mardi 15 septembre 2020

Le club des « jusqu’au-boutistes » : Les marxistes au poignet mou n’ont pas besoin de s’inscrire

Article original de Brandon Smith, publié le 19 août 2020 sur le site alt-market
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr
Ne dites pas que le monde vous doit une vie. Le monde ne vous doit rien. Il était là le premier

Les mèmes sont une force dominante dans la culture populaire d’aujourd’hui, et il y a une bonne raison à cela ; ils permettent aux gens d’injecter un argument dans la discussion sans avoir à développer cet argument. En d’autres termes, en partageant un mème, tout le monde sait déjà ce que vous dites sans explication. Nous faisons tous cela de temps en temps.

 

Lorsque je parle d’une femme comme d’une « Karen », qui crie sur un homme sur le trottoir parce qu’il ne porte pas de masque, la plupart des gens comprennent immédiatement pourquoi cette femme est un problème. Elle correspond à un moule archétypal, elle s’est transformée en un stéréotype ambulant et parlant. Le mème décrit une chose dont tout le monde a fait l’expérience et dont tout le monde est fatigué de s’occuper. Les mèmes facilitent le débat – ils prennent une vie propre.

Cela dit, des problèmes surgissent lorsque des personnes malhonnêtes tentent de détourner un mème pour leur propre agenda. Par exemple, combien de fois avez-vous vu des gauchistes fous traiter un conservateur de « flocon de neige«  parce qu’il/elle critique un comportement gauchiste fou ? Le mème fait référence aux personnes qui laissent leurs émotions se mettre en travers de la raison et qui ont des « crises de nerfs » lorsqu’elles sont confrontées à des faits qui ne correspondent pas à leurs sentiments. Il fait également référence aux personnes qui craignent tellement la concurrence et l’inconfort qu’elles essaient de remodeler le monde pour qu’il soit « plus juste » et moins menaçant pour leur estime de soi. Il ne s’applique pas aux personnes qui, logiquement, déboulonnent des comportements et des arguments terribles.

Pour être juste, le terme « flocon de neige » peut être utilisé de manière abusive pour écarter une personne plus jeune lorsqu’elle exprime son mécontentement face aux problèmes du monde. Les mèmes peuvent être utilisés à mauvais escient par les deux côtés du spectre politique.

De même, une « Karen » est une adulte (pas toujours une femme) qui est agressivement arrogante et déraisonnable et qui fait des crises de colère lorsqu’elle n’obtient pas ce qu’elle veut. C’est une personne qui se comporte comme un enfant gâté, et elle le fait parce que cela a souvent fonctionné dans le passé dans notre monde de la vente au détail où le client a toujours raison. Personne ne leur a jamais donné une claque sur la tête et une leçon d’humilité.

Une « Karen » n’est PAS quelqu’un qui se contente de se plaindre ou de critiquer un problème légitime de manière logique. Pourtant, j’ai vu ce mème être utilisé à mauvais escient pour attaquer et faire taire les personnes qui font exactement cela.

Et qu’en est-il du mème « Okay Boomer » ? L’idée étant que les personnes âgées sont déconnectées des « temps qui changent » et qu’elles n’ont plus rien à apporter à la discussion parce que la planète les a abandonnées. C’est l’un des rares mèmes purement gauchistes que j’ai vu ces dernières années. C’est un mème futuriste qui réconforte les enfants dans leur fausse idée commune selon laquelle ils ont tout compris du monde et que les conseils des « vieux » sont inutiles. C’est une façon pour les personnes n’ayant aucune expérience de la vie et aucun succès de rejeter les personnes ayant des décennies d’expérience de la vie et un ensemble de succès et d’échecs pour en tirer des connaissances.

Se faire dire que l’on est un « débutant » n’est pas toujours amusant, mais c’est parfois nécessaire. Le mème du Boomer est un outil qui permet aux jeunes de se sentir mieux dans leur peau et dans leur manque de sagesse ou d’éducation. De nos jours, toute personne âgée de plus de 30 ans et en désaccord avec la politique gauchiste ou certains aspects de la culture de la génération Z est appelée « boomer » par défaut.

Les mèmes peuvent être divertissants, mais le fait qu’ils soient si faciles à exploiter les rend également vulnérables aux abus des narcissiques et des sociopathes. Les gauchistes, en particulier, sont coupables de détourner les mèmes et de les tordre à leurs propres fins. Ils considèrent les mèmes comme faisant partie d’une guerre des cultures qu’ils veulent désespérément gagner. Pour eux, le contrôle de la signification des mots est primordial.

La dernière tendance en matière de mèmes que je vois ces jours-ci est appelée le mème « des jusqu’au-boutistes », c’est-à-dire « Arrêtez d’agir comme un jusqu’au-boutiste… ». C’est un autre cas où une phrase est cooptée pour correspondre à un faux récit. À l’origine, un « jusqu’au-boutiste » était quelqu’un qui prend les choses récréatives beaucoup trop au sérieux et qui transforme le plaisir en guerre. Par exemple, un type qui joue au volley-ball avec sa famille et qui se met à leur balancer des attaques en pleine face comme s’il était dans un match professionnel. En d’autres termes, des gens qui se frappent la poitrine et se montrent ouvertement compétitifs dans des situations qui ne le nécessitent pas.

Ces jours-ci, je vois le mème utilisé pour décrire TOUTE personne qui excelle dans n’importe quel domaine. C’est vrai, si vous vous efforcez d’être le meilleur, si vous êtes compétitif et que vous gagnez souvent, si vous vous concentrez sur l’amélioration personnelle en tant qu’individu, alors il y a quelque chose qui « ne va pas » chez vous.

Les gauchistes, en particulier, ont toujours eu un problème avec la concurrence et cela découle des racines marxistes de leur philosophie. Il y a cette notion parmi les gauchistes que le monde est censé être « égalitaire ». Or, il y a différents types d’égalité, et je pense que la majorité des Américains sont d’accord avec l’idée d’égalité des chances. Cela signifie que (du moins en Occident) nous pensons que chaque personne, quelle que soit sa situation, devrait avoir la CHANCE de PROUVER qu’elle peut travailler dur et réussir. Les gens ne devraient pas être empêchés de poursuivre cette chance simplement à cause de ce qu’ils sont.

Cependant, les gauchistes et les marxistes pensent que l’égalité des chances ne suffit pas. Ils pensent qu’il devrait également y avoir une égalité de résultats.

Cette illusion est au cœur de toute la pensée marxiste. L’égalité des résultats est impossible parce que tous les gens ne naissent pas égaux. Certaines personnes sont, franchement, nées supérieures aux autres. Certaines personnes sont nées plus intelligentes. D’autres naissent plus forts, plus grands et plus rapides. Certaines personnes naissent avec un talent musical ou artistique inné. Certaines personnes sont nées avec une compréhension mathématique innée. Certaines personnes sont nées extraverties et savent se faire des amis. Certaines personnes sont nées introverties et sont plus aptes à réfléchir et à prendre conscience d’elles-mêmes. Certaines personnes sont nées pour jouer au basket-ball et d’autres sont nées pour être ingénieurs.

La réalité psychologique de l’humanité est que nous ne sommes pas nés comme des ardoises vierges ; nous sommes nés avec des qualités inhérentes et les graines de talents individuels uniques. Les marxistes souffrent d’une déconnexion mentale totale avec ce concept. S’ils devaient admettre que les gens naissent avec des qualités et des avantages individuels et ne sont pas des ardoises vierges, alors le fondement de leur philosophie s’effondrerait. Ils rationalisent leur programme d’ingénierie sociale en partant du principe que tous les gens doivent être « moulés » en unités égales. Ils pensent qu’il faut rééduquer les gens à rejeter les mauvaises croyances et les mauvaises habitudes qu’on leur a enseignées comme les enfants de l’ardoise blanche et leur apprendre à accepter que tout le monde commence sa vie exactement de la même façon. Par conséquent, la majorité des personnes qui réussissent sont celles qui ont reçu un avantage injuste, et la réussite doit être traitée avec mépris et suspicion.

Mais si les gens ont des caractéristiques psychologiques et des avantages inhérents, alors leur personnalité et leurs qualités ne peuvent être réformées. Ces « mauvaises croyances et habitudes » peuvent en fait être tout à fait naturelles et nécessaires. Vous pouvez peut-être les retenir par la force ou la peur, mais vous ne pouvez pas changer le cœur de ce qu’elles sont. Si nos impératifs biologiques et génétiques prévalent, les marxistes deviennent obsolètes et inutiles.

Le secret est de découvrir quelles sont vos forces innées dans la vie et d’en tirer parti pour réussir. Si vous n’avez pas de talent inné, alors vous devez au moins avoir une capacité innée à travailler dur. Si vous n’avez pas la capacité et la volonté de travailler dur pour devenir bon dans un domaine, alors vous ne méritez pas d’être reconnu pour ce domaine. Vous n’avez pas le droit de vous sentir comme un gagnant simplement parce que vous existez. C’est aussi simple que cela.

Le mème des « jusqu’au-boutistes » est en fait l’équivalent de l’excellence par rapport à la honte ; vous êtes censé avoir honte d’être meilleur que les autres dans une certaine tâche ou un certain talent. Je ne sais pas exactement d’où vient cette haine de la concurrence, mais je soupçonne qu’elle a quelque chose à voir avec les gauchistes et leur petite enfance. Beaucoup d’entre eux sont des « ratés » qui n’ont pas eu beaucoup d’expériences de victoire, ou qui n’ont jamais été poussés par leurs parents à mûrir et à exceller. Ils ont commencé à mépriser l’idée que la victoire et le succès sont si élevés dans notre société, alors qu’en même temps ils ont toujours très envie de ce sentiment d’être les meilleurs dans quelque chose.

Ils adoptent donc le credo marxiste, qui leur dit que oui, ils sont des perdants, mais ce n’est pas parce qu’ils sont paresseux et qu’ils sont nuls ; non, ils sont des perdants parce qu’ils sont victimes d’une société qui les empêche de réaliser leur véritable potentiel. Le marxisme leur dit que les personnes qui réussissent ont en fait bénéficié d’un traitement spécial en raison de leur classe sociale ou de la couleur de leur peau. Les gagnants sont en fait de très mauvaises personnes qui ne méritent pas de réussir. Si seulement le système était obligé d’être plus juste, alors ILS seraient les gagnants. Ainsi, pour que les perdants « gagnent », ils doivent rejoindre une foule d’autres perdants et gagner du pouvoir grâce à un contrôle collectif. Les personnes qui réussissent doivent se voir attribuer un handicap extrême par la foule pour « égaliser les chances ».

Je pense que l’idéal marxiste conduit ces jeunes sur la voie d’une illusion brutale, car ils n’atteindront jamais la société utopique qu’ils recherchent. Le monde ne sera jamais « juste », et l’idée que l’on puisse imposer de telles conditions à une culture sans conséquences graves est infantile et mentalement instable. Ne vous y trompez pas, nous entrons dans une ère où la façade qui soutient les personnes faibles et aux poignets mous est en train de s’effondrer. Lorsqu’il s’agit de conflits économiques, de crises et de survie, il n’y a aucun appel à l’égalité. Tu es dans la jungle, baby, et si tu n’as aucun mérite, tu vas mourir.

Les personnes qui sont prêtes à travailler dur et celles qui cherchent à s’améliorer vont bien s’en sortir. Les personnes qui veulent un trophée juste pour avoir participé ne vont pas y arriver.

Par extension, essayer d’organiser socialement notre pays pour qu’il s’adapte au plus petit dénominateur commun paralyserait tout progrès et aggraverait la crise. Si « aller au bout » devient quelque chose dont il faut avoir honte, ou quelque chose qui est puni, alors il n’y a plus d’incitation à améliorer ou à innover ou à aller au-delà de ce qui a déjà été accompli. Notre évolution s’arrête et l’humanité stagne.

Si la compétition humaine a ses moments les plus noirs dans l’histoire, elle doit au moins être encouragée chez les individus. Elle doit continuer à être récompensée. Car si nous commençons à récompenser la médiocrité, ce sera l’exact opposé des pulsions biologiques qui nous maintiennent en vie. Cela conduira à l’autodestruction de l’espèce entière.

Brandon Smith


Aucun commentaire:

Publier un commentaire