lundi 18 septembre 2017

Miner les astéroïdes : à quel point peut-on devenir désespéré ?

Article original de Ugo Bardi, publié le 19 juillet 2017 sur le site CassandraLegacy
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr


 

La mission de la NASA de visiter l’astéroïde 16 Psyched a été rapidement mise sur les rails et devrait avoir lieu en 2026. L’agence examinera (sans extraire) les métaux de l’astéroïde valant 10 000 quadrillion de $, c’est-à-dire plus que la valeur de l’économie mondiale.
 
 

Une idée stupide qui semble venir directement d’une histoire de science-fiction des années 1950. L’exploitation minière des astéroïdes ne serait pas seulement outrageusement coûteuse, le problème est qu’il n’y a rien à extraire par là-bas. Pourtant, certaines personnes semblent prendre l’idée au sérieux.

Il semble que, lorsque nous sommes en difficulté, nous avons tendance à revenir à nos souvenirs d’enfance, considérés comme des moments heureux qui, d’une certaine façon, pourraient revenir. Cela peut expliquer pourquoi le président Trump rêve d’un retour impossible au charbon. Il peut voir cette idée à travers ses souvenirs d’enfance au temps des mineurs heureux et de leurs familles prospères.


D’autres, par contre, peuvent revenir à des souvenirs influencés par la science-fiction des années 1950, lorsque l’idée de « l’extraction sur des astéroïdes » était courante. Jerry Pournelle a écrit un essai délicieux sur ce genre en 1980 sous le titre Those Pesky Belters and Their Torchships. Vous pouvez également vous rappeler le film de 1981 Outland, avec Sean Connery dans une mine sur la lune de Jupiter, Io.

De beaux souvenirs, oui, est-ce que nous pourrons jamais miner des objets de l’espace pour de vrai ? Eh bien, la science-fiction des années 1950 a décrit de nombreuses innovations qui ne sont jamais apparues dans le monde réel et qui n’existeront probablement jamais. Certaines parce qu’elles sont trop chères (voitures volantes) et certaines parce qu’elles sont contraires aux lois de la physique (anti-gravité). L’exploitation minière des astéroïdes tombe directement dans la catégorie « impossible » pour deux raisons : la première est qu’elle est trop coûteuse et la seconde est qu’elle va à l’encontre des lois de la géologie (sinon de la physique). Il ne serait pas physiquement impossible de miner les astéroïdes, mais il n’y a rien à y miner.

Permettez-moi de m’expliquer : nous pouvons extraire des minéraux sur Terre en raison du « crédit énergétique » issu de processus géologiques ou biologiques (et souvent les deux) qui a concentré des éléments spécifiques dans certaines régions spéciales de la croûte. Nous appelons ces régions des « dépôts » et nous utilisons le terme « minerais » pour les dépôts qui sont concentrés et assez purs pour pouvoir générer un profit économique pour l’exploitation minière. Seuls les minerais sont une source utile de minéraux. L’extraction minière de la croûte terrestre sans réfléchir est simplement impensable en raison de l’énorme quantité d’énergie qu’il faudrait (voir mon livre Extracted).

C’est là que le bât blesse avec des astéroïdes. Les processus physiques qui ont créé les minerais sur notre planète ne peuvent avoir lieu uniquement que sur des planètes à la fois géologiquement et biologiquement actives. À notre connaissance, les astéroïdes ne l’ont jamais été. Donc, il n’y a pas de minerais sur les astéroïdes ; ni sur la lune ou d’autres corps spatiaux « morts ». Il n’est pas impossible qu’il y ait des minerais sur Mars, qui a pu être biologiquement active dans un passé lointain, ou peut-être sur les lunes de Jupiter, peut-être géologiquement actives aujourd’hui. Mais, pour ce que nous savons, le meilleur endroit dans le système solaire où trouver des minerais est notre planète, la bonne vieille Terre (et, d’ailleurs, comme on parle science-fiction, le film de 2011 Cowboys and Aliens parle de géologie avec raison : les extraterrestres viennent sur Terre pour ses ressources minérales).

Donc, pas de minerais, pas d’exploitation minière. Et pas de minerais sur les astéroïdes signifie pas d’exploitation minière sur les astéroïdes. 1. Bien sûr, de nombreux astéroïdes sont principalement constitués de fer, mais il est inutile d’aller là-bas pour extraire du fer si vous considérez qu’il y a beaucoup de fer sur Terre et que vous pensez aux coûts associés à l’idée de l’extraction sur des corps spatiaux. C’est une idée qui n’a aucun sens.

Pourtant, nous voyons une foule d’informations que nous pourrions prendre au comptant comme si quelqu’un voulait réellement exploiter les astéroïdes. Peut-être la plus idiote est-elle parue sur Futurism.com avec un titre mentionnant un astéroïde « d’une valeur de 10 000 milliards de dollars ». Il semble que l’auteur ait simplement multiplié la masse de l’astéroïde, censé être toute en fer, par le coût actuel du fer au kilogramme, arrivant à un chiffre tellement grand qu’il en perd tout sens.
D’autres personnes semblent trafiquer des parts de mines spatiales et peuvent vous demander de l’argent pour financer leurs idées sur la base de jolis dessins qui, en effet, rappellent les vaisseaux spatiaux fictifs des années 1950. D’autres, y compris le gouvernement luxembourgeois, semblent disposés à faire exactement cela : dépenser de l’argent sur l’idée des mines de l’espace, vraiment ! (Au moins, en dépit de leur tentative de choisir les pires idées possibles imaginables, ils ne semblent pas envisager l’idée d’envahir l’Irak).

Certaines personnes qui devraient avoir de meilleures connaissances semblent avoir un peu perdu le fil de ce qu’elles disent. Ainsi, l’astrophysicien français Jean-Pierre Luminet aurait déclaré que « les astéroïdes sont remplis de métaux purs et précieux, comme l’or, le platine, le cobalt, etc., en quantités dix à cent fois plus grandes que ce que l’on peut trouver dans des mines sur terre ». (Disons simplement que nous ne pouvons pas prétendre que les astrophysiciens y connaissent quelque chose en géologie). L’idée semble se diffuser et j’ai signalé dans une publication précédente comment une de mes connaissances a réagi à mes déclarations sur nos problèmes de ressources en déclarant : « Mais nous devons coloniser d’autres planètes ! ».

Alors, que dire ? Seulement que quand le désespoir s’installe, la bêtise le suit souvent.

Ugo Bardi

Notes
  1. Le commentateur Ned a noté que certaines météorites avaient une concentration en platine supérieure à celle des minerais terrestres. Donc, il peut y avoir une exception à la règle. Que ces astéroïdes puissent être réellement exploités, c’est une autre question

Aucun commentaire:

Publier un commentaire