mercredi 7 avril 2021

Le subterfuge de la stagflation : Le vrai désastre caché par la pandémie

Article original de Brandon Smith, publié le 5 mars 2021 sur le site alt-market
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Dans l’actualité économique récente, les gros titres sont dominés par les inquiétudes concernant la hausse des rendements obligataires. L’augmentation des rendements obligataires est le signe d’une possible flambée de l’inflation et, logiquement, les médias appellent la Réserve fédérale à relever les taux d’intérêt afin de prévenir cette inflation.

L’augmentation des rendements obligataires signifie également que les investisseurs disposent d’une alternative compétitive aux actions, deux facteurs qui pourraient déclencher une chute des marchés boursiers.

Si l’on étudie l’histoire réelle du crash boursier pendant la Grande Dépression, on constate que ce sont les hausses de taux d’intérêt de la Réserve fédérale qui ont causé et prolongé le désastre après avoir créé un environnement d’argent facile et bon marché tout au long des années 1920. L’ancien président Ben Bernanke a ouvertement admis que la Fed était responsable en 2002 dans un discours en l’honneur de Milton Friedman. Il a déclaré :

En bref, selon Friedman et Schwartz, en raison des changements institutionnels et des doctrines erronées, les paniques bancaires de la Grande Contraction ont été beaucoup plus graves et généralisées que ce qui aurait normalement été le cas lors d’une récession. Permettez-moi de terminer mon exposé en abusant légèrement de mon statut de représentant officiel de la Réserve fédérale. Je voudrais dire à Milton et Anna : à propos de la Grande Dépression. Vous avez raison, nous l’avons fait. Nous sommes vraiment désolés. Mais grâce à vous, nous ne recommencerons pas.

Cela soulève alors la question – inflation ou déflation ? La Fed va-t-elle « le refaire » ?

Probablement pas exactement de la même manière, mais nous verrons bientôt des éléments d’inflation et de déflation sous forme de stagflation.

La banque centrale a créé un cercle vicieux et beaucoup (dont moi-même) pensent que la Fed a délibérément créé ce nœud gordien. Toutes les banques centrales sont liées entre elles par la Banque des règlements internationaux (BRI) et la BRI est une institution globaliste à part entière. Le programme globaliste cherche à déclencher ce qu’ils appellent le « Grand Reset », une réforme complète de l’économie globale et du capitalisme en un seul système socialiste global… géré par les globalistes eux-mêmes, bien sûr.

À mon avis, la Fed a toujours été une sorte de kamikaze institutionnel ; son travail consiste à s’autodétruire au bon moment et à faire sombrer l’économie américaine avec elle, tout cela au nom de la diffusion du culte de son idéologie globaliste.

La seule inconnue pour l’instant est de savoir comment ils vont s’y prendre pour saboter l’économie. La banque centrale continuera-t-elle à laisser l’inflation faire exploser le coût de la vie aux États-Unis, ou interviendra-t-elle avec des taux d’intérêt plus élevés et permettra-t-elle aux marchés boursiers de s’effondrer ?

Dans les deux cas, nous serons confrontés à une grave crise économique dans un avenir proche.

L’augmentation de l’inflation signifie-t-elle une reprise économique ?

Les économistes traditionnels affirment souvent que l’augmentation des rendements et de l’inflation est une « bonne chose ». Ils affirment que c’est un signe de reprise économique rapide. Je ne suis pas de cet avis.

Si « inflation » et « reprise » étaient identiques, il n’y aurait pas eu d’effondrement économique total en Argentine en 2002, en Yougoslavie en 1994 ou à Weimar en Allemagne au début des années 20.

Je ne vois pas de reprise. Ce que je vois, c’est la dévaluation rapide du pouvoir d’achat du dollar en raison de l’impression massive de monnaies du fait des mesures de relance. La Fed et le gouvernement américain achètent une poussée à court terme de l’activité économique, mais à un coût caché. C’est une condition que l’indice du dollar ne commence même pas à prendre en compte, mais qui est évidente dans les prix des biens et des produits de base nécessaires.

Gardez à l’esprit que tout cela est fait au nom de la réponse à la pandémie. La pandémie est l’excuse ultime pour la destruction active de l’économie américaine. Les mesures de relance se sont traduites par le lancement aléatoire d’argent par hélicoptère, des milliards étant siphonnés principalement par les grandes entreprises et par la fraude. Les personnes qui réclament un chèque de 2 000 dollars au gouvernement n’ont aucune idée que l’aide sociale aux entreprises se poursuit depuis un an, avec des milliards de remboursements d’impôts rétroactifs. Toute cette impression d’argent va causer des dégâts quelque part. On ne peut pas l’éviter.

Il ne s’agit pas de la pandémie

Mettons d’abord les choses au clair : La pandémie n’est PAS la raison de cette vague de stimulations. La pandémie a très peu nui aux entreprises américaines. Ce sont plutôt les confinements qui ont fait le plus de dégâts.

Pensez-y un instant : les gouvernements fédéral et des États ont écrasé l’économie par des mesures de confinements, puis ont proposé comme solution, de vastes mesures de relance. Ce qui, à son tour, détruit la stabilité financière et génère une inflation rapide des prix.

Les États et les comtés conservateurs qui ont refusé de fermer leurs portes se remettent beaucoup plus vite que les États gauchistes qui ont imposé des restrictions draconiennes à leurs citoyens. Pourtant, les confinements n’ont rien fait pour arrêter la propagation de la Covid-19 dans les États bleus. Ainsi, les confinements n’ont apporté aucun avantage perceptible pour le public, mais elles ont donné à la banque centrale une parfaite justification pour éroder davantage le dollar.

Cette inflation des prix qui en résulte est quelque chose à laquelle même les États rouges ne peuvent pas échapper.

Par exemple, les prix des logements augmentent rapidement au-delà de la bulle du marché de 2006. Cela est dû en partie au fait que des millions de personnes participent à une migration qui est peut-être la plus importante aux États-Unis depuis la Grande Dépression. Tous ceux qui en sont capables quittent les grandes villes pour s’installer dans les banlieues et les zones rurales. Mais les prix des maisons ont aussi l’habitude historique de gonfler en même temps que la dévaluation de la monnaie. Le coût de l’entretien et de la rénovation d’une vieille maison, ou de la construction d’une nouvelle maison, augmente à mesure que les prix des produits de base comme le bois d’œuvre enflent.

Et les prix du bois d’œuvre sont certainement en train de monter ! Les prix du bois d’œuvre ont augmenté d’au moins 110 % par rapport à l’année dernière, et ont grimpé jusqu’à 10 % en une semaine.

La location de maisons n’échappe pas non plus à l’inflation, car la hausse des coûts d’entretien des propriétés oblige les propriétaires à augmenter les loyers. Les seuls endroits où les loyers diminuent sont les grandes villes que les Américains cherchent à fuir, comme New York et San Francisco.

L’inflation de ce qui est plus qu’un simple logement

La majorité des produits de base continuent de connaître une inflation générale des prix. Les prix des denrées alimentaires et de l’énergie ont augmenté au cours de l’année dernière. Les gouvernements accusent une fois de plus la pandémie et les « tensions sur la chaîne d’approvisionnement », ce qui était peut-être une affirmation crédible il y a neuf mois, mais plus aujourd’hui. Tout est fait pour cacher le fait que toutes ces mesures de relance ont des conséquences inflationnistes.

La dévaluation du dollar est la plus visible en termes de biens importés. En d’autres termes, il coûte plus cher d’acheter des biens en dehors des États-Unis lorsque la valeur du dollar baisse. Et comme la majorité des commerces de détail américains sont approvisionnés par des producteurs étrangers, cela signifie que les consommateurs américains moyens subiront le plus gros des conséquences inflationnistes. Le stress et la colère du public seront élevés.

Les confinements en raison de la pandémie ne sont qu’une excuse

C’est pourquoi le confinement en raison de la Covid-19 doit se poursuivre et la machine à propager la peur de la pandémie doit rester active. Les globalistes ont besoin d’un événement de couverture pour le Reset et ils doivent garder les citoyens sous contrôle, et la pandémie peut être blâmée pour à peu près tout. Je pense que c’est la raison pour laquelle nous voyons déjà les médias faire l’apologie de l’existence des « mutations du virus de la Covid-19 ». Ne soyez pas surpris si l’administration Biden tente de mettre en place un confinement national au cours de cette année au nom de l’arrêt de la propagation d’un variant de la Covid-19 « plus mortel« .

Peu importe que les précédents confinements aient été inutiles et toutes les données montrent que le maintien de l’économie ouverte est une politique supérieure. On pourrait croire que la logique est complètement absente, mais il y a une raison très logique à ce qui se passe dans l’esprit des globalistes.

La stagflation entre en jeu à cause des pertes dans certains secteurs de l’économie, du chômage élevé et de l’incapacité des salaires à suivre les coûts.

Il y a le démantèlement continu du secteur des petites entreprises, qui, une fois encore, je crois, est détruit délibérément. Ce n’est pas une erreur que les petites entreprises aient été principalement ciblées comme « non essentielles » pendant les confinements. Ce n’est pas non plus une coïncidence si la majorité des prêts PPP COVID-19 ont été accordés à des sociétés de grande envergure alors que les petites entreprises n’ont presque rien reçu. Le secteur des petites entreprises est en train de disparaître, ne laissant que le secteur des corporations pour subvenir aux besoins des consommateurs.

C’est peut-être la raison pour laquelle les Démocrates sont si catégoriques sur l’augmentation du salaire minimum fédéral à 15 dollars de l’heure. Les salaires augmentent déjà en fonction de la demande du marché et de la région. Le travailleur non qualifié moyen aux États-Unis gagne environ 11 dollars de l’heure. Il n’est pas nécessaire que le gouvernement intervienne, sauf s’il a des arrière-pensées.

Un salaire minimum de 15 dollars risque d’écraser ce qui reste des petites entreprises, et seules les sociétés qui reçoivent le gros des fonds de relance pourront se permettre de payer les travailleurs au taux supérieur. En outre, dans plusieurs années, le gouvernement pourrait prétendre avoir « pris des mesures » pour lutter contre la stagflation en augmentant les salaires. Mais un salaire minimum de 15 dollars est plus utile à l’establishment à court terme car il brouille les pistes sur la question de l’inflation.

Les prix vont continuer à augmenter en raison de la dévaluation du dollar, mais les médias et le gouvernement diront que cela n’a rien à voir avec le dollar et que cela a tout à voir avec le fait que les entreprises augmentent les prix en rayon pour compenser l’augmentation des coûts de la main-d’œuvre.

La plus grande menace dans l’histoire de la société américaine

Je soupçonne que l’establishment fera tout ce qui est en son pouvoir pour détourner l’attention du public de la plus grande menace de l’histoire de la société américaine – la bombe à retardement de la stagflation.

S’ils admettent son existence, alors le public pourrait s’y préparer, et ce n’est pas ce qu’ils veulent. Si les Américains décentralisaient leurs économies locales, soutenaient les petites entreprises locales plutôt que les grandes surfaces, se mettaient à produire des biens de première nécessité, et s’ils commençaient à développer des alternatives monétaires comme des monnaies locales adossées à des produits de base… alors ils seraient en mesure de survivre à une crise financière nationale.

En fait, je garantis que toute communauté, comté ou état qui prend ces mesures sera immédiatement visé par le gouvernement fédéral, ce qui révèle encore plus la vérité : l’establishment veut que le public souffre.

Ils veulent un désastre économique. Ils ne veulent pas que les gens aient la possibilité de prendre soin d’eux-mêmes. Ils ont besoin de gens effrayés, désespérés et malléables, ou ils ne réaliseront jamais leur agenda de Grand Reset.

Brandon Smith

Aucun commentaire:

Publier un commentaire