mardi 8 décembre 2020

Le temps est venu pour les Américains de se rebeller

Article original de Brandon Smith, publié le 18 novembre 2020 sur le site alt-market
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

… contre les confinements, les lois sur les masques et les vaccinations forcées

L’élection présidentielle étant très disputée et les médias grand public faisant état de l’augmentation du nombre d’infections, le public est maintenant confronté à des questions importantes concernant l’avenir de la réponse à la pandémie. Certains États ont décidé d’introduire unilatéralement des « décrets » pour restreindre les mouvements des citoyens, les ouvertures d’entreprises et les activités publiques.

Anthony Fauci est constamment à la télé, appelant les familles à annuler Thanksgiving et Noël et disant aux Américains de « faire ce qu’on leur dit« . Les médias tentent généralement de susciter la peur dans l’esprit de la population et de peindre des images de peste et de mort partout. Si M. Biden se retrouve à la Maison Blanche, un confinement national et fédéralisé de haut niveau est envisagé à partir de janvier.

En avril de cette année, j’ai publié un article intitulé « Vagues de mutilation : La tyrannie médicale et la société sans cash« , qui décrivait un modèle d’ingénierie sociale mis en avant par les globalistes du MIT et de l’Imperial College of London, que j’ai appelé « théorie des vagues ». Ce modèle fonctionne essentiellement de la manière suivante :

Les gouvernements doivent se servir de la pandémie pour justifier des « vagues » de confinements restrictives, suivies de déconfinements contrôlés de l’économie et de l’activité humaine normale. Les globalistes affirment que cela permettra de « ralentir » la propagation du coronavirus et de sauver des vies. Cependant, ils admettent aussi ouvertement que ces cycles de confinements et de déconfinements ont d’autres usages.

Avec le temps, les citoyens s’habituent à l’intrusion des pouvoirs publics dans leur vie quotidienne, et ils s’habituent à l’idée que la bureaucratie leur dise ce qu’ils ne sont pas autorisés à faire dans les activités les plus simples. Le système bloque ainsi toutes les interactions humaines au point que nous demandons constamment la permission. Nous devenons esclaves de la réponse Covid.

Comme l’a déclaré le globaliste Gideon Lichfield du MIT dans son article « Nous ne retournons pas à la normale«  :

En fin de compte, cependant, je prédis que nous allons rétablir la capacité de socialiser en toute sécurité en développant des moyens plus sophistiqués pour identifier qui est à risque de maladie et qui ne l’est pas, et en discriminant – juridiquement – ceux qui le sont.

… on peut imaginer un monde dans lequel, pour prendre un vol, il faudra peut-être être inscrit à un service qui suit vos déplacements via votre téléphone. La compagnie aérienne ne pourrait pas voir où vous êtes allé, mais elle recevra une alerte si vous avez été à proximité de personnes infectées connues ou de points chauds de la maladie. Les mêmes exigences s’appliquent à l’entrée des grandes salles de spectacles, des bâtiments gouvernementaux ou des centres de transport public. Il y aurait des scanners de température partout, et votre lieu de travail pourrait exiger que vous portiez un moniteur qui surveille votre température ou d’autres signes vitaux. Si les boîtes de nuit demandent une preuve d’âge, elles pourraient à l’avenir exiger une preuve d’immunité – une carte d’identité ou une sorte de vérification numérique via votre téléphone, montrant que vous vous êtes déjà remis ou que vous avez été vacciné contre les dernières souches de virus.

Notez que M. Lichfield a suggéré que pour participer à l’économie normale, vous pourriez avoir besoin de prouver que vous avez été « vacciné contre les dernières souches de virus ». En d’autres termes, les élites s’attendent à ce qu’il y ait beaucoup plus d’événements ou de mutations virales après la fin du Covid-19, et les restrictions et contrôles que nous voyons aujourd’hui sont censés continuer, peut-être pour toujours.

La réalité est que le modèle des vagues n’est pas un plan très pratique pour arrêter la propagation virale, mais c’est une méthode parfaite pour conditionner les gens à se soumettre à un niveau élevé de contrôle sur leur vie personnelle qu’ils n’auraient jamais accepté autrement. La réponse de Covid a également été saluée par les élites au Forum économique mondial comme une « occasion » parfaite pour lancer ce qu’elles appellent le « Grand Reset« . La réinitialisation est un plan visant à déconstruire ce qui reste du système capitaliste du marché libre, à introduire des contrôles autour du carbone au nom de la fraude sur le réchauffement climatique, à instituer un système monétaire global sans cash et, enfin, à faire entrer l’humanité dans ce qu’ils appellent une « économie partagée » dans laquelle le citoyen moyen n’est plus autorisé à posséder une quelconque propriété privée et dépend entièrement du système pour ses besoins de base.

Bien entendu, un système aussi complexe de « solutions » (domination) sur chaque individu devrait être géré de manière très centralisée. Autrement dit, la gouvernance globale par l’establishment élitiste serait le résultat final. Naturellement…. les globalistes prendraient à contrecœur les rênes du pouvoir pour « le plus grand bien ».

C’est la situation globale, la menace sous-jacente au cœur des confinements et des lois Covid. Cela dit, il existe également de nombreux arguments fondés sur la logique et les preuves qui expliquent pourquoi les gens n’ont aucune raison de se soumettre à de telles restrictions. Présentons-les sous la forme d’une simple liste :

Le coronavirus tue moins de 1 % des personnes qu’il infecte

Des études médicales menées aux États-Unis indiquent que le taux de mortalité par coronavirus des citoyens ne vivant pas dans des maisons de retraite se maintient bien en dessous de 1 % en moyenne. Le pourcentage le plus élevé de décès aux États-Unis a été enregistré dans les maisons de repos pour les personnes âgées souffrant de maladies préexistantes. Les personnes vivant dans des établissements de soins de longue durée représentent 8 % des cas d’infection par les coronavirus, mais 45 % de l’ensemble des décès dus aux coronavirus.

La pneumonie à elle seule tue environ 50 000 Américains chaque année selon le CDC, et cela avec les vaccinations. Pourtant, nous sommes censés paniquer et céder toutes nos libertés au nom de l’arrêt d’une maladie qui touche un pourcentage infime de la population ? C’est pourquoi les médias et les gouvernements ont décidé de se focaliser sur le nombre d’infections plutôt que sur les décès. Le nombre de décès ne justifie pas le degré de panique que l’establishment tente de fomenter.

Les confinements détruisent l’économie

C’est une question de mathématiques et de finance de base ; le secteur des petites entreprises de l’économie américaine est en train de mourir. Les petites entreprises représentent environ 50 % de l’emploi aux États-Unis. L’argent du renflouement en raison de la Covid-19, géré par des banques internationales comme JP Morgan, n’est pas parvenu à la grande majorité des petites entreprises qui étaient censées le recevoir. Les entreprises qui ont bénéficié d’un renflouement sont toujours au bord de la fermeture ou de la faillite. Tout nouveau confinement sera le dernier clou du cercueil pour l’économie américaine, à l’exception des grandes entreprises qui se taillent la part du lion des fonds de relance.

Combien de vies seront endommagées ou perdues à cause de la pauvreté et de l’effondrement économique si la tendance actuelle se poursuit ? Je pense que ce sera bien plus que le nombre de vies perdues à cause de la Covid-19.

Pourquoi personne ne parle-t-il de la solution la plus pratique pour lutter contre la pandémie ? Le petit pourcentage de personnes qui sont les plus exposées au risque peut rester chez lui et prendre les précautions nécessaires, pendant que le reste d’entre nous poursuit sa vie. Pourquoi nous ordonne-t-on de faire exactement le contraire, juste pour que moins de 1 % de la population se sente plus en sécurité ? En quoi cela est-il logique, raisonnable ou scientifique ? La seule réponse logique est que la réaction de confinement vise à contrôler, et non à sauver des vies.

Les gouverneurs des États n’ont pas le pouvoir de vous retirer vos libertés civiles, et le président non plus

Les restrictions fondées sur des décrets n’ont aucune autorité légale en vertu de la Constitution. Elles sont la couleur de la loi, et non la vraie loi. Les lois sont débattues et adoptées par les législatures des États, et non par les gouverneurs des États. Les décrets s’appliquent uniquement aux employés de l’État et n’ont aucune incidence sur les citoyens.

Les gauchistes et les adeptes d’un état fort affirment qu’en cas de crise nationale, le gouverneur dispose de pouvoirs d’urgence et les États peuvent faire ce qu’ils veulent. C’est faux. En vertu de la constitution et de la déclaration des droits, les gouverneurs des États ne peuvent pas proclamer une urgence nationale en se fondant sur leur opinion personnelle et se déclarer ensuite dictateurs en réaction. Toute « loi » exercée en raison d’un tel processus est donc nulle et non avenue ; elle n’a aucun sens.

Si les États ont la possibilité de faire ce qu’ils veulent sans surveillance, ils pourraient alors ramener les lois Jim Crow (entre autres). Les gauchistes soutiennent-ils également cette idée ? Si le gouvernement fédéral et le président ont le pouvoir de violer la Déclaration des droits en cas d’urgence nationale, alors Donald Trump a le pouvoir d’instaurer la loi martiale dans tout le pays en raison des émeutes gauchistes. Les gauchistes sont-ils d’accord avec ce résultat ?

Il est intéressant pour moi que la gauche politique en particulier soit si désireuse de défendre l’idée que les États et les gouverneurs aient le pouvoir d’appliquer unilatéralement des restrictions en cas de pandémie sans surveillance ni contrôle. Pourtant, elle s’est opposée de manière agressive aux pouvoirs des États dans le passé, lorsqu’elle a eu un président Démocrate comme Obama. La gauche s’est également fermement opposée aux décrets appliqués par Donald Trump, mais elle applaudit l’idée de décrets sur les mesures de confinement instaurés par Biden.

Ainsi, les gauchistes soutiennent le pouvoir unilatéral des États uniquement lorsqu’il est favorable à leur programme, et ils soutiennent le pouvoir fédéral et présidentiel unilatéral uniquement lorsqu’il est favorable à leur programme. Quelle surprise…

Voici l’essentiel : Les pouvoirs des gouvernements des États ne remplacent pas la Déclaration des droits. Les pouvoirs du gouvernement fédéral ne se substituent pas à la Déclaration des droits. Personne n’a le pouvoir légal de vous retirer vos libertés inhérentes. Ceux qui prétendent le contraire ont quelque chose à gagner de votre asservissement.

Les lois sur les masques ne sont pas scientifiques

La majorité des masques utilisés par le public aujourd’hui sont des masques en tissu. Même le CDC ne recommande pas l’utilisation de masques en tissu pour ses propres employés ou le personnel médical. Il ne recommande que les masques N95. Ils admettent également que les masques en tissu sont beaucoup moins efficaces pour prévenir le contact avec le virus. Pourtant, le CDC soutient l’application des masques en tissu pour le public.

En outre, certains États et pays ayant les lois les plus strictes en matière de masques continuent de connaître d’énormes pics d’infection par les coronavirus. Par exemple, New York a été l’un des États américains les plus tyranniques en matière d’application des lois sur les masques et de confinement, mais en novembre, l’État a connu une forte augmentation des infections. La Californie, le Michigan et l’Illinois ont également connu des pics d’infection spectaculaires ce mois-ci, malgré l’application stricte des lois sur les masques. Alors, où en est la science ?

Il semblerait que les masques soient un placebo ; s’ils avaient réellement fonctionné, alors les États qui appliquent le plus vigoureusement la loi devraient connaître une baisse spectaculaire du nombre de cas, et non une augmentation exponentielle.

En outre, pourquoi de nombreux États et pays tentent-ils de forcer les citoyens à porter des masques à l’extérieur, en plein air et au soleil, alors que les virus ne peuvent pas survivre dans de telles conditions ? La lumière UV du soleil est le stérilisateur de la nature, mais personne dans les médias dominants ou au sein du gouvernement ne reconnaît ce fait scientifique. Cela montre une fois de plus que les lois sur les masques sont une question de contrôle, et non de science ou de sauvetage de vies.

La vaccination est inutile et potentiellement dangereuse

Pourquoi les gens devraient-ils se faire vacciner contre un virus dont plus de 99% d’entre eux survivront facilement de toute façon ? Pourquoi ne pas simplement obtenir une « immunité collective » par la propagation naturelle de l’infection et par des anticorps ? Les médias grand public continueront d’ignorer ces questions parce qu’elles ne sont pas adaptées à l’agenda globaliste.

En outre, pourquoi faire confiance à un vaccin qui a été lancé à la hâte en moins d’un an ? La Chine et le reste du monde ont passé plus d’une décennie à essayer de développer un vaccin contre le SRAS sans succès, mais nous sommes censés croire qu’ils ont créé un vaccin contre la Covid-19 lié au SRAS en quelques mois ?

La dernière fois que le gouvernement s’est empressé de mettre au point un vaccin contre une épidémie virale, c’était en 1976, lors de la crise de la grippe porcine, qui s’est soldée par de nombreux décès ou dommages permanents dus à des vaccins défectueux.

Comme je l’ai noté dans mon article « Pourquoi le public devrait se rebeller contre les vaccinations forcées« , publié en mai, il existe de nombreux exemples de tests et de mise en œuvre de vaccins qui ont mal tourné, de Bill Gates et de l’Organisation mondiale de la santé qui ont vacciné des personnes contre la polio dans différents pays, à Novartis qui a testé un vaccin contre la grippe aviaire sur des sans-abri en Pologne provoquant des morts, en passant par GlaxoSmithCline et la mort d’enfants à cause de son vaccin contre la pneumonie.

Une fois de plus, le risque n’en vaut tout simplement pas la peine, alors que plus de 99 % des gens survivront à un virus. L’idée qu’un tel risque soit imposé au public est totalement inacceptable, mais de nombreux responsables gouvernementaux ont soutenu cette idée au cours des six derniers mois. Il est important que le public fasse clairement savoir dès maintenant qu’il ne permettra pas aux gouvernements des États ou au gouvernement fédéral de rendre la vaccination obligatoire.

La rébellion est nécessaire pour mettre un terme à la machine de la peur

En conclusion, il existe une infinité de raisons pour lesquelles nous devons mettre fin une fois pour toutes au programme de confinement de la pandémie. Plus important encore, les mesures de confinement, les commandes de masques et les plans de vaccination sont un tremplin vers quelque chose de bien pire : une tyrannie médicale et une centralisation à une échelle sans précédent. Je ne suivrai pas personnellement de telles règles parce qu’elles ne sont pas scientifiquement ou moralement fondées. Ce sont des absurdités destinées à effrayer le public et à l’amener à la complaisance et au consentement.

Une rébellion contre de telles mesures serait très facile à gagner. Il suffit de refuser de suivre leurs mandats. Que vont-ils faire ? Enfermer des millions de personnes ? Nous abattre ? Cela irait à l’encontre du but supposé des mesures qu’ils exigent que nous suivions. Et, s’il s’agit de violence, qu’il en soit ainsi. Je n’ai aucun problème à me battre pour défendre mes libertés et celles des générations futures. Il est peut-être temps que les conservateurs et les modérés qui s’opposent au confinement s’organisent pour ce futur possible.

Brandon Smith

Aucun commentaire:

Publier un commentaire