samedi 28 novembre 2020

Le prophète fou du Connecticut

Article original de Peter Turchin, publié le 12 novembre 2020 sur le site Peter Turchin
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

http://peterturchin.com/wp-content/uploads/2020/11/Atlantic_nov2020.jpg

Graeme Wood a écrit une « longue note de lecture«  sur la cliodynamique, sur moi, et sur mon livre, l’« âge de la discorde » dans lequel nous nous trouvons actuellement. Graeme est un journaliste très intelligent et ses explications de la cliodynamique et des mécanismes structurels-démographiques qui provoquent la rupture des états sont assez bonnes. Le journal The Atlantic a procédé à une vérification approfondie des faits (ce qui est inhabituel en ces temps de médias en ligne où les ressources pour vérifier les faits sont limitées) et je ne conteste pas les fondements factuels de l’article de Graeme.

 

Mais Graeme est un journaliste et c’est son travail de présenter les faits de manière à vendre des exemplaires de la revue (ou un abonnement). Je suis un scientifique, et je ne peux pas m’empêcher d’être en désaccord avec plusieurs angles sous lesquels Graeme voit ce que je fais ; avec la « tournure » qu’il a donnée à l’histoire. Je ne suis certainement pas d’accord avec sa représentation de moi en tant que « prophète » (pire, « de prophète fou »). Il a utilisé cette caractérisation non pas dans l’article (Dieu merci), mais dans son Tweet à ce sujet.

Mais je ne suis pas un prophète, je n’ai jamais prétendu en être un, et en fait j’avais spécifiquement écrit pourquoi j’évite toute prophétie dans cet article. Et j’ai critiqué d’autres « prophètes« . Comme je suis un scientifique, j’utilise la prédiction scientifique comme un outil pour tester des théories, en d’autres termes pour découvrir quelles théories sont vraies et lesquelles ne le sont pas.

Je ne suis pas non plus un écrivain de « mégahistoire ». J’aime les livres de Jared Diamond et de Yuval Harari, car ils génèrent des généralisations intéressantes qui peuvent servir d’hypothèses vérifiables. Mais ces auteurs s’arrêtent à cela. Là où je prends le relais, c’est en traduisant leurs idées verbales en modèles dynamiques, en en extrayant des prédictions quantitatives, puis en les testant avec des données historiques. Bien que j’aie proposé mes propres « grandes théories », mon travail principal consiste à tuer les théories, et non à les multiplier.

L’autre grand problème de la façon dont Graeme me dépeint est que je me présente comme un connard arrogant. J’ai craqué à plusieurs endroits en lisant son article. Oui, je propose un programme assez ambitieux de test des théories sur les processus historiques en les traduisant en modèles explicites et en testant ensuite les prédictions des modèles avec de grands ensembles de données. Mais non, je ne me considère pas comme un Hari Seldon. En fait, le Hari Seldon fictif n’avait aucune appréciation de la dynamique non linéaire et du chaos mathématique (parce que Asimov a écrit les histoires avant la découverte de ce concept mathématique). Et la cliodynamique n’est pas de la psychohistoire.

Mais la pire idée fausse que les lecteurs pourront se faire en lisant l’article de Graeme concerne ma vision de l’Histoire. « Les conditions de la reddition », vraiment ! C’est entièrement le point de vue de Graeme. Ma vision de l’Histoire et des historiens (et des archéologues, des spécialistes des religions) est respectueuse et j’apprécie leur travail. J’ai écrit à de nombreuses reprises que la cliodynamique a besoin de l’histoire. Il y a dix ans, un groupe parmi nous a lancé le projet Seshat, dont le succès dépend essentiellement de la collaboration avec des historiens et des archéologues experts. Lisez cette introduction à Seshat pour voir ce que mes collègues et moi-même pensons vraiment de l’histoire.

Les historiens qui liront cet article sur The Atlantic seront – à juste titre – révoltés (merci, Graeme). Mais je les invite à en lire plus sur le projet Seshat pour connaître nos objectifs et nos approches. Loin d’abolir l’Histoire (ou de la forcer à « capituler »), nous voulons que l’Histoire s’épanouisse. Nous avons besoin que les historiens universitaires utilisent leur expertise pour continuer à accumuler les connaissances sur les différents aspects des sociétés du passé. Nous comptons sur les historiens et les archéologues pour interpréter les preuves historiques complexes et nuancées, avant qu’elles ne puissent être traduites en données à analyser. Nos connaissances sur les sociétés du passé présentent également de nombreuses lacunes et beaucoup d’incertitude – cette incertitude doit être reflétée dans les données afin que nos résultats d’analyse représentent non seulement ce que nous pensons savoir, mais aussi les limites de nos connaissances.

L’Histoire peut exister (et a existé) sans la Cliodynamique, mais la Cliodynamique ne peut pas exister sans l’Histoire. Et j’espère que la Cliodynamique finira par payer sa dette à l’Histoire en montrant que l’étude des sociétés du passé n’est pas seulement une entreprise académique – elle peut nous aider à comprendre, entre autres, notre actuel livre l’« âge de la discorde« , comment nous y sommes entrés, et ce que nous pouvons faire pour naviguer sur les eaux turbulentes qui nous attendent.

Peter Turchin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire