samedi 6 février 2021

La déification de l’empereur Trump : Suivre le chemin de Caligula

Article original de Ugo Bardi , publié le 8 janvier 2021sur le site CassandraLegacy
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Jake Angeli, grand prêtre du culte grandissant de l’empereur Donald Trump, habillé comme le dieu à cornes Cernunnos. La déification de l’empereur Trump à Washington, hier, ne s’est pas très bien passée, mais nous avançons sur un chemin que les Romains ont déjà suivi lors du déclin de leur empire, y compris la déification des empereurs, à commencer par Caligula. Ainsi, la comparaison de l’histoire romaine avec nos conditions actuelles peut nous éclairer sur l’avenir.

J’ai déjà spéculé sur le type d’empereur romain que Donald Trump aurait pu être et j’en ai conclu qu’il aurait pu être l’équivalent d’Hadrien. La comparaison s’est avérée peu pertinente. Il est clair que Trump n’était pas Hadrien (un empereur qui a réussi, par tous les moyens). Mais, après quatre ans, et après les récents événements de Washington, je pense que Trump peut être considéré comme un assez bon équivalent de Caligula, ou Gaius César Auguste Germanicus, qui a également régné pendant 4 ans, de 37 à 41 après J.-C.

 

Caligula était le prototype de l’empereur fou – vous avez probablement entendu dire qu’il avait nommé son cheval consul. Et il n’était pas seulement fou, on disait qu’il était un psychopathe cruel et meurtrier, et un pervers sexuel en plus. De plus, il essayait de se présenter comme un dieu vivant et prétendait être vénéré. Il a même prétendu avoir mené une guerre contre le dieu des mers Poséidon, et l’avoir gagnée !

Mais, en réalité, nous savons peu de choses sur le règne de Caligula, et la plupart d’entre elles proviennent de personnes qui avaient de nombreuses raisons de calomnier sa mémoire, notamment notre vieil ami Lucius Annaeus Seneca (celui de « l’effet Seneque« ) qui était un contemporain de Caligula et qui risquait sérieusement d’être tué par lui. Les Romains connaissaient et pratiquaient les mêmes règles de propagande que celles que nous utilisons aujourd’hui. Et une façon typique de calomnier un empereur était de l’accuser d’être un pervers sexuel.

Mais peu importe si Caligula était vraiment aussi mauvais qu’on nous le dit. Le fait est qu’il y a une certaine logique dans ses actions. À Rome, comme dans presque tous les anciens empires de l’histoire, les empereurs étaient loin d’être des fauteurs de guerre. Et cela pour de très bonnes raisons : imaginez que vous êtes l’empereur : vous êtes la personne la plus riche du monde, vous pouvez avoir tout ce que vous voulez, vous pouvez ordonner aux gens de faire tout ce que vous voulez, et s’ils refusent, vous pouvez les faire tuer. Vous pouvez même forcer les gens à vous adorer comme un Dieu et beaucoup le feront sans qu’il soit nécessaire de les forcer. Alors, pourquoi risquer tout cela pour le simple plaisir de massacrer une bande de barbares malodorants ?

Cela mettait les empereurs dans une situation délicate : leur pouvoir reposait sur la puissance militaire, mais les soldats devaient être payés. Et pour les payer, il fallait entreprendre des aventures militaires. Mais les aventures militaires, à l’époque comme aujourd’hui, sont risquées et on ne sait jamais qui va gagner une guerre si on ne la mène pas. Ce problème est la raison pour laquelle de nombreux empereurs romains n’ont pas terminé leur carrière dans leur lit de mort. Soit ils étaient imprudents et ensuite vaincus, soit trop prudents, et ils étaient tués par leurs propres troupes. Ce dernier cas est celui de Caligula, qui a refusé de s’engager dans l’invasion de la Grande-Bretagne. Pas d’invasion signifiait pas de butin et pas de bonus pour les troupes. Et les troupes n’étaient pas heureuses. Finalement, Caligula fut tué par des officiers de la Garde prétorienne, un corps militaire qui était censé le protéger.

 

À ce stade, je pense que vous pouvez voir comment la règle de Trump peut être considérée comme similaire à celle de Caligula. Bien sûr, Trump n’a jamais fait d’un cheval, un sénateur, mais il a certainement eu des relations houleuses avec le Congrès américain – comme vous l’avez vu lors des récents événements à Washington. Quant à se considérer comme un Dieu, eh bien, Trump n’est peut-être pas allé aussi loin que Caligula, mais il a sûrement eu tendance à se mettre en scène et pas qu’un peu ! L’apparition du disciple de Trump, Jake Angeli, habillé comme le Dieu à cornes Cernunnos, a même donné un certain sens théologique à l’occupation du Capitole en 2021.

Le point principal de cette similitude est donc que Caligula et Trump ont tous deux fait de leur mieux pour éviter des guerres majeures et ont réussi, au moins en partie. Trump a dû faire des compromis avec l’armée, en fournissant un financement énorme pour l’appareil militaire. Nous ne savons pas si Caligula a fait de même, mais sa fausse campagne contre la Grande-Bretagne était peut-être une tentative d’apaiser les militaires sans risquer une véritable invasion. Quoi qu’il en soit, Caligula a été éliminé et remplacé par un empereur plus ancien et plus souple, Claudius.

Une situation similaire s’est produite avec Donald Trump, remplacé par un empereur plus âgé et plus souple, car il a clairement montré qu’il ne planifiait pas de grandes campagnes militaires. Contrairement à Caligula, et heureusement pour lui, Trump n’a pas été physiquement éliminé (jusqu’à présent). Mais la tendance est claire : les empereurs de Washington tentent désespérément d’acquérir de plus en plus de pouvoirs afin d’essayer de contrôler une société de plus en plus divisée. La « déification » – transformer le leader en Dieu – peut être une bonne stratégie dans ce sens et il est probable que nous verrons de plus en plus de présidents américains l’utiliser à l’avenir.

Les choses étant ce qu’elles sont, peut-on utiliser l’analogie de Trump-Caligula pour concevoir des scénarios futurs ? L’avenir est toujours difficile à prévoir, mais c’est aussi très amusant d’essayer. Alors, racontons d’abord l’histoire de l’Empire romain après la mort de Caligula, puis nous verrons à créer un récit pour ce que sera l’Empire mondial moderne après la disparition de Donald Trump.

Le successeur de Caligula, Claudius, était un empereur relativement faible qui ne pouvait pas s’opposer à l’aventure militaire en Grande-Bretagne qui a failli mener l’Empire romain à sa perte. Au début, l’invasion fut un succès mais, plus tard, les Romains risquèrent sérieusement de tout perdre lorsque la reine Boadicée mena une révolte contre eux en 60 après J.-C., réussissant presque à repousser les envahisseurs à la mer. Finalement, les Romains ont réussi à réprimer la révolte, mais ce ne fut pas gagné d’avance.

Le problème n’était pas tant la Grande-Bretagne, mais le fait que l’Empire s’était sérieusement étiré. Alors que l’armée de Boadicée écumait la Grande-Bretagne, torturant et tuant des citoyens romains, à l’autre bout de l’Empire, en Palestine, une révolte se préparait. Elle explosa avec une énorme fureur en 66 après J.-C. et, cette fois, les Romains ne parvinrent pas à la réprimer immédiatement. Il a fallu près de huit ans de durs combats pour rétablir le domaine romain dans la région. Pendant cette période, la survie de l’Empire lui-même était sérieusement menacée.

On peut imaginer que si les Romains n’avaient pas eu besoin de maintenir des garnisons en Grande-Bretagne, ils auraient pu avoir plus de ressources pour vaincre l’insurrection juive. Au lieu de cela, l’effort de devoir contrôler deux régions indisciplinées en même temps et aux deux extrêmes opposés du dominion romain a conduit à des problèmes financiers et à des troubles dans tout l’Empire. L’empereur Néron perdit le contrôle de ses généraux et fut contraint de se suicider. Pendant un an, quatre généraux différents s’affrontent pour le trône impérial. Finalement, Vespasien, un général qui avait combattu à la fois en Grande-Bretagne et en Palestine, rétablit l’ordre en 69 après J.-C. Mais la situation restait difficile. Une indication des problèmes financiers de l’époque est que dans les langues romanes modernes, les urinoirs sont nommés d’après Vespasien, probablement parce que pour la première fois il a imposé une taxe sur leur utilisation.

Avec le temps, l’État romain a réussi à retrouver un certain équilibre et l’État profond a remporté une grande victoire en plaçant un soldat de carrière au sommet, Trajan (53-117). Trajan s’est peut-être considéré comme le successeur d’Alexandre le Grand et il a tenu sa promesse d’étendre l’Empire. En 101 après J.-C., il s’est engagé dans une campagne militaire réussie contre la Dacie (la Roumanie plus ou moins moderne). Puis, en 113 après J.-C., il s’est lancé dans une ambitieuse campagne destinée à se débarrasser une fois pour toutes de l’Empire parthes concurrent, en Orient. Ce n’était rien de moins qu’une tentative de domination mondiale.

Au début, Trajan a obtenu quelques grandes victoires, mais il n’était pas Alexandre le Grand. Les Romains ont conquis la région que nous appelons aujourd’hui l’Irak, mais de nouvelles avancées étaient tout simplement impensables et les Romains avaient étendu leurs domaines à un niveau extrêmement dangereux. Afin de financer ses campagnes, Trajan avait dévalué la monnaie romaine et une nouvelle guerre civile aurait pu faire voler l’Empire en éclats. Heureusement pour les Romains, Trajan est mort avant d’avoir pu véritablement anéantir les finances de l’Empire. Son successeur, Hadrien, a mis fin aux guerres de conquête et a réorganisé l’Empire dans des frontières militairement viables. Bien sûr, l’empire romain était de toute façon condamné, mais au moins Hadrien a évité qu’il ne s’effondre dès le IIe siècle après J.-C.

Maintenant, partons de ces événements anciens pour créer un scénario pour notre époque. Joe Biden n’est évidemment pas Trajan, mais il a quelque chose en commun avec le faible et vieux Claudius. En tant que tel, Biden pourrait bien ne pas réussir à empêcher les militaires d’engager l’Empire américain dans une ou plusieurs aventures militaires risquées, par exemple en attaquant l’Iran, ou peut-être la Syrie.

La force militaire des États-Unis est si importante qu’il est difficile de penser que ce genre de campagnes relativement mineures pourrait échouer, mais elles affaibliraient sérieusement l’Empire et généreraient des frictions internes. L’attaque du bâtiment du Capitole nous a déjà donné un aperçu de ce que pourraient être les résultats.

Après la disparition de Biden, il sera peut-être possible de voir l’Empire mondial aux mains d’un chef militaire agressif. Un tel leader pourrait décider de faire ce que Trajan a fait. Elle pourrait s’engager dans un effort total pour détruire l’empire rival, les Parthes pour les Romains, les Chinois pour l’actuel Empire mondial. (pourquoi ai-je dit « elle » ? Vous savez pourquoi !)

Une impératrice belliqueuse pourrait-elle réussir à amener l’empire américain à la domination mondiale ? C’est peu probable. Tout comme Trajan a presque détruit les finances romaines lors de sa tentative, notre impératrice pourrait bien détruire l’économie occidentale – ou l’économie mondiale – pour toujours, avec pour résultat supplémentaire de détruire également l’ensemble de l’écosystème. Mais l’histoire semble raisonner dans ses propres termes, ce qui était inévitable dès le début. Tout d’abord, à notre époque, les choses semblent se passer beaucoup plus vite qu’à l’époque romaine et la chute de Washington sous les ordres d’une armée barbare ne semble pas aussi impensable qu’il y a quelques jours.

Ugo Bardi

Note du traducteur 

Ce thème de comparaison entre les USA et l'Empire Romain est en vogue. Dedefensa propose une analyse d'un article similaire de David Engels

Aucun commentaire:

Publier un commentaire