samedi 22 août 2020

La gauche contre les frontières ouvertes

Article original de Peter Turchin, publié le 9 juillet 2020 sur le site Peter Turchin
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Comme les lecteurs de mon blog le savent, les opinions que j’exprime ici sont strictement non partisanes et non idéologiques. Mon principal intérêt est d’aller là où la science mène. La pensée idéologique est différente de la science dans la mesure où, en science, les données triomphent des théories. Les idéologues, en revanche, peuvent ignorer ou déformer les faits pour les adapter à leurs prédispositions théoriques (voir, par exemple, Anarchist View of Human Social Evolution).

Mais cela ne signifie pas que tout ce qui vient d’un camp idéologique est faux. Prenez le marxisme. Je me rends compte qu’il est maintenant utilisé dans certains milieux comme une étiquette pour désigner les « mauvaises personnes », mais ici je ne parle que des idées philosophiques de Karl Marx, de Friedrich Engels et de leurs partisans.

Mes propres attitudes à son égard ont connu des variations assez sauvages au cours de ma vie. J’ai grandi en Union soviétique, où le marxisme m’a été imposé à l’école, et j’ai donc eu une vision très négative des idées de Marx et d’Engels. Mais quand je suis passé des études d’écologie à celles des sociétés humaines, j’ai réalisé qu’il y avait des idées intéressantes et valables dans la théorie de Marx. Le principal problème pour Marx et Engels, j’ai maintenant tendance à le penser, était qu’ils travaillaient avec un matériel empirique très limité (par exemple, ils n’avaient pas la banque de données Seshat !). Je reconnais maintenant les contributions marxistes à la théorie structurelle-démographique (avec d’autres penseurs importants, tels que Malthus, Durkheim, Weber). En outre, j’ai trouvé que les idées d’un certain nombre de penseurs marxistes contemporains étaient utiles pour éclairer divers aspects du fonctionnement de nos sociétés complexes. À titre d’exemple, voir mon utilisation du « modèle structurel de l’État capitaliste » de Kitty Calavita dans le chapitre 10 de mon livre « Ages of Discord« .

Un exemple plus récent est celui d’Angela Nagle, « La gauche contre les frontières ouvertes« . Ce titre semble être un « oxymore » autocontradictoires. Comme le note Nagle,

Dans le débat public américain sur l’immigration, une simple dichotomie morale et politique prévaut. La « droite » est « contre l’immigration » et la « gauche » est « pour l’immigration ». Mais l’économie de l’immigration raconte une autre histoire.

Bien sûr, l’économie n’est qu’une des considérations qui doivent éclairer la politique publique en matière d’immigration. Elle est devenue une question extrêmement émotionnelle. Comme l’écrit Nagle,

Avec des images obscènes de migrants à bas salaires poursuivis comme des criminels par l’ICE, d’autres se noyant en Méditerranée, et la croissance inquiétante du sentiment anti-immigrant à travers le monde, il est facile de voir pourquoi la gauche veut défendre les migrants illégaux contre le fait d’être ciblés et victimisés. Et elle doit le faire. Mais en agissant sur la bonne impulsion morale pour défendre la dignité humaine des migrants, la gauche a fini par tirer la ligne de front trop loin en arrière, défendant efficacement le système d’exploitation des migrations lui-même.

Ce que je veux faire, comme je le fais souvent dans ce blog, c’est suivre Nagle et regarder sous la surface les questions structurelles – l’économie, mais plus profondément encore, le pouvoir.

L’argument économique est très clair. L’immigration massive augmente l’offre de main-d’œuvre, ce qui en fait baisser le coût – en d’autres termes, les salaires des travailleurs. Il est clair qu’un tel développement profite aux consommateurs de main-d’œuvre (les employeurs, ou « capitalistes ») et désavantage les travailleurs.

Bien sûr, l’immigration n’est que l’une des nombreuses forces qui influent sur les salaires. J’explore cette question dans une série de blogs, « Pourquoi les salaires réels ont cessé de croître », dont le résumé figure dans le quatrième article, « Putting It All Together«  (Pourquoi les salaires réels ont cessé de croître IV). Ma conclusion est que l’immigration a contribué de manière significative à la stagnation/décroissance des salaires aux États-Unis au cours des dernières décennies, bien que ce ne soit pas la seule. À moins qu’il n’y ait des institutions fortes qui protègent les salaires des travailleurs, une offre excédentaire de main-d’œuvre va les déprimer – c’est simplement la loi de l’offre et de la demande en action.

Comme le souligne Nagle, cela était clair pour Karl Marx, qui

a exprimé un point de vue très critique sur les effets des migrations qui ont eu lieu au XIXe siècle. Dans une lettre adressée à deux de ses compagnons de voyage américains, Marx a fait valoir que l’importation d’immigrants irlandais mal payés en Angleterre les a contraints à une concurrence hostile avec les travailleurs anglais. Il voyait cela comme faisant partie d’un système d’exploitation, qui divisait la classe ouvrière et qui représentait une extension du système colonial.

C’était également clair pour ceux qui étaient affectés négativement – les travailleurs et leurs organisations :

Depuis la première loi limitant l’immigration en 1882 jusqu’à César Chavez et au célèbre syndicat multi-ethnique United Farm Workers qui a protesté contre l’utilisation et l’encouragement de l’immigration clandestine par les employeurs en 1969, les syndicats se sont souvent opposés aux migrations de masse. Ils ont considéré l’importation délibérée de travailleurs illégaux et mal payés comme un affaiblissement du pouvoir de négociation de la main-d’œuvre et comme une forme d’exploitation. Il est indéniable que le pouvoir des syndicats repose par définition sur leur capacité à restreindre et à retirer l’offre de main-d’œuvre, ce qui devient impossible si toute une main-d’œuvre peut être remplacée facilement et à peu de frais. L’ouverture des frontières et l’immigration de masse sont une victoire pour les patrons.

En fait, l’opposition populaire à l’immigration sans restriction remonte à plus loin dans l’histoire américaine. En 1854, le parti anti-immigrant Native American Party (« Know-Nothings« ) a remporté une victoire éclatante dans plusieurs États les plus touchés par l’arrivée d’immigrants en provenance d’Europe, recueillant 63 % des voix au Massachusetts, 40 % en Pennsylvanie et 25 % à New York.

Cette caricature de 1888 dans Puck attaque les hommes d’affaires pour avoir accueilli un grand nombre d’immigrants mal payés, laissant l’ouvrier américain au chômage

Et, sans surprise, les élites économiques américaines étaient également très conscientes qu’un afflux continu d’immigrants leur permettait de faire baisser les salaires des travailleurs et d’augmenter le rendement du capital. En 1886, Andrew Carnegie a comparé l’immigration à « un courant d’or qui afflue dans le pays chaque année ». Au cours du XIXe siècle, le monde des affaires a souvent utilisé l’État américain pour s’assurer que ce « courant d’or » continuerait de couler. Par exemple, en 1864 (sous l’administration Lincoln), le Congrès a adopté la loi visant à encourager l’immigration. L’une de ses dispositions a été la création du Bureau fédéral de l’immigration, dont l’intention explicite était « le développement d’une main-d’œuvre excédentaire » (les italiques sont de moi).

Aujourd’hui, les chefs d’entreprise sont beaucoup plus circonspects sur ces questions. Mais on peut se demander combien d’entre eux pensent dans les mêmes termes, même s’ils n’en parlent pas publiquement, choisissant plutôt de mettre l’accent sur les aspects humanitaires de la migration.

Pour vider le principal argument de Nagle de son sens, la mondialisation est manipulée par les élites au pouvoir pour accroître leur pouvoir au détriment des non-élites. Elle redistribue les richesses des travailleurs vers les « patrons ». Une partie de cette richesse supplémentaire est ensuite convertie en un pouvoir politique accru pour les grandes entreprises. De plus, l’antagonisme entre les travailleurs autochtones et immigrés corrode leur capacité à s’organiser. C’est pourquoi, selon Nagle,

Les militants bien intentionnés d’aujourd’hui sont devenus les idiots utiles des grandes entreprises. Avec leur adoption de la défense des « frontières ouvertes » – et un absolutisme moral féroce qui considère toute limite à la migration comme un mal indicible – toute critique du système d’exploitation de la migration de masse est effectivement rejetée comme un blasphème.

Peter Turchin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire