lundi 24 août 2020

J’ai créé un club local de préparation aux armes à feu …

Article original de Brandon Smith, publié le 4 août 2020 sur le site alt-market
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

 

 … et des gauchistes ont essayé d’intervenir

Je vis dans les montagnes, à l’extérieur d’une petite ville de la campagne du Montana, un endroit que l’on pourrait qualifier de conservateur par excellence, et c’est assez largement le cas. Cependant, il y a une règle que j’ai trouvée universelle, c’est que où que je vive ou que quel que soit l’endroit que je visite aux États-Unis, quel que soit le degré de conservatisme de la population d’un lieu, les gauchistes sont presque TOUJOURS ancrés dans la politique urbaine et ils dirigent presque toujours les journaux locaux.

 

Dans le passé, je trouvais cela étrange ; pourquoi les points de vue et les idéaux de la plupart des autorités municipales et des journalistes locaux sont-ils tout à fait à l’opposé de ceux de la majorité des citoyens des communautés conservatrices ?

Je n’ai compris que plus tard qu’il s’agit du résultat de priorités mal alignées. Les gauchistes – et plus particulièrement l’extrême gauche – semblent graviter vers des positions d’influence, même celles que nous pourrions considérer comme petites et sans importance, parce qu’ils considèrent ces positions comme une opportunité d’exercer un pouvoir sur les autres. Les conservateurs ont tendance à ne pas se soucier autant d’avoir du pouvoir sur les autres, sauf si ce pourvoir représente une menace directe contre eux, et nous n’avons donc aucun intérêt à perdre notre précieux temps libre à grimper dans une bureaucratie sans visage.

En fait, je préfère cet état d’esprit. J’aime le fait que les conservateurs ne se battent pas toujours pour une position ou un pouvoir. Cela dit, nous devrions peut-être faire plus attention à qui contrôle nos gouvernements locaux, car cela pourrait nous causer de sérieux problèmes à l’avenir.

Depuis de nombreuses années maintenant, je travaille avec un groupe de personnes qui se préparent aux événements qui se produisent aujourd’hui, notamment la crise économique, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les troubles civils et l’excès de zèle du gouvernement. Bien que nombre de ces groupes cherchent à rester discrets, je pense qu’il est temps de discuter plus largement avec la communauté au sens large de ce que les gens prévoient de faire si cette situation dangereuse ne s’améliore pas. En d’autres termes, vont-ils travailler ensemble ? Ou bien vont-ils rester isolés les uns des autres ?

C’est une question vitale, car il est de plus en plus possible qu’un effondrement complet frappe les États-Unis à court terme. Il est temps que les gens préparés et les personnes soucieuses de liberté commencent à évaluer le sentiment de la communauté qui les entoure et à rechercher des personnes partageant les mêmes idées. Plus la communauté sera active dans sa propre survie, moins elle aura tendance à se conformer à des règles draconiennes ou à la peur.

Les groupes privés doivent rester privés, tout comme l’étendue de vos préparatifs. Mais il est insensé de penser que vous allez survivre à un effondrement par vos propres moyens sans travailler avec les autres membres de la communauté. Pensez-y de cette façon : si votre cercle de sécurité n’est que de la taille de votre propriété, lorsque les ennuis arriveront, ils seront déjà à votre porte – en d’autres termes, vous êtes mort si les agresseurs sont organisés et préparés. Si votre cercle de sécurité est constitué de toute votre ville ou de tout votre comté, vous aurez peut-être le temps de réagir lorsque les ennuis arriveront.

Le passage à l’« homme gris » 1 est une solution à très court terme. Mais vous risquez d’être pris seul et non averti, et toute l’énergie, le temps et l’argent que vous avez investis dans vos préparatifs auront été gaspillés, et quelqu’un d’autre profitera du fruit de votre travail.

Un autre problème que je constate est que les conservateurs sont beaucoup moins habiles à s’organiser que la gauche politique ; nous avons tendance à être plus spontanés lorsque nous nous regroupons pour une cause. Je ne dis pas que nous avons besoin de nos propres milices Antifa ou BLM, mais nous devons faire plus d’efforts pour travailler ensemble au niveau local et minimiser notre exposition aux menaces. Les conservateurs et les militants de la liberté se sentent souvent seuls, même si nous sommes des millions, et c’est parce que nous refusons de nous organiser de manière pratique par crainte de nous retrouver sur une « liste ».

C’est la menace d’être sur « la liste » qui inhibe les conservateurs. La liste n’a même pas besoin d’exister dans la vie réelle mais nous sommes toujours dominés par elle. Je l’entends tout le temps, le « clou qui dépasse sera enfoncé ». Je dis que le clou qui garde la tête baissée est plus facile à enfoncer.

Ce sont quelques-unes des raisons pour lesquelles j’ai décidé de m’engager auprès de la communauté au sens large en créant un club local qui discute des armes à feu, de la préparation et de l’actualité. J’ai fait passer le message dans le plus grand nombre d’endroits possible, notamment en distribuant des tracts dans toute la ville. De nos jours, il est difficile pour quiconque de soutenir que la préparation est une « idée stupide » de « théoriciens du complot cinglés ». Nous avons eu raison, tout le monde a eu tort, mais cela ne signifie pas que notre travail s’arrête là ; nous devons continuer à éduquer le plus grand nombre de personnes possible sur la manière de procéder tant qu’il en est encore temps. Plus nous le ferons, plus tout le monde sera en sécurité.

La réaction initiale a été extrêmement positive. Beaucoup de gens sont prêts à recevoir ce genre d’informations, et le fait d’organiser les discussions dans un forum public donne aux gens un plus grand sentiment d’implication et leur montre qu’ils ne sont pas seuls face à leurs préoccupations. C’est pourquoi j’ai décidé de tenir la discussion dans un parc public local.

Ensuite, j’ai commencé à recevoir des e-mails et mes amis ont commencé à recevoir des réponses de colère sur Facebook en discutant du club…

Les fonctionnaires du conseil municipal qui utilisent la principale messagerie de la municipalité n’étaient pas contents, bien qu’ils ne se soient pas identifiés par leur nom. Ils ont affirmé que le club ne pouvait pas organiser un « événement » dans le parc sans l’autorisation et la permission du conseil municipal, et  sans une assurance. Si nous ne l’avions pas fait, la police aurait été envoyée pour nous expulser du parc.

J’ai trouvé cela assez bizarre ; je ne m’attendais pas à ce que des centaines de personnes se présentent à la réunion du club, peut-être une vingtaine tout au plus. Les exigences que ces gens du conseil municipal ont posées étaient traditionnellement pour les grands événements avec des centaines ou des milliers de personnes. Obtenir la permission aurait pris des semaines, et les courriels laissaient entendre que la permission n’était pas garantie en disant « SI nous approuvons ».

J’aurais pu organiser une réunion sur une propriété privée, mais l’utilisation du parc municipal était symbolique d’un engagement communautaire ouvert ; les habitants de la région étaient censés se sentir les bienvenus pour participer et c’est peut-être ce qui a le plus ennuyé les gauchistes. Ils ont l’impression que le gouvernail leur appartient. Franchement, les parcs sont des biens publics payés avec des fonds publics et la communauté a le droit de les utiliser pour se réunir librement. Mais si vous pensez que c’est une évidence, détrompez-vous ; certains politiciens et fonctionnaires pensent le contraire.

J’ai réagi comme je le fais habituellement dans ce genre de choses, en m’y mettant à fond. J’ai fait des recherches approfondies sur l’utilisation et la légalité des parcs publics pour la liberté de réunion et j’ai découvert que tant que votre groupe ne bloque pas l’accès au parc pour d’autres personnes, ne bloque pas les routes ou ne se livre pas à des activités criminelles, les demandes de permis ne sont généralement pas retenues par les tribunaux et l’expulsion par la police n’est pas justifiée. Sur le plan constitutionnel, vous êtes protégé.

J’ai envoyé un courriel au(x) fonctionnaire(s) pour lui(leur) rappeler qu’il(s) risque(nt) de se retrouver devant un tribunal civil en essayant d’empêcher les gens de s’exprimer librement sur la propriété publique, et l’avertir que la ville serait également victime de mauvaise presse. J’étais tout à fait prêt à refuser dequitter les lieux et à être arrêté si on en arrivait là.

Une autre découverte intéressante : le parc en question avait accueilli un groupe de manifestants du mouvement BLM seulement deux semaines auparavant. Ont-ils dû obtenir un permis et une assurance pour tenir leur « événement » dans le parc ?

J’ai décidé de contacter le seul membre conservateur du conseil municipal que je connaissais et de lui parler. Il a confirmé mes soupçons. Il y avait de nombreux membres de la gauche dure au sein du gouvernement municipal, mais personne n’avait soulevé la question de mon club et de l’utilisation du parc auprès du reste du conseil avant de m’envoyer les courriels de menace.

Donc, il s’agissait probablement de quelques fouines qui essayaient de faire croire qu’elles représentaient la position de tout le conseil municipal. Il a également confirmé que les manifestants du BLM n’avaient ni permis ni assurance, et que certains membres du conseil savaient à l’avance que leur manifestation allait avoir lieu. En d’autres termes, les membres de gauche du conseil municipal ont agi unilatéralement pour donner à BLM un accès libre au parc, puis ont essayé d’interférer avec mon club de préparation et d’armes à feu.

Il s’agissait là d’un parti pris politique évident appliqué à l’utilisation des biens publics.

L’expérience m’a appris que ce type de personnes n’aime pas les combats debout ; elles préfèrent donc essayer de vous effrayer pour vous empêcher de faire quelque chose par l’intimidation. Ils essaient de vous faire abandonner volontairement en insinuant une foule de conséquences dans votre esprit. Vous commencez à vous inquiéter de toutes les choses qui PEUVENT arriver ; personne ne veut avoir de confrontation avec les flics de nos jours, il n’est pas nécessaire d’être dément comme les BLM pour s’inquiéter.

Heureusement, mon cerveau ne pense pas vraiment en termes de risque par rapport à la récompense. Je ne pense vraiment qu’à ce qui est nécessaire. J’ai quand même organisé la réunion du club dans le parc et je me suis assuré que celui qui, au sein du conseil municipal, essayait d’intervenir savait que j’allais le faire.

Pour faire court, la réunion a été un succès. J’ai rencontré de nombreux habitants de la ville avec qui je n’avais jamais parlé auparavant et qui avaient les mêmes préoccupations que moi, et nous avons surtout discuté de la question de la sécurité de la communauté si le système s’effondrait complètement. Les réunions vont se poursuivre, peut-être même dans le même parc pendant un certain temps, juste pour marquer un point. La police ne s’est jamais montrée, donc les personnes qui profèrent des menaces ne voulaient pas risquer un procès et une confrontation, elles ont réalisé qu’elles n’avaient pas autant de pouvoir qu’elles le pensaient, ou bien les flics ont refusé de s’occuper de quelque chose qui était clairement légal et constitutionnel.

Le seul affrontement s’est produit à une centaine de mètres de là. Un homme à la recherche d’une rencontre s’est approché d’un groupe de l’autre côté de la rue, qui organisait un événement communautaire distinct. Il m’a dit que lorsqu’il leur a demandé s’ils faisaient partie du club de tir, une femme lui a crié : « Non, ces gens sont de l’autre côté de la rue à cette RENCONTRE ILLÉGALE ! »

Et voilà. Je vous recommande vivement d’organiser votre propre « réunion illégale » pour votre communauté. Ces discussions doivent commencer maintenant, et les gens doivent savoir qu’ils ne sont pas seuls pendant cette crise. Il est temps que les conservateurs commencent à se regrouper et à planifier.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

  1. Un homme qui peut se fondre dans n’importe quelle scène ou situation sans se démarquer , cachant ses compétences et ses qualités ↩

 

 

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire