lundi 30 avril 2018

La base de données des médias du DHS pourrait conduire à des médias alternatifs contrôlés par l'IA

Article original de Andrew Korybko, publié le 18 Avril 2018 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

US Homeland Security media database

Le département américain de la sécurité intérieure (DHS) prévoit de mettre en place une base de données de surveillance des médias.

L'agence de l'«Etat profond» a lancé une offre en ligne pour créer un système qui fournira «des outils de comparaison de médias, de conception et de "rebranding", des outils de communication et la capacité d'identifier les meilleurs médias d'influence» dans plus de 100 langues. Il va aussi inclure un suivi des "articles en ligne et des conversations sur les réseaux sociaux", engageant un "suivi en temps réel, une analyse et le benchmarking de la couverture médiatique". Il y aura aussi une analyse du contenu, du volume, du sentiment, de la progression géographique, des influenceurs, du langage et de la dynamique" de toute information en ligne. En outre, le DHS espère également construire des profils sur les influenceurs des médias sociaux, avec leurs coordonnées, l'historique de leurs publications et des sites partenaires, et un aperçu de leur couverture précédente.



Il faut supposer que la CIA a déjà fait cela pour les étrangers, mais que la participation du DHS à ce système dystopique est la continuation nationale de cette tendance à permettre aux opérateurs de "l'état profond" dirigeant les États-Unis de faire ce que leurs homologues internationaux peuvent faire légalement. Cela devrait permettre à la CIA de partager son expérience en matière de collecte, de suivi, de traitement et de diffusion avec le DHS et d'autres agences de ce type. La combinaison inévitable de la future base de données nationale et de son homologue international fournira aux États-Unis une puissance inédite dans la réalisation d'opérations d'ingénierie sociale et influencera les débats en ligne grâce à des marionnettes et des algorithmes d'IA qui sauront exactement quoi dire.

Non seulement cela, mais cette base de données globale donnerait également à "l'état profond" aux États-Unis toute l'information dont ils ont besoin pour savoir quels influenceurs de médias sociaux espionner afin de les faire chanter, de les discréditer, ou de les payer s'ils sont incapables de les contrer efficacement. Il faudra utiliser des attaques organisées par des trolls et équipées à l'avance de récits militarisés rédigés sur mesure par des programmes informatiques pour cibler leur public. Si on prolonge ce scénario proactif encore plus loin, il est tout à fait possible que de faux sites de médias alternatifs soient mis en place avec de faux scénaristes qui ne sont rien d'autre que des agents de renseignement américains ou même des IA qui utilisent les outils de la base de données pour apprendre à être aussi convaincant que possible auprès de certaines populations.

Le développement continu de logiciels vidéo avancés pourrait même permettre de créer de faux visages hyper-réalistes produits à partir de zéro et transformés en superstars des médias alternatifs à l'avenir, même s'ils se comportent comme l'opposition contrôlée la plus efficace imaginable renforçant intelligemment les récits pro-américains, sans l'être de manière trop évidente, en se fondant sur la compréhension obtenue à partir de l'analyse par des IAs de haut niveau des outils de la base de données. Rien de tout cela n'est de la "conspiration" ou "exagéré" non plus, puisque c'est exactement la direction vers laquelle le monde évolue, et il deviendra bientôt très difficile de discerner les vrais commentateurs en ligne de robots logiciel pilotés par des IAs si les dits pourvoyeurs d'informations n'apparaissent pas en personne sur des médias alternatifs de confiance comme RT.

Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie « Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime » (2015). Ce texte sera inclus dans son prochain livre sur la théorie de la guerre hybride. Le livre est disponible en PDF gratuitement et à http://orientalreview.org/wp-content/uploads/2015/08/AK-Hybrid-Wars-updated.pdf.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire