mercredi 19 août 2020

Les médias ignorent la connexion israélienne à la campagne d’Eric Schmidt pour les « villes intelligentes » de New York

Article original de Whitney Webb, publié le 20 mai 2020 sur le site The Last American Vagabond 
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, ayant récemment annoncé que l’ancien directeur de Google, Eric Schmidt, allait mener une action pour « réimaginer » la vie post-pandémique dans son État, les médias ont omis de noter que les bases de cette « réimagination » ont été posées l’année dernière et impliquent intimement l’État d’Israël.

 

Ces dernières semaines, les médias ont accordé une attention considérable à la décision du gouverneur de New York, Andrew Cuomo, de faire appel à l’ancien dirigeant de Google Eric Schmidt pour diriger un groupe de 15 membres chargé de « réimaginer » l’infrastructure technologique post-pandémique de New York ainsi que son système éducatif, économique et sanitaire. Le cofondateur de Microsoft, Bill Gates, a également été recruté pour cette initiative par le gouvernement Cuomo, ce qui a conduit certains médias américains à critiquer l’entreprise, la considérant comme transformant New York « en une expérience scientifique de la Silicon Valley ».

Cependant, il s’agit de bien plus qu’une simple expérience de la Silicon Valley. Comme l’a rapporté The Last American Vagabond le mois dernier, M. Schmidt préside actuellement la Commission nationale de sécurité sur l’intelligence artificielle (NSCAI), qui a discuté en mai dernier des plans visant à refaire la société américaine pour favoriser l’adoption massive de technologies basées sur l’IA, y compris les « villes intelligentes » et les systèmes de surveillance de masse qui y sont liés. Cette commission comprend des personnes clés, non seulement de la Silicon Valley, mais aussi de l’armée américaine et des services de renseignement – ce qui montre à quel point les frontières entre la Big Tech, le Pentagone et les services de renseignement américains sont devenues de plus en plus floues ces dernières années.

Il n’est pas surprenant que l’une des principales initiatives que le panel new-yorkais présidé par M. Schmidt s’apprête à promouvoir soit l’accélération de la mise en œuvre de la « ville intelligente », telle qu’elle a été définie par le NSCAI présidé par M. Schmidt. L’utilisation du terme « réimaginer » dans l’annonce de la présidence de ce panel par M. Schmidt souligne également ce point, étant donné que la filiale « ville intelligente » de Google, Sidewalk Labs, se décrit comme capable de « réimaginer les villes à partir d’Internet ». Les villes intelligentes sont plus précisément définies comme des villes micro-gérées par des technocrates via un système global de surveillance de masse et une vaste gamme de dispositifs comme l’« Internet des objets » qui fournissent un flux constant et massif de données analysées par l’intelligence artificielle (IA).

La nomination par Cuomo de Schmidt à la tête de ce panel visant à « réimaginer » la vie à New York est intervenue juste avant que l’on apprenne qu’une filiale de Google abandonnait son projet de construire un prototype de ville intelligente à Toronto. M. Schmidt présidait encore la société mère de Google, Alphabet, lorsque cet accord a été négocié pour la première fois en 2017. À l’époque, M. Schmidt avait déclaré que l’effort de Google pour faire de Toronto une « ville intelligente » était né « de l’enthousiasme des fondateurs de Google » qui pensaient à « toutes les choses que vous pourriez faire si quelqu’un nous donnait une ville et nous la confiait ».

Bien que les villes intelligentes aient été largement impopulaires parmi les Américains jusqu’à présent, la crise du coronavirus a conduit à une série d’articles de relations publiques positifs promouvant leur mise en œuvre, comme un article récent dans Wired qui affirme que « la planification urbaine intelligente pourrait ralentir les futures pandémies » et un article de Forbes sur la façon dont « les villes intelligentes se protègent contre le coronavirus ».

Si la crise actuelle du coronavirus et le rôle de plus en plus public joué par Schmidt dans la mise en place de « solutions » technologiques axées sur l’IA dans tout New York ont donné un coup de fouet au programme des villes intelligentes, le plan visant à créer ces villes à New York était en cours bien avant le coronavirus. Cependant, ces plans de villes intelligentes pré-pandémiques impliquent intimement un acteur clé qui, jusqu’à présent, n’a pas été nommé dans les récents rapports des médias – l’État d’Israël.

Qui construira les villes intelligentes de New York ?

En juin dernier, le gouverneur de New York, M. Cuomo, a annoncé un accord de partenariat de 2 millions de dollars avec l’Autorité israélienne de l’innovation, une branche du ministère de l’économie israélien, qui vise à « renforcer davantage les liens de développement économique entre l’État de New York et Israël ». L’accord portait spécifiquement sur le « co-développement et la commercialisation » de technologies liées aux villes intelligentes, à la cybersécurité et aux drones (véhicules aériens sans pilote), entre autres.

Un élément clé de ce partenariat a été la création du « Smart Cities Innovation Partnership (SCIP) », que le bureau de Cuomo a décrit comme « une nouvelle initiative qui permettra de partager les technologies innovantes, la recherche, les talents et les ressources commerciales entre la ville de New York et des villes israélienne ». Il a également été déclaré que « New York et Israël apporteront un montant équivalent de ressources correspondantes » au projet. Cuomo, à l’époque, a également déclaré que les programmes d’incubation pour les jeunes entreprises de New York – une initiative dont les fonds dépassent les 5 millions de dollars – « mettraient en œuvre une nouvelle orientation sur les entreprises israéliennes », par opposition aux entreprises locales.

Ami Applebaum, président de l’Autorité israélienne de l’innovation et responsable scientifique du ministère israélien de l’économie, a déclaré ce qui suit à propos de ce nouveau « partenariat d’innovation des villes intelligentes » :

Alors que la technologie progresse et touche toutes les facettes de notre vie quotidienne, l’avenir des villes intelligentes est tout proche et dépend fortement des nouvelles technologies innovantes. Cette collaboration entre l’ESD (Empire State Development of New York State) et l’Autorité israélienne de l’innovation, facilitée par notre bureau des opérations pour les Amériques et le ministère de l’économie, Administration du commerce extérieur (FTA), dirigé par M. Inon Elroy, ministre de l’économie pour l’Amérique du Nord, donnera aux start-ups l’occasion de créer des sites de validation pilotes pour répondre aux préoccupations stratégiques des deux États telles que la cybersécurité, la chaîne d’approvisionnement, l’énergie, la santé, les transports, les eaux usées, l’eau, l’engagement civique, les parcs, les travaux publics et la sécurité.

Le partenariat a spécifiquement appelé à la création de cinq « villes intelligentes » dans les régions du Conseil de développement économique régional (REDC) à New York, qui interagiraient avec les « sites pilotes » créés en Israël. Cela signifie que ce partenariat « ville intelligente » n’implique que la création de villes intelligentes à New York, et non en Israël, mais donne aux entreprises israéliennes un rôle majeur dans la conception de ces cinq villes intelligentes dans l’état de New York.

Bien que le communiqué de presse de l’année dernière affirme qu’il s’agirait d’une « entreprise égale », un article sur le SCIP publié par le Jerusalem Post en mars affirme que le gouvernement de l’État de New York financera la totalité du projet de 2 millions de dollars, donnant 1 million de dollars à l’Autorité israélienne de l’innovation et 1 million de dollars aux entreprises israéliennes. Cependant, le site web du gouvernement de New York indique actuellement que le partenariat de 2 millions de dollars implique que l’État de New York donne 1 million de dollars exclusivement aux entreprises basées à New York et que l’Autorité israélienne de l’innovation donne 1 million de dollars supplémentaires exclusivement aux entreprises israéliennes qui cherchent à développer des projets basés à New York.

Le 18 mars, le SCIP a été lancé « par le biais d’un travail de sensibilisation et de sollicitation d’intérêt dans différentes localités de New York ». Les cinq municipalités new-yorkaises « gagnantes », qui seront annoncées en juillet, devront « désigner des sites physiques ou virtuels qui seront utilisés dans de nouvelles technologies pilotes » dans le courant de 2020, ces technologies de « ville intelligente » étant mises en œuvre début 2021.

La sélection des projets sera supervisée par Eric Gertler, président et directeur général de l’Empire State Development (ESD), qui a été nommé à ce poste peu après que Cuomo ait annoncé le partenariat NY-Israël pour les villes intelligentes et soit revenu d’Israël. M. Gertler est également président de la Ligue de l’amitié israélo-américaine (AIFL) et siège au conseil d’administration de l’université de Tel-Aviv et du Technion israélien. Il a également des liens étroits de longue date avec Mort Zuckerman, un magnat des médias sioniste qui a récemment été attaqué pour ses liens avec son ancien associé, Jeffrey Epstein. Gertler a travaillé pour Zuckerman en tant qu’ancien co-éditeur du New York Daily News, propriété de Zuckerman, et Gertler est également administrateur de la fondation familiale de Zuckerman.

Villes intelligentes et CyberNYC

Le lancement du SCIP a suivi celui d’un autre grand partenariat new-yorkais avec Israël qui a créé deux nouveaux centres de cybersécurité de grande envergure. Ces centres de cybersécurité, construits à New York et financés par les contribuables new-yorkais, sont gérés par des sociétés privées israéliennes ayant des liens étroits avec le gouvernement israélien, des organisations de lobbying pro-israéliennes et des entreprises liées aux services de renseignement israéliens. Connu sous le nom de « CyberNYC«  et annoncé pour la première fois en 2018, le programme vise officiellement à « stimuler la création de 10 000 emplois dans le domaine de la cyber-sécurité et à faire de la ville de New York un leader mondial de la cyber-innovation ».

https://assets.website-files.com/5e2044b176a59bf6c99a3b24/5e25beb8b2b645360716f7d4_gcc-building.jpg

Cependant, Jerusalem Venture Partners (JVP) et SOSA – les deux sociétés israéliennes qui dirigeront ces deux centres « CyberNYC » – ont clairement indiqué qu’ils considéraient ces centres non pas comme un effort « collaboratif », mais comme un moyen de permettre aux sociétés israéliennes de cybersécurité de prendre pied sur le marché américain et comme un tremplin pour leur expansion mondiale. Un rapport que j’ai précédemment écrit pour MintPress News notait que le JVP et le SOSA sont tous deux des contractants du gouvernement et de l’armée israéliens et sont également liés à l’appareil de renseignement israélien, en particulier aux sociétés créées par d’anciens membres de l’unité de renseignement sur les signaux, l’unité 8200 d’Israël. Notamment, le centre « CyberNYC » de SOSA est associé à la Ligue d’amitié américano-israélienne, présidée par le président de l’ESD de New York, Eric Gertler, qui est impliqué dans le « Smart Cities Innovation Partnership » de NY-Israël.

Bien qu’il existe de nombreuses autres connexions de ce type, la plus importante et la plus pertinente à noter est que l’initiative « CyberNYC » implique directement la participation de l’unité 8200 « incubateur de start-ups » appelée Team8. Comme je l’ai déjà signalé pour MintPress :

Team8, en particulier sa présence à New York, est depuis longtemps associée à la pression exercée par le donateur politique pro-israélien et gestionnaire de fonds spéculatifs américain Paul Singer et le gouvernement israélien pour faire d’Israël le leader mondial de la cybersécurité afin d’empêcher les pays de boycotter Israël pour des violations des droits de l’homme et des crimes de guerre. Le rôle de Team8 dans CyberNYC leur permettra non seulement de financer une partie de l’initiative, mais aussi de former les travailleurs de la cybersécurité qui seront embauchés dans le cadre du partenariat.

Team8, en plus d’être étroitement liée à des entreprises controversées liées à l’Unité 8200 comme Cybereason, a également développé des liens étroits avec d’anciens fonctionnaires du gouvernement américain, dont l’ancien chef de l’Agence de sécurité nationale (NSA) Mike Rogers, qui travaille maintenant pour Team8. Un autre lien notable des États-Unis avec Team8 est le fait que l’un des principaux investisseurs de Team8 n’est autre qu’Eric Schmidt, qui est maintenant prêt à « réimaginer » la vie à New York sur ordre de Cuomo. En plus de Team8, le fonds Innovation Endeavors de Schmidt est fortement investi dans plusieurs entreprises israéliennes de l’« internet des objets » et d’autres start-ups israéliennes de haute technologie.

En outre, l’ancien employeur de M. Schmidt, Google, s’est associé à la société israélienne Carbyne911 pour la mise en place de services d’urgence et de fonctions d’appel au 911 pour les « villes intelligentes ». Carbyne911 est présidée par l’ancien premier ministre israélien Ehud Barak et a été partiellement financée par Jeffrey Epstein, un ami proche de M. Barak. Son logiciel, conçu par d’anciens membres de l’unité 8200, possède une fonctionnalité « pré-crime » intégrée, entre autres caractéristiques orwelliennes.

Étant donné que Schmidt a participé au nouveau panel créé par Cuomo pour « réimaginer » l’infrastructure technologique de New York, il est très déconcertant que les médias n’aient même pas mentionné le rôle évident que les initiatives soutenues par le gouvernement israélien, ainsi que les start-ups et les incubateurs liés aux renseignements israéliens, sont appelés à jouer sur l’avenir de New York.

Ces liens sont particulièrement inquiétants étant donné que le gouvernement et les services de renseignements israéliens ont une longue histoire d’espionnage agressif du gouvernement fédéral américain et/ou de chantage à l’égard de hauts responsables politiques américains, notamment en utilisant des moyens technologiques. De plus, le gouvernement israélien dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu a une politique explicite de création d’une dépendance des États-Unis envers les entreprises technologiques israéliennes afin de contrer le mouvement non violent de Boycott, Disinvestissement et Sanctions (BDS) aux États-Unis et de faire d’Israël la « cyber-puissance » mondiale dominante. Ce n’est donc pas une coïncidence si Israël a également été choisi par d’autres pays dotés de puissants lobbies sionistes pour créer des « villes intelligentes », dont certaines sont spécifiquement destinées aux « résidents à faible revenu », dans des endroits comme le Brésil et ailleurs, dans les années qui ont suivi le début de cette politique en 2012.

Bien sûr, alors que ces politiques et le partenariat NY-Israël pour les villes intelligentes devraient être une aubaine pour les entreprises israéliennes et les objectifs géopolitiques d’Israël, les New-Yorkais risquent d’être les grands perdants de la « réimagination » de leur État. Non seulement les emplois bien rémunérés de l’avenir des hautes technologies de New York sont offerts aux étrangers et aux entreprises à capitaux étrangers, mais le potentiel d’érosion de la vie privée des « villes intelligentes » sera largement placé entre les mains d’une puissance étrangère.

Whitney Webb

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire