street Journal a récemment rapporté, Ben van Beurden, PDG de la Royal Dutch Shell : "On ne peut nier que les rendements sont trop faibles. Il se  prépare à réduire sa société afin de stimuler le rendement, la rentabilité". J'ai écrit à ce sujet dans mon post, Début de la fin? Les compagnies pétrolières réduisent leurs dépenses.

À court terme, les prix bas sont susceptibles de signaler que moins de marchandises peuvent être vendues sur le marché mondial. Les produits de base tels que le pétrole et la nourriture sont des produits incompressibles. Pourquoi seraient-ils devenus moins nécessaires? Le problème, malheureusement, est qu'ils sont de moins en moins abordables. Être abordable dépend en grande partie (1) des salaires et (2) de la dette. Les salaires ont tendance à être assez stable. La cause probable, si l'accessibilité conduit à réduire la demande de produits incompressibles, comme le pétrole et l'alimentation, est la moindre croissance de la dette.

Question n°2: La croissance économique a tendance à produire une bulle de dette.


De nombreux économistes pensent que l'innovation technologique est la clé de la croissance économique. À mon avis, les économies ont besoin d'une combinaison de ce qui suit pour avoir de la croissance économique du type connu dans les 100 dernières années (Note 1) :

(Augmentation de la dette) + (combustibles fossiles peu cher à extraire) + (ressources en combustibles non fossiles pas cher à utiliser) + (innovation technologique)

Dans un tel cas, la dette ne cesse d'augmenter comme une économie se développe. Malheureusement, cette croissance économique n'est que temporaire, car les ressources ont tendance à devenir plus coûteuses à utiliser au fil du temps, faisant disparaître les ressources "bon marchés" nécessaires à la croissance économique.

Le problème sous-jacent de la hausse du coût des ressources (tant pour les combustibles fossiles que pour les autres), c'est que nous avons tendance à utiliser d'abord les ressources les plus facile à extraire. L'innovation technologique continue à se produire, mais les rendements décroissants frappent le marché des combustibles fossiles et des autres ressources. Il y a de plus en plus de demande pour une technologie capable de maintenir les coûts en ligne avec ce que les travailleurs peuvent se permettre de payer. A la fin, le coût des ressources (déduction faite des améliorations technologiques) s'élève trop haut, et la croissance économique est coupée. A ce moment là, une énorme montagne de dettes a été mise en place.

Permettez-moi de mieux expliquer comment cela se passe. Sans les combustibles fossiles, le monde est un peu coincé avec les marchandises qui peuvent être faites avec du bois ou d'autres ressources de base telles que des peaux d'animaux, le coton, le lin, ou de l'argile. Une petite quantité de produits métalliques et de verre peut être fait, mais la déforestation devient vite un problème si une tentative est faite pour "intensifier" la production de marchandises qui nécessitent de la chaleur pour leur production (Note 2).

Une fois que le charbon bon marché est devenu disponible, cette disponibilité a ouvert la porte à l'innovation technologique, car elle a fourni la chaleur en quantité qui n'était pas disponible auparavant. Alors que des idées telles que la machine à vapeur ont été élaborées il y a longtemps, la disponibilité de charbon bon marché a rendu possible et à un coût raisonnable, la production des métaux nécessaires à la machine à vapeur, ainsi qu'aux voies ferrées et aux voitures de chemin de fer.

Avec la possibilité de faire de l'acier et du béton en quantité (les 2 exigeant de la chaleur) est venu la possibilité de faire des barrages hydroélectriques et les lignes de transport d'électricité, permettant ainsi d'utiliser l'électricité pour la consommation publique. Le pétrole, un combustible liquide, a ouvert la voie à l'utilisation généralisée des innovations supplémentaires, tels que les voitures de tourisme privées, le matériel agricole mécanisé, et les avions. Entre le charbon et le pétrole, de nombreux travailleurs ont pu quitter l'agriculture et commencer un emploi dans d'autres secteurs de l'économie.

La transformation qui a eu lieu était énorme: d'outils en bois et de main d’œuvre humaine ou animale, on est passé à une société industrielle moderne. Comment un tel changement a pu avoir lieu? Avant le changement, la capacité à générer des bénéfices qui pouvaient être utilisé pour des investissements en immobilisations futures était très limitée. En outre, les candidats à l'achat de produits fabriqués dans une économie industrielle étaient très peu pauvres. Je dirais que le seul moyen de combler cette lacune était la dette. Voir mes posts précédents, Pourquoi Malthus a fait de mauvaises prévisions et les 65 ans de la bulle de dette des États-Unis.

L'utilisation de la dette a plusieurs avantages:
  1. Ça permet au consommateur d'acheter le produit final fait avec les nouvelles ressources, en supposant que le produit final n'est pas trop cher par rapport aux salaires du consommateur.
  2. Ça donne aux entreprises extrayant les ressources l'argent dont ils ont besoin pour acheter du matériel et embaucher des travailleurs, avant d'avoir réalisé les bénéfices provenant de l'extraction des ressources.
  3. Ça donne aux entreprises la possibilité de construire des usines, avant d'avoir accumulé les bénéfices pour payer ces usines.
  4. Ça permet aux gouvernements de financer l'infrastructure nécessaire, comme les routes et les ponts, avant d'avoir les recettes fiscales pour payer pour ces infrastructures.
  5. Plus important encore, la «demande» générée par (1), (2), (3) et (4) augmente le prix des ressources suffisamment pour rendre l'extraction des ressources rentable pour ces entreprises.
En raison de ces questions, la dette et les combustibles fossiles bon marché ont une relation symbiotique.

(1) La combinaison de la dette, des combustibles fossiles bon marché et des ressources d'autres types bon marché permet la production de biens abordables qui augmentent le niveau de vie de ceux qui les utilisent. Le résultat est ce que nous considérons comme "la croissance économique".

(2) La croissance économique fournit le revenu supplémentaire nécessaire pour rembourser la dette avec intérêt. La façon dont cela se passe, est indirecte, à travers ce qui est parfois décrit comme "une plus grande productivité des travailleurs". Cette plus grande productivité est la productivité vraiment humaine accrue par des appareils rendues possibles par les combustibles fossiles, tels que les machines à coudre, machines à traire électriques et les ordinateurs qui permettent aux travailleurs de devenir plus productifs. Indirectement, la hausse de la productivité des travailleurs profite à la fois aux entreprises et aux gouvernements, par l'augmentation des ventes de ses produits aux consommateurs et par l'augmentation des impôts. De cette façon, les entreprises et les gouvernements peuvent également rembourser leur dette avec intérêt.

Les ressources à des prix plus élevés sont un problème. Les ressources de toute nature à des prix plus élevés ont tendance à "gâcher le travail" de ce cycle de récupération. Le pétrole à des prix plus élevé en particulier, est un problème. Aux États-Unis, quand les prix du pétrole montent au-dessus de 40 $ ou 50 $ le baril, la croissance des salaires s'arrête.

Figure 2. Average wages in 2012$ compared to Brent oil price, also in 2012$. Average wages are total wages based on BEA data adjusted by the CPI-Urban, divided total population. Thus, they reflect changes in the proportion of population employed as well as wage levels.
Figure 2: Le salaire moyen en dollar 2012, comparativement au prix du Brent, également en dollar 2012. Les salaires moyens sont le total des salaires basée sur des données corrigées des variations BEA par CPI-urban, divisé par la population totale. Ainsi, ils reflètent les changements dans la proportion de la population employée ainsi que les niveaux de salaire.Avec des prix du pétrole plus haut, la hausse du niveau de vie s'arrête pour la plupart des travailleurs, et les emplois bien rémunérés deviennent difficiles à trouver. Il y a 2 raisons pour lesquelles nous pourrions nous attendre à ce que les salaires stagnent quand le prix du pétrole augmente:

(1) La concurrence avec les sources d'énergie bon marché. Lorsque les prix du pétrole ont augmenté, les pays utilisant un pourcentage très élevé du pétrole dans leur mix énergétique (comme les PIIGS en Europe, au Japon et aux États-Unis) sont devenus moins compétitifs dans l'économie mondiale. Ils ont tendance à tomber derrière la Chine et l'Inde, les pays qui utilisent beaucoup plus de charbon (qui est moins cher) dans leur mix énergétique.

Figure 3. Average percent growth in real GDP between 2005 and 2011, based on USDA GDP data in 2005 US$.
Figure 3. Croissance moyenne en % du PIB réel entre 2005 et 2011, sur la base de données de l'USDA PIB en dollar US 2005.

(2) Nécessité de maintenir stable le prix des produits. Les entreprises ont besoin de maintenir le prix total de leurs produits proche d'un plateau malgré la hausse des prix du pétrole, si elles veulent continuer à vendre autant de leur produit après l'augmentation du prix du pétrole. Le pétrole est un coût de production important; les salaires en sont un autre. Une façon évidente pour compenser la hausse des prix du pétrole est de réduire les salaires. Cela peut se faire de plusieurs façons: externalisation du travail dans un pays à faible coût, une plus grande automatisation, ou bloquer les salaires. N'importe laquelle de ces approches aura tendance à produire l'aplatissement des salaires observés dans la figure 2.

Basé sur la figure 2, un prix du pétrole supérieur à 40$ ou 50$ le baril semble mettre un plafond sur les salaires, et conduit indirectement à beaucoup moins de croissance économique. Même si nous n'avions pas touché le prix du pétrole par exemple de limiteur, si nous avions découvert un combustible liquide qui pourrait être produit en quantité pour moins de 40$ le baril, nous finirions par frapper une autre sorte de limite de la croissance. Par exemple, la limite pourrait être le changement climatique ou trop de population pour la capacité de production alimentaire. Même trop de dettes peut être une limite, si les revenus des citoyens ne se lèvent pas d'une manière correspondante. À un certain point, il devient impossible même d'effectuer des paiements d'intérêt si le niveau de la dette est trop élevée. Indirectement, les salaires des citoyens supportent même la dette des entreprises et du gouvernement, parce que les revenus d'activité et les recettes fiscales dépendent indirectement des salaires.

Question n°3: Rembourser la dette est très difficile dans une économie stable ou en baisse.


Une fois que la croissance s'arrête (ou ralentit trop), la bulle de la dette tend à s'écraser, car il est beaucoup plus difficile de rembourser la dette avec intérêt dans une économie en décroissance par rapport à celle en croissance.

Figure 4. Repaying loans is easy in a growing economy, but much more difficult in a shrinking economy.
Figure 4 Rembourser les prêts est facile dans une économie en croissance, mais beaucoup plus difficile dans une économie en décroissance .

Le gouvernement cache cette question depuis très longtemps en utilisant le roulement de la dette ancienne par une nouvelle dette et en réduisant les taux d'intérêt à pratiquement zéro. À un certain point, cependant, le système semble voué à l'échec.

Toute les dettes ne sont pas équivalentes. La dette qui gonfle tout simplement les bulles des prix des marchés boursiers a peu d'impact sur les prix des produits de base. Afin de maintenir les prix des produits de base suffisamment élevés pour que les producteurs veuillent continuer à les produire, la dette doit vraiment revenir dans les mains des acheteurs potentiels de ces produits de base.

En outre, toutes les modifications qui ont tendance à réduire le commerce mondial, pousse cette économie mondiale vers la contraction, et il devient plus difficile de rembourser la dette avec intérêt. Ainsi, les sanctions contre la Russie, et les sanctions de la Russie contre les États-Unis et en Europe, ont tendance à pousser plus rapidement le monde vers l'effondrement de la dette.

Question n°4: L'augmentation du prix du pétrole et des autres produits de base sont un problème, surtout pour les pays qui sont importateurs de ces produits.


La plupart d'entre nous sont déjà au courant de ce problème. Si les prix du pétrole augmentent, ou si les prix des produits alimentaires augmentent, nos salaires n'augmentent pas d'un montant correspondant. Nous finissons par couper dans les achats non contraints. Cette réduction conduit à des mises à pied dans ces secteurs. Nous nous retrouvons avec le scénario que nous avions dans les années de récession 2007-2009 : baisse des prix des maisons (Depuis que les maisons a un prix plus élevé sont des achats non contraints), les banques en faillite, et beaucoup sans emplois. Voir mon article Limites de l'approvisionnement pétrolier et continuation de la crise financière.

La raison pour laquelle les bas prix du pétrole et des autres produits de base sont bien accueillis par beaucoup de gens maintenant, est que la situation inverse - prix élevés du pétrole et des autres matières premières - est terrible.

Question n°5: La baisse dues prix du pétrole et des autres matières premières est un problème, si le coût de production ne baisse pas en conséquence.


Si les prix des produits de base chutent pour une raison quelconque - même si c'est à cause d'une bulle de la dette qui crève - cela va affecter la façon dont beaucoup d'entreprises sont disposées à produire. Il va y avoir une tendance à réduire la nouvelle production. Si les prix baissent trop, il est même possible que certaines entreprises vont purement et simplement quitter le marché.

Même si cela n'en a pas l'air, qu'un pays «a besoin» du prix élevé actuel du pétrole, cela peut quand même être un problème. Les exportateurs de pétrole dépendent des impôts élevés qu'ils sont en mesure d'obtenir lorsque les prix du pétrole sont élevés. S'ils ne peuvent pas percevoir ces taxes, ils peuvent avoir besoin de réduire les programmes tels que les subventions alimentaires et de nouvelles usines de dessalement. Sans ces programmes, le désordre civil peut conduire à des réductions de la production pétrolière.

Question n°6: La croissance des ventes de pétrole vers la Chine et vers d'autres marchés émergents a été alimentée par la croissance de la dette. Cette croissance de la dette semble désormais stagner.

La croissance de la consommation de pétrole s'est surtout faite à l'extérieur des États-Unis, l'Union européenne et le Japon, dans un passé récent. la Chine et d'autres pays émergents conservent une forte demande pour du pétrole.
Figure 5. Oil consumption by part of the world updated through 2013, based on BP Statistical Review of World Energy 2014 data.
Figure 5 La consommation de pétrole par parties du monde mis à jour jusqu'en 2013, basé sur BP Statistical Review of world Energy - données 2014.

Ambrose Evan-Pritchard rapporte, les ratios d'endettement terrifiants de la Chine en passe de balayer les niveaux américains passés. Il montre le tableau suivant, toutes les sources de la croissance de la dette Chinoise, y compris le système bancaire parallèle:

Figure 6. China's total debt, based on chart displayed in Ambrose Evans-Pritchard article.
Figure 6 - La dette totale de la Chine, basé sur le tableau affiché dans l'article Ambrose Evans-Pritchard.
Cette augmentation de la dette semble maintenant ralentir, basé sur un rapport du Wall Street Journal. Une personne se demande si le ralentissement de la croissance de la dette  affecte les prix mondiaux du pétrole et des autres matières premières.


Figure 7. Figure from WSJ article PBOC Struggles as Chinese Borrowers Hold Back.
Figure 7 Figure de l'article du WSJ - BPOC Struggles as Chinese borrowers hold back.

D'autres marchés émergents semblent également rencontrer des réductions. Depuis 2008, les États-Unis, l'Europe et le Japon ont eu des politiques monétaires très accommodantes. Une partie de l'argent disponible à des taux d'intérêt bas a été investi dans les marchés émergents. Maintenant, rapporte le WSJ, la FED diminue l'attrait des marchés émergents. Selon cet article, les investisseurs adoptent une position plus prudente sur les nouveaux investissements en raison de la peur de la hausse des taux d'intérêt américains.

Bien sûr, d'autres problèmes affectent la dette et ainsi la demande mondiale des produits. Si les taux d'intérêt augmentent, beaucoup ont tendance, en général, à réduire le nombre de nouveaux prêts, parce que les prêts deviennent moins abordables. Les sanctions d'un pays contre un autre, comme les États-Unis contre la Russie, et vice versa, ont également tendance à réduire la demande.

Question n°7: Les bulles de la dette ont été un problème dans des effondrements passés.


Selon Jesse Colombo, la dépression était un résultat significatif des bulles de dettes qui se sont accumulés pendant les années folles. Une autre cause à long terme semble être la perte des emplois agricoles qui ont eu lieu lorsque le charbon a permis à des tâches qui étaient auparavant effectuées par les travailleurs agricoles, de l'être par l'électricité ou par des chevaux tirant des charrues métalliques. La combinaison d'une bulle de la dette et de la perte d'emplois semble avoir des parallèles avec la situation actuelle.

Beaucoup pensent que le crash de la bulle immobilière des subprimes a contribué à la Grande Récession. Le pic de 2007 et 2008 du prix du pétrole a aussi joué un rôle majeur.

Question n°8: Si nous sommes confrontés à l'effondrement d'une bulle de la dette, il est tout à fait possible que les prix de nombreux produits de base vont tomber. Cela pourrait conduire à un effondrement dans la fourniture de nombreux types de produits énergétiques, plus ou moins simultanément.

La figure 8, ci-dessous, est une estimation très approximative de ce genre de baisse de la consommation d'énergie à laquelle nous pourrions être confrontés si un effondrement de la dette conduit à des prix très bas de nombreux types de combustibles simultanément. Les prix de nombreux produits de base s'est écrasé en 2008, et ce n'est qu'avec l'intervention massive que les prix ont été recadré à des niveaux 2011. Après le début de 2011, les prix ont commencé à couler à nouveau, comme le montre la figure 1.

Figure 8. Estimate of future energy production by author. Historical data based on BP adjusted to IEA groupings.
Figure 8 Estimation de la production future d'énergie par l'auteur. Données historiques basées sur BP ajustés à des groupes de l'EIA.

Il est clair que les gouvernements vont tenter de prévenir un autre gros accident dans les prix des produits de base. La question est de savoir si ils seront couronnés de succès dans la consolidation des prix des matières premières, et combien de temps ils seront couronnés de succès. Dans un monde fini, la production d'énergie des combustibles fossiles doit finalement reculer, mais nous ne savons pas précisément dans quel délai.

Question n°9: Mon déclin rapide contraste avec les prévisions "meilleur des cas" de la consommation future de pétrole donnée par M. King Hubbert.


M. King Hubbert a écrit sur un scénario où un autre type de carburant prend complètement le-dessus, avant que le pétrole et d'autres combustibles fossiles ne soient éliminés. Il discute même la possibilité de faire des combustibles liquides à partir d'énergie nucléaire bon marché. La façon dont il représente la situation est la suivante:
Figure 9. Figure from Hubbert's 1956 paper, Nuclear Energy and the Fossil Fuels.
Figure 9 Figure de 1956 de l'article de Hubbert, l'énergie nucléaire et les combustibles fossiles.

Dans un tel scénario, il est possible que l'offre de pétrole commencera à décliner quand environ 50% des ressources sont épuisées, et la pente descendante de la courbe suivra une courbe de Hubbert symétrique Cette situation semble représenter le meilleur cas possible; il ne semble pas représenter le cas auquel nous sommes confrontés aujourd'hui. Si un effondrement de la dette se produit, beaucoup du carburant restant est susceptible de rester dans le sol.

Question 10: Notre économie est un système en réseau. L'augmentation de la dette est ce qui maintient l'économie gonflé. Si les salaires ne parviennent pas à suivre le rythme de la croissance de la dette, le système semble susceptible de tomber en panne par la suite.


Dans les articles précédents, j'ai représenté l'économie comme un système en réseau auto-organisé, composé des entreprises, des consommateurs, des gouvernements (des lois, des règlements et des taxes), du système financier, et du commerce international.
Figure 10. Dome constructed using Leonardo Sticks
Figure 10: Dôme construit en utilisant les bâtons de Leonardo

Une des raisons pour laquelle l'économie est présentée comme dépressive est que l'économie perd sa capacité à fabriquer des produits qui ne sont plus nécessaires, tels que des fouets d'attelage et des  cadrans rotatifs de téléphones. Une autre raison pour laquelle elle pourrait être présentée comme dépressive, est que la dette est utilisée pour gonfler à sa taille actuelle. Une fois que le montant de la dette commence à rétrécir, il est très difficile pour l'économie de maintenir sa stabilité.

Beaucoup de "peakistes" croient que si nous avons un problème avec le système financier, tout ce que nous avons à faire est de recommencer avec un nouveau système, peut-être sans dette. Tout ce que je peux voir, c'est que la dette est un élément essentiel du système actuel. Nous n'avons pas pu extraire les combustibles fossiles en quantité importante, sans une quantité sans cesse croissante de dettes. Le problème que nous rencontrons maintenant, c'est qu'une fois que le coût des ressources est trop élevé, le système basé sur la dette ne fonctionne plus. Un nouveau système financier basé sur la dette probablement ne fonctionnera pas mieux que l'ancien.

Si nous essayons de construire un nouveau système sans combustibles fossiles, nous recommenceront vraiment, car "les énergies renouvelables" aujourd'hui font partie du système des combustibles fossiles (Note 3). Nous devons revenir à des choses qui peuvent être faites directement à partir du bois et autres produits naturels sans grandes quantités de chaleur, d'avoir des ressources vraiment renouvelables.

Notes:

[1] C'est vraiment une simplification des vrais problèmes. Alors que la population mondiale augmente, il est nécessaire d'obtenir une quantité croissante de denrées alimentaires provenant de la même terre arable. Ainsi, il est nécessaire de trouver de nouveaux procédés pour accroître la production alimentaire, en même temps que le sol est très probablement en train de se dégrader. Le sol est dans un sens une "ressource d'un autre type que les combustibles fossiles", mais je n'ai pas mentionné spécifiquement de cette question.

Les problèmes croissants de pollution sont en quelque sorte un coût indirect de l'extraction des combustibles fossiles et d'autres ressources. Ceux-ci représentent un autre coût croissant que je n'ai pas spécifiquement identifié. En outre, il y a des frais indirects qui ne correspondent pas exactement à une catégorie, comme les usines de dessalement nécessaires pour gérer les populations de plus en plus nombreuses dans des zones où l'eau est rare. Nous pouvons avoir besoin de tenir compte des dépenses d'atténuation de tous types dans le cadre du "coût de l'extraction des ressources".

Mon point est qu'il devient de plus en plus difficile de compenser ces nombreuses augmentations de coûts avec les innovations technologiques. En outre, si aucun changement n'est apporté, une part de plus en plus grande à la fois de la main-d'œuvre et des ressources sont nécessaires pour maintenir le statu quo, laissant moins de travailleurs et une plus petite quantité de ressources pour faire croître  l'économie.

[2] Le vent et l'eau sont des sources additionnelles d'énergie, mais ils sont des sources d'énergie mécanique, non des énergies thermiques, et ne sont donc utiles que si elles peuvent être d'abord converties en l'électricité, et en chaleur. Ces énergies n'ont jamais été produites en grandes quantités dans les temps pré-"carburant fossiles".
Figure 11. Annual energy consumption per head (megajoules) in England and Wales 1561-70 to 1850-9 and in Italy 1861-70. Figure by Tony Wrigley from Opening Pandora's Box. Figure originally from Energy and the English Industrial Revolution, also by Tony Wrigley.
Figure 11. Consommation annuelle d'énergie par tête (mégajoules) en Angleterre et au Pays de Galles de 1561 à 1570 à 1850-9 et en Italie de 1861 à 1870. Figure de Tony Wrigley «Ouvrir la boîte de Pandore». Figure originale  de l'énergie et de la révolution industrielle anglaise, également par Tony Wrigley.

[3] Bien entendu, tout "renouvelable" existant  continuera à travailler jusqu'à ce qu'il ai besoin de réparations qui ne seront pas disponibles. D'autres parties du système (telles que les lignes électriques de transmission, batteries, onduleurs, et les périphériques connectés tels que les pompes) peuvent échouer plus rapidement que les énergies renouvelables eux-mêmes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire