lundi 17 novembre 2014

PeakOil

Le terme "Pic pétrolier" est malheureusement une mauvaise traduction. Il faut parler de pic de production, donc de taille de robinet !! 

Mais quel est le problème ?

Pour bien comprendre la situation, il faut revenir à des choses simples facile à comprendre. L'industrie pétrolière a une capacité globale de production limitée par définition, c'est la somme des capacités maximales de tous les puits. Ça veut dire que si on atteint cette capacité maximale et qu'un client en veut plus, ce n'est juste pas possible. Le CA de ce client stagne ainsi que le PIB de son pays et donc celui du monde. Si la production baisse, le PIB mondial basé sur le pétrole baisse.

Il se trouve que les capacités de production ont toujours été supérieure à la demande depuis que l'on exploite le pétrole pour la bonne raison qu'à l'origine c'est le pétrole qui a permis de créer l’outil de production. Cette situation a commencé à changer à la fin des années 80 mais on va y revenir.

Les crises dites de "choc pétrolier" en 1973 et au début des années 80 ont pour origine une limitation de la production pour faire augmenter le prix et mieux rémunérer les pays producteur. C'est l'origine de la création de l'OPEP, créer un environnement stable pour garantir un approvisionnement régulier à un prix acceptable pour tout le monde. Et c'est le principal producteur, l'Arabie Saoudite qui contrôle le débit avec nos amis américains qui protège les ressources.

Tant que l'on peut augmenter le débit, on peut accroitre le PIB mondial basé sur cette énergie "gratuite". Si le prix augmente, on ouvre le robinet et si le prix baisse, on fait l'inverse.

Question : Maintenant posons cette question simple, qu'est ce qui n'est pas basé sur le pétrole ?

Réponse : Rien. Extraction des ressources minières, transport, transformation, etc .. Tout est basé sur le pétrole directement ou indirectement, y compris la construction d'éoliennes, de panneaux solaires et l'extraction de l'uranium.

On comprend donc bien que cette capacité de production de pétrole est bien LA question centrale et que si la demande venait à dépasser le maximum de production, il faudrait bien que quelqu'un n'en reçoive plus pour sa production. On aurait alors localement une crise économique par manque de ressource.
Je ne vais pas développer plus ici, d'autres s'en sont chargé de façon détaillée et chiffrée. La 1ere chose à faire est de lire le site de Mr Jancovici, de voir la vidéo mise en lien en bas de la note Démographie puis de lire le rapport de Mr Thévard. Les 2 donnent l'essentiel des clés autour de l'énergie et de la géologie puis il y a d'autres liens plus bas et encore d'autres sur le web.

Maintenant que vous avez des clés de compréhension, on peut attaquer la zone floue et les grandes questions : quand est ce qu'on va avoir ce pic de production et quels vont être les impacts ?

Quand : c'était en 2008 d'après l'EIA !!

C'te blague. Mais alors à quoi ça sert de se prendre la tête, mon pompiste continue de me fournir depuis 5 ans sans soucis !!

Si j'ai pris le temps d'écrire ces mots c'est que la situation est plus compliquée car plusieurs facteurs rentrent en ligne de compte. Je vais essayer de les détailler, d'en comprendre les implications et ensuite je pourrais être mieux à même de mettre en place quelques indicateurs pour anticiper l'avenir.

Pétrole conventionnel

La plupart des gisements de surface sont connus depuis longtemps (1960) et il y a peu d'espoir de trouver de nouveaux gisements géants type Arabie Saoudite. Ces gisements sont déjà en déclin pour la plupart ou en passe de l'être USA (1970), Russie (1995), Angleterre (2005) et Norvège mais aussi et surtout Golfe Persique y compris l'Iran (estimation faute de chiffres officiels). Il reste l'Irak qui pourrait prendre le relai, un peu mais l'instabilité politique va limiter les investissements et donc la production future.

La suite c'est du DeepWater comme celui trouvé au large du Brésil mais c'est plus cher, plus risqué techniquement et écologiquement (Marée noire dans le Golfe du Mexique), difficile politiquement (Au large de Chypre) ou encore plus dangereux à tous les sens du terme (Pôles, glaces, tempêtes). Et dans tous les cas, il faudra être capable d'en produire suffisamment pour compenser le déclin de celui de surface. Pour l'instant ces découvertes ne compensent pas du tout et de loin le déclin du pétrole conventionnel à venir.

Autres pétroles

Je vous laisse gratter vous même pour les pétroles de synthèse, de liquéfaction, etc ... Ça me semble pour le moins une question théorique pour une simple question du faible volume de ces productions.
Le seul qui mérite d'être souligné est le "tight oil" dont on parle beaucoup en ce moment aux USA. Les réserves sont connus depuis longtemps mais non rentable avec un prix du baril à 20$. 2 facteurs conjugués ont rendu possible son extraction, le prix monté au dessus de 80$ et l'amélioration de la technique d'extraction.

Les USA arrivent donc à produire une quantité significative de pétrole via ce procédé, ~1Mb/j mais les volumes sont très relatif par rapport au besoin mondial (85Mb/j) et il est fort probable que ca ne sera qu'une bulle spéculative (financée par la dette globale des USA). Le seul effet positif est une bouffée d'oxygène pour les marchés financiers pour faire comme si. Les réserves publiées et surtout les conditions de calculs de ses réserves sont très controversées pour le moins (pas d'autorité indépendante). L'effet immédiat pousse les prix à la baisse car la méthode de production commence par un pic puis une rapide décroissance des volumes. Et enfin les coûts environnementaux sont encore à venir avec une pollution massive (Reportage Arte de Sept 2013 - Gazland) autour des sites d'extractions (stockage des boues, rejets dans les rivières, etc ...)

Réserves prouvées

Les réserves prouvées sont la soustraction des du pétrole déjà extrait du volume estimé du gisement. Il devrait être donc facile de faire un rapide calcul de ce qu'il reste puits par puits et ainsi en fonction des capacités de production maximale de chaque puits et des des réserves restantes de définir la courbe du pétrole restant et de son extraction années par années. Pas si simple.

1. il y a des menteurs. Le lien suivant sur le Pic Pétrolier (chapitre : Le cas des producteurs de l'OPEP) explique comment pour raison tactique, les pays de l'OPEP ont menti sur leur réserve, menti d'environ 300 Md/b soit 30% des réserves prouvés. On peut aussi penser que la Chine et la Russie n'aient pas tout dit à l'inverse en les minimisant pour rester au final les seuls à en posséder. Parmi les menteurs, je mettrais aussi les compagnie américaines qui traitent le pétrole de schiste qui peuvent s'auto contrôler en raison d'assouplissement des lois et qui ont tout intérêt à mentir pour provoquer un afflux de capitaux pour financer les investissements.

2. Il y a aussi les conditions techniques et géopolitiques qu font que des réserves ne seront pas exploitées pour des raison de coûts économiques, de guerres, de non investissement ou encore d'accidents industriels comme BP dans le golfe du Mexique ou la cupidité pousse le système aux limites de la casse pour maximiser les profits.

Situation géopolitique

On pourrait se dire que tout se passe dessous, qu'il y a un complot mondial, etc .. et de façon surprenante les données sont finalement sur la table, sur Arte par exemple
http://www.youtube.com/watch?v=bvEk13MFl70 : le partage du monde
http://www.youtube.com/watch?v=RM8LQwR-NOU : les grandes manipulations
http://www.youtube.com/watch?v=0pTv0KiJF6w : la malédiction du pétrole

On apprend ou on réapprend quelques petits détails qui donnent tout leur piment à la lecture de l'histoire mondiale depuis 1 siècle.

Bien sur je ne vais pas résumer 1 siècle d'histoire en 10 lignes mais s'il y une chose à dire c'est que TOUS les évènements majeurs de ce siècle sont liés au Pétrole. Par exemple, on a tous appris que la 1ère Guerre mondiale avait démarré à Sarajevo avec l’assassinat d'un obscur archiduc. Mais dessous il y a une autre histoire. Pourquoi Sarajevo ? Parce que les Balkans. Pourquoi les Balkans ? Parce que le BagdadBahn !! Les allemands potes avec l'Empire Ottoman avait commencé à construire une gigantesque ligne de train pour rallié les champs de pétrole "Irakiens" à la Ruhr et ainsi permettre le développement de leur industrie à travers cette transition énergétique Charbon -> Pétrole. Pour faire cette ligne, les allemands doivent quand même traverser la Serbie proche des Français et Anglais, pays qui avec Pierre 1er, se démocratise et se socialise à ce même moment. L'Allemagne a un besoin vital de "convaincre" la Serbie de la laisser faire et l'Angleterre, l'inverse pour empêcher les allemands de le faire.

L’assassinat de l'Archiduc ne sera que la mèche dont tout le monde avait besoin pour changer les lignes diplomatiques. Cet incident allait déclencher la 1ère Guerre Mondiale et permettre aux Anglais et aux Français d'attaquer l'Empire Ottoman puis de se partager la région (Accord Sykes-Picot en 1916 - Partage de l'actuel Irak/Syrie) tout en empêchant les allemands de finir leur projet. A ce petit jeu, les Allemands vont perdre mais l'idée générale sera reprise par Hitler qui attaquera les sudètes pour son Charbon et sa capacité à en faire du Pétrole de Synthèse avant de foncer vers la Roumanie et le Caucase pour s'assurer un approvisionnement sur. Le Pétrole sera aussi le moteur de la 2nd Guerre Mondiale. Le Japon attaquera Pearl Harbour pour empecher les Americains de contester sa suprématie sur le pétrole Indonésien.

Tous les conflits qui vont suivre sous couvert de lutte anti communiste puis anti terroriste vont permettre aux puissances de l'Ouest et de l'Est de contrôler les pays riche en ressources. Les conflits seront aussi internes comme en Egypte avec le Canal de Suez qui va permettre aux Américains de s'immiscer durablement sur la zone.

Parmi les perdants, les habitants de ses pays qui vont payer au prix fort, plusieurs millions de morts "oubliés" dans diverses guerres ou famines plus ou moins pilotées par les Anglo-Saxons mais aussi la France via la Francafrique. Voici une interview de FX Verschave édifiante sur les réseaux de la France dans nos anciennes colonies.

Je vous conseille aussi vivement cet article sur le site de Michel Collon sur les pétrodollars qui résument parfaitement les enjeux géostratégiques.

Crise énergétique

Au même moment les Anglais et les Français ont commencé à développer leur propre accès au pétrole du Moyen-Orient via l’Égypte. Au meme moment, en 1913, l'Angleterre va connaitre son Pic de production de Charbon. Il y a donc urgence.

Vidéos "Tout va mal" par Yo Ananda

Ces petites vidéos reprennent et complètent le travail de JM Jancovici qui est cité mais Yo apporte une pépite. Au chapitre 8, au bout de 9', il y a eu un 1er effondrement d'énergie PUIS de population autour de 1300 du au manque de bois pour le chauffage mais surtout la forge des outils métalliques.

La seconde transition énergétique a été du Charbon vers le Pétrole a eu lieu au début du 20ème siècle. Par chance après le Charbon, le pétrole nous attendais, plus énergétique, plus facile à transporter et à manipuler. Il aura fallu 30 ans pour réaliser cette transition. Mais ça ne s'est pas fait tranquillement, avec 2 Guerres mondiales et la crise de 1929 pour retrouver un équilibre.

La 3ème transition est juste devant nous et il n'y a pas de plan B cette fois ci (voir renouvelable ci dessous). Il y aura une transition vers moins organisée ou subie, c'est la seule certitude. L'idéal serait de s'y préparer maintenant tant qu'il y a encore assez d'énergie.

Crise économique

Si on a compris que l'énergie était la clé de voute de notre économie, on comprend facilement que lorsque cette énergie se raréfie, l'économie commence à patiner. Si elle disparait, l'économie disparait de même ou du moins se réduit à ce que l'homme peut produire avec ses petits bras musclés, cad quelques kilowatts par an pas plus.

Mais concrètement, comment  un manque de production de pétrole provoque cette baisse d'activité ?
Simplement en limitant son activité. Par exemple, les camions qui n'ont plus d'essence ne roulent plus et les sociétés qui en dépendent ne travaillent plus. Et si l'activité se réduit, les investissements aussi et la boule de neige de décroissance s'enclenche avec ses effets pervers, le chômage de masse, la paupérisation, les tentations sécuritaires ou nationalistes.

Énergie nucléaire

Sur ce sujet sensible, je n'ai pas d'avis tranché. Le programme nucléaire a été bâti en France et aux USA pour répondre aux chocs pétroliers et de ce point de vue, il a rempli son objectif pour limiter notre dépendance.

Maintenant se pose plusieurs questions.

1. Qui va payer leur démantèlement ? L'argent n'a pas été provisionné et il faudra bien le faire car l’arrêt d'un réacteur ne se décrète pas. Il faut retirer et recycler les barres d'uranium, démanteler les pièces irradiées et surtout les stocker.

2. Si demain on a une brusque diminution de l'énergie disponible comment pourra t on gérer ces centrales et les démanteler ? Sans parler de la gestion d'une éventuelle catastrophe due à des conditions naturelles extrêmes, une sècheresse privant les centrales d'eau, une attaque ou le manque de moyen pour l'entretien

3. Comment va t on approvisionner nos centrales dans le futur ? L'Uranium a atteint son pic en 2005 et surtout les mines principales en Australie ou au Canada sont loin et notre approvisionnement dépend donc du pétrole pour extraire le minerai, le transporter et le traiter. On comprend alors l'empressement de la France à sécuriser la zone entre le Mali et le Niger.

A court terme, ça va nous donner du temps à moyen terme, ça pourrait devenir un piège et à long terme, il faudra bien finir par s'en passer. Pour finir, comme tous les Bretons, mon discours de sécurité ne colle pas avec mes actes qui consiste directement ou indirectement à consommer toujours plus.

Avec le recul de Fukushima, le site de Plogoff en bord de mer était quand même une bien mauvaise idée mais il n'est pas tout à fait moral de laisser les risques de notre confort aux autres notamment autour de Chinon ou St Laurent.

Énergie renouvelable

Je vous recommande cet un excellent ouvrage en ligne, L'énergie durable - pas que du vent de David MacKay. Il donne de très bon éléments d'échelle sur ce que l'énergie durable peut faire ou ne pas faire.
Pour résumer son livre, toutes les énergies renouvelables qui sont bien sur une solution de remplacement à développer, ont plusieurs aspects "négatifs" à ne pas négliger.
  • Elles ne peuvent pas remplacer les énergies fossiles en volume !! Il faut accompagner ce développement d'économies d'énergie drastiques.
  • Leur développement massif ne peut se faire que dans un monde carboné. Essayez de construire une éolienne de forte puissance sans électricité pour les fours pour produire les pales, sans camion ou bateau pour extraire et acheminer le minerai, sans pétrole pour transporter et installer votre éolienne !!
  • Elles ne sont pas durables. Un panneau solaire, c'est 20 ans par exemple, même un barrage hydroélectrique à besoin d'entretien si vous ne voulez pas noyer la vallée dessous.
Les énergies renouvelables, OUI mais pas pour 7 Milliards d'habitants sur terre ni 70 Millions de Français en France.

Énergies de substitution

Là je reprend d'autres propos. Il y aurait 3 alternatives crédibles, cad industriellement possible à grandes échelle et qui pourraient freiner la décroissance énergétique et donc sauver notre mode de vie actuel.
  • Les centrales nucléaires type EPR ou surgénérateur : le choix de la France mais pas seulement, la Finlande, la Chine, les USA mais aussi l'Angleterre se sont lancés dans cette filière.
  • Les centrales nucléaires au Thorium : Le choix de la Chine notamment qui investi massivement sur la recherche
  • Les pétroles de substitution de 2eme et 3ème génération : prometteur mais là encore, est ce vraiment industrialisable à grande échelle sans créer d'autres déséquilibres ou d'autres pollutions ?
Démographie

Je vous renvoie à ma note consacrée justement à la démographie. Pour faire simple, l'énergie disponible abondante et peu chère a permis cet accroissement exponentiel de la population mondiale et la dynamique va se poursuivre jusqu'à 9 ou 10 Md même si le taux de croissance diminue. Si l'énergie se réduit, la population va se réduire aussi par manque de ressources alimentaires. Ça se fera plus ou moins brutalement au rythme de décroissance de l'énergie disponible.

Réchauffement climatique

Difficile de se prononcer objectivement . Il faut chercher autour des hypothèses du GIEC qui sont sans doute optimistes, et d'autres qui le sont moins. Ce qui est sur c'est que la machine climatique est trop complexe pour être perçue globalement même par les climatologues, que notre impact est déterminant et que le rythme est trop rapide à l'échelle de la terre. Autre chose certaine, si une dégradation apparaissait, il sera impossible de la corriger par manque d'énergie au moins. Il faudra attendre quelques milliers d'années un retour à un équilibre. J'essaie juste d'imaginer ce que serait la France si le Gulf Stream s’arrêtait brutalement, la vie serait certainement plus rude.

Classe politique

J'avais été scotché par la présidence Sarkozy et sa capacité à assumer tranquillement sans état d’âmes, à l'américaine, les liens d’intérêts avec le monde financier et l'industrie. Le plus surprenant reste que l'ancien président se fait financer des conférences à 100 000€ par Goldman Sachs sans soulever les foules, les mêmes qui ont coulé la Grèce et presque l'Europe. A ce tarif, où commence la corruption ?

J’espérais mieux sans être naïf de Hollande mais force est de constater au mieux l'impuissance de nos dirigeants au pire et c'est ce qui se confirme, la trahison du peuple, le dépeçage de l'état français, de son armée et de son industrie pour des objectifs européistes ou mondialiste. On en revient donc à notre vie démocratique qui, dans les faits, ne fonctionne pas si elle a jamais été une réalité et qu'il faut donc (ré) inventer. Il est vraisemblable que les solutions ne viendront pas de nos élus nationaux mais plutôt d'initiatives personnelles et d'acteurs locaux.

Faudra-t-il attendre que l'économie et/ou la finance s'effondre pour que les citoyens émergent pour prendre leur destin en main ? En France, nous sommes tous les enfants d'un pouvoir centralisé et fort. Le 4ème pouvoir, les médias, sont complètement asservis aux pouvoirs en place, politique, économique, financier et même judiciaire. La réinformation est de fait une démarche personnelle. A chacun de se prendre en main sans faux semblants.

Les indicateurs

Après cette longue liste de points de vue sur notre situation actuelle, voici quelques indicateurs à surveiller. Je n'ai aucune idée d'une date pour un crash, un crack ou autre effondrement, ni si c'est une crise financière qui va nous planter la 1ere ou une crise de l'énergie ou une crise alimentaire ou une guerre. Je dirais un peu de tout car ces différents aspects sont liés. Et n'oubliez jamais que la meilleure façon pour l'oligarchie de bien s'en sortir et encore de choisir le moment et la méthode de cet effondrement pour ne pas être surpris et pour pouvoir en contrôler les effets néfastes pour eux.

Production mondiale de pétrole

Il faut surveiller les déclarations de l'OPEP, influencées par les USA, et des Majors sur des messages rassurants sur la non augmentation de la production qui peuvent se lire comme "on ne peut pas produire plus". Il ne faut pas se laisser intoxiquer par les "Énormes réserves trouvées" un peu partout. Par exemple, les 10 ou 15 Milliards de barils trouvés au large du Brésil (Tupi) qui semblent énormes comme ça, ne représentent que 4 mois de consommation mondiale (30 Mdb/an) et le financement de l'extraction n'est toujours pas acquis. Il faut aussi suivre la production de pétrole de schiste au USA qui devrait être moindre que prévu et/ou durer moins longtemps avec un pic entre 2016 et 2020.

Cours de l'Or et des métaux rares

Vu l'incertitude économique à ce jour (Oct 2013), le cours de l'Or devrait monter comme valeur refuge, hors ce n'est pas le cas. On parle beaucoup de manipulation des marchés ou la FED via les banques d'affaires US jouerait à perte sur l'Or avec sa planche à billet pour éviter que le Dollar ne plonge (Dévaluation et perte de confiance comme monnaie de réserve et comme monnaie de paiement de l’Énergie). Il va sans doute encore stagner et baisser un peu puis monter très fort d'autant plus si un crack boursier se produisait. Il faut suivre aussi les achats d'Or de la Chine qui pourrait préparer une sortie de la zone Dollar.

Situation géopolitique

Il y a eu la Syrie il y a quelques mois avec un "False Flag" autour de cette attaque chimique mais la stratégie du Chaos des USA semble trouver ses limites maintenant que la Chine et la Russie aient décidés de s'y opposer publiquement. Il va être intéressant du suivre l’histoire Iranienne pour comprendre ou en est le rapport de force entre les 3 gros. Pour la Syrie et le suivisme étrange de la France, il semble que les USA utilisent les taux d'emprunts de la France sur les marchés pour faire pression.

Le nouveau terrain de jeu des USA est l'Ukraine pour faire pression sur la Russie et couper le lien Europe / Russie. Je vous conseille l'excellent dossier sur le sujet du site les-crises.fr pour tout savoir.

Banques
  • Exposition à des dettes souveraines comme celle de la Grèce mais aussi de l'Italie et maintenant de l'Ukraine.
  • Exposition à notre propre dette, l’État Français incitant nos banques à plus de solidarité Nationale.
  • Exposition aux marchés via leur activité de Trading notamment aux marchés de dérivés.
Le dollar

Jusqu'à présent tout va bien, la FED continue sa politique de QE (Quantitative Easing ou planche à billet). Cette dévaluation de fait va finir par vraiment énerver tout le monde à commencer par les Chinois qui se font clairement spolier. Ils y gagnent tant que les USA restent un marché de débouchés pour leurs exportations mais si la situation empire et cet équilibre pourrait basculer. Les nouvelles de paiement des échanges Russie / Chine en Yuan et en Rouble pourraient précipiter les évènements.

Goldman Sachs

Visiblement ce sont les mieux informés donc il faut lire entre les lignes leurs déclarations et faire le contraire de ce qu'ils préconisent, acheter de l'Or car ils annoncent qu'ils vont en vendre, s’intéresser aux achats d'actifs dans le pétrole de schiste avec prudence et suivre le parcours politique de leurs poulains genre Mario Draghi. Bonne nouvelle pour eux, leur principal concurrent, la JP Morgan, est en cours de dépeçage.

Autres

La croissance chinoise, la dette Japonaise, les bruits de ponction directe sur les comptes bancaires (bail-in), la fin du dollar comme monnaie de réserve, ...
A suivre ... 

Que faire tout de suite ? 


signer la tribune http://tribune-pic-petrolier.org. C'est pas grand chose mais c'est un premier pas, réfléchir à votre résilience et en faire prendre conscience à votre entourage ... 

Citation

«Il y a 40 ans, on disait qu’il restait 40 ans de pétrole. On nous dit toujours la même chose aujourd’hui. La différence?  Il y a 40 ans, il s’agissait de 40 ans de pétrole à 10 dollars, désormais, il s’agit de 40 ans de pétrole à 100 dollars, et dans 40 ans, 40 ans de pétrole à 1'000 dollars. Mais nous n’aurons certainement pas les moyens d’aller le chercher» Nicolas Meilhan

Liens : 


Pic pétrolier ou Banksters ? : Analyse entre économie et énergie. Guess what ? C'est le pétrole qui commande.
A quand le pic de production :  Mr Jancovici encore qui vous explique le pourquoi du comment dans le détail. Voir la note Démographie pour le lien sur la vidéo. Le reste du site manicore.com est aussi à mettre dans vos favoris pour son contenu riche et varié.
Enquêtes sur le nucléaire français : JP Petit sur le nucléaire comme un écho aux positions pour le nucléaire à défaut d'autre chose de JM Jancovici.
http://peakoil-europaction.eu  Enquête très fouillée de Benoit Thévard présentée a l'Assemblée Nationale et au parlement Européen
http://www.institutmomentum.org A nouveau un article de Benoit Thévard sur la notion d'énergie nette
Pic pétrolier sur Arte : Dessous des cartes de 2010 ou Mr Victor repend les arguments ASPO, IFP. Demande à être refait en 2013.
Publications :  Jean Laherrère. Source de graphiques autour de la production de pétrole et de projections. Site ASPO en anglais.
Etude ifpenergie : Étude qui ne "prône" pas le Peak mais très détaillées sur les volumes produits et le contexte zone par zone.
http://www.oleocene.org : Sur la gauche du site, il y a beaucoup de liens. Je vous conseille l'introduction qui à la même approche que cette note et le wiki notamment mais le site date un peu.
http://www.michelcollon.info : Site d'articles engagés contre le capitalisme mondialisé sous toutes ces formes avec un décryptage de l'actualité sans langue de bois.
Belle interview de Jacques Blamont

Aucun commentaire:

Publier un commentaire