mercredi 17 février 2021

Les conservateurs doivent maintenant poser une ligne rouge et arrêter le « Grand Reset »

Article original de Brandon Smith, publié le 27 janvier 2021 sur le site alt-market
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Il y a aujourd’hui plusieurs millions d’Américains dans le contexte post-électoral qui se sentent mal à l’aise quant au sort du pays, étant donné la montée en puissance d’une présidence Biden. Et bien que je comprenne pourquoi cette tension existe, je veux offrir un possible « réconfort », une autre façon de voir la situation.

Avec Biden à la Maison Blanche, il n’y a plus d’ambiguïté sur ce que les conservateurs (et certains des modérés les plus courageux) doivent faire et doivent accomplir. Nous savons maintenant où nous en sommes, et les enjeux sont clairs.

Avec l’arrivée de M. Trump au pouvoir, beaucoup de gens épris de liberté sont devenus un peu trop à l’aise, au point d’être inactifs. Ils croyaient en fait que le système pouvait être réparé et que la corruption prenait fin de l’intérieur, et sans grand effort de notre part au-delà de nos votes. Trump a rendu de nombreux conservateurs paresseux.

Puis il y a eu l’appât Qanon qui flottait sur le web et qui a également induit en erreur certains militants de la liberté en leur faisant croire que des personnes beaucoup plus haut placées ou « plus intelligentes » que nous menaient le bon combat en coulisses et que les globalistes seraient emportés dans une grande manœuvre dans cette partie d’échecs. C’était un fantasme ; cela ne s’est jamais produit. Finalement, tout le monde le sait et nous pouvons continuer à mener les vraies batailles qui nous attendent.

Je pense que nous arrivons à un stade du conflit entre les défenseurs de la liberté et les tyrans collectivistes où de nombreuses illusions vont se dissiper, et où il ne nous restera plus que la froide et dure réalité. Le moment est venu de découvrir qui va tenir bon et se battre pour ce en quoi il croit, et qui va se cacher et se soumettre juste pour sauver sa peau. C’est le moment de découvrir qui a des couilles.

Les quatre dernières années et l’élection de 2020 ont révélé que les solutions politiques ne sont pas à la portée de tous. Beaucoup de conservateurs auraient dû le savoir, mais il fallait peut-être un désastre perçu pour choquer certaines personnes et les faire sortir de leurs rêves éveillés. Les élections, les votes, les tiers potentiels ; tout cela, c’est du théâtre Kabuki. Tout cela n’est qu’une façade pour nous garder dociles et sous contrôle.

Le mouvement pour la liberté ne peut pas tourner autour d’une seule figure politique. Nous ne pouvons pas mettre les efforts entre les mains d’un seul homme ou d’un seul parti politique. Le combat dépend de nous – de chacun d’entre nous en tant qu’individu. Cela a toujours été à nous de le faire.

Une forme d’organisation différente doit être mise en place si les Américains veulent protéger leurs libertés ; une approche de la base vers le sommet plutôt que du haut vers le bas. Il y aura bien sûr des gens qui se distingueront comme enseignants et pionniers, ceux qui donnent l’exemple. Mais dans l’ensemble, le mouvement n’agira pas sur des ordres venant d’en haut. Il agira plutôt en fonction de sa propre motivation. Le mouvement pour la liberté n’est pas animé par des personnalités, mais par des principes communs qui prennent une vie propre.

Je ne m’inquiète pas pour Biden. En fait, sa présence est peut-être la meilleure chose qui soit arrivée à l’unité conservatrice depuis plus d’une décennie. La seule chose qui m’inquiète, comme on l’a dit, c’est de savoir qui va tenir bon et qui va céder ?

Biden pourrait également être un signal d’alarme pour tous les Démocrates modérés qui pensent qu’en votant pour une marionnette qui sens l’argent des multinationales, ils pouvaient mettre fin à la division et aux troubles civils dans la nation. Je pense qu’ils vont découvrir que Joe va attirer encore PLUS de troubles civils. Cela pourrait même déclencher plus de pillages et d’émeutes du fait des Antifas et de BLM pendant son administration que ne l’a fait Trump, par le simple fait que ces fous vont supposer que Biden sera malléable et plus facile à exploiter.

Biden lui-même n’est pas si important que cela ; il n’est rien d’autre qu’une étape pour de plus grands événements et un mandataire pour les personnes les plus malfaisantes. Sa présence signale que l’agenda du « Grand Reset«  est entièrement caduc. Ce programme a un ensemble d’objectifs assez évident, dont beaucoup sont ouvertement admis par le Forum économique mondial, et dont certains sont fortement sous-entendus par l’extrême gauche politique et les médias. Parmi eux, on peut citer

  1. Le confinement sans fin à cause des pandémies et le contrôle économique jusqu’à ce que la population se soumette à la tyrannie médicale.
  2. Les passeports médicaux et la recherche des contacts comme faisant partie de la vie quotidienne.
  3. La censure et la déplate-formage de toutes les voix qui s’opposent à l’ordre du jour.
  4. Une forte réduction de l’activité économique au nom de l’arrêt du « changement climatique ».
  5. La forte augmentation de la pauvreté et la perte de la propriété privée.
  6. L’introduction du « revenu de base universel » avec lequel le gouvernement devient le fournisseur d’aide sociale tout puissant et la nourrice d’une génération de personnes dépendantes et désespérées.
  7. Une société sans cash et un système de monnaie numérique où la vie privée dans le commerce est complètement effacée.
  8. La création d’une « économie partagée » dans laquelle personne ne possède rien et où la production indépendante est interdite.
  9. La suppression des frontières nationales et la fin de la souveraineté et de l’autodétermination.
  10. La centralisation du pouvoir politique mondial entre les mains de quelques élites choisies [par elles-mêmes, NdT].

On pourrait penser que les personnes les plus sensées seraient opposées à un tel programme dystopique. Cela conduirait inévitablement à des morts en masse en termes économiques, ainsi qu’à la guerre. À moins que vous ne soyez un psychopathe qui tire un plaisir certain par procuration devant l’oppression brutale de millions de personnes, ou que vous ne soyez un globaliste qui s’apprête à acquérir un immense pouvoir, rien de ce Reset ne vous est bénéfique.

Cela dit, il y aura toujours des millions d’idiots utiles qui soutiennent les politiques totalitaires, et ils agiront pour les faire respecter. Certains d’entre eux seront convaincus qu’ils servent le « bien commun », et d’autres penseront qu’ils peuvent « gagner une place à la table » s’ils lèchent les bottes des tyrans assez longtemps. En résumé ? Ce ne sont pas seulement les globalistes dont nous devons nous préoccuper, mais aussi le contingent de zombies qu’ils ont dupé ou soudoyé pour servir le Reset.

La guerre de l’information est sur le point de passer au second plan et un nouveau combat est sur le point de commencer. Mais comment cela va-t-il commencer ?

Je pense que le premier test pour les conservateurs sera la réponse de Biden à la pandémie. Le programme du Reset et la pandémie sont étroitement liés. Ne vous laissez pas tromper par les appels des Démocrates à la réouverture de l’économie ; il y a des conditions à remplir.

Lorsque le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a déclaré que l’État devait rouvrir, sinon il n’y aurait « plus rien », il a aussi constamment laissé entendre que le nombre de vaccinations devait s’améliorer. Il y a deux grands mensonges dans ce récit. Le premier est que le déploiement de la vaccination a échoué sur le plan technique.

Ils veulent nous faire croire que seulement 60 % environ des deux premiers millions de doses de vaccin ont été administrées parce que l’État et les hôpitaux n’ont pas réussi à les faire parvenir aux citoyens assez rapidement. La vérité est que, comme nous l’avons vu dans de nombreux sondages auprès des Américains et du personnel médical, des millions de personnes NE VEULENT PAS se faire vacciner. La situation à New York doit être choquante pour les élites de l’establishment ; c’est l’un des États les plus à gauche des États-Unis et pourtant ils ne semblent pas pouvoir inciter suffisamment de gens à se faire vacciner.

La même chose est vraie dans tout le pays, et ce n’est pas à cause d’un échec bureaucratique, c’est un échec de propagande.

Deuxièmement, les déclarations de Cuomo laissent entendre que, bien que les fermetures détruisent l’économie, la saturation avec des vaccins est primordiale. Le message est le suivant : « Prenez le vaccin, ou l’économie s’effondrera ». La réponse à la pandémie est une approche de la carotte et du bâton : Les fermetures sont le bâton, et les réouvertures sont la carotte.

Bien sûr, même si la plupart des gens se font vacciner et se soumettent à des passeports médicaux et à la recherche des contacts comme de bons petits esclaves, cela ne signifie pas que la vie va revenir à la normale. Au contraire, les choses vont s’aggraver.

Comme je l’ai noté dans des articles précédents comme « Vagues de mutilation : La tyrannie médicale et la société sans cash« , les globalistes ont admis que les mandats et les contrôles de la police seront en place pendant de nombreuses années, peut-être pour toujours. Les élites du MIT et de l’Imperial College of London ont beaucoup écrit sur une stratégie que j’appelle « théorie des vagues », dans laquelle les gouvernements frappent constamment le public par des vagues de confinement suivies de brèves fenêtres d’ouverture partielle et de liberté limitée.

Les réouvertures sont une ruse, un moyen de relâcher la tension du public comme une soupape de vapeur et de faire croire à tout le monde que la crise est presque terminée. Ensuite, les mandats draconiens sont à nouveau ramenés. Cela ne finira jamais. La seule façon de l’arrêter est d’écarter les globalistes du pouvoir et d’écraser cet agenda du « Grand Reset ».

Un nouveau récit est déjà injecté dans les médias grand public, laissant entendre que même les vaccinations ne mèneront pas à la liberté.

Anthony Fauci et d’autres ont fait valoir que les personnes vaccinées doivent encore suivre des confinements et porter des masques. Cette politique ignore complètement le fait scientifique que le taux de mortalité du fait de la Covid-19 n’est que de 0,26% pour toute personne hors d’une maison de retraite. Elle ignore le fait qu’il a toujours été prouvé que les masques ne font rien pour arrêter la propagation du virus. Elle ignore le fait que les hôpitaux des États-Unis sont restés pour la plupart vides, avec seulement 15 % de la capacité utilisée pendant la période de pandémie. Et il ignore le fait que les vaccins sont des cocktails expérimentaux à peine testés au point que même l’ancien vice-président de Pfizer a mis en garde qu’ils pourraient provoquer des réactions auto-immunes dangereuses et la stérilité.

En outre, de plus en plus d’articles sur les « mutations du virus de la Covid-19 » sont diffusés sur le fil de l’actualité. Elles sont supposées être plus infectieuses et plus mortelles que l’original (ce qui va à l’encontre de l’évolution naturelle de la grande majorité des virus), et la mutation en Afrique du Sud n’est « peut-être » pas non plus affectée par les vaccins existants. Il n’y a aucune preuve concrète pour étayer ces affirmations, mais je pense que vous voyez où tout cela mène, n’est-ce pas ?

Je pense que dans deux mois environ, le CDC et l’OMS annonceront une nouvelle épidémie mondiale d’une souche de Covid plus mortelle. Ils diront que les vaccins actuels sont inefficaces et que le confinement doit se poursuivre. Des centaines de millions de personnes à travers le monde connaissent l’ancien schéma autour de la Covid-19, les élites vont donc introduire la Covid-20, la Covid-21, la Covid-22, etc.

M. Biden demandera un confinement de niveau 4 similaire à ceux mis en œuvre en Europe et en Australie, et c’est là que les conservateurs doivent mettre une ligne rouge et annoncer que nous ne sommes pas soumis à des restrictions anticonstitutionnelles, que nous nous libérons. Ce sera notre premier grand test.

Il ne suffit pas de dire simplement « je ne me soumettrai pas » alors que les conséquences sont minimes. Il faut être prêt à se défendre même lorsque les conséquences sont terribles. Être prêt à tout perdre pour ce que vous croyez, être prêt à mourir éventuellement pour vos valeurs et vos principes signifie que vous n’êtes plus un spectateur de l’histoire, mais un acteur qui peut influer sur l’avenir. Moins que cela ne suffit pas pour gagner la guerre qui s’annonce.

Brandon Smith

Aucun commentaire:

Publier un commentaire