mardi 1 janvier 2019

Le pic pétrolier 20 ans plus tard – Un commentaire de Colin Campbell

Article original de Ugo Bardi, publié le 7 décembre 2018 sur le site Cassandra Legacy
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr


Colin Campbell illustrant le concept d’épuisement du pétrole.

Colin Campbell est à l’origine du concept de « pic pétrolier », fondateur de l’Association pour l’étude du pic pétrolier et gazier (ASPO) et, avec Jean Laherrere, auteur de l’article de 1998 sur Scientific American qui a lancé une vague d’intérêt pour l’épuisement du pétrole réexaminant les travaux que Marion King Hubbert avait réalisés dans les années 1950.

Le cycle du pic pétrolier même a quelque chose en commun avec le concept de « Limites à la croissance ». Les deux concepts ont suscité un grand intérêt, puis ont été rejetés, diabolisés et critiqués. Aujourd’hui, il semble que l’opinion générale ait relégué les deux au domaine des « mauvaises théories scientifiques », mais ils ont eu une résonance profonde dans notre vision actuelle du monde – le fait même qu’ils aient tous les deux été rejetés avec tant de véhémence nous en dit long sur ce point !



Le pic était attendu vers 2010, mais le schiste bitumineux l’a retardé de quelques années. Maintenant, il semble que nous approchions de sa réalisation. Mais ne vous inquiétez pas, tout comme le pic de la production américaine n’a pas été reconnu ni même discuté lorsqu’il est arrivé dans les années 1970, le pic mondial ne sera probablement pas reconnu ni discuté lorsqu’il arrivera. Nous continuerons sûrement nos passe-temps habituels de guerres et de querelles.
Colin a maintenant 87 ans et il est un peu moins actif qu’avant dans le débat, néanmoins il continue à le suivre et il m’a écrit la note ci-dessous, relative à un de mes articles récents. Je le reproduis ici avec sa permission (Notez que je ne suis pas sûr de pouvoir diriger la sécession de la République Florentine de l’Italie comme « Général Bardi » comme il le propose !!!).



Cher Ugo

Merci de m’avoir envoyé la référence à votre article sur le pic pétrolier dans la recherche énergétique et les sciences sociales, qui était excellent.

Je me rends compte que l’une des principales raisons pour lesquelles il est difficile de prévoir l’évolution de l’épuisement est liée à la déclaration des réserves. Les explorateurs et les ingénieurs ont des approches quelque peu différentes. J’étais dans le domaine de l’exploration et notre mission principale était d’apprendre la géologie de la région que nous examinions, ce qui exigeait surtout des puits de forage en mer pour obtenir l’information géologique nécessaire pour dresser un portrait d’ensemble et identifier les zones les plus prometteuses. Les explorateurs russes sous le régime communiste ont été autorisés à forer des trous pour simplement recueillir des informations géologiques, mais nous, à l’ouest, nous avons dû prétendre que chaque puits sauvage foré avait de bonnes chances d’être rentable. Il s’agissait d’estimer ses « réserves » potentielles qu’il fallait souvent exagérer pour que la direction approuve le puits.

Une fois la découverte réussie, le contrôle passait aux ingénieurs qui devaient déterminer combien de puits devaient être forés pour développer le champ, la taille des pipelines et d’autres installations. Il était logique qu’ils soient très prudents dans leurs estimations initiales des « réserves », car ils remportaient des médailles s’ils s’amélioraient avec le temps. Leurs projets ont naturellement été très influencés à la fois par le prix du pétrole et par ces prévisions. Naturellement, on peut en extraire davantage si les prix sont élevés.

Ensuite, nous avons eu l’OPEP qui a accepté de partager sa production en fonction des réserves déclarées de chaque pays. Il en a résulté des pressions politiques. L’exemple classique est la façon dont le Koweït a augmenté ses réserves déclarées de 64 Gb (Milliards de barils) en 1984 à 90 Gb l’année suivante, bien que rien de particulier n’ait changé dans ses champs pétroliers. Deux ans plus tard, il a annoncé une nouvelle augmentation à 92 Gb, mais cela s’est avéré trop pour plusieurs autres pays de l’OPEP. Abou Dhabi a égalé le Koweït à 92 Go (contre 31 Go), l’Iran a fait mieux à 93 Go (contre 49 Go) et l’Irak à 100 Go (contre 47 Go). L’Arabie saoudite et le Venezuela ont également enregistré de fortes augmentations. À mon avis, le Koweït est passé de la déclaration des réserves restantes à la déclaration des réserves initiales (c’est-à-dire qu’il n’a pas déduit la production passée). Il s’agit en fait d’une pratique courante dans l’industrie lorsqu’il s’agit de déterminer la propriété relative d’un champ qui traverse la limite d’un bail ou d’une frontière.

Une autre grande difficulté est l’absence d’un système de définition claire des différentes catégories de pétrole, dont chacune a son propre profil de dotation et d’épuisement. Je reconnais ce que l’on appelle le pétrole conventionnel régulier (avec une densité inférieure à 17,5 degrés API), en le distinguant de diverses autres catégories (y compris celle de la fracturation hydraulique). Elle a dominé la production passée et je pense qu’elle a atteint un pic en 2005.

J’en discute dans mon dernier livre intitulé Campbell’s Atlas of Oil and Gas Depletion (ISBN 978-1-4614-3575-4) qui a été publié par Springer en 2013. Il évalue l’état d’épuisement par pays et par région en 2010.

Il y a donc beaucoup d’incertitude quant à la date du pic de toutes les catégories de pétrole, qui est imminent, mais il manque le point où ce qui compte, c’est la vision du long déclin qui le suit.

J’ai récemment reçu une référence à un livre très intéressant (Khan Mansoor 2018, The Third Curve – The End of Growth as we know it. www.mansoorkhan.net) qui souligne que c’est l’énergie et non l’argent qui anime le monde moderne. Il était professeur, mais il a pris cette question tellement au sérieux qu’il est retourné en Inde et a acheté 20 acres de terre pour construire un avenir durable pour lui et sa famille.

Je conclus que l’énergie facile à base de pétrole a alimenté l’expansion économique du siècle dernier, qui a permis à la population d’augmenter considérablement. Les banquiers ont prêté plus d’argent qu’ils n’en avaient en dépôt, convaincus que l’expansion économique de demain constituait la garantie de la dette actuelle. Mais la flambée des prix du pétrole à près de 150 dollars le baril en 2008 a réduit la demande et provoqué une crise financière avec la faillite de plusieurs banques. Les prix se sont ensuite effondrés pour s’établir à 50 $, mais ils ont depuis légèrement grimpé à environ 80 $. Je pense que le monde est confronté à une récession économique comparable à celle des années 1930. Nous assistons déjà à de nombreuses pressions politiques et à une émigration massive lorsque les gens constatent que leur pays d’origine ne peut plus les soutenir. Il y a de nombreuses conséquences politiques qui, je pense, incluront un retour au régionalisme à mesure que les gens se rendront compte qu’ils devront compter sur tout ce que leur région particulière peut soutenir. La Grande-Bretagne quitte déjà l’Union européenne (qui n’était guère plus qu’un empire commercial) et il existe des initiatives comparables dans plusieurs autres pays. Les Catalans veulent quitter l’Espagne, et je ne serais pas surpris si les habitants de Florence ne voulaient pas quitter l’Italie. Ils se tourneront peut-être vers le général Bardi comme chef.

Il est difficile pour les politiciens des démocraties de faire face à la situation, car ils ne sont élus que s’ils disent aux gens ce qu’ils veulent entendre, et ce n’est certainement pas ce que le pic pétrolier implique.

C’est fascinant d’observer tout cela, mais je suis trop vieux pour y travailler sérieusement.

Colin Campbell

Aucun commentaire:

Publier un commentaire