jeudi 31 décembre 2020

Les confinements de Yule et l’annulation de Noël

Article original de Binoy Kampmark, publié le 22 décembre 2020 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Noël annulé

Le changement de mentalité à Downing Street a encore frappé. Avec le Premier ministre britannique Boris Johnson aux commandes, les changements de direction sont compulsifs, naturels et soudains. Le demi-tour est devenu l’attente prosaïque. « On a trop souvent l’impression que ce gouvernement se lèche le doigt et le colle en l’air pour voir dans quel sens souffle le vent », déplorait en août le député conservateur Charles Walker, vice-président du comité de 1922. « Ce n’est pas une façon durable d’aborder les affaires du gouvernement ».

Aussi insoutenable que cela puisse être, le Royaume-Uni a eu droit à une nouvelle série de revirements vigoureux avant Noël par un dirigeant qui rayonne la bouffonnerie et l’incompétence constante. Le 16 décembre, il a été décidé d’assouplir les restrictions dues à la Covid-19 pendant la période des fêtes, un point de vue qui va nettement à l’encontre de celui de bon nombre de scientifiques.

En novembre, les recommandations du Groupe consultatif scientifique pour les urgences (Sage) au gouvernement ont averti que le manque de distanciations sociales pendant la période de Noël pourrait bien conduire à une plus grande propagation si les restrictions étaient assouplies. Selon un document du sous-groupe opérationnel du groupe scientifique de modélisation de la pandémie d’influenza (SPI-M-O), un assouplissement « pendant la période des fêtes entraînera une augmentation de la transmission et de la prévalence, potentiellement dans des proportions importantes ». Le groupe a également averti que « le SRAS-Cov-2 a démontré des taux élevés d’attaques secondaires dans les ménages (avec des estimations allant jusqu’à 50% dans un ménage infecté par un membre infecté) ».

L’analyse a également averti que la politique de la « bulle » – une politique dans laquelle un certain nombre de ménages seraient autorisés à se mélanger pendant un certain nombre de jours au cours de la période de Noël – était toujours empreinte de risques. Le fait de « permettre aux ménages de « faire des bulles » (c’est-à-dire de former effectivement un seul ménage étendu mais isolé) réduit les risques, mais est très sensible au petit nombre de liens entre les bulles ».

Malgré cela, Johnson a été catégorique dans sa conférence de presse du mercredi : la période des fêtes de fin d’année serait une exception. « Je veux être clair, nous ne voulons pas, comme je le dis, interdire Noël, l’annuler ». Le faire « serait franchement inhumain et contraire à l’instinct de beaucoup dans ce pays ». Il s’agissait d’une référence directe à des opposants sceptiques quant à sa compréhension épidémiologique des dangers. Le leader travailliste Keir Starmer avait déjà fait pression sur lui lors des questions du ministre du Parlement sur les évaluations existantes sur l’impact « sur les taux d’infection et la pression accrue sur le NHS ».

La réponse de Johnson était loin d’être utile et, étant donné les circonstances, mal conçue. « J’aimerais qu’il ait le courage de dire ce qu’il veut vraiment faire, c’est-à-dire annuler les plans que les gens ont faits et annuler Noël. Je pense que c’est là où il veut en venir, Monsieur le Président de la Chambre ». Mais même les forums conservateurs comme The Spectator ont dû admettre que le premier ministre prenait un pari terrible : « que les gens se mettent soudainement à suivre les directives du gouvernement et à restreindre sévèrement leurs contacts avec leurs familles, même si la loi ne les y oblige pas. »

Dans son discours du 16 décembre, Johnson a fait l’éloge du lancement du programme de vaccination. Avec 138 000 personnes ayant reçu la première dose, il a estimé qu’il n’y avait « aucun doute que nous sommes en train de gagner et que nous allons gagner notre longue lutte contre le virus ». Le taux de reproduction du virus avait été ramené en dessous de 1, mais on a demandé aux Britanniques de garder leur sang-froid. Les infections continuaient à augmenter dans certaines régions du pays. Londres est passée au niveau 3 des restrictions.

Un appel a été lancé aux Britanniques « pour qu’ils réfléchissent sérieusement et en détail aux jours à venir et à la possibilité de faire plus pour se protéger et protéger les autres ». Sans jamais se lasser de semer la confusion parmi les citoyens, ces réglementations devaient impliquer des limites de trois ménages se réunissant pendant cinq jours. « Je tiens à souligner qu’il s’agit de maximums, et non de cibles à atteindre ». Pensez, a-t-il supplié, à avoir un Noël plus petit et plus court.

Le 19 décembre, le changement d’état d’esprit était de nouveau à l’ordre du jour. L’idée même de célébrer Noël a été remise en question et Johnson s’est retrouvé à faire exactement ce qu’il avait accusé le leader travailliste de souhaiter. « Je suis désolé que la situation se soit détériorée depuis la dernière fois que je vous ai parlé, il y a trois jours. » La raison invoquée par Johnson dans son discours était de mauvais augure. Les données du groupe consultatif sur les menaces de virus respiratoires nouveaux et émergents (NERVTAG) avaient révélé l’émergence d’une nouvelle variante du virus. « Les premières analyses du NERVTAG suggèrent que la nouvelle variante pourrait augmenter le R [le nombre de reproduction] de 0,4 ou plus. Bien qu’il y ait une incertitude considérable, il pourrait être jusqu’à 70% plus transmissible que l’ancienne variante ».

Cette nouvelle variante a traversé à toute vitesse Londres, le sud-est et l’est de l’Angleterre. Dans l’état actuel des choses, elle ne semblait pas plus mortelle ni causer de maladie plus grave. Cette nouvelle incarnation n’était pas non plus susceptible d’atténuer l’effet des vaccins. Mais il était clair pour Johnson que ne pas prendre de mesures immédiates entraînerait une flambée des infections, mettrait à rude épreuve le NHS et causerait la mort de « plusieurs milliers d’autres personnes ».

La conséquence : Londres, le sud-est et l’est de l’Angleterre devaient passer au niveau 4. Les gens habitant ces régions sont devenus généralement familiers de ces mesures : la nécessité de rester à la maison et de travailler à domicile ; la fermeture des services non essentiels dans les commerces de détail, les salles de sport en intérieur et les installations de loisirs. Les personnes ne sont pas autorisées à entrer ou à sortir des zones de niveau 4 ; et les résidents de ces zones désignées ne peuvent pas passer la nuit hors de chez eux. Des exemptions s’appliquent pour l’exercice physique, la garde d’enfants et les personnes qui ne peuvent pas travailler à domicile.

Le corollaire de ces restrictions est que les Britanniques ne peuvent pas « continuer avec Noël comme prévu ». Les restrictions de niveau 4 signifient que les ménages devaient être autonomes, « bien que des bulles de soutien restent en place pour ceux qui risquent de se sentir seuls ou isolés ». Pour ajouter un autre élément de confusion, le mélange des cellules familiales serait limité au jour de Noël pour ceux qui se trouvent dans les zones de niveau 3.

Mais la situation n’est pas totalement désespérée, Johnson a déployé le drapeau métaphorique. « Le Royaume-Uni a été le premier pays du monde occidental à commencer à utiliser un vaccin cliniquement approuvé ». Rien ne pouvait cependant enlever au fait que Johnson avait une fois de plus été dépassé par les faits et les circonstances.

Selon l’avis cinglant de The Observer, il s’agissait d’une décision prise trop tard, ce qui a causé du chagrin aux familles « qui ont été encouragées à attendre Noël avec impatience pendant des semaines par un premier ministre qui, dans sa forme caractéristique, a stupidement fait des promesses excessives pour éviter d’être porteur de mauvaises nouvelles ».

Dans l’intervalle, Johnson devra faire face à un nombre croissant de députés conservateurs en colère, désireux de rappeler le Parlement. Walker est l’un d’entre eux, de plus en plus soupçonneux  sur les motivations du gouvernement. « Le gouvernement, à mon avis, savait jeudi, peut-être même mercredi, qu’il allait mettre fin aux activités de Noël, mais il a attendu que le Parlement ait fait relâche. » Une tactique digne de Johnson, de bout en bout.

Binoy Kampmark

Aucun commentaire:

Publier un commentaire