jeudi 10 septembre 2020

Travaux bibliques

Article original de James Howard Kunstler, publié le 24 août 2020 sur le site kunstler.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

 

Hurricane Katrina Superdome

Il semble que l’attention de la nation pour la fête Trump-Barnum-Circus républicaine sera rudement éclipsée cette semaine par l’ouragan Laura, qui se dirige actuellement vers la Nouvelle-Orléans pour frapper directement la ville avant de prendre la direction du centre-sud des États-Unis, noyant les terres cultivées dans le Kentucky et l’Ohio. Les querelles internes du GOP devront passer en arrière plan des secours aux sinistrés. Ce pourrait être une bénédiction politique pour le président, à moins qu’il ne gâche l’événement comme George W. Bush – souvenez-vous de « Brownie, vous faites un sacré boulot », à propos de Michael Brown, alors directeur de la FEMA, qui a fait entrer des milliers de personnes dans le Superdome NoLa, qui s’est rapidement transformé en un horrible spectacle d’incompétence administrative à la mode de Sa Majesté des mouches.

Je sais exactement ce dont l’Amérique a besoin, une autre catastrophe naturelle d’ampleur biblique, avec le Covid-19 qui semble fermenter dans les unités de climatisation de tout le Dixieland, et beaucoup d’étés restants pour engendrer de nouveaux fléaux de maladies transmises par les moustiques à la suite de l’inondation de Laura. Et, bien sûr, la saison des ouragans ne fait que commencer. Telles sont les « travaux » de l’Amérique – ou approchant – alors que nous glissons vers quelque chose qui ressemble à un effondrement.

Le pays pourrait-il même supporter une autre convention politique de grande ampleur après l’extravagance nauséabonde des Démocrates la semaine dernière ? La nation a tellement marinée dans l’agitation, le désinvestissement et le mensonge que toute son intelligence a été soutirée à la population, peut-être même la volonté de vivre. Une convention républicaine, accompagnée des habituels spectacles, pourrait épuiser les réserves d’Oxycontin qui restent dans le pays, alors que des millions de chômeurs, qui se posent des questions sur les loyers en retard et les échéances non payées de leur voiture, ont recours à la vodka, au Xanax, au sirop contre la toux et à la colle pour modèles réduits d’avions pour apaiser la douleur provoquée par les conneries politiques débridées. Comme pourrait le dire BLM : « Vous savez ce que ça veut dire ? »

En parlant de BLM, un dimanche, Jacob Blake, 29 ans, a apparemment été abattu d’une balle dans le dos par la police à Kenosha, Wisconsin, alors qu’il montait dans une voiture. L’incident a inspiré une nuit d’émeutes et de pillages à la BLM dans le centre de Kenosha, avec d’excellentes perspectives de voir la violence s’étendre à d’autres villes. M. Blake a été hospitalisé et survit, jusqu’à présent. Il ne respectait pas les instructions de la police lors de son arrestation. Il avait déjà été arrêté en 2015 et accusé d’avoir brandi une arme à feu dans un bar. Lors de son arrestation, une arme a été trouvée sur le plancher de sa voiture. Lors du dernier incident, la police de Kenosha répondait à une plainte pour violence domestique. Un mandat d’arrêt avait été lancé contre M. Blake.

Toujours au cours du week-end, la police de Lafayette, en Louisiane, a abattu Trayford Pellerin, 31 ans, devant une épicerie où il entrait en brandissant un couteau. Ils l’avaient suivi depuis une autre épicerie du voisinage où il avait « créé du désordre avec un couteau ». M. Pellerin a apparemment refusé de se conformer à l’ordre de la police de se mettre à terre. Ben Crump, un avocat des droits civils engagé pour représenter la famille Pellerin pendant l’enquête sur la fusillade, a déclaré : « Sa famille pense qu’il souffrait d’une crise de maladie mentale et que ce dont il avait besoin était un coup de main. Mais ce qu’il a reçu, c’est ce qui ressemble à 11 balles ». Sa mère a déclaré à l’Associated Press que M. Pellerin avait suivi une thérapie pour son anxiété sociale.

Que penser de tout cela ? Le dénominateur commun semble être que le non-respect des instructions de la police peut entraîner des blessures graves, voire la mort, surtout si vous portez une arme ou si vous avez un casier judiciaire impliquant une arme à feu. Mais peu importe ce raisonnement peu pratique. Deux martyrs, tout frais, sur scène assurent une nouvelle série de protestations, pour la plupart pacifiques. Le parti Démocrate ne manquera pas de souligner la tragique injustice de la violence policière à l’encontre des Noirs américains. Les émeutes et les pillages se poursuivront jusqu’à ce que la population non noire d’Amérique se reprenne en main et abolisse complètement la police. Ou, peut-être, décidera-t-elle plutôt de ne plus se faire bousculer et votera contre les arnaqueurs utilisant l’argument racial.

Jusqu’à présent, le candidat Joe Biden n’a fait aucun commentaire sur ces incidents. Ni sur quoi que ce soit d’autre depuis sa performance épuisante de jeudi dernier. La situation de l’ouragan Laura et la Convention républicaine lui donneront un autre week-end pour se reposer dans sa cave. Vers la mi-septembre, les électeurs commenceront peut-être à se demander si les personnes qui s’occupent de lui vont finir par lui imposer une quelconque apparition publique ou un examen minutieux par les médias – qui, pour la plupart, fonctionneront de toute façon comme la prolongation de son bureau de presse de campagne, avec ou sans la présence du candidat. En octobre, s’il est encore en vie, M. Biden pourrait sortir de son trou comme son compatriote de Pennsylvanie, Punxsutawney Phil. S’il voit son ombre, il retournera dans son sous-sol jusqu’au 3 novembre, date à laquelle l’horrible affaire sera enfin terminée. Sinon, et très bientôt, le parti devra oindre un remplaçant.

Too much magic : L'Amérique désenchantée 

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire