lundi 27 mars 2017

Surpopulation : la vie et la mort d’un mème

Article original de Ugo Bardi, publié le 17 Mars 2017 sur le site CassandraLegacy
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr
L’image de notre avenir est plutôt sombre, messieurs… Le climat du monde change, les mammifères prennent le dessus, et nous avons tous un cerveau de la taille d’une noix.
Le véritable problème de la surpopulation semble avoir trait au fait que le système de diffusion et de traitement de l’information humaine (la « cybersphère») n’est pas en mesure de traiter la planification à long terme. Un seul cerveau humain est plus grand qu’une noix, mais cela ne fait aucune différence. Le système réagit à de nouvelles informations, mais ne les traite pas vraiment. Et nous ne sommes pas mieux adaptés que les dinosaures pour survivre aux défis à venir.

Ceux d’entre nous qui se souviennent des années 1970 et 1980 peuvent toujours avoir à l’esprit comment, au cours de ces années, parler de surpopulation et de contrôle des naissances n’était pas considéré comme politiquement incorrect. Julian Simon (le tueur des théories de « fin du monde ») nous donne une bonne description du débat de ces années-là (il était, évidemment, fortement contre l’idée que la surpopulation était un problème).

 

Encore une fois, il y a de l’hystérie à propos de l’existence d’un trop grand nombre de personnes et d’un trop grand nombre de bébés nés. La télévision présente des notables, allant d’Andrei Sakharov à Dan Rather, répétant que plus de gens sur terre signifient des vies plus pauvres maintenant et de pires perspectives pour l’avenir. Dans un éditorial typique publié dans le Washington Post du 3 juin 1989 (p.14), «dans le monde en développement […] les taux de fécondité entravent les progrès de la croissance économique, de la santé et des possibilités d’éducation». Le prix Nobel Leon Lederman dit, dans sa déclaration en tant que candidat pour la présidence de l’Association américaine pour le progrès de la Science, que la « surpopulation » est l’une de nos « crises actuelles » (2 juin, 1989 Annonce, p.2). Le chef de la Fondation Worcester pour la biologie expérimentale appelle à plus de financement pour la recherche sur la contraception en raison de la « surpopulation  », ainsi que la détérioration continue de l’environnement… » (The Wall Street Journal, 14 août 1989, page A9) Et ce n’est qu’un petit échantillon d’un seul été.
L’analyse de Simon est en accord avec les résultats d’une recherche Google Ngram. Le terme « surpopulation » a atteint un sommet de popularité dans les années 1970, puis il a commencé un long déclin qui est toujours en cours.



Vous pouvez voir le même comportement avec des concepts tels que « contrôle des naissances » et en utilisant aussi « Google trends ». Alors, qu’est-ce qui a rendu le concept même de surpopulation obsolète? Ce qui est sûr, c’est que la croissance démographique se poursuit (image de Gerald Marten):



Il est impressionnant de noter comment le déclin de l’intérêt pour la surpopulation a commencé alors que la courbe de croissance de la population a continué sa forte augmentation, en particulier dans les pays pauvres du monde.

Alors, pourquoi les gens ont-ils perdu tout intérêt au sujet de la surpopulation, alors qu’elle continue à devenir un problème de plus en plus important? Quelque chose de semblable a eu lieu avec d’autres concepts, comme les limites à la croissance et le pic pétrolier : les gens perdent tout intérêt sur ces sujets, au moment même où ces problèmes deviennent gigantesques et probablement insolubles.



Je peux proposer une explication provisoire, basée sur le travail récent que nous avons réalisé avec mes collègues Sara Falsini et Ilaria Perissi. Nous avons examiné le comportement des mèmes sur le web en utilisant un simple modèle de propagation virale, celui couramment utilisé en épidémiologie. Il est appelé modèle SIR (susceptible, infecté, récupéré). Ici, il est représenté sous une forme simple (image sur la droite).


Le modèle dépend de deux paramètres qui décrivent la cinétique de propagation du mème dans la cybersphère (système de diffusion et de traitement de l’information de l’humanité). Ces deux paramètres ne dépendent pas de ce qui se passe en dehors de la cybersphère. La population mondiale peut continuer à croître, mais le mème va suivre son chemin, inconscient de tout ce qui n’est pas signalé dans les médias. Alors qu’il décline, le mème ne disparaît pas, mais il reste dormant. Ce n’est plus infectieux.

Le modèle peut être modifié pour prendre en compte une ré-infection, ce qui empêche l’intérêt pour le mème de descendre à zéro après le pic. Théoriquement, ce paramètre pourrait être affecté par des événements se produisant en dehors de la cybersphère, mais nous avons constaté qu’apparemment, les gens deviennent rapidement résistants à la ré-infection pour la plupart des mèmes.

Finalement, nous avons un problème qui a à voir avec la capacité de la cybersphère à traiter l’information. La cybersphère n’est pas un « cerveau », c’est juste un système complexe en homéostasie. Lorsqu’il est soumis à des forçages externes sous forme de mèmes, il réagit en réajustant certains de ses paramètres, sans plus. Il ne peut pas agir sur des problèmes externes par une planification à long terme; il n’a pas les outils pour cela. Nous pouvons appeler cela un problème de « gouvernance » ou, peut-être, un problème de « commandement et de contrôle ». En tout cas, le système est presque complètement aveugle aux menaces externes. Nous le voyons très clairement pour la question du changement climatique. Et cela rend probable l’idée que nous ne ferons pas mieux que les dinosaures.

Ugo Bardi

Aucun commentaire:

Publier un commentaire