samedi 22 août 2020

La surpopulation : Êtes-vous sûr que c’est un problème ignoré ?

Article original de Ugo Bardi , publié le 23 juillet 2020 sur le site CassandraLegacy
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Dans les années 1960 et 1970, le problème de la surpopulation mondiale était souvent débattu et le contrôle des naissances était proposé comme solution. Il est vite devenu politiquement incorrect de mentionner ce sujet en public et il n’a pas été oublié mais est plutôt traité de manière à ce qu’il n’y ait pas de débat public. Je reconnais que cet article est un peu catastrophique, mais certains articles s’écrivent tout seuls et c’est ce qui s’est passé avec celui-ci.

En juillet de chaque année, le WWF signale généralement l’arrivée de la « Journée de la dépendance à l’égard du poisson » en Europe. Il s’agit de la date à laquelle la consommation européenne de poisson est égale à la production annuelle prévue des mers européennes. Il s’ensuit qu’à partir de ce jour, les Européens ne consomment plus que du poisson importé ou du poisson de haute mer jusqu’à la fin de l’année. Le poisson n’est qu’un des nombreux indicateurs de la surexploitation des ressources naturelles du monde, le poisson n’est qu’un exemple de ce que, ma collègue Perissi et moi, décrivons dans notre récent livre « The Empty Sea« .

Vous savez probablement que la façon politiquement correcte de parler de la surexploitation est de dire qu’il faut être plus prudent, consommer un peu moins, se diversifier, éviter les stocks de ressources les plus surexploités, et qu’alors tout ira bien. C’est ainsi que j’ai parlé de la Journée de la dépendance à l’égard du poisson en 2020 dans un article que j’ai écrit pour un journal italien. Mais lorsque les commentaires anonymes sont autorisés, comme c’est le cas dans ce journal, les gens peuvent se permettre d’être moins prudents. Et les commentaires de mon article étaient des plus politiquement incorrects : la majorité d’entre eux blâmaient la surpopulation. La plupart de ces commentaires n’étaient pas très sophistiqués et n’impliquaient que peu ou pas de tentative d’être politiquement correct. L’idée est que moins il y a de gens, moins la pression sur l’écosystème est importante. Donc, réduire la population permet – comme par magie – de résoudre tous les problèmes, de l’épuisement du poisson au changement climatique.

Bien sûr, cela pose un petit problème : comment réduire la population ? La façon politiquement correcte de mentionner le problème est d’ajouter immédiatement un avertissement dans lequel vous expliquez que vous ne prévoyez pas de tuer ou de stériliser qui que ce soit, mais que vous utilisez simplement des arguments rationnels pour convaincre les gens qu’il est dans leur intérêt d’avoir moins d’enfants. Mais, comme vous pouvez l’imaginer, même la clause de non-responsabilité ci-dessus ne vous sauvera pas des attaques des deux côtés du problème : certains vous accuseront de nier le problème de la population, d’autres de le surestimer, et les deux vous accuseront de planifier l’extermination de l’humanité.

Mais dans cet article, laissez-moi essayer l’impossible et affronter l’infaisable. En d’autres termes, discuter de la manière dont les États et les sociétés pourraient agir sur la surpopulation une fois qu’ils auront décidé qu’il s’agit d’un problème important. (et, peut-être, ont-ils déjà décidé cela ?)

Commençons par dire que tout le débat sur la population, tel qu’il se déroule aujourd’hui, n’est que de la poudre aux yeux, comme la plupart des débats publics. Les choses sont ainsi : les débats ne sont pas là pour prendre des décisions, ils sont encouragés par les pouvoirs en place (PEP) afin de créer la confusion, de diviser le public et de rendre toute décision difficile ou impossible – surtout les décisions que les PEP n’aiment pas. Mais cela ne signifie pas que les décisions ne sont pas prises. C’est juste qu’elles découlent de différents mécanismes.

Dans certains cas, les décisions sont prises par les PEP et sont ensuite imposées aux gens par le biais de lois, de la police, des prisons, etc. Peut-être plus souvent, elles sont le résultat d’une forme d’intelligence collective qui existe dans toutes les sociétés. Aucun homme n’est une île, et cela vaut aussi pour les décisions concernant la taille des familles : les humains ne se reproduisent pas comme des lapins. Ils décident en fonction d’un large éventail de conventions sociales, de lois, de coutumes, de pressions exercées par leurs pairs, etc. Il en résulte un certain degré de « politique démographique » qui s’impose même en l’absence de lois spécifiques. Comme je le décris dans mon livre « The Seneca Effect« , la société japonaise a atteint une stabilisation de la population presque parfaite pendant la période Edo sans aucune intervention spécifique du gouvernement.

Mais souvent, les choses ne sont pas aussi idylliques. Voyons quelques exemples historiques, classés approximativement en fonction d’une intervention sociétale de plus en plus proactive.

1. L’Irlande après la grande famine. Vous connaissez probablement l’histoire de la grande famine qui a frappé l’Irlande à partir de 1846. En une dizaine d’années, l’Irlande avait perdu environ la moitié de sa population à cause d’une combinaison de famine, de maladie et d’émigration. Le point intéressant de cette histoire est que les Irlandais n’ont PAS essayé de compenser les pertes en ayant plus d’enfants. Ils ont fait exactement le contraire, ils ont réduit les taux de natalité. Les Irlandais de l’époque n’avaient pas de bons moyens de contraception, mais ils ont fait face à la situation principalement en retardant l’âge du mariage et en adoptant un mode de vie qui décourageait l’activité sexuelle chez les jeunes. Et ils ont fait ce qu’il fallait faire : la population irlandaise a augmenté à un rythme beaucoup plus lent et aujourd’hui, elle n’a pas encore atteint le niveau de la grande famine. C’est une histoire très intéressante car elle montre comment toute une société peut prendre une décision sur un comportement collectif sans que cette décision ne doive être appliquée par un gouvernement. Mais notez également que les Irlandais ne sont arrivés à cette décision qu’après avoir reçu l’équivalent d’un coup de marteau sur la tête. La société irlandaise dans son ensemble n’avait aucune capacité de prédiction, elle ne pouvait que réagir aux perturbations extérieures.

2. La transition démographique. Le déclin des taux de natalité a pris différentes formes. En Chine, un programme gouvernemental officiel a été mis en place dans les années 1970 pour limiter les familles à un enfant chacune. Il prévoyait des sanctions financières et la stérilisation forcée et a été maintenu en place jusqu’en 2016. Les résultats n’ont pas été aussi drastiques que prévu et la population chinoise a continué à augmenter, bien qu’à un rythme de plus en plus lent. En Occident, la transition a été plus progressive et a peut-être commencé au début du XXe siècle, mais les résultats ont été similaires. Dans les deux cas, on peut dire que la société a réagi à la perception que la population ne pouvait pas continuer à croître de façon exponentielle pour toujours. Pour les Chinois, le résultat a été un programme gouvernemental explicite de contrôle des naissances, ce qui était possible dans un État fort, comme l’a soutenu Chandran Nair dans son récent livre « The Sustainable State« . En Occident, au contraire, le concept de « contrôle des naissances » est vite devenu inqualifiable en termes politiques, mais il a été mis en œuvre dans la pratique par les femmes occidentales de leur propre initiative. Il n’est peut-être pas impossible que, tant en Chine qu’en Occident, la société ait métabolisé certains des résultats de l’étude « Limites de la croissance » de 1972 et y ait réagi. Ce cas montre qu’il existe un certain degré d’intelligence sociétale qui peut réagir à l’évaluation des menaces futures. Il s’agit toutefois d’une capacité limitée. Le déclin des taux de natalité a été très lent et n’a pas entraîné de diminution de la population.

3. Les politiques eugéniques en Occident. C’est un sujet sensible, peu discuté et pour lequel il n’est pas facile de trouver des données complètes. En tout cas, l’eugénisme ne consiste pas, normalement, à réduire la taille de la population, mais cela pourrait bien être un effet secondaire des politiques eugéniques. Les méthodes typiques utilisées dans l’eugénisme impliquent la stérilisation forcée et peuvent aboutir à une « euthanasie involontaire ». (un bel euphémisme, bien qu’il ne soit pas aussi impressionnant que d’autres qui ont été à la mode par la suite, comme les « bombes humanitaires »). L’eugénisme a fait une apparition fugace pendant la première moitié du XXe siècle (et un peu plus tard) en Occident, principalement aux États-Unis et en Allemagne. Aux États-Unis, les politiques eugéniques avaient un aspect résolument racial. Les stérilisations visaient principalement des groupes minoritaires considérés comme inférieurs (Noirs, Mexicains, Amérindiens, etc.), mais il ne semble pas que l’euthanasie forcée ait été utilisée. En Allemagne, l’idée est arrivée plus tard, avec les nazis dans les années 1930, mais elle a été pratiquée avec beaucoup plus d’enthousiasme et elle impliquait l’élimination de groupes minoritaires entiers. Nous connaissons tous le cas des Juifs, mais l’État allemand s’est également engagé dans l’élimination d’un nombre important de citoyens allemands, mais pas à une échelle qui puisse réduire la taille de la population. Ce cas est intéressant car il montre comment une société peut littéralement devenir folle et adopter des mesures de contrôle de la population qui sont non seulement inutiles mais aussi maléfiques.

Ce ne sont que des exemples, mais je pense qu’il est possible d’en tirer quelques conclusions générales. La principale est qu’une société sous pression peut réagir en promulguant des lois ou en développant des coutumes pour influencer la taille de la population. Jusqu’à une époque relativement récente, les États ont tenté de surmonter les crises en augmentant le taux de natalité de leurs citoyens – certains le font encore. C’était un moyen d’obtenir plus de fourrage pour les canons (ou, plus tôt encore, plus de fourrage pour les lames). Mais avec le XXe siècle, la puissance militaire n’était plus proportionnelle au nombre de soldats qu’un État pouvait déployer. Ainsi, la réponse sociétale à une crise pouvait être de stabiliser la population et d’optimiser l’économie en réduisant le taux de natalité, dans certains cas même en utilisant des méthodes drastiques comme l’eugénisme.

Aujourd’hui, à notre époque, il ne fait aucun doute que nous traversons une crise, une crise très grave, une crise qu’aucune autre société n’a jamais connue par le passé. Peu importe ce que Steven Pinker nous dit à propos de l’amélioration de la situation, il est clair qu’elle ne s’améliore pas lorsque des dizaines de milliers des meilleurs scientifiques du monde continuent de nous dire que le changement climatique va détruire notre civilisation. Vous pouvez blâmer le capitalisme, les riches, l’inégalité, les psychopathes au pouvoir, tout cela. Bien sûr, mais il est légitime de penser (même si on ne le dit pas) que 8 milliards de personnes constituent un problème.

Permettez-moi de répéter que je ne suis pas ici pour proposer une quelconque politique démographique : Je n’en ai pas la capacité, ni le titre, ni même l’intérêt. Je me demande simplement comment la société (et la société occidentale en particulier) pourrait réagir à la perception selon laquelle, 1) il existe un problème existentiel très grave, et 2) il peut être causé par la surpopulation.

Il est clair que la réduction des taux de natalité ne suffirait pas : à elle seule, elle ne peut pas être assez rapide pour contrer les scénarios désastreux auxquels nous sommes confrontés en termes de perturbation des écosystèmes. Un scénario « à l’irlandaise » pourrait bien être envisagé : une famine majeure pourrait réduire de moitié la population mondiale, comme cela s’est produit en Irlande au milieu du XIXe siècle. Dans ce cas, la population pourrait ne pas recommencer à croître après la catastrophe et les pires scénarios climatiques pourraient être évités. Ensuite, il y aurait la possibilité d’une nouvelle série de programmes eugéniques. Ce serait la tentative la plus drastique et la plus désespérée de réagir à la menace. Cela pourrait-il vraiment se produire ? Il est vrai que l’eugénisme est considéré comme un mot horrible, mais cela ne signifie pas qu’il ne peut pas être mis en œuvre sous d’autres noms.

Les récentes épidémies COVID-19 nous ont donné un bon exemple de ce que les gouvernements occidentaux peuvent faire en cas d’urgence, ou de ce qu’ils perçoivent comme une urgence. À titre d’exemple, permettez-moi de rapporter une récente déclaration d’Alan Dershowitz :

Permettez-moi de le dire très clairement : vous n’avez pas le droit constitutionnel de mettre en danger le public et de propager la maladie, même si vous n’êtes pas d’accord. Vous n’avez pas le droit de ne pas être vacciné. … Et si vous refusez d’être vacciné, l’État a le pouvoir de vous emmener littéralement chez un médecin et de vous planter une aiguille dans le bras.

C’est une assez bonne description de ce à quoi pourraient ressembler les nouvelles politiques eugéniques. Tout cela serait pour votre bien, bien sûr, mais vous ne pouvez pas vous opposer à ce qu’on vous inocule quelque chose que vous préféreriez éviter de vous faire inoculer. Si cela ne vous convient pas, tant pis pour vous. Vous serez obligé de vous y soumettre. Et si vous protestez, vous serez considéré comme un ennemi du peuple et puni en conséquence.

Ainsi, nous pourrions voir quelque chose comme ce qu’Antonio Turiel a décrit dans son histoire fictive intitulée « Good Vibrations« . Il y montre comment un gouvernement décide de se débarrasser des personnes considérées comme un fardeau pour l’économie en imposant la consommation d’un médicament antidépresseur qui a le fâcheux effet secondaire de tuer ceux qui le prennent, en cinq ans environ. Même sans forcer les gens à prendre un médicament mortel, les gouvernements pourraient simplement laisser le commerce des médicaments opioïdes se développer, avec pour résultat l’élimination d’une bonne partie de la population « inutile ». Cela pourrait arriver…. attendez… C’est déjà en train de se produire !

 

Nous en concluons donc que l’avenir est effectivement un endroit intéressant. Après tout, nous y allons tous. Mais il n’y a pas de cartes de l’avenir et nous ne savons donc pas ce que nous y trouverons. Peut-être que ce ne sera pas aussi mauvais que certains le disent, ou peut-être que nous découvrirons que c’est bien pire. Qui sait ? Profitez de la balade : elle est gratuite !

Ugo Bardi enseigne la chimie physique à l’Université de Florence, en Italie, et il est également membre du Club de Rome. Il s’intéresse à l’épuisement des ressources, à la modélisation de la dynamique des systèmes, aux sciences climatiques et aux énergies renouvelables.

Note du traducteur
 
Cet auteur continue à mettre les pieds dans le plat de ce qui lui semble important. On peut critiquer bon nombre de ces arguments et même les retourner. Il continue d'être très influencé par son idée de la catastrophe écologique que l'on peut nuancer entre climat et pollution. On publie aussi en parallèle les analyses statistiques de Chris Hamilton qui nous indique lui que la transition démographique est déjà largement en cours et pourrait régler certains problèmes même si ça ne se fait pas dans les impératifs temporels des élites politiques en place.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire