mercredi 4 novembre 2020

L’affreuse confrontation

Article original de James Howard Kunstler, publié le 2 novembre 2020 sur le site kunstler.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

 

Les historiens du futur, qui feront frire des cloportes sur leur feu de camp, se souviendront avec émerveillement et nausée de l’élection de 2020 et de la tentative de démolition contrôlée des États-Unis par la Rébellion du Réveil et son avatar incongru, Joe Biden, le Saint-Esprit de l’arnaque et du détournement cognitif. Toutes les forces de l’empire étaient rassemblées pour le soutenir, comme derrière l’effigie sacrée d’un obscur saint au cours une procession vers l’église, et pourtant, tout ce que les électeurs ont vu, c’est un personnage pitoyable hurlant devant des voitures, un vieux chien aboyant inutilement sur un parking dans l’obscurité qui s’installe.

 

Et puis il y avait Trump… un seul mot, Trump… pas d’honneur, car les Légions du Réveil parlaient du détesté POTUS… Trump, qui violait toutes leurs normes, menaçait leurs bonus, et contestait leurs ridicules shibboleths identitaires de racisme, sexisme, misogynie, homophobie, islamophobie… le Golem d’or de la grandeur convoquant les personnes déplorablement non réveillées dans leurs affreux chapeaux rouges franchissant collines et vallées, par milliers, pour l’entendre parler sans intermédiaires et le regarder se déhancher avec ce charmant pas de danse sur des airs disco de sa folle jeunesse, et dont le moral à toute épreuve a permis de dissiper la malédiction du réveil lancée par les légions de néo-païens de banlieue en colère, jusqu’à ce que nous arrivions au décompte électoral du 3 novembre – et alors la vraie compétition a commencé.

Et maintenant… ? tout le monde se pose la question, lui, elle et tous les autres. Pourquoi devrait-on croire les sondages, étant donné la corruption lâche de toutes les branches médiatiques – et les sondages en font partie, bien sûr. Mais les « affaires » de la famille Biden à l’étranger continuent de couver en arrière-plan, comme un feu de racines dans une forêt de pins, attendant de reprendre feu. Il s’avère que la société chinoise que les Biden courtisaient en tant que « partenaires » (CEFC China Energy) ne pouvait pas être plus manifestement un agent de l’appareil de renseignement du Parti communiste chinois. Même Hunter le savait, puisque son accord avec la CEFC pour la construction d’un terminal de gaz naturel en Louisiane a été dévoilé fin 2017. Un enregistrement audio trouvé sur le légendaire ordinateur portable de Hunter le fait parler de Ho Chiping (alias Patrick Ho), le dirigeant du CEFC :

Un autre journaliste du New York Times m’appelle au sujet de ma représentation de Patrick Ho – le putain d’espion en chef chinois qui a lancé la société que mon partenaire, qui pèse 323 milliards de dollars, a fondée et qui a maintenant disparu. L’homme le plus riche du monde, qui était mon partenaire, a disparu. Il a disparu depuis la dernière fois que je l’ai vu dans son appartement à 58 millions de dollars dans le cadre d’un contrat de 4 milliards de dollars pour la construction du putain de plus grand port de GNL au monde. Et je reçois des appels du District Sud de New York de la part du procureur américain lui-même.

M. Ho a fini par être inculpé par le District Sud de New York du DOJ pour corruption et blanchiment d’argent. Hunter s’était porté volontaire pour être l’un des avocats de M. Ho. Il s’est avéré que l’influence de la famille Biden n’a pas beaucoup aidé. M. Ho a été condamné, a fait son temps dans la même prison fédérale à Manhattan où Jeffrey Epstein est mort, et a été déporté à Hong Kong en 2019. Le CEFC a rapidement été mis en faillite par son sponsor, le PCC. Malgré toutes ces sordides complications, la famille Biden s’en est sortie avec au moins 4,8 millions de dollars, acheminés par une compagnie fantôme du PCC appelée Hudson West III sur le compte bancaire du cabinet d’avocats Owasco de Hunter.

Oh, et il y a un étrange effet miroir de notre marais dans tout cela : Le principal exploit de la CEFC pendant les années de magouille des Biden a été l’achat de 14 % des parts du géant russe du pétrole et du gaz, Rosneft, pour aider la Chine à contourner les sanctions américaines sur les ventes de pétrole russe. Devinez qui était l’un des avocats travaillant pour Rosneft : Christopher Wray, juste avant qu’il ne devienne directeur du FBI. Et devinez qui est assis sur l’ordinateur portable de Hunter Biden depuis au moins décembre 2019. Oh, le FBI. Et devinez quoi d’autre : les fichiers de Rosneft ont depuis été supprimés par l’ancien cabinet d’avocats de M. Wray, King and Spalding.

Maintenant, la question est de savoir si cette boule puant l’escroquerie va exploser en procédure officielle après l’élection. Nous sommes informés que le DOJ a ouvert une enquête sur le blanchiment d’argent de Hunter Biden il y a un an, lorsque des allégations ont été faites sur son « travail » à 85 000 dollars par mois au sein du conseil d’administration de la société ukrainienne Burisma NatGas, qui s’est déroulée de 2014 à 2019, rapportant des millions à Hunter. Le DOJ se penche-t-il également sur les manigances du CEFC ? Le DOJ avait des mandats de la FISA contre l’entreprise par le biais de l’affaire Patrick Ho, mais la FISA a un statut juridique spécial et les preuves peuvent rester cachées indéfiniment.

Et si, par un mystérieux acte de Dieu (ou une fraude électorale), Joe Biden parvient à se faire élire POTUS, comment pourrait-il être inauguré avec sa famille et lui-même empêtrés dans une affaire d’escroquerie qui implique le service de renseignements du Parti communiste chinois ? Cela n’arrivera pas. M. Biden sera obligé de se disqualifier. Est-ce que Kamala Harris deviendrait alors POTUS par défaut ? Il n’y a pas de précédent pour un président élu qui démissionne avant d’avoir prêté serment. Il n’y a aucun doute qu’il y aura des poursuites judiciaires à ce sujet et qu’elles conduiront rapidement à un jugement de la Cour suprême.

En même temps, il faut également s’attendre à une attaque totale du lobby Lawfare contre les résultats des votes individuels des États et à la traduction de votes douteux en délégations du collège électoral. Lawfare mettra à profit tous les tours de passe-passe de la nécromancie juridique pour faire fonctionner cette escroquerie en faveur du Parti Démocrate. Et les avocats de M. Trump ne s’y opposeront pas. Et qu’est-ce que cela apportera à la campagne Lawfare, de toute façon, alors que M. Biden est enseveli sous des allégations de faute criminelle ? Et – pour ne pas l’oublier, comme on dit – que se passera-t-il si, après les élections et avant le 20 janvier, MM. Barr et Durham finissent par mettre en accusation les responsables du RussiaGate ? Ne s’agira-t-il pas d’un gâchis politique mondial ? Pensez-vous que les marchés boursiers et obligataires vont l’adorer ?

En attendant, allons-nous assister à l’extravagance des Antifas et de BLM qui brûlent et pillent les villes d’une mer à l’autre ? Je pose la question : comment cela pourrait-il ne pas se produire ? Ils ont répété pour le Big Show toute l’année. Avec les nouveaux confinements Covid-19, les armées instables de combattants de rue vêtus de noir auront hâte de réactiver l’espace social qu’Antifa et BLM ont si bien préparé. Les émeutes sont amusantes ! Surtout lorsque la police n’est pas autorisée à intervenir efficacement pour les arrêter. Détruire, brûler et piller sont des activités amusantes, comme Halloween et Noël réunis !

Je voterai demain pour M. Trump dans ma petite tentative d’empêcher le Parti Démocrate de mettre ses mitaines dépravées sur les leviers du gouvernement. Je vous ferai part d’une mise à jour post-électorale, ici même, mercredi, mais peut-être pas à l’aube.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire