samedi 26 décembre 2020

Lettre ouverte au gouverneur Brown de l’Oregon

Article original de Chris Hamilton, publié le 4 décembre 2020 sur le site Econimica
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Réponse au confinement actuel en raison du coronavirus

Eugene, Oregon

Je suis un fier natif de l’Oregon. J’ai vécu en Asie, en Europe et j’ai voyagé dans la plupart des pays du monde, mais j’ai choisi de vivre dans l’Oregon. C’est aussi agréable que ça. L’Oregon est aussi formidable parce que c’est une dichotomie politique et sociale. Portland, Eugene, Bend, des villes ultra-libérales contre l’Oregon rural ultra-conservateur. Il y a un petit quelque chose pour tout le monde… et j’aime chaque morceau.

Alors, en regardant la récente implosion des États-Unis… j’ai le cœur brisé. Comme partout ailleurs, le Coronavirus a trouvé son chemin dans l’Oregon. En mars, l’État a choisi de se fermer et de s’engager dans un confinement prolongé. Je n’étais pas d’accord, mais je ne pouvais pas le montrer avec beaucoup de conviction, car les données fiables prouvant que le confinement n’était pas justifiée n’existaient tout simplement pas à cette époque. Cependant, alors que les données fiables se multiplient… l’État a choisi de maintenir les écoles fermées, annulant les activités des clubs sportifs et sociaux, parallèlement à l’apprentissage en présentiel.

Et maintenant, l’État est entré dans une deuxième phase de confinement partiel, en fermant les restaurants, les salles de sport, les bars et d’autres commerces de choix. Au moment le plus critique de l’année pour ces entreprises, l’État a brisé la capacité des propriétaires/employés de gagner leur vie, sans offrir de compensation. Cette mesure a été prise pour ralentir la propagation du coronavirus et éviter un afflux massif de patients dans les hôpitaux de l’État.

Comme le gouverneur, je veux moi aussi empêcher les Oregoniens de mourir inutilement. Mais je suis également conscient que le gouvernement de l’État est là pour servir le peuple, pas pour lui dicter sa conduite. L’État est là pour éduquer aux facteurs de risque et respecter les décisions prises en connaissance de cause par ses citoyens. Retirer unilatéralement à de nombreux Oregoniens le droit de gérer des petites et grandes entreprises, d’envoyer leurs enfants à l’école, etc. devrait être fait sur la base de preuves très solides sur la mortalité réelle. C’est cette preuve que je veux examiner.

Tout d’abord, il faut considérer le nombre total de cas de cas de coronavirus, par tranche d’âge, et les décès associés (tableau ci-dessous). Il devrait être évident que la population de moins de 50 ans représente la grande majorité des cas positifs (et les cas réels sont probablement 5 à 10 fois plus élevés en raison des cas asymptomatiques et/ou des cas bénins non diagnostiqués) mais les moins de 50 ans représentent très peu des décès dus au coronavirus.

En examinant les cas et les décès, par groupe d’âge (tableau ci-dessous), on peut voir que

  • les moins de 30 ans représentent 37 % des cas, 9 % des hospitalisations et 0,2 % des décès.
  • les 30 à 60 ans représentent 46 % des cas, 34 % des hospitalisations et 9,1 % des décès.
  • les 60 ans et plus représentent 17 % des cas, 57 % des hospitalisations et 91,7 % des décès.

Le tableau ci-dessus devrait indiquer clairement qui est la population « à risque » et où il convient de concentrer l’attention et le soutien. Non pas la fermeture d’écoles ou d’entreprises… mais aider la population principalement âgée et atteinte de maladies à risque à éviter le grand public… ne pas faire en sorte que le public généralement bien portant évite le contact avec le public généralement bien portant ! Ces interactions et les infections potentielles entraînent peu d’hospitalisations et un nombre de décès statistiquement infime.

Pour souligner l’importance de savoir qui remplit les hôpitaux de l’Oregon et qui a besoin de plus de soutien et doit faire attention pour éviter le grand public… encore une fois, c’est la population âgée qui utilise les hôpitaux (tableau ci-dessous)… pas les jeunes. Quant aux jeunes et à la préoccupation des impacts à long terme de la lutte contre le coronavirus, le nombre de cas graves nécessitant une hospitalisation est si rare que le pourcentage de ceux qui ont des problèmes à long terme sera statistiquement incroyablement bas.

En outre, le CDC a clairement indiqué que le coronavirus seul est très rarement la cause de décès. Selon le CDC, « pour 6 % des décès, la Covid-19 était la seule cause mentionnée. Pour les décès dont les conditions ou les causes s’ajoutent à la Covid-19, il y avait en moyenne 2,6 conditions ou causes supplémentaires par décès ». Le coronavirus, à lui seul, est statistiquement si peu susceptible de causer des décès dans le grand public que l’on peut continuer à vivre sans crainte excessive… et l’accent devrait être mis sur la protection des personnes à risque.

Le but de cet article n’est pas de créer une plus grande division ou de montrer certains du doigt… il s’agit d’offrir des données claires sur le fait que les Oregoniens qui sont en bonne santé ne courent pas un grand risque de contracter le coronavirus. L’économie devrait rester ouverte tandis que les personnes en mauvaise santé (elles savent généralement si elles le sont ; personnes âgées, lutte contre le cancer, l’obésité, le diabète de type 2, les personnes immunodéprimées, la BPCO, etc.) devraient être aidés pour éviter le contact avec le grand public. Les ménages comptant des personnes à risque devraient envisager d’éviter d’envoyer leurs enfants à l’école, mais se voir proposer des options de scolarisation en ligne. Et il est dommage que les solutions permettant d’éviter la forte mortalité qui sévit actuellement dans les maisons de retraite ne reçoivent pas plus d’attention (qui concerne près de 40 % de tous les décès dus au coronavirus).

Simplement, les mesures fiscales devraient être utilisée (sans en abuser) ; les soutiens aux personnes à risque devrait éviter une interaction générale jusqu’à ce qu’un vaccin soit prêt. Pourquoi le public généralement sain devrait prendre un vaccin contre un virus qui ne présente que peu ou pas de menace est une question pour un autre jour. Des choses comme la subvention des achats en ligne Instacart plutôt que des achats en personne, etc. etc. Soyons créatifs, car des vies sont en jeu. Il serait tout à fait logique que l’État concentre la quarantaine sur la petite population de personnes à risque, et qu’il offre/concentre son soutien/ressources plutôt que de nuire à toute la population qui risque si peu. Enfin, les propriétaires de petites entreprises gérant des restaurants, des bars, des salles de sport, etc. qui fournissent des emplois et des recettes fiscales devraient être acclamés plutôt que mis en faillite.

L’Oregon a longtemps été un état innovateur et leader, et il est maintenant temps pour l’Oregon d’apprendre et de mener à nouveau. Il est temps de rouvrir le « business dans l »Oregon » et de concentrer les ressources de l’État sur la protection de la population à risque plutôt que de nuire à toute la population à très faible risque.

Chris Hamilton

  • Les données de cet article sont tirées de l’autorité sanitaire de l’Oregon.
  • Je vous propose également les données nationales du CDC ci-dessous, qui reflètent généralement celles de l’Oregon.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire