mercredi 30 décembre 2020

La « nouvelle Confédération » ?

Article original de Brandon Smith, publié le 17 décembre 2020 sur le site alt-market
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Oui, il est temps pour les conservateurs de s’unir contre le reset des globaliste

Le récit ne pourrait pas être plus transparent ou plus évident, mais là encore, les élites deviennent paresseuses dans leur propagande et les gauchistes ne sont pas si brillants. Essentiellement, chaque fois que les conservateurs (ou les modérés) s’organisent pour se défendre contre une attaque communiste ou globaliste, nous sommes traités de « nazis », de « chemises brunes », de populistes, de brutes, etc. Maintenant, je voudrais rappeler à ces gens que si nous suivions vraiment la voie des Sturmabteilung, il y aurait des intimidations et des agressions généralisées contre les gauchistes, au point qu’ils auraient peur de quitter leur maison ou même de s’identifier comme gauchistes. Les conservateurs croient en la légitime défense, pas en la coercition et en des tactiques de terreur.

 

De telles actions sont le moteur de la gauche politique de nos jours. Ils sont bien meilleurs que nous pour imiter le comportement des chemises brunes. La réalité est que, dans l’ensemble, les seules personnes qui se livrent à une censure et à une violence généralisées se trouvent dans la gauche politique, alors que nous sommes censés être les « nazis » ?

Historiquement, il semble y avoir un schéma ici, cependant. En Allemagne, dans les années 1920-1930, les groupes communistes étaient très actifs et ont initié des violences de rue, des émeutes et même des assassinats. Cela a attiré de nombreux Allemands, de peur d’être dépassés par un régime communiste, pour soutenir le national-socialisme, le revers de la médaille quand on parle de tyrannie. En d’autres termes, pour vaincre les communistes, le public a soutenu les fascistes, et les fascistes ont fini par être aussi mauvais que les communistes.

Si vous étudiez les enquêtes d’historiens comme Antony Sutton dans des livres comme « Wall Street et la révolution bolchevique » ou « Wall Street et la montée d’Hitler », vous découvrirez qu’il existe des preuves incroyables qui démontrent que les communistes et les fascistes ont été financés et gérés par les mêmes élites globales. En d’autres termes, les banquiers gagnent dans les deux cas car ils contrôlent les deux côtés du jeu.

Je soupçonne qu’une stratégie similaire est mise en œuvre aux États-Unis aujourd’hui, et qu’une partie de l’agenda des globalistes déterminés à obtenir leur « grand reset » consiste à fomenter une guerre civile en Amérique tout en contrôlant ou en manipulant les deux camps.

Il s’agit en effet d’une impasse pour les conservateurs :

  • Si nous baissons les bras et ne faisons rien, alors l’extrême gauche et ses partenaires commerciaux et politiques prendront le contrôle du pays et nous ne reverrons jamais la liberté alors qu’ils affirment leurs mandats de « justice sociale » en même temps que leurs mandats de confinement.
  • Si nous ripostons en utilisant les mêmes tactiques que les gauchistes ou si nous soutenons la loi martiale, alors nous finissons par effacer les libertés civiles protégées par la Déclaration des droits. Ces droits ne reviendront jamais (ne croyez pas une seconde aux promesses) et nous devenons les plus grands hypocrites de l’histoire et un récit édifiant des « dangers du nationalisme » raconté aux enfants des générations à venir, un peu comme pour les nazis.

Il y a cependant une autre option, et ce n’est pas la diplomatie.

L’establishment aime à faire croire qu’il n’y a jamais que deux choix lors d’une crise, et les deux choix consistent à renoncer à plus de liberté ou à donner plus de pouvoir au gouvernement. Ce qu’ils ne veulent pas que vous envisagiez, c’est la troisième option : que les gens prennent le pouvoir pour eux-mêmes et enlèvent le pouvoir à ceux qui en abuseraient.

Pourquoi devrions-nous compter sur un intermédiaire pour mettre en place de telles mesures ? Pourquoi nous dit-on toujours qu’il faut attendre qu’un président ou un gouvernement fasse le travail que nous pouvons faire nous-mêmes ? Le mouvement pour la liberté ne tourne pas autour de Trump ou d’une élection, et il ne devrait jamais s’appuyer sur la loi martiale pour assurer notre sécurité. Nous pouvons le faire par nous-mêmes sans demander la permission ou attendre d’être dirigés par une mascotte.

Il est vrai que la gauche politique et les conservateurs ne sont plus capables de trouver un terrain d’entente (sauf, fait intéressant, chez certains libéraux modérés qui s’opposent également aux vaccinations forcées et aux mandats médicaux). Pour ce qui est de la gauche dure, leur culte est si loin de la réalité maintenant qu’il sera impossible de se réconcilier avec eux. Ils vivent sur une autre planète et leur zéloterie est trop ancrée pour qu’ils puissent jamais entendre raison.

Dans leurs fantasmes délirants, nous sommes les ultimes méchants, et ils sont les « nobles combattants de la liberté ». Bien sûr, toutes les plate-formes de pouvoir de l’establishment dans le monde des entreprises, dans le domaine de la haute technologie et dans les grands médias sont à leur disposition, sans parler des millions de dollars de financement provenant d’organisations globalistes comme la Fondation Open Society et la Fondation Ford, si bien que cette histoire de l’« outsider » de gauche nous fait parfois doublement rire.

La majorité des conservateurs veulent simplement qu’on les laisse vivre leur vie comme bon leur semble. Comme les vrais Américains sont censés le faire. Mais cette notion n’est pas acceptable pour les collectivistes. Ils soutiennent que nous faisons « tous partie d’une société »… LEUR société, et que nous devons respecter leurs idéologies et leurs règles « pour le plus grand bien » ou en subir les conséquences. En d’autres termes, vous pouvez le vérifier à chaque instant, mais vous ne pouvez jamais partir.

Le fait est que les groupes en général sont des abstractions de l’esprit. Ce n’est pas parce que quelqu’un déclare que vous faites partie de sa société qu’il en est ainsi. Partir est le droit de chaque individu en tant qu’être humain. Les groupes qui survivent et s’épanouissent ont tendance à se construire sur des valeurs et des principes communs. Ils n’ont pas besoin d’être tous d’accord sur tous les détails, mais ils ne peuvent pas non plus être diamétralement opposés dans tous les sens.

En général, les groupes dont les principes correspondent à un sens de la conscience inhérent sont ceux qui attirent le plus les gens.

Cela dit, il y a des gens dans ce monde (environ 1 à 5 % d’une population donnée) qui n’ont pas de conscience inhérente, ou qui souffrent d’une maladie bien ancrée appelée narcissisme. Ces personnes sont attirées par les mouvements qui cherchent à dominer les autres, et elles maintiennent leur adhésion par la force plutôt que de faire appel à des principes. Il est impossible que ce groupe puisse un jour coexister avec des personnes qui apprécient la liberté et l’empathie. Du moins, pas sans un incroyable conflit…

Il existe une opposition importante et croissante aux mesures de confinement des pandémies, aux politiques de justice sociale qui relèvent du marxisme culturel, ainsi qu’à la perspective d’une présidence Biden qui encouragerait ces deux mascarades de manière exponentielle. Il ne s’agit pas seulement de Biden ou des gauchistes, évidemment. La Reset va bien au-delà d’eux, mais de nombreux conservateurs considèrent le problème davantage en fonction de ce qui se trouve directement devant eux et moins en fonction des personnes qui se trouvent derrière le rideau.

À la lumière de cela, les médias grand public font exactement ce qu’ils sont censés faire : créer une propagande pour « faire honte » à quiconque ose s’opposer au discours dominant de l’establishment. Leur stratégie la plus récente consiste à qualifier la rébellion conservatrice contre le « Reset » de « nouvelle Confédération » et à évoquer le spectre de la guerre civile.

Ce récit surfe sur la discussion entre les conservateurs et les politiciens de l’État selon laquelle la possibilité d’une sécession devrait être explorée dans le sillage de l’impasse croissante entre les gauchistes, le programme globaliste et les Américains épris de liberté.

L’establishment et les idiots utiles de la gauche n’auront rien de tout cela. Bien qu’ils n’aient parlé que de sécession pendant les deux premières années de la présidence de Trump, maintenant que la chaussure est à l’autre pied (si Biden entre à la Maison Blanche et peut-être même s’il n’y entre pas), les SJW et leurs homologues des médias sont furieux à l’idée que les conservateurs pourraient en fait réussir là où ils ont échoué.

Les collectivistes sont bons pour détruire des choses, pas pour en créer. Leurs appels à la sécession étaient une plaisanterie car nous savons tous qu’ils sont incapables de se suffire à eux-mêmes et qu’ils n’ont pas non plus de moyens de défense. Un regard sur les zones autonomes de courte durée comme « The CHAZ » vous donnera un aperçu de ce qui se passerait si les gauchistes essayaient de se séparer au sein d’un État. Ce serait un désastre pour eux.

Mais quand les conservateurs parlent de séparation, les gauchistes et les globalistes écoutent. Ils ne l’admettront peut-être jamais, mais ils savent que nous en sommes réellement capables.

Pour être clair, je pense que ce qui se passe, c’est que les conservateurs sont poussés et provoqués, non pas à se séparer et à s’organiser, mais à centraliser. Je pense qu’ils veulent que nous soutenions des actions comme la loi martiale qui serait considérée comme totalitaire. Les conservateurs, les seuls défenseurs acharnés des libertés civiles, utilisent la répression militaire et abandonnent la Déclaration des droits pour maintenir le pouvoir politique ? C’est un rêve devenu réalité pour les globalistes sur le long terme. Et malgré la foi des gens en Trump, il y a beaucoup trop d’élites bancaires et de globalistes au sein de son cabinet pour garantir que ce pouvoir ne sera pas abusé ou utilisé contre nous plus tard.

Je pense que le concept de « nouvelle confédération » utilisé par les gauchistes et les médias révèle ce qu’ils craignent vraiment :

S’ils peuvent nous faire rouler pour le confinement et la tyrannie médicale et une dictature de Biden, ils seront heureux. S’ils peuvent nous amener à soutenir la loi martiale sous un « coup » d’État orchestré par Trump, ils seront heureux. Mais ce qu’ils ne veulent pas, c’est que les conservateurs et les modérés forment leur propre résistance organisationnelle sans être redevables à une figure politique singulière ou à une structure pyramidale descendante.

Une telle organisation est en train de se mettre en place en ce moment même. Des millions d’Américains épris de liberté quittent les comtés et les États gauchistes, emportant avec eux leurs richesses et leurs entreprises, pour se rendre dans des régions plus conservatrices où ils se sentent plus en sécurité. Il n’y a pas eu d’immigration idéologique de ce type aux États-Unis depuis plus d’un siècle. La réalité est que les conservateurs se rassemblent, finalement, et qu’ils commencent à travailler ensemble pour leur propre sécurité.

Dans ma propre région du Montana, j’ai organisé des réunions publiques locales sur l’état de préparation et les événements actuels dans l’espoir de mettre les gens sur la même longueur d’onde et de les mettre en réseau au cas où la crise actuelle se propagerait et où l’État de droit s’effondrerait. Ou, dans le cas où l’État ou le gouvernement fédéral tenterait de faire appliquer des mandats de confinement médical là où nous vivons. Ces réunions se sont multipliées ces derniers mois et il va sans dire que les habitants de ma ville ne vont pas se soumettre à des restrictions et n’ont pas l’intention de se cacher tranquillement dans leur maison pendant que leur communauté et leurs entreprises sont détruites.

Ces groupes se forment dans tout le pays, et Dieu merci, car sans organisation communautaire, il n’y a aucune chance de survie ou de liberté pour les Américains épris de liberté. Comme je l’ai noté dans certains de mes derniers articles, la rébellion contre les confinements et les mandats de vaccination est visible même dans les États gauchistes comme la Californie et New York. Il y a beaucoup de raisons d’être optimiste. Toutefois, la lutte sera difficile et le vitriol sera largement répandu contre nous au fur et à mesure que nous réussirons à nous unifier.

L’organisation exige une philosophie de l’équilibre pour bien faire. En d’autres termes, chacun doit prendre un certain risque afin d’encourager les autres à se joindre au combat.

Par exemple, les conservateurs veulent que les propriétaires d’entreprises refusent d’appliquer les règles de confinement. Mais, si un chef d’entreprise fait ce choix courageux et affronte les responsables de la santé publique, des patriotes doivent être là pour le soutenir. Cela peut même signifier qu’il faut faire obstacle à l’application de la loi qui viole les droits constitutionnels de cette entreprise.

J’appelle cela « créer un mur de l’inquiétude » ; de nombreux policiers et shérifs ne sont pas d’accord avec l’application de mandats illégaux, mais ceux qui le sont doivent comprendre que cela peut avoir des conséquences. Le mur de l’inquiétude est dissuasif, et plus le groupe de personnes impliquées est important, mieux c’est. La police ne risquera pas de voir s’intensifier la lutte contre les mandats de confinement si elle se rend compte que cette lutte pourrait mal tourner pour elle. Et, si les gens dans leurs propres services sont contre les mesures de confinement, les conséquences sont doubles s’ils cherchent à les faire appliquer. Ce sont eux qui devraient s’inquiéter, pas nous.

Les fonctionnaires du ministère de la santé sont encore moins enclins à faire pression sur le problème face à l’opposition.

Par extension, si le département du shérif ou le service de police de votre localité s’oppose aux mandats anticonstitutionnels et que l’État ou le gouvernement fédéral les menace de répercussions, vous devez être là pour leur offrir aide et soutien. Ils prennent un risque pour vous, vous devez donc être prêt à prendre un risque pour eux.

J’entends aussi beaucoup de bavardages sur le fait que de nombreux professionnels de la santé, y compris des médecins et des infirmières, vont refuser de prendre le vaccin Covid, mal testé et douteux, par crainte d’effets secondaires néfastes. Et pourquoi devraient-ils le faire ? Pourquoi se faire vacciner contre un virus qui ne menace que moins de 0,3 % de la population en dehors des maisons de retraite ?

Les professionnels de la santé sont soumis à une pression énorme pour prendre le vaccin ou perdre leur licence d’exercice. Les conservateurs doivent les défendre s’ils se rebellent contre la vaccination obligatoire.

Cela signifie qu’ils doivent les aider à créer leurs propres cliniques en dehors du système contrôlé, où ils pourront continuer à aider les gens tout en continuant à gagner leur vie. Cela signifie qu’il faut mettre en réseau les patients épris de liberté qui ont besoin de traitements pour diverses affections avec les médecins et les infirmières qui n’exigeront pas qu’ils présentent un passeport médical et ne les signaleront pas au gouvernement. Cela signifie qu’il faut protéger les médecins et les infirmières contre les représailles si des fonctionnaires du gouvernement tentent de les punir ou de les arrêter.

Les communautés devront construire leurs propres économies locales, en utilisant le troc et le commerce et peut-être même en créant un certificat en monnaie locale (avec un peu de chance, soutenu par une contrepartie matérielle). Elles vont devoir s’isoler économiquement pour pouvoir défier le confinement de manière pratique. Sinon, toute personne qui ne se conforme pas aux passeports médicaux et à la recherche des contacts se verra refuser l’accès à l’économie contrôlée par l’établissement et mourra de pauvreté. Nous devons créer des alternatives. Nous devons offrir aux gens un choix en dehors de la tyrannie, sinon beaucoup d’entre eux suivront la tyrannie.

Enfin, les communautés conservatrices vont devoir assurer leur propre sécurité. Quelle que soit la façon dont la situation électorale se termine réellement, et même si Trump reste à la Maison Blanche et refuse de céder, la loi martiale est un scénario inacceptable. Les conservateurs n’en ont pas besoin de toute façon. Nous devrions mettre en place une sécurité localisée (autrement appelée milices) composée de toute personne valide de la communauté qui souhaite s’y joindre. Ces milices devraient se constituer en organisations non officielles, car il est peu probable que les politiciens de l’État les aident.

Ce n’est pas grave. Nous n’avons pas besoin qu’ils organisent notre propre sécurité et défense. Comme je l’ai dit, nous pouvons nous en occuper nous-mêmes.

En attendant, les gauchistes nous appelleront « chemises brunes », mais comme nous l’avons dit, ce sont eux qui ont prouvé à maintes reprises qu’ils étaient violents et totalitaires, et leurs accusations sonnent donc creux. Les médias nous appelleront la « nouvelle confédération », ce qui est amusant car la majorité des confédérés et des propriétaires d’esclaves pendant la guerre civile étaient à l’origine des Démocrates.

Nous mettrons de côté cette ironie et soulignerons que les gens ont un droit inhérent à l’autodéfense et à la liberté face à l’oppression, et qu’aucun d’entre nous n’est propriétaire d’esclaves. Quiconque appelle au Reset globaliste est un ennemi des droits individuels, et quiconque tente d’imposer une tyrannie médicale est du mauvais côté de l’histoire et de la moralité.

Ils peuvent nous appeler comme ils veulent et faire des comparaisons historiques erronées jusqu’à s’étrangler de rage ; cela ne changera pas le fait que nous cherchons à être libres et qu’ils cherchent à nous enlever cette liberté. C’est tout ce qui compte.

Brandon Smith

Aucun commentaire:

Publier un commentaire