lundi 27 juin 2016

Brexit: Requiem pour un rêve


Article original de Ugo Bardi, publié le 23 Juin 2016 sur le site Cassandra Legacy
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr



Pendant de nombreuses années, je pensais que l’Europe unie était une excellente idée. Une institution créée par des hommes sages qui avaient voulu éviter de répéter les erreurs horribles qui ont conduit les Européens à se massacrer les uns les autres dans deux guerres terribles. L’Europe était censée être une Europe des peuples, une force pour la paix, pour la justice, pour l’égalité, pour la défense des deux, l’humanité et la nature.



Il y a deux ans, je suis venu à Bruxelles pour une audition au Parlement européen; ce fut un choc. L’Europe que je connaissais, l’Europe que je croyais connaître, elle n’était plus nulle part. Ce que j’ai trouvé, un tas de gens mal avisés, de bureaucrates pompeux errant dans un palais gigantesque et inutile. Les fantômes des fondateurs avaient été complètement exorcisés et maintenant ce qui restait n’était qu’une coquille vide; une structure se perpétuant pour elle-même sans aucun objectif clair, à l’exception de forer plus de combustibles fossiles de sous la terre, et – peut-être – de faire la guerre à la Russie. Le rêve d’une Europe des peuples qui agissent pour la paix et la justice avait disparu. 

Requiem pour un rêve.

Et maintenant? Il semble clair que l’Europe, comme elle est maintenant, ne peut pas survivre à ce coup et peut-être que ce n’est pas une mauvaise chose. Peut-on réformer cette Europe? Ou pouvons-nous redémarrer à partir de zéro? Impossible à dire. Dans tous les cas, voici le message que je l’ai écrit il y a deux ans après mon voyage à Bruxelles. Si vous pouvez lire l’espagnol, vous pouvez être également intéressé par ces considérations par Antono Turiel.


Ugo Bardi

Note du traducteur 

Ce texte fait partie d'une probable longue série de chacun des auteurs familiers de ce site pour analyser et donner leur sentiment sur ce vote des Britanniques. Le Saker Francophone a une position anti-système assumée et en ce sens, ce vote est, espérons-le, le début de la déconstruction de ce totalitarisme soft qui menace de nous engloutir dans un monde où se côtoierait le pire des cauchemars d'Huxley et d'Orwell. Ce n'est que le début et il va falloir suivre les tentatives du Système qui, comme il n'est que touché mais pas coulé, et va se défendre, n'en doutons pas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire