mardi 1 décembre 2020

La dinde qui parle

Article original de James Howard Kunstler, publié le 23 novembre 2020 sur le site kunstler.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Il y a quelques années seulement, la nation semblait suffisamment solide pour que son existence même ne soit pas remise en question. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. En 2016, l’oligarchie élitiste, bleue et côtière, était trop satisfaite de sa droiture-en-toutes-choses – en particulier de son droit au pouvoir – pour se donner la peine de truquer les élections au-delà des habituelles dévoilements de magouilles citadines dans les lieux habituels. Mais ensuite, Hillary a perdu contre Trump qui a lui  empoché les votes électoraux dans les États en balance mais sans gagner le vote populaire national.

 

Ils n’allaient certainement pas laisser cela se reproduire, d’où le spectacle étrange de cette heure de suspension du décompte des voix suivie d’improbables opérations de pompage des bulletins en faveur de Ol’ White Joe Biden, le candidat à la présidence le plus inerte, le plus vide et le moins charismatique jamais imaginé par un conclave de cabalistes intrigants dans l’histoire des États-Unis. (A côté de Joe Biden, Warren G. Harding était un Auguste américain.) Le vote de 2020 a donc été truqué jusqu’au bout, juste pour s’assurer que le résultat pencherait cette fois-ci vers l’arc de justice bien-aimé des Démocrates.

La bataille juridique autour de ce vol effronté a donné lieu à des expressions de combat passionnantes, provenant pour la plupart de l’avocate indépendante Sidney Powell, un adjoint informel des avocats officiels du président, Jenna Ellis et Rudy Giuliani. Miz Powell a promis de « libérer le kraken » et de « faire sauter la Géorgie » dans une tempête « biblique » d’assignations fatales, « s’attachant à renverser les résultats de cette élection » – nous laissant en début de semaine dans l’œil effrayant du brouhaha post-électoral, avec la véritable action à venir.

Le président et le parti Républicain ont perdu plusieurs procès dans des États la semaine dernière et, naturellement, cela a découragé les troupes pro-Trump à travers l’Amérique « rouge » – qui est principalement tout ce qui se trouve entre Hackensack et Fresno. Mais ces faibles plaidoiries auraient pu être conçues pour simplement accélérer le processus dans les États afin de faire valoir les principaux arguments devant la Cour suprême des États-Unis, à savoir que Dominion, la société étrangère de compilation des votes, a été préprogrammée pour surmonter toute avance de Trump ; que le logiciel Dominion a été créé à l’origine pour les élections queers et qu’il a d’ailleurs été utilisé à de nombreuses reprises à cette fin dans des pays étrangers ; et que les fonctionnaires électoraux américains, avec leurs grognements de travailleurs électoraux dans certains États, ont conspiré pour couvrir la fraude par autant de votes écrits invérifiables que nécessaire. Donc la preuve par la preuve !

Si la SCOTUS [la cour suprême] accepte d’entendre l’affaire – un grand « si » – elle pourrait être extrêmement réticente à statuer positivement parce que 1) elle s’aventurera dans une frontière constitutionnelle mal tracée et 2) la récente confirmation du juge Amy Coney Barrett, installant une super-majorité conservatrice au tribunal, ressemblera autant à un coup monté pour les États bleus que la fraude électorale du Dominion ressemble à un coup monté pour les rouges. Mais si l’affaire est suffisamment solide, la SCOTUS a la prérogative légale de dé-certifier les élections nationales, en faisant passer les deux candidats sous la barre des 270 votes électoraux et en faisant rouler la boule de poils géante et puante vers la Chambre des représentants où Trump bénéficierait d’un avantage certain. Pauvre Antifa et BLM….

On ne sait pas exactement quelles preuves supplémentaires Miz Powell et les avocats du président apporteront à la SCOTUS – au-delà de ce qui a fait surface sur Internet, ce qui est déjà assez révélateur. Les médias ont fait un grand show en en parlant, et en grognant bruyamment quand les avocats ont dit qu’ils se retenaient jusqu’à ce que le tribunal soit prêt à examiner l’affaire. Il est difficile d’imaginer que Miz Powell et M. Giuliani sacrifieraient leur réputation sur une sorte de bluff. Quoi qu’il en soit, qu’y a-t-il à bluffer dans ce jeu ? Je ne crois pas que ce trio apporterait une simple batte de base-ball dans une une fusillade.

L’un des résultats de ces dernières manches du concours sera la délégitimation de Ol’ White Joe Biden en tant que président, si ses forces l’emportent finalement. Non seulement la moitié de l’Amérique refusera de lui faire confiance, mais elle incitera une contre-résistance de la droite aussi déterminée que les brigades de « chapeaux de chattes » d’Hillary et les activistes bureaucrates de l’après-2016, et peut-être plus sanguinaire, surtout si la gauche s’engage à confisquer les armes. La perspective de voir Joe Biden devenir président est de toute façon une blague. Avez-vous oublié sa campagne de non-campagne ? Les parkings vides avec les cercles blancs ? Les gaffes pitoyables ? Et dans ce brouillard de guerre se cache toute cette odieuse affaire de singe vendant de l’influence à l’étranger, impliquant le fils Hunter, accro au crack, et le reste de la famille Biden. Vous pensez que ça va disparaître ?

En fait, la « victoire » de Biden est celle d’une junte de l’État profond composée de personnages malveillants, coercitifs et fous de vengeance comme John Brennan, Andrew Weissmann, Nancy Pelosi, Susan Rice et Adam Schiff, avec Barack Obama dans les coulisses, commandant ceci et cela – même si le président Ol’ White Joe est écarté pour cause d’incompétence mentale, laissant Kamala Harris dans le Bureau ovale pour glousser pendant les quatre prochaines années pendant qu’elle orchestre des campagnes de jeunes lycéennes méchantes contre les ennemis du wokesterisme. La « mafia » de Washington DC a démontré qu’elle n’a pas besoin d’un président de fer pour faire fonctionner sa mauvaise volonté.

En attendant, passez un agréable Thanksgiving seul à la maison, si vous suivez consciencieusement les ordres des gouverneurs Cuomo, Pritzker, Whitmer, Murphy et Newsom. Nous oserons être sept à table ici, et nous n’aurons donc pas à manger une réincarnation de dinde pendant trois semaines. En prime de vacances, je vous laisse avec une petite note burlesque soumise par un lecteur souhaitant rester anonyme pour votre amusement, comme suit….


Secrétariat du parti pour les affaires concernant la Covid-19

Le parti interdit la fabrication, la distribution et la possession de dindes pesant plus de 4,5 kg.

Mesure contre la propagation de la COVID-19 lors de grands rassemblements

WASHINGTON, DC – Le parti a annoncé aujourd’hui une interdiction d’urgence sur la fabrication, la distribution et la possession de dindes de fêtes pesant plus de 4,5 kg, avec effet immédiat. Cette nouvelle mesure de bon sens est nécessaire pour lutter contre la propagation de la Covid-19 pendant les prochaines vacances.

« Les grosses dindes encouragent les rassemblements de la famille et des amis. Ces groupes sont connus pour se rassembler dans des maisons privées pour discuter, rire et faire des observances religieuses telles que la récitation de la grâce. Des activités comme celles-ci constituent une grave menace pour notre sécurité collective », a déclaré la porte-parole du parti, Gretchen Whitmer.

« Nous encourageons les Américains de tous les sexes à célébrer la fête de Thanksgiving seuls dans une pièce sombre en diffusant le jeu des Lions sur leur iPhone », a ajouté Mme Whitmer.

Le Parti a également annoncé une amnistie limitée pour les consommateurs déjà en possession de dindes d’un poids supérieur à la limite autorisée. Pour bénéficier de l’amnistie, les consommateurs doivent livrer leur dinde partiellement décongelée à un responsable local du parti au plus tard le mercredi 25 novembre. Les consommateurs qui fournissent également un plat d’accompagnement réchauffé et un dessert pourront recevoir des points dans le cadre du programme de crédit social du parti qui sera prochainement mis en place. Les crédits peuvent être utilisés pour obtenir des privilèges tels que des voyages entre États.

Reconnaissant l’engagement du Parti envers les valeurs fondamentales du premier amendement, les nouvelles règles comprennent une exemption pour les dindes consommées lors de manifestations sanctionnées par le Parti, à condition
que les acteurs des médias alignés sur le Parti certifient que les manifestations soient largement pacifique. L’exemption s’applique également aux campements de sans-abri.

Les consommateurs sont avertis que la possession de plusieurs petites dindes pesant plus de neuf livres au total est interdite. La possession de plus de huit onces de sauce aux canneberges est également interdite.

La mise en œuvre immédiate de ces directives est autorisée en vertu de directives précédemment approuvées et adoptées en réponse à l’urgence de la Covid-19. De plus amples informations sur ces directives seront communiquées en fonction des circonstances.

 

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire