jeudi 3 décembre 2020

Le retrait de Trump en Afghanistan ne signifie pas la fin de la guerre

Article original de M. K. Bhadrakumar, publié le 28 novembre 2020 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Biden and Petraeus
Le vice-président Joe Biden (à gauche) s’entretient avec le général David Petraeus (à droite), alors commandant de la FIAS et des forces américaines en Afghanistan, à bord d’un hélicoptère Chinook au-dessus de Kaboul, Afghanistan, 11 janvier 2011

Le récent remaniement de la hiérarchie du Pentagone a montré la détermination de Trump à imposer sa volonté aux commandants militaires réticents à se conformer à son ordre de retirer les troupes avant Noël.

Le NPR a rapporté que, selon les responsables américains, l’ordre de retrait de Trump réduit la présence américaine d’environ un tiers, passant de 4 500 à 2 500 en Afghanistan. Le Pentagone a déjà publié un avis aux commandants, connu sous le nom d’« ordre d’avertissement », pour commencer à planifier le retrait des troupes en Afghanistan.

L’ancien secrétaire à la défense Mark Esper avait envoyé au début de ce mois une note classifiée à la Maison Blanche affirmant qu’il s’agissait de la recommandation unanime de la « chaîne de commandement » – Esper, le président des chefs d’état-major interarmées, le général Mark Milley, le chef du commandement central américain, le général des Marines Kenneth McKenzie et le commandant de la mission de l’OTAN en Afghanistan, le général Austin Miller – selon laquelle il serait peu judicieux de retirer les troupes d’Afghanistan à ce stade.

Esper aurait affirmé que les négociations de paix à Doha sont au point mort, que les talibans ont intensifié leurs attaques et qu’il n’y a pas encore de clarté quant à la volonté des talibans de se détacher d’Al-Qaïda. Mais un Trump en colère l’a apparemment viré pour le remplacer par ses loyalistes au Pentagone.

Cependant, le retrait ne signifie pas que la « guerre sans fin » en Afghanistan est vraiment terminée. Les commandants militaires américains, en cohorte avec les politiciens, jouent un jeu diabolique dans lequel ils vont exécuter l’ordre du commandant en chef comme toute armée disciplinée mais avec un plan B qui se déroulera sous peu.

Fondamentalement, c’est là que réside la contradiction : Les hauts gradés du Pentagone sont loin d’en avoir fini avec la guerre afghane qui dure depuis 19 ans. Ils ne l’ont jamais vue comme Trump la voit – une « guerre sans fin » – parce qu’ils pensent encore qu’ils peuvent la gagner et réaliser leurs principaux objectifs. En fait, certains d’entre eux pensent encore qu’ils auraient pu gagner la guerre du Vietnam si seulement le Pentagone avait eu les coudées franches.

Lorsque la présidence de George W Bush a pris fin et que Barack Obama a pris le relais en 2009, la guerre en Afghanistan aurait pu prendre fin. Le candidat Obama s’est montré très virulent quant à la futilité de la guerre. Mais les commandants militaires pouvaient s’attendre à ce que le premier président noir des États-Unis soit un novice dans les bois sombre de Washington DC, comme le proclamait haut et fort le fait qu’il ait gardé Robert Gates comme ministre de la défense.

Ils ont compris qu’Obama était indécis et faible et qu’ils pouvaient le faire changer d’avis. Et ils ont eu raison. Ils l’ont même amené à approuver la « poussée afghane », qui a bien sûr été présentée de manière convaincante comme un dernier effort pour vaincre les talibans de manière concluante.

Maintenant, cette poussée s’est poursuivie pendant les sept années suivantes sous Obama. Par chance, lors de son second mandat, Obama a également choisi Hillary Clinton comme secrétaire d’État, qui était bien sûr la coqueluche du complexe militaro-industriel. Pour faire court, Obama a finalement remis à son successeur Donald Trump une guerre « intacte ».

Les commandants militaires ont de nouveau eu de la chance car Trump, bien qu’Américain blanc, était un outsider de l’establishment américain. Dès le premier jour, il a été à couteaux tirés avec le Deep State, la classe politique, l’ensemble de l’establishment de Washington et les médias. En outre, sa capacité d’attention limitée et sa paresse pure et simple, ses préoccupations concernant l’enquête sur la « collusion avec la Russie », la mise en accusation, l’enchevêtrement avec la Chine et, enfin, le coronavirus – c’est devenu une présidence sur montagnes russes.

Trump n’a pas persévéré – il n’a jamais été « totalement impliqué » – lorsqu’il s’est agi de la guerre en Afghanistan. Il n’a jamais téléphoné une seule fois au président afghan Ashraf Ghani, ou été laissé seul avec lui lors d’une réception dans le bureau ovale. Les commandants militaires pouvaient brillamment enchaîner Trump. Ils l’ont simplement épuisé dans un jeu d’attente jusqu’à la dernière ligne droite de son mandat de 4 ans.

Aujourd’hui, les commandants militaires se préparent à recevoir un nouveau président qui leur tient probablement à cœur, autant que George Bush. En tant que vice-président, Biden était un visiteur régulier en Afghanistan. Il a déclaré un jour en présence du président de l’époque, Hamid Karzai :

Nous ne partirons pas en 2014. Nous espérons que nous aurons totalement transféré [les responsabilités en matière de sécurité] aux forces de sécurité afghanes pour maintenir la sécurité dans le pays. Mais nous ne partirons pas, si vous ne voulez pas que nous partions. Et nous avons l’intention de continuer à travailler avec vous, et c’est dans l’intérêt mutuel de nos deux nations.

Il est certain que Biden s’est lui aussi prononcé contre les « guerres éternelles ». Il a écrit dans la revue Foreign Affairs au début de cette année : « Il est plus que temps de mettre fin aux guerres éternelles, qui ont coûté aux États-Unis un sang et un trésor incalculables. Comme je l’ai longtemps soutenu, nous devrions ramener la grande majorité de nos troupes des guerres en Afghanistan et au Moyen-Orient et définir de façon plus précise notre mission comme étant de vaincre Al-Qaida et Daesh ».

Mais à l’époque, Obama était bien plus passionné que Biden. Le fait est que, alors que M. Trump souhaite que toutes les troupes rentrent chez elles d’ici Noël, M. Biden a déclaré qu’il envisagerait de maintenir une petite force antiterroriste sur place. « Je suis favorable au retrait des troupes. Mais voilà le problème, nous devons encore nous préoccuper du terrorisme et [de État islamique] », a déclaré M. Biden lors d’une interview accordée à Stars and Stripes en septembre.

C’est tout ce que les commandants du Pentagone veulent pour le moment. Ils sont conscients que M. Biden n’aura pas beaucoup de temps à consacrer à la politique étrangère, car il se concentrera sur la pandémie de coronavirus, la reprise économique et le changement climatique, sans compter les innombrables questions qui déchirent la société américaine, allant de la course à la maîtrise des armes à feu au maintien de l’ordre et aux soins de santé.

Il est important de noter que les commandants militaires sont convaincus qu’ils peuvent compter sur le Sénat républicain si les choses évoluent. Le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a réagi avec tact à la décision de Trump. Le sénateur chevronné ne s’en prendra pas à M. Trump, qui est de loin le président républicain le plus populaire depuis Ronald Reagan. McConnell a donc simplement fait un tour de table pour avertir des ramifications potentielles d’un retrait rapide des forces américaines d’Afghanistan.

Dans un discours prononcé lundi au Sénat, McConnel a déclaré :

Nous jouons un rôle limité, limité mais important dans la défense de la sécurité nationale américaine et des intérêts américains contre les terroristes qui ne souhaitent rien d’autre que la plus puissante force du bien dans le monde se contente de ramasser ses billes et de rentrer chez elle.

« Il n’y a pas un Américain qui ne souhaite pas que la guerre en Afghanistan contre les terroristes et leurs facilitateurs soit déjà définitivement gagnée. Mais cela ne change rien au choix qui s’offre à nous aujourd’hui. Un retrait rapide des forces américaines d’Afghanistan maintenant ferait du tort à nos alliés et réjouirait les gens qui nous veulent du mal.

Ce à quoi nous pouvons nous attendre maintenant, c’est que les commandants militaires vont se retrancher avec les 2500 soldats en Afghanistan jusqu’au départ de Trump. Et alors ils recréeront un très bon scénario pour une autre « poussée afghane ». Ce n’est pas difficile à faire.

La présence d’État islamique fournit justement l’alibi nécessaire pour justifier une opération anti-insurrectionnelle. En attendant, malgré le retrait demandé par Trump, les attaques aériennes américaines contre les talibans vont se poursuivre – peut-être même s’intensifier. Elles pourraient être organisées à partir de bases situées en Afghanistan ou de l’une des nombreuses bases du Commandement central dans la région du Golfe.

A un moment donné, il est concevable que les talibans aient du mal à supporter l’assaut militaire américano-afghan. Nous pouvons donc nous attendre à ce qu’un horrible cycle de violence reprenne à nouveau.

C’est pourquoi les talibans ont demandé à M. Biden de respecter le calendrier du pacte de Doha et de retirer les troupes américaines. « L’émirat islamique souhaite souligner au nouveau président américain élu et à la future administration que la mise en œuvre de l’accord [de Doha] est l’outil le plus raisonnable et le plus efficace pour mettre fin au conflit entre nos deux pays », ont déclaré les talibans dans une déclaration.

Les commandants du Pentagone imaginent bien sûr que la guerre en Afghanistan va reprendre de plus belle. La guerre a été la première opération hors zone de l’Organisation de l’Atlantique Nord [OTAN] et constitue une étape irrévocable vers la projection de l’alliance en tant qu’organisation de sécurité mondiale. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a exprimé son soutien au Pentagone en déclarant : « Le prix à payer pour quitter la région trop tôt ou de manière non coordonnée pourrait être très élevé ».

Une congruence d’intérêts régionaux et internationaux impliquera de nombreuses parties en Amérique – le Pentagone et l’opinion de droite américaine qui est toujours attachée à la mentalité de la guerre froide ; le complexe militaro-industriel américain ; les stratèges de la sécurité nationale américaine qui considèrent la Russie et la Chine comme des « puissances révisionnistes » et qui accordent la primauté à l’hégémonie mondiale des États-Unis ; Les intérêts « corporatifs » de l’OTAN, qui est une alliance à la recherche d’une raison d’être pour l’après-guerre froide ; le lobby de la guerre en Afghanistan, les profiteurs de guerre et les groupes anti-talibans ; et, bien sûr, certains États régionaux pour lesquels l’Afghanistan est devenu un terrain d’action pour la poursuite de leur programme de politique régionale.

Dans ces circonstances, une présence militaire sans limite de temps des États-Unis et de l’OTAN en Afghanistan, sous une forme ou une autre, est inévitable dans un avenir prévisible. Le défi pour les États-Unis dans le cadre diplomatique consiste à faire accepter au Pakistan et aux talibans la notion occidentale d’un gouvernement « à large assise » à Kaboul. Très certainement, sous Biden, la perspective d’un gouvernement dominé par les talibans en Afghanistan ne sera pas acceptable pour les États-Unis et leurs alliés occidentaux.

M. K. Bhadrakumar

Aucun commentaire:

Publier un commentaire