jeudi 17 décembre 2020

L’obsession des gauchistes pour Parler révèle leur engouement pour le contrôle de la pensée

Article original de Brandon Smith, publié le 2 décembre 2020 sur le site alt-market
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Dans mon récent article « Le pouvoir est une illusion, le contrôle une façade« , j’ai décrit les réalités qui se cachent derrière les structures de pouvoir et la façon dont des gens dominent les autres en les conditionnant avec de fausses hypothèses et des peurs mal placées. Par exemple, de nombreuses personnes se rendent facilement contrôlables en restant dépendantes des gouvernements pendant les crises et les situations d’urgence ; si vous croyez réellement que le gouvernement vous protégera de toutes les éventualités, alors pourquoi apprendriez-vous à vous protéger et à subvenir à vos besoins ? L’infantilisation d’une société rend les citoyens faciles à dominer.

 

Un autre exemple serait d’inculquer la peur de « se démarquer » à ses pairs – Beaucoup de gens sont mal à l’aise à l’idée d’être considérés comme aberrants ou en opposition avec la « majorité » et chercheront à s’intégrer, même s’ils sont fondamentalement en désaccord. Une élite dirigeante doit simplement fabriquer l’hypothèse ou l’impression que la « majorité » de la population est d’accord avec les mesures oppressives. Même si ce n’est pas le cas, la perception d’une majorité peut être utilisée pour contrôler les personnes qui, autrement, se rebelleraient.

Contrôler une population relève davantage du contrôle de la pensée ou de la « gestion de la perception » que de la force directe. Le pouvoir est une illusion, aucun groupe important de personnes ne peut être contrôlé par la seule force ; à terme, elles trouveront un moyen d’user le système totalitaire et de le détruire. Il faut donc amener le peuple à se laisser réduire en esclavage et à s’asservir les uns les autres. Le peuple doit surveiller la prison dans laquelle il est piégé, sinon il pourrait s’en aller quand il le souhaite. C’est la seule façon pour une tyrannie de survivre à long terme.

La gauche politique et le culte de la justice sociale se sont particulièrement intéressés au concept de contrôle de la pensée ces derniers temps ou, du moins, ils sont beaucoup plus ouverts à la discussion de leurs obsessions privées de nos jours. Je dois dire que leur rhétorique n’est pas du tout surprenante, mais je pense qu’une analyse est nécessaire pour comprendre la racine de leur idéologie et comment ils sont capables de rationaliser leur comportement.

Je regardais une interview sur MSNBC avec un activiste (faux journaliste) du nom de Ben Collins qui produit presque exclusivement des attaques et des coups de hache sur les conservateurs et les médias alternatifs. Il se concentre généralement sur ce qu’il appelle la « désinformation » et la « théorie de la conspiration » ; en d’autres termes, son travail consiste à identifier ce que les totalitaires appelleraient la « fausse pensée ». La discussion s’est concentrée sur le site de médias sociaux Parler et sur la façon dont il représente une « menace » pour notre « démocratie ». Vous pouvez voir l’interview par vous-même ici.

Collins n’est pas très intéressant en tant qu’individu et il semble être plus un porte-parole qu’un penseur. Son travail est très similaire à celui du SPLC en termes de ton et d’absence d’arguments tangibles ; il s’agit d’une propagande de base à bas bruit qui tourne autour de peu ou pas de preuves ou de faits (c’est-à-dire une propagande pour des gens stupides par opposition à une propagande soigneusement élaborée destinée à tromper des gens plus intelligents). Il utilise souvent l’omission de détails importants qui pourraient permettre au spectateur ou au lecteur de mieux comprendre le sujet. Cela dit, cette interview spécifique m’a fasciné en raison de la transparence de ses mensonges et de l’honnêteté (peut-être involontaire) de son programme.

L’objectif initial de MSNBC et d’autres établissements était évidemment d’essayer de répandre la désinformation sur Parler. Lorsque le trafic de Parler a commencé à exploser il y a quelques mois, je pense que l’intention des médias était de ralentir l’hémorragie de sites comme Twitter et Facebook. Ils n’ont pas réussi.

Aujourd’hui, il y a une question plus profonde de contrôle de la pensée qui est en jeu. Les sites d’alternatives technologiques vont continuer à se développer et les sites institutionnels technologiques vont eux continuer à régresser. Les laquais et les « pirates » informatiques comme Collins doivent maintenant utiliser une stratégie différente : peindre les plate-formes conservatrices comme des « menaces dangereuses » pour notre société, peut-être dans l’intention de les faire fermer.

Tout d’abord, Collins utilise l’attaque standard que la mafia de la « justice sociale » utilisait pour dégrader la perception de l’application Parler. Lorsque l’application Parler a commencé à attirer l’attention, les gauchistes ont prétendu à tort que le site n’était pas « convivial » et que les données privées étaient « facilement piratées ». Collins tente ensuite d’effrayer les utilisateurs conservateurs potentiels en mentionnant que Parler « demande un permis de conduire » ; bien sûr, ce qu’il omet de mentionner, c’est que c’est seulement lorsque vous demandez un badge de vérification spécial. Il omet également de mentionner le fait que Twitter fait exactement la même chose lorsque vous demandez le statut « Blue Checkmark », et même dans ce cas, si vous n’avez pas les bonnes idées politiques, il est peu probable que Twitter vous donne cette accréditation de toute façon.

Déjà, Collins s’est exposé comme un analyste peu crédible ; mais c’est là que les choses deviennent folles…

Comme d’habitude, la politique identitaire entre dans la discussion car Parler est accusé d’être un refuge pour le « racisme », mais pas pour une véritable liberté d’expression. Maintenant, je tiens à répéter que le « racisme » et le « discours de haine » sont des mots à la mode typiques de la gauche politique pour contrôler la pensée. Il n’existe pas de « discours de haine », du moins pas dans un sens constitutionnel. La liberté d’expression signifie que vous êtes autorisé à dire et à penser ce que vous voulez tant que vous ne proférez pas de menaces directes ou que vous ne répandez pas de mensonges sur une personne pour nuire à sa réputation.

Dans une société libre, vous êtes autorisé à ne pas aimer une personne en raison de la couleur de sa peau ou de ses différences culturelles. C’est le prix de la liberté ; parfois, les gens sont libres de penser d’une manière que vous désapprouvez ou même détestez.

J’abhorre les communistes, mais je préfère qu’ils soient libres de présenter publiquement leurs arguments insensés ; ils ne font que se saboter eux-mêmes. Les gauchistes, en revanche, ne croient pas à la liberté d’expression, ils croient à une liberté d’expression sélective, et cela devient évident quand on regarde l’interview de Collins.

Le discours de haine est un code pour « discours que nous sommes autorisés à censurer ». Les gauchistes considèrent que les discours qui blessent les sentiments d’une personne sont exactement les mêmes que ceux qui frappent cette même personne au visage ou qui menacent sa vie. Il s’agit d’une étrange confusion que l’on s’attendrait normalement à voir dans la pensée des enfants, mais dans ce cas, il s’agit d’adultes matures agissant comme si leurs sentiments personnels étaient plus importants que nos libertés.

Afin de perturber les discours qui heurtent leurs tendres émotions, les gauchistes utilisent systématiquement les accusations de racisme et les discours de haine comme un outil pour faire taire l’opposition. Tout est raciste, selon ces lunatiques, donc tout peut être censuré s’ils le jugent nécessaire. Et, bien sûr, ils ont déclaré qu’ils étaient eux-mêmes les arbitres de ce qui est raciste et de ce qui ne l’est pas, ils deviennent donc les arbitres de qui peut parler et de quelles plate-formes sociales sont autorisées à exister.

Collins déplore ensuite l’idée que les débats entre conservateurs et gauchistes ne seront plus monnaie courante sur des sites web comme Facebook ou Twitter parce que les gens migrent vers leur propre bulle politique. Encore une fois, ce qu’il ne mentionne pas, c’est que les conservateurs et les modérés quittent Twitter et Facebook en masse parce qu’ils sont régulièrement censurés ou suspendus de ces sites. Comment peut-on avoir un débat équitable sur Twitter avec un gauchiste alors que ce dernier bénéficie d’un traitement de faveur de la part des modérateurs ? Et s’il a la possibilité de signaler tout ce que vous dites comme « discours de haine » ou « discours dangereux » et de faire retirer vos arguments ?

Comme je l’ai déjà fait remarquer par le passé, les droits de propriété privée s’appliquent effectivement aux sites web, et même si les gauchistes ne croient pas en ces droits, ils utiliseront l’argument de la propriété privée pour défendre la censure des grandes technologies. Bien sûr, il y a une différence entre un mégasite comme Twitter et d’autres plate-formes plus petites ; à savoir que Twitter et de nombreuses entreprises de Big Tech bénéficient d’incitations fiscales massives et de l’aide sociale du gouvernement. Une fois que des milliards de dollars de contribuables sont impliqués dans le maintien d’une société de médias sociaux, je ne pense pas que leur site web puisse être considéré comme une « propriété privée ».

Au départ, les sites de « Big Tech » affirmaient qu’ils ne faisaient pas de discrimination à l’encontre des utilisateurs en raison de leurs idées politiques, mais bien sûr, les preuves montrent que c’est un mensonge. La grande majorité des utilisateurs suspendus ou bannis de Twitter sont des conservateurs selon les données, et non parce que les conservateurs sont plus enclins à violer les directives de la communauté.

Les gauchistes et les « spin docters » de MSNBC veulent garder tous les débats sur les plate-formes qu’ils contrôlent, de cette façon ils peuvent supprimer les informations qu’ils n’aiment pas et donner un avantage biaisé aux arguments avec lesquels ils sont d’accord. Tout conservateur doit constamment s’autocensurer pour éviter la suspension, tandis que les gauchistes peuvent dire presque tout ce qu’ils veulent sans répercussion. Les grandes plate-formes technologiques prétendent être un terrain neutre alors qu’elles sont tout le contraire.

Ce sont des tactiques typiques des socialistes/communistes/marxistes/collectivistes ; ils ne sont pas intéressés à prévaloir dans un débat basé sur des faits et des preuves. Ils n’ont pas intérêt à avoir raison, ils n’ont intérêt qu’à gagner, et ils utiliseront tous les moyens à leur disposition pour truquer le combat en leur faveur.

Enfin, Collins suggère que si les conservateurs sont autorisés à migrer vers des plate-formes qui ne suppriment pas leurs points de vue ainsi que les preuves qui soutiennent ces points de vue, il y a un danger qu’ils se trouvent alors en désaccord avec le « monde réel » et cela « causera des problèmes dans la société ».

Et c’est là que nous arrivons au fondement même du contrôle de la pensée – la notion que certaines pensées et idées sont « dangereuses » ou « destructrices » et que le simple fait de pouvoir en parler dans un forum ouvert pourrait provoquer des conflits et des perturbations dans la société dans son ensemble. Par extension, Collins suggère qu’il n’est pas acceptable que les gens aient des points de vue radicalement différents. Quelle est donc la solution ? Que chacun pense exactement de la même façon avec une marge d’erreur étroite ?

Oui, c’est ce que veulent la gauche et l’establishment et vous pouvez voir les débuts de leur utopie sur les médias sociaux Big Tech ; une société dans laquelle tous les citoyens font partie d’un esprit de ruche, une chambre d’écho sans fin dans laquelle seuls les idéaux collectivistes sont acceptables. Bien sûr, il y aura des débats, mais ils ne seront que du vent.

Vous serez autorisés à débattre des groupes les plus opprimés, mais vous ne pourrez jamais remettre en question l’idée des Jeux olympiques de l’oppression et leur validité. Vous serez autorisés à débattre de la marque de socialisme la plus efficace, mais vous ne serez jamais autorisés à prendre position contre le socialisme en tant que système. Vous serez autorisé à critiquer certaines personnes en fonction de leur statut de victime, mais pas d’autres. Si vous êtes hétéro, blanc et de sexe masculin, vous ne serez jamais autorisé à critiquer qui que ce soit ou quoi que ce soit, même si vous êtes la personne la plus intelligente de la salle.

M. Collins dit craindre que les « chambres d’écho » d’Internet ne sapent la relation conservatrice avec la réalité. Il n’est pas surprenant que les gauchistes qui ont la relation la plus perturbée et la plus disjointe avec la réalité et la logique essaient de s’élever au rang de juge et de jury de la réalité. Les schizophrènes veulent diriger l’asile et déterminer qui est « malade ». Je ne pense pas…

Comme je l’ai déjà noté par le passé, les attaques sur des sites web comme Parler ne concernent pas Parler en soi. Parler est un paratonnerre en ce moment, la réaction de la gauche à son existence doit être analysée et observée car leur hypocrisie peut être utilisée contre eux. L’esprit gauchiste est de nature collectiviste, et il pense en termes de plantations ; il n’aime pas que les gens quittent librement une de leurs plantations et créent leurs propres systèmes.

C’est pourquoi ils sont si furieux contre Parler et les sites de ce genre. Ils considèrent les gens comme la propriété de la collectivité, et non comme des individus dotés d’un libre arbitre qui développent leurs propres opinions sur la base des preuves et des faits qu’ils recueillent. Pour la gauche politique, il s’agit de savoir qui contrôle l’environnement.

Sous les régimes communistes, cette philosophie ou les gens sont des objets est menée à son terme naturel ; les gauchistes la nieront jusqu’à leur dernier souffle, mais c’est vers cela que nous nous dirigeons s’ils obtiennent ce qu’ils veulent. En Chine communiste, après l’invasion du Tibet, un programme de nettoyage ethnique a été mis en place. Des chemins de fer ont été construits pour faciliter la relocalisation des Chinois de souche afin de supplanter la population tibétaine, et les Tibétains qui restaient ont été opprimés et brutalisés. Vous pourriez penser que les Chinois seraient heureux de voir les Tibétains partir d’eux-mêmes, mais vous auriez tort. Au lieu de cela, les militaires chinois ont installé des snipers à la frontière népalaise et ont commencé à tirer sur tous les Tibétains qui essayaient de traverser les montagnes.

Vous voyez, les collectivistes, les marxistes, les gauchistes, peu importe comment vous voulez les appeler, ils veulent la soumission plus que tout. Ils veulent le contrôle de la pensée. Ils veulent que vous vouliez faire partie de la ruche, et si vous ne le faites pas, vous devez être puni ou rééduqué. Vous ne pouvez pas vous en aller paisiblement et vivre votre propre vie, ou créer votre propre site web.

Les collectivistes considèrent tout idéal, principe ou voix contraire comme une menace pour leur existence, et ils ont peut-être raison. Si vous y réfléchissez bien, leur idéologie est si fragile qu’ils doivent faire taire ou détruire toute alternative. La seule façon pour leur secte de survivre est de croire qu’il n’y a pas d’autres options. Dès que les gens se verront proposer un autre choix, ils quitteront en masse le collectif abusif.

Les gauchistes sont en colère contre Parler et ils considèrent les médias alternatifs comme « dangereux » parce qu’ils sont dangereux ; ils sont dangereux pour eux et pour leur rêve de monopole de la pensée.

Brandon Smith

Aucun commentaire:

Publier un commentaire